AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Jeu 15 Déc - 0:31

Ne pas renoncer, continuer à avancer, aller toujours plus loin quoi qu'il en coute afin d'atteindre son but. Telle avait toujours été la philosophie de Slayn Valentine. Aussi bien en tant que chevalier des Carpates, qu'en tant que No-Life-King. Cette mentalité atteignait son paroxysme en période de guerre. Celle qu'il était en train de livrer en ces instant n'y faisait pas exception. Qu'importe la force de son adversaire, qu'importe sa fatigue, qu'importe la douleur, une seule option possible, la victoire, et ceux tant qu'il n'aura pas touché de ses propres mains SON objectif final.

Puisant dans ses dernières forces pour esquiver, se relever et effectuant une dernière action d'une simplicité et d'une efficacité redoutable, l'épée Redemption chût sur son adversaire tel une guillotine et la tête de George se décolla de son corps.

Le vampire avait gagné.

Titubant, il s'approcha alors du corps, ruisselant de sang frais, de son adversaire avant de s'agenouiller péniblement à ses côtés, et poser la tête de celui-ci contre sa poitrine.


"J'espère que ta mort fut aussi glorieuse que tu l'espérais... En tout cas je me souviendrais éternellement de ton courage. Repose en paix.

Posant alors ses lèvres contre les artères encore fumantes de Georges, le vampire but le précieux liquide qui s'en échappait jusqu'à s'en repaitre totalement et récupérer assez de forces pour continuer sa route. Avancer, encore et toujours...

Remettant son épée au dos, il courut alors à travers la forêt, sans se retourner, jusqu'en direction de la crypte. Ce qu'il cherchait était tout proche, il en était sûr. Il fallait que ce soit là le but de son périple.

Il s'engouffra dans l'ouverture extérieure. Parcouru ce couloir autrefois synonyme de dernière ligne droite avant l'enfer pour de nombreux ennemis. Et enfin l'entrée de son tombeau. Celui là même qui l'avait tenu enfermée pendant près de deux siècles et qui était désormais ouvert. Avec un regard froid, et à l'aide de sa manche, il effaça les dernières traces du pentacle peint avec du sang d'ange sur l'acier de la porte entrouverte, qui n'était plus aujourd'hui qu'une vague empreinte noircie par les années, et qui tomba immédiatement en poussière.

Il poussa alors complètement la porte et observa l'intérieur. Ce qu'il cherchait tant était là. Il sourit et avança donc en direction de ce qu'il convoitait, ce qu'il considérait comme son salut. Il n'adressa même pas un regard au coffre et à son contenu. Ces babioles lui importait peu.

Elle était bien là, et elle allait bien, Anna... Malgré ses blessures encore visibles et sa fatigue évidente, le vampire s'approcha dignement de sa reine, prêt à reprendre son rôle de chevalier servant.

Sa première envie fut de tendre la main pour caresser ces cheveux si soyeux qui lui avaient manqué. Mais a peine allait il commencer que cet instant privilégié fut brisé. Vincent entra. Suivi du vieux et de Dorian, et enfin Lili grâce qui défonça carrément le mur. Ce qui eut pour effet d'obliger le vampire à se retourner tout en dégainant son arme. Il se mit aussitôt en garde.

Le reste des fanatiques n'allait probablement pas tarder à arriver... ça pouvait être utile. En attendant, il jeta un bref regard à Vincent, comme pour lui signifier qu'il attendait quelque-chose de lui. Puisqu'il était là, ce rat allait peut être avoir son utilité.

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Sam 17 Déc - 5:26

[Émouvantes retrouvailles]

Slayn Valentine était ému... et il y avait de quoi : il avait retrouvé le trésor, il avait retrouvé Vaya, il avait enfin retrouvé Anna et Lili Grâce l'avait retrouvé.

Pour le coup, le Vampire n'avait guère de doute sur la suite des événements et se prépara en un clin d’œil à affronter la Louve-Garou. Ce combat avait comme un air de déjà-vu. D'autant qu'il reprit la même pose que lors de leur première rencontre, incitant ainsi son adversaire à refaire la même chose elle aussi, puisque ça avait bien fonctionné. Pourtant, Lili avait envie de varier un peu : plutôt que de foncer directement vers son ennemi, elle ramassa une des pierres qu'elle venait de faire tomber en entrant dans la crypte et la lança en direction de Slayn.

Heureusement, même si ses réflexes étaient encore amoindris par ses blessures, le sanguin avait prévu le coup : il était venu avec son garde du corps. Vincent parvint à agir assez rapidement et poussa son maître d'un coup sec, ce qui lui permit d'éviter le projectile... La pierre rebondit donc sur le sol pour s'envoler à présent en direction d'Anna : heureusement, celle-ci l'avait vue venir et elle se pencha alors en arrière, se collant à sa queue pour voir la roche passer juste au-dessus de ses yeux. Un réflexe qui lui sauva sans doute la vie.

Il était temps, en tout cas, de passer à la deuxième phase du combat : Lili se décida à charger. Exactement ce que Slayn attendait. Lorsqu'elle arriva à son niveau, il se décala rapidement sur le côté pour esquiver l'assaut, comme il l'avait déjà fait face à Georges. Toutefois, Lili n'était pas Georges : elle planta soudainement ses mains dans le sol et s'en servit comme point d'appui pour décrire une très belle courbe avec ses pieds. Un coup potentiellement mortel pour toute personne dans la zone de frappe, mais le Vampire était prêt à trancher ce problème dans le vif : son épée décrivit un grand arc de cercle vertical et coupa net les deux pattes géantes qui lui arrivaient dessus.

C'est en tout cas ce qu'il pensait faire, mais il n'allait pas tarder à apprendre que la réalité était souvent cruelle. Il avait effectivement été très proche d'amputer Lili de ses jambes, mais l'instinct animal de celle-ci la poussa à modifier son geste : donnant un coup de pied dans le sol, elle transforma son balayage en coup vertical, passant juste à côté de la lame de Slayn pour venir le frapper au torse, l'envoyant ainsi au sol. Le Vampire avait certes bloqué le passage, mais il s'était laissé surprendre par l'atout que la Louve-Garou venait d'abattre...





[Trahison]

Lorsque Dorian avait annoncé la vulnérabilité de Lili Grâce, Jacques avait eut une réaction très violente : il avait levé un sourcil. Le droit. À quelques milliers de kilomètres de là, un chaton s'évanouit.

Cela étant, le vieil homme pouvait bien comprendre cette réaction : il avait pratiqué le lever de sourcil pendant de très nombreuses années et avait atteint un niveau de perfection rarement égalé dans cet art, il était donc normal que certaines créatures aient du mal à soutenir la tension qui s'en dégageait.

Toujours est-il que Jacques n'avait immédiatement classé Dorian comme un ennemi à cet instant-là : il était normal qu'il cherche à protéger ses compagnons du monstre sanguinaire que la Louve-Garou semblait être. Ce n'est donc que lorsqu'il reçut un coup de coude dans les côtes, suivi d'un coup de poing dans l'épaule, qu'il révisa son jugement : le pirate l'avait roulé.

Ou pas, d'ailleurs : Jacques lui avait parlé de l'aider à trouver le trésor en remerciement, lequel trésor était à présent trouvé, il n'y avait rien de si surprenant à la situation. Voyant que Dorian avait sa dague en main pour se défendre, Carter attrapa à son tour le couteau qu'il portait déjà quand il était apparu pour la première fois ce soir-là. Oui, juste histoire de faire remarquer qu'il était un peu dommage de supposer qu'il utiliserait une lame longue.

Dorian était prêt à se défendre, cependant. Son visage affichait un air résolu, mais il avait malheureusement fait une petite erreur. La principale différence entre Jacques et Dorian dans le maniement de leurs armes était que l'un des deux connaissait parfaitement la sienne et l'autre pas vraiment. Voire vraiment pas. Les deux lames s'entrechoquèrent un bref instant, avant que l'arme du Keltien ne vole, aussitôt suivie d'une phalange.

Le vieil homme rengaina alors son arme, son sens de l'honneur lui enjoignant de continuer à mains nues. Dorian avait mal, bien sûr, mais ce n'était pas ça qui l'empêcherait de continuer : il avait déjà placé ses bras en garde devant son visage. Jacques prit l'initiative, envoyant un simple coup de genou vers le ventre du pirate : celui-ci l'attendait et attrapa prestement ledit genou pour le dégager et contre-attaquer d'un sévère coup de poing au sternum.

Déséquilibré, Jacques ne parvint pas à parer et encaissa le choc. Ou plutôt, ses protections encaissèrent, répartissant ainsi le choc sur l'ensemble de son torse, ce qui lui évita d'avoir la respiration coupée. C'est sans doute grâce à cela que Carter put répliquer si vite : le crochet que Dorian reçut à la mâchoire le mit au sol en un instant. Jacques avait gagné un léger répit, qu'il comptait bien mettre à profit pour attaquer sa cible principale, Slayn Valentine.





[Slayn et ses drôles de dames]

Slayn n'en menait pas large. On pouvait même dire que Lili Grâce le dominait assez nettement à cet instant, l'ayant plus ou moins cloué au sol d'un violent coup de pied descendant. C'était sans doute là l'erreur de la Louve-Garou, car elle venait ainsi de remplir les conditions pour qu'Anna se décide à intervenir.

S'étant puissamment armée en fouillant l'argenterie, Anna se glissa rapidement dans le dos de Lili Grâce, qui était trop concentrée sur le sort de son ennemi juré pour remarquer la Naga. Se redressant de toute sa hauteur (ou en tout cas pas mal), Anna fit passer sa jupe par-dessus la tête du monstre afin de la cagouler. Bizarrement, l'attention de Lili Grâce se retrouva soudain reportée sur les coups de fourchette qu'elle recevait sur le coin de la gueule. Et la louve dégageait suffisamment de chaleur pour qu'Anna se réchauffe à son contact, gagnant ainsi assez de vitesse pour éviter les coups les plus dangereux que la partie humaine de son corps aurait pu encaisser. Anna en profita d'ailleurs pour faire un nouveau câlin, cherchant à immobiliser la créature.

Toutefois, même ainsi, la Naga restait moins forte. Lorsque Lili Grâce allait parvenir à se dégager, Slayn s'accrocha aux anneaux de la queue d'Anna, ajoutant sa propre force à celle de sa « protégée ». Et le bougre était coriace, pas facile à décrocher non plus, d'autant qu'il en profitait pour mordre son adversaire et lui voler un peu de sang. Lili s'apprêtait à utiliser le décor pour empaler ses ennemis quand une détonation se fit entendre.

Vaya avait ajusté son tir et venait de tirer une balle, incrustée d'éclats d'argent de la chaîne qu'elle avait ramassée. La balle avait traversé le corps de Slayn, qui s'en foutait pas mal, pour aller se loger dans celui de Lili Grâce, à qui ça faisait bien mal. Elle avait l'habitude de petites piqûres, dont la douleur s'arrêtait aussitôt, mais plus de ces blessures qui durent.

Vincent s'apprêtait à ajouter un dernier coup fatal lorsque Lili sentit soudainement que c'était trop : reprenant sa forme humaine, elle ne supporta plus très longtemps la pression qu'Anna et Slayn exerçaient sur son corps fragile.

Gardant sa prise sur Lili Grâce, Anna estima toutefois que tout danger était écarté de ce côté-là et manifesta son désaccord avec l'idée d'achever la jeune femme.

C'est alors que Jacques Carter fit part de sa volonté d'intervenir dans le combat : il allait bondir sur Slayn, pointant son couteau vers le cœur de celui-ci, mais son fils s'interposa, déviant l'attaque du vieil homme en attrapant son poignet.


« C'est trop tard, père, tu as perdu. Même Lili vient d'être vaincue, tu ferais mieux d'abandonner. »

« Pauvre naïf. Je ne suis pas encore mort, je ne m'arrêterai pas si facilement. Ces derniers jours nous ont affaibli, mais ce n'est pas fini. Tu m'entends, Valentine ? Même si tu nous tues ce soir, les troupes officielles de Libertad arriveront bientôt. N'espère pas instaurer un nouveau règne de terreur ! »

Le père et le fils se jaugeaient du regard. Apparemment, ils risquaient de bientôt reprendre leur combat là où il s'était arrêté.




[HRP :

Bon, ben c'était pas évident de recoller tous les morceaux, mais je crois que c'est pas trop mal.

Slayn : Pas de blessure majeure ce tour-ci, une subtile correcte qui a finalement été assez bien complétée par celles des filles.

Vaya : Bon, ben ça fait une recharge, un tir et une nouvelle recharge, vu que le corps-à-corps ont pu être contenus loin de toi. Du coup, pas grand-chose à dire, mais heureusement que tu étais là.

Anna : On peut noter quelques contusions au niveau la queue, mais tu as pu assez bien protéger la partie humaine en évitant les coups directs.

Dorian : Ton auriculaire droit a été raccourci et tu as mangé un bon coup à la mâchoire, par-dessus le coup que Vincent t'avait déjà infligé au tour précédent. Tu risques d'avoir mal encore quelques temps, du coup. Rien de réellement grave, cependant, mais il faudra songer à soigner cela assez vite.

Globalement, vos subtiles étaient correctes, malgré quelques petites erreurs (surtout pour Dorian, j'avoue), puisque vous avez réussi à défaire Lili en un tour (elle était certes plus affaiblie qu'il n'y paraissait, mais ça reste pas mal, puisque vous avez pensé à vous servir du trésor pour combattre, tout ça).

À présent, je compte sur vous pour expliquer comment vous allez vous débrouiller pour repartir avec le trésor, sachant que vous pouvez bien sûr départager Jacques et Vincent (ou bien vous occuper des deux, c'est selon). Si vous voulez un dialogue, je suis à votre disposition (pas obligé que tout le monde participe, c'est jamais évident de réunir tout le monde).

Slayn, si tu veux prendre quelque chose dans la cache dont nous avions parlé, c'est maintenant qu'il va falloir y songer, puisque vous devrez vider les lieux pour la fin du tour : les rouges qui poursuivaient Lili n'apprécieront sûrement pas de se voir abandonner par leur maître, je ne saurai trop vous conseiller de partir avant qu'ils soient là. Pas de panique, je n'ai pas oublié Tarlynn, j'en parlerai dans mon prochain bilan.]

_________________
Crédit avatar : *deathtoll1912

On ne contrarie pas celui qui joue avec les fils auxquels tient votre vie…
…surtout quand il a une paire de ciseaux à la main.


Pour dialogue : MJ.Maynlie@hotmail.fr
(Veuillez prendre rendez-vous par mp.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaya
Docteur Frankenstein en herbe
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 14/04/2011
Localisation : 21-France

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Ven 23 Déc - 12:22

Vincent : « C'est trop tard, père, tu as perdu. Même Lili vient d'être vaincue, tu ferais mieux d'abandonner. »

Jacques : « Pauvre naïf. Je ne suis pas encore mort, je ne m'arrêterai pas si facilement. Ces derniers jours nous ont affaibli, mais ce n'est pas fini. Tu m'entends, Valentine ? Même si tu nous tues ce soir, les troupes officielles de Libertad arriveront bientôt. N'espère pas instaurer un nouveau règne de terreur ! »

Et voila, c’était reparti. La querelle contre et pro-fanatique repartait. Ils n’en avaient pas assez ? Sachant que l’un comme l’autre avait failli périr de la main d’une louve-garoute qui se fichait pas mal du camp de chacun ? Les hommes, tous plus ridicules les uns que les autres. Rien n'avait plus d'importance à ses yeux pour l'instant que leur possible liberté, accompagnée des richesses, symbole de leur survie. Et non, il fallait se mêler d'une querelle qui ne les regardait pas. Vaya se pinça l’arrête du nez et ferma les yeux quelques secondes pour se concentrer sur l’important à cet instant. Se relevant de sa planque, où elle avait judicieusement visé _ et elle n’en était pas peu fière il fallait l’avouer ! _ elle partit en direction de Dorian en grommelant à haute voix, bien que le contenu n’était adressé qu’à elle-même :

"z'en ont pas encore fini ses deux là??"

S'approchant du rouquin, mais gardant une oreille sur la conversation, elle commença à se pencher puis s'accroupit franchement devant lui, avant de délacer une de ces bottes, ce qui dut surprendre le pirate face à elle. Quel drôle de mouche l’avait encore piqué ? Dorian, et sans s’en rendre compte, s’étalait du sang sur le visage, généreusement, telle une tartine fraîche de bon matin, en se massant la mâchoire ankylosée de la mauvaise main.

"C'est plutôt dégueu ce que tu fais. Évite d'en mettre partout s’il te plait»

D'un coup sec elle tire sur le reste de lacet qui céda et lui resta dans les mains, vaguement agacée par cette situation trainante alors qu'ils feraient tous mieux de se tirer de cette île de fou où chacun s'amusait à trair l'autre. Se redressant enfin, elle fit face au gaillard.

"hein quoi ?"

En retirant sa main, Dorian se rendit compte du drame et de l’effet tartine confituré. Et lance un dépité mais non moins spontané :

"Oh non... "

--------- à quelques pas de là seulement

Chevaleresque, Slayn, son combat fini, s'avança derrière Vincent qui jubilait comme un dément, joignit les mains et l'assomma pour de bon.

"Vous êtes des imbéciles... tous les deux. Le monstre que vous cherchez est mort depuis plus de deux siècles."

Jacques lèva un sourcil. Le gauche, cette fois. En outre, il fit frétiller sa moustache.
Anna, plutôt discrète jusqu’à présent, gardant serrée contre son cœur la pauvre Lili amochée, était très impressionnée et observait cette démonstration capillaire avec intérêt.

Vaya, pour sa part, éclata de rire, et si ses acolytes au loin purent croire que sa réaction était ironique face à l’attitude du vieux Carter, mal leur en prit, car cela n’avait aucun rapport avec eux. Peut-être même ne l’avait elle pas vu, car même si elle laissait trainer une oreille, elle leur tournait le dos, prête à soigner la main du jeune homme. La tension et l'énervement se partageaient l'ironie de la situation et surtout, le comique involontaire de Dorian. Il était si.... rafraîchissant par moment, avec sa façon simple de voir les choses, qu'elle n'avait pu retenir un éclat de rire.
Elle attrapa par la suite sa main sans autre forme de procès et commença un garrot sommaire avec le lacet. Quelques tours au bout de la phalange restante et hop, un bon nœud. On voyait à peine ce qu’il en restait, le tout couvert dorénavant de lacet.

"ca devrait tenir le temps du retour comme ça »

" Tant que ça m'évite de perdre plus... "

"ouaip, c'est fragile à cet endroit, ça pisse le sang.... et ca évitera de faire une trace bien fraîche et visible pour nos poursuivants"


De son autre main (enfin dans une sorte d'acrobatie coude et main), Dorian déchira un bout de sa chemise pour s'essuyer le visage et grimaça en passant sur sa mâchoire. La rouquine lui prit ensuite le bout de chiffon et s’essuya à son tour les mains, qu’elle avait poisseuse de l’avoir soigné. Elle jeta un rapide coup d’œil sur la mâchoire, mais c’était à priori bénin, il serait bon pour un bon hématome. Il n’avait même pas perdu une dent !

" Je rêve d'avoir de la glace... "

"On en aura sur le bateau"

"Ouais..."

Dorian et Vaya se tournèrent alors pour écouter pleinement la conversation... Le pirate n'aimait quant à lui pas trop l'expression de Jacques. Et Vaya, même si son impatience de quitter les lieux était palpable, elle voulait bien faire un effort et croire que Slayn avait besoin et quelques mals à régler ses problèmes de passé avant de pouvoir tourner la page. Et elle se connaissait, son manque de tact lui aurait certainement valu d'empirer la situation. Elle préféra se faire spectatrice, se mordant la langue quand franchement, elle sentait la petite phrase de trop vouloir passer le barrage de ses lèvres rosées.


_________________


Connaissance (17) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 Médecine (6) : premiers soins 4 | traitements médicamenteux 2
Tir (pistolet) (5) : Base offensive 3 Précision 2 Corps à corps (poignard) (4) : Base offensive 3 | parade 1
Larcin (4) : Discrétion 4 Résistance aux poisons (1) : 1 Navigation (1) : Marin 1


Dernière édition par Vaya le Sam 24 Déc - 1:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Ven 23 Déc - 17:19

Face à la tournure inattendue des évènements, le ton changea et Jacques se montra enfin plus enclin à la conversation. L'ennui, c'est que régler en quelques minutes une histoire vieille de plusieurs siècles n'allait pas être chose aisée. C'est donc en toute légitimité que le vieil homme rétorqua:

"Explique-toi, Valentine. Assommer tes hommes ne suffira pas à me convaincre."

Se craquant les doigts, son geste d'utilité publique effectué, Slayn reprit alors

" Il n'y a rien à expliquer. Abraham Sullivan ici présent s'est chargé du No-life-king en lui infligeant la punition qu'il mérite. Il lui a rendu une âme. Chaque capes rouges qui apparaissent pour ressusciter les temps anciens sont une nouvelle insulte à sa victoire et à sa mémoire."


Évidemment, cette remarque eut du mal à passer. Ainsi Jacques ne réagit-il pas tout de suite, tellement ce qu'il venait d'entendre lui semblait absurde.

De son côté, Anna se disait que Slayn avait encore dut perdre quelqu’un et ne put s'empêcher d'intervenir


" En fait c’est mon serviteur. Nous sommes venu chercher les petites affaires qu’il avait oubliées ici et nous allons repartir à Clavinia. Quand à vous, j’aimerai que cette jeune fille rentre saine et sauve chez-elle. Vous nous avez attaqué pour rien et on aimerai bien être partits avant que les autres fanatiques arrive. "

Anna venait alors, par ses paroles de fournir un argument de poids au vampire pour légitimer ses dires. Effectivement, jamais le No-life-King n'aurait accepter de se soumettre à une simple mortelle à peine sortie de l'adolescence. Malheureusement, celui-ci ne saisit pas l'occasion, lui même trop pris dans sa propre vision des choses.
Le vampire s'approche alors du squelette d'Abraham et ajoute à l'intention du vieux Carter


"Ce que j'essaye de t'expliquer vieil homme, c'est que si je suis revenu ici, ce n'est pas pour reprendre mon règne. Je ne suis ici que pour venir en aide à ceux que j'aime, et ce trésor en est l'unique moyen.
Les fanatiques ne sont qu'un poisons qui rongent cette ile et qui aurait dû disparaitre avec moi... Je suis sincèrement désolé que ce malheur ait frappé votre famille."


Vaya qui ne manquait rien de cette conversation, ne put se retenir d'ironiser sur les excès chevaleresques du sanguin et regarda Dorian en haussant les épaules et en lui chuchotant......

"Alors là, si on se met pas tous à chialer !!"

Celle-ci se dirigea ensuite vers ledit trésor et en saisit une anse, pour jauger de son poids. Elle ne réussit même pas à le faire bouger d'un demi-centimètre. Il devait être bien rempli.... ou elle trop faible... mais du coup, il allait aussi être encombrant a transporter.

"Les gars, c'est plutôt lourd ce machin, faudrait pas trop trainer, car si on a de la route et qu'on traine, on va se faire rattraper."


De son côté, visiblement déçue par le manque de réaction de son serviteur Anna lança un regard noir à Slayn en constatant qu’il n'avait pas saisi la perche qu'elle lui avait tendue.

Mais déjà Jacques reprenant ses esprits et commençant à douter de ses idées toutes faites reprit :


"Attendez, vous voulez dire que vous n'avez plus rien à faire des Carpates ? Et c'est quoi, cette histoire de serviteur ?"

" Pas dans le sens où vous l'entendez... Et j'ai bel et bien fait serment de protéger et servir cette demoiselle. Mais c'est une longue histoire et j'ai bien peur que le temps nous soit compté à tous les deux en ces lieux.
Je vous prie donc de bien vouloir m'écouter et me croire sur parole."


Il se rapproche alors d'un mur tout au fond de la pièce avant de reprendre à l'attention du vieil homme

"J'aimerai que vous rameniez les restes d'Abraham Sullivan à sa famille pour qu'il ai enfin droit à une sépulture décente. Ramener son corps sera également la preuve que le No-Life-king est bel et bien mort. Les fanatiques devraient mourir par eux même après un tel coup dur..."


tandis qu'il parlait, il se mit à farfouiller le mur à la recherche d'une pierre bien précise. Un léger sourire se fit lorsqu'en époussetant l'une d'elle, un relief usé par le temps et évoquant vaguement une étoile se révéla sous ses doigts. Il posa alors la main dessus et appuya de toutes ses forces. La pierre s'enfonça alors et dans un grondement sinistre le mur s'ouvrit pour laisser place à une large ouverture. Tout le monde put voir alors derrière le vampire, une armure ornée d'une cape en lambeau. Une armure certes vieille, mais qui n'avait rien perdu de son aspect terrifiant, notamment le heaume dont la forme reprenait clairement la forme du crâne de démon qui ornait l'épée de Slayn et qui semblait observer toute l'assistance. Le vampire n'avait pas jugé utile de récupérer son bien lors de son premiers départ. Mais le problème "loup-garou" auquel il risquait d'être à nouveau confronté hors de l'île lui avait donné une idée qu'il espérait concrétiser plus tard. Il récupéra alors juste les deux manchons, laissant là le reste. ceux -ci avaient la particularité de posséder chacun une lame rétractable. Remettre les mécanismes à neuf, et remplacer les vieilles lames rouillée par des nouvelles en argent pouvait donc toujours être utile afin de surprendre un lycan. Même s'il allait probablement lui falloir pas mal de temps pour réapprendre à manipuler de tels engins, au moins, il n'aurait pas à revenir les récupérer plus tard. Il referma ensuite la cachette secrète.

Jacques restant toujours aussi flegmatique leva son sourcil droit.


"Si je comprends bien, vous allez quitter l'île. Je ne suis de toute façon pas en position de négocier, je crois donc ne pas avoir d'autre choix que de vous faire confiance.
Bon, je vais voir si je peux prendre ces reliques tout en portant Lili, ça va pas être facile. Je rapporterai tes paroles à mon neveu, qui dirige actuellement l'archipel : Sois certain de ne pas remettre les pieds dans les Carpates, tu n'y seras jamais le bienvenu pour nous."


Vaya profita alors de ce moment pour intervenir et prévenir le vieux Carter du contenu de la balle :

"il faudra l'emmener au doc Teurtruc votre copine... il y a de l'argent avec le plomb dans la plaie."

(Normalement c'est bon, même si j'ai changé un peu quelques phrases pour les rendre plus..."françaises"^^'
Je ne vois pas non plus de subtiles à mettre, mais il faudra que le dernier pense à mettre qu'on parcours un souterrain et qu'on rejoint bien le bateau)

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Sam 24 Déc - 0:31

Anna avait le visage fermé, elle regardait Slayn se déplacer avec aisance dans la pièce, tel le maître des lieux qu’il était. Elle se sentait mal, comme si elle avait un glaçon dans l’estomac, mais elle n’arrivait pas à savoir ce qu’elle ressentait. Elle sentait des larmes prêtes à lui monter au yeux mais qui restaient pourtant bien sagement à l’intérieur, bloquée par une sorte de… frustration ?

Si le reste de l’équipage prenait l’enchainement des évènements plutôt bien et avec beaucoup de flegme, ce n’était certainement pas le cas de la plus jeune.
Tout cela l’avait beaucoup remué. Elle avait été terrorisée par la puissance meurtrière qui se dégageait de la louve, elle avait ensuite échappé de peu à la mort, puis été ébranlée par la chute du Seigneur qui lui avait jusque là parut invincible. Ensuite tout avait été très rapide et très confus. Elle ne savait pas à quel moment elle avait pris la décision d’intervenir mais elle s’était très vite retrouvée perchée sur la louve armée de fourchettes argentée, à se débattre pour parvenir à immobiliser ses bras en évitant les coups et en ignorant les impacts qui ébranlaient sa queue de serpent. Ce n’en avait peut-être pas eu l’air de l’extérieur mais la force qu’avait tenté de contenir la naga avait eu de quoi la faire paniquer avant que Slayn ne parvienne à verrouiller la situation.
Ensuite c’était l’incompréhension, suite au coup de feu de Vaya, le corps de Lili s’était mis à rétrécir et Anna avait resserré ses anneaux pour garder le contact jusqu’à ce qu’elle se retrouve avec une jeune femme à moitié nue dans les bras. C’était peut-être l’adrénaline qui saturait ses veines qui lui avait donné la force de repousser la tentative de Vincent d’achever leur adversaire. Anna ne comprenait pas mais il était hors de question que l’on tue quelqu’un de vaincu et inoffensif directement contre elle. Si elle laissait faire c’était exactement comme si elle l’avait tuée elle même. Et des meurtres elle en avait déjà commis beaucoup trop ce soir.
Voilà tout ce que la jeune naga avait encaissé. Émotionellement l’addition commençait à être lourde.

C’est donc dans cette élan ou tout lui paraissait surréaliste qu’elle avait tenté de jouer un rôle très osé pour elle. Elle avait tenté de jouer la reine.
C’était loin d’être stupide, si Jacques avait été un rien obtus c’était une excellente manière de lui prouver que le Seigneur Valentine de maintenant n’avait rien en commun avec le Saigneur vampire sanglant des siècles précédents. En plus si Slayn avait saisit la perche, Jacques se serait retrouvé à s’opposer à une jeune fille de seize ans, ce qui n’aurait probablement pas manqué de lui faire reconsidérer la logique de sa position.
Mais voilà, Slayn n’avait pas saisit la perche. Pis encore il avait écarté la remarque d’Anna d’un simple revers et avait immédiatement repris la main. Et pour achever le tout, ça avait suffit.

Anna n’était pas vexée, elle se sentait juste ignorée, stupide et humiliée. Slayn n’avait clairement pas besoin d’elle et son attitude avait bien proprement ramené la naga sur terre. Un sceau d’eau glacée aurait probablement eu le même effet.

*Qu’est-ce que tu pensais coconne, t’avais qu’à te mêler de tes oignons.*
Eh ! J’ai rien fait moi…
*Je me parle à moi même petite voix, laisse moi tranquille.*

Anna déroula ses anneaux et tendis le corps de Lili, inconsciente, au vieil homme à la charismatique pilosité faciale. Elle maintint la jeune femme suspendue à son corps de serpent tout en le fixant dans les yeux jusqu’à ce qu’il prenne le relais.
Puis, sans un regard à Slayn, elle se dirigea vers le côté du coffre à l’opposée de Vaya, le saisi à l’aide de ses trois bras valide et en s’aidant d’un de ses anneaux et le souleva juste assez pour glisser une partie de sa queue dessous. Ainsi elle devrait sans mal pouvoir se charger de se côté là pourvu que Vaya ou Dorian ou les deux ne se charge de l’autre.

« Slayn, tu peux ramener le corps d’Abraham. »

Anna remarqua alors le regard stupéfait de Vaya qui restait béate devant cette démonstration. Elle se mordit alors la langue en réalisant que son comportement choquait la rouquine (sans se douter que c’était plutôt l’aisance avec laquelle elle venait de soulever un côté du coffre que Vaya ne parvenait pas à bouger une minute plus tôt, mais il faut tout de même reconnaître à Anna qu’elle n’en était pas à sa première démonstration de force de la soirée).
Elle se sentit soudain honteuse d’avoir dit cette phrase d’un ton aussi sec. Anna ne voulais pas être agressive envers Slayn, elle pensais simplement que c’était un acte qui comptait pour lui et que le vieil homme avait les mains déjà bien occupées par la jeune femme inconsciente.

Et elle baissa la tête en attendant que les deux autres se décide à l’aider en soulevant l’autre côté. Ce qu’ils firent avec difficulté pour Vaya et avec hésitation pour Dorian jusqu’à ce que son médecin traitant ne l’autorise à utiliser sa main abimée. Néanmoins l’équipée était prête à se mettre en route si aucun autre contretemps ne les en empêchait.
Et en parlant de contretemps…

"Si les forces de Libertad arrivent, elles vous aideront à suivre ma requête concernant Sullivan..."
Slayn termina de fixer ses manchons d’armure et se dirigea vers ses compagnons pour leur prêter main forte.
Anna rentra encore plus sa tête dans ses épaules et ferma les yeux en l’entendant ignorer superbement sa proposition. Le peu d’égo qu’elle avait réussit à reconstruire dernièrement était en train d’en prendre plein les dents.

*Stupide stupide stupide stupide !*
C’est pas finit, oui ?
*Non ! >.<*

Puis Slayn s’adressa directement à ses compagnons.
"Je connais un passage à l'extérieur qui mène directement à la côte.
Jacques Carter, sachez seulement que j'ai l'intention de vivre avec le poids de mes crimes."


*Mais… mais… Il vont rester ici ?*

Anna rouvrit les yeux pour les diriger vers Slayn puis vers Jacques et Lili. Elle imaginait déjà Slayn ouvrir un pan de mur pour les laisser passer et le refermer derrière lui en laissant le vieil homme et la femme-loup à la merci des fanatiques qui arrivaient. Pouvait-il seulement être aussi insensible ?

La naga laissa tombé violemment le coffre au sol, sans se préoccuper de Vaya qui accusait le choc. "outch"

Se plaçant au côté des Carpatiens, Anna affronta ses coéquipiers du regard. Elle était furieuse.
« J’ai dis que je voulais que cette jeune fille rentre chez elle saine et sauve, et ce sont les fanatiques qui arrivent au dernières nouvelles. Alors ils viennent avec nous dans le passage secret. On ne les laisse pas ici. »

Elle n’en menait pas large mais n’en démordrait pas : Jacques et Lili ne resteraient pas là.

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian
Au doigt et à l'œil
avatar

Messages : 236
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Sam 24 Déc - 0:38

Aux paroles franches et décidées de la Naga, la moustache de Jacques frémit. A quelques milliers de kilomètres, un chiot commença à pleurer...
Dorian se dit que la jeune femme était bien gentille mais qu'il y avait d'autre priorité. Alors qu'il réajustait sa prise sous le coffre qu'il portait désormais seul avec Slayn, le marin proposa une idée, tout juste sortie de son esprit. Pas le temps de vraiment y réfléchir, ni de la peaufiner ; si elle plaisait, il serait toujours temps de la travailler un peu plus. Leur soucis était l'arrivée imminente des fanatiques et leur raison de se pointer dans le coin s'appelait leur maitre Valentine...

"Anna, on a pas trop le temps de polémiquer... Le plus simple ne serait-il pas que Slayn les arrête en leur donnant une autre mission ? Ça laissera le temps à Jacques et Lili de sortir sans se faire voir. C'est encore leur chef à près tout... du moins à leurs yeux !"

Vaya donna en quelques instants les raisons pour lequel ce plan improvisé ne pourrait fonctionner. Celui qui l'avait annoncé se contenta de hausser les épaules. Au moins, il avait proposé quelque chose pour les sortir de la situation étrange dans laquelle ils se trouvaient. Et encore, la conversation avait commencé vraiment bizarrement et aurait pu très mal tourné s'ils s'étaient embrouillés davantage...
"Et il va leur donner quoi comme mission? Aller nettoyer l'île des bêtes sauvages?? Ça va pas être crédible et s'il veut se racheter une conscience c’est raté... S'il leur donne une mission de leur cru, ca va juste les entrainer un peu plus dans leur démence... Je pense aussi qu'il faut les emmener, on les débarquera ensuite depuis le Keltia.... si la louve n'est plus un danger pour nous bien sûr."

Jacques, quant à lui, se tourna d'abord vers Anna puis vers le rouquin, conscient de l'intérêt qu'on lui portait vis-à-vis de la situation actuelle : "Je vous remercie, jeune femme, et vous aussi, jeune homme. Et désolé pour votre doigt, vous ne m'avez guère laissé le choix."

" En même temps, j'ai commencé... drôle de situation ! Désolé qu'on en soit arrivé là Jacques... "
Oui les choses auraient pu être bien différentes si le pirate avait eu le temps de lui expliquer plus posément la situation. Car malgré son idéologie, l'aîné des Carter avait pris le temps d'écouter son ennemi et de le laisser s'expliquer. Comme il s'avérait que les intentions du vampire n'étaient pas contraires à ses propres idéaux, il le laissait tranquille, et ses compagnons avec lui. Autant dire que s'il avait su tout cela, Dorian aurait pris le temps d'expliquer les choses à Jacques avant d'entrer dans la crypte. Il aurait gardé sa phalange... Mais avec des "si ", Clavinia serait la première puissance mondiale et les pirates maitres du monde.
Les excuses prononcées étaient sincères ; il appréciait Jacques mais avait du faire passer l'équipage avant le reste. Il comprenait l'attitude d'Anna mais cette attente les mettait plus en danger que s'ils s'étaient contentés de partir une fois la conversation close. En les suivant naturellement par le passage secret dévoilé par l'ancien Maitre des lieux, Jacques aurait pu se mettre en sécurité tout seul, enfin Lili avec lui...

Anna se dirigea vers Jacques et avec sérieux, elle déclara : "Confiez-la moi."
Elle se retourna vers les autres et leur lança un regard de défi.
Ils viennent avec nous, si personne ne veut l’aider je le ferai, vous saurez porter le coffre à vous trois. "
On en arrivait là parce que Jacques devrait ramener le squelette qui trainait là pour prouver la mort de Slayn Valentine... Était-ce urgent à la seconde que celui-ci transporte ce cadavre maintenant ? Il pouvait se charger seul de Lili sans cela... Et Anna n'aurait pas laissé tomber le coffre pour se porter à son secours. Ouh là ! Était-ce à cause de sa mâchoire douloureuse, de sa main mutilée... ? mais Dorian avait tendance à imaginer des « si » depuis quelques minutes. Ça ne servait pas à grand chose, mais tout ne tient qu'à un fil, un tour de passe-passe, un lancer de dé : perdre un autre bout de soi le lui rappelait.

Face à cette crise d'autorité, Slayn baissa docilement le regard, soulevant plus fortement le coffre au trésor. Dorian dut faire de même, sentant des picotements monter de son doigt blessé.
"Bien, My Lady... Jacques... Ce sera moins lourd pour vous de porter les quelques os d'Abraham. Deux hommes ont pu transporter ce coffre. Une seule personne pour m'aider devrait suffire. Je préfère que Lili ne se réveille pas dans les bras de celui qui a tué son fiancé... "

"Soit, je vous remercie. Et dépêchons-nous, je crois que les fanatiques ne vont pas tarder à arriver."
Après un dernier regard méprisant pour son fils, Jacques emboîta donc le pas aux pirates.

Et les voilà partis dans un souterrain sombre dont le débouché serait au bord de côte. Sacré raccourci, d'autant que la pente moyenne suivant le dénivelé de l'île facilitait la marche du groupe. Chacun avait son « bien » à porter : Slayn et Dorian en tête portant conjointement le coffre, Anna avec Lili et pour finir Jacques et Vaya transportant les restes d'Abraham Sullivan. Ils se pressaient autant qu'ils pouvaient, prenant soin de leurs pas, surtout dans la partie la plus sombre du couloir. Cela pouvait sembler long quand les seuls bruits qu'ils percevaient étaient ceux de leurs propres pas et de leurs respirations. Au moins, personne ne les suivait, le passage ayant été refermé derrière leur dos. Une petite lueur à l'horizon qui devenait de plus en plus lumineuse... Le bout du tunnel, la délivrance, la fin de cette brève mais intense aventure. Oui brève, car quand on prenait le temps de compter le temps passé dans la région, cela revenait à un nombre d'heures assez faibles au regard de l'intensité des évènements passés. Un par un, ils foulèrent le sol plus meuble de la côte, prenant le temps de poser quelques instants leur charge respective. Il était temps de rentrer au Keltia...

_________________


Navigation (14) : Marin 6 ; Voile et vent 3 ; Orientation en mer 5
Poing (3) : Base offensive 3
Sabre (6) : Base offensive 3 ; Parade 2 ; Feinte et déplacement 1
Physique (3): Endurance 3
Connaissance (2) : Déchiffrage 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Ven 6 Jan - 0:52

Et voilà, l'épopée en Erbaön touchait donc à sa fin. Jacques Carter était resté silencieux pendant toute la traversée du tunnel, méditant sur les événements de la nuit : au départ, il avait pensé essayer de profiter d'une occasion, aussi infime fût-elle, pour frapper Slayn Valentine au cœur, s'assurant alors départ de ses terres. Il avait beau dire, que le tyran d'antan désire ainsi se racheter lui avait d'abord paru trop invraisemblable pour le croire. Même si les compagnons du No-Life King avaient dû tuer Jacques ensuite, il aurait au moins accompli son devoir et serait mort apaisé.

Et puis il avait vu de ses propres yeux le Vampire se plier à la volonté de la jeune fille-serpent et venir en aide à la Louve-Garou. Il avait certes fait preuve de mauvaise grâce au début, mais les faits étaient là : le sanguin avait accepté de secourir Lili Grâce.

C'est en fait à cet instant que Jacques avait réellement cru à la sincérité de son ennemi juré. Il sentait que cela n'allait pas être facile à expliquer aux siens, mais ça, c'était son affaire. Il ne pouvait plus justifier pour lui-même de faire ce pourquoi il était venu. Même en songeant à la mort de deux de ses compagnons, sa conscience refusait d'accomplir la mission pour laquelle il s'était battu si longtemps.

Utilisant des appâts pour détourner l'attention des monstres nocturnes, Jacques rejoignit donc l'île de Vampoulet en compagnie des pirates, puis alla aussitôt voir le doc Teurrêne, pour faire soigner Lili. Le doc, pas forcément ravi de se faire réveiller ainsi au milieu de la nuit, ne se dépêcha pas pour aller ouvrir la porte. Cela dit, une fois hors du lit, autant faire son travail correctement. Et ce travail, ça consistait aussi à aller réveiller le premier patient pour montrer aux étrangers qu'il allait bien.

C'est la raison pour laquelle Tarlynn put, à son réveil un tantinet moins doux qu'il n'aurait aimé, voir cet homme qui lui était inconnu penché au-dessus de lui :


« Hé ! Vous êtes avec les étrangers, vous, pas vrai ? J'ai besoin de vous ! Sortez de là ! »

Accessoirement, il s'agissait aussi de libérer le lit pour pouvoir soigner Lili Grâce. Oui, quand même, le doc savait ce qu'il avait à faire, mine de rien. D'autant mieux que Jacques lui expliqua rapidement ce qui avait causé la blessure de la jeune fille.

« Tu as bien fait de l'amener ici, mais ça risque de nuire à ta couverture. Avec elle, les gens d'ici comprendront que tu es plus qu'un simple cartographe... »

« Cela n'a plus d'importance, à présent. Les fantômes d'Erbaön appartiennent à présent au passé. »

Dubitatif, le doc Teurrêne leva le sourcil droit en entendant cette phrase. Pour toute réponse, Jacques lui adressa un sourire satisfait en levant son propre sourcil droit. Le deuxième sourcil du doc se haussa à son tour sous la surprise. Puis Jacques confirma, en haussant encore plus son sourcil droit. Les Keltiens, qui s'étaient jusque là préoccupés de l'état de leur capitaine, purent alors assister à une étrange danse de sourcils, dans laquelle toute une conversation semblait passer.

Cela étant, le cas de Lili requérait toute l'attention de Teurrêne et il demanda à tous les valides de quitter les lieux afin qu'il puisse travailler tranquillement. C'est plus ou moins à ce moment que les pirates purent être certains que Tarlynn était de toute évidence assez valide pour pouvoir repartir, ce qui signifiait qu'il était temps de prendre congé de Jacques et de rentrer à Clavinia...

Le vieux Carter, pourtant, ne semblait serein. Il savait qu'il allait tout raconter à son neveu, le maître de Libertad : il lui faisait confiance pour l'écouter et tâcher de comprendre, avec toute la sagesse dont il était capable, la décision de Jacques, mais la chose risquait tout de même d'être délicate. Heureusement, il rapportait aussi les restes d'Abraham, ça pèserait sans doute dans la balance.

Toutefois, et il le savait, même si ces reliques pouvaient lui assurer l'estime de ses supérieurs et du peuple, cela ne serait que du vent aux yeux de Lili Grâce : lui expliquer son choix une fois qu'elle serait remise serait des plus délicats. Quant à tenter de lui cacher la vérité, il était même inutile d'y songer, elle la découvrirait tôt ou tard. Il fallait donc se préparer à cette épreuve, pour laquelle il allait falloir choisir ses mots avec beaucoup de soin pour ménager la sensibilité de la demoiselle.

Ah oui ! Il y en avait un autre qu'il ne fallait pas oublier, dans tout ça ! Que ce soit en tant que père ou en tant qu'agent de Libertad, il allait devoir s'occuper de Vincent, aussi. Comme l'avaient dit les pirates, les rouges se dissoudraient sûrement d'eux-mêmes avec la disparition de leur idole, même s'ils ne s'en tireraient pas forcément à si bon compte pour autant... Mais Vincent était un cas particulier... Jacques ne savait pas encore ce qu'il allait faire de lui, au juste... Il trouverait bien le moment venu, il avait d'autres chats à fouetter dans un premier temps...

Finalement, c'était avec un air hésitant et dubitatif sur le visage que Jacques suivit sa moustache en direction de Libertad. L'avenir s'annonçait relativement calme, mais néanmoins incertain.




Pour les Keltiens aussi, l'avenir était incertain. Le voyage du retour promettait quelques coups de grains qui risquaient fort de les ralentir quelque peu. Ni les courants, ni les vents ne leur semblaient favorables. Ce qui n'était pas nécessairement de nature à rassurer les empoisonnés... Smith expliquait à qui voulait l'entendre que c'était toujours comme ça, quand on allait vers Clavinia. Les histoires des marins racontaient que la mer elle-même voulait empêcher les hommes de naviguer vers l'île maudite par la présence des pirates... Sûrement des bêtises, encore une fois... Mais que c'en fussent ou non, le
Keltia ne s'approchait pas plus vite de sa destination.

Pourtant, toutes les bonnes choses ayant une fin, le voyage parvint à son terme vers le milieu d'une après-midi houleuse. Et les Keltiens eurent l'heureuse surprise de constater en arrivant à quai qu'ils étaient attendus... Même s'ils ne le reconnurent pas tout de suite, l'homme qui s'était déplacé pour les recevoir était pourtant bien leur si agréable mécène, Arsène Hicques de la Manta Mère. Suite à une sombre histoire d'intoxication alimentaire ou un truc comme ça, le pauvre avait perdu beaucoup de poids, mais il s'en était plutôt bien remis et il fallait avouer que ça ne lui allait peut-être pas si mal, finalement... En tout cas, il n'était pas question pour lui de rater le retour des débiteurs prodigues.


« Ah ! Mes chers amis ! Enfin de retour ! Je vous souhaite la bienvenue à Clavinia après votre si long voyage ! Je suis si heureux de vous revoir que j'ai souhaité vous accueillir personnellement, mais vous m'excuserez si je ne m'éternise pas, j'ai d'autres choses à faire. Je tenais toutefois à vous signaler que mes gens vont s'occuper de récupérer eux-mêmes dans vos cales ce que vous me devez, tout en comptant que les intérêts ont bien évidemment dû courir quelques mois de plus que la dernière fois.
Quant au remède qui vous intéresse sans doute, je me suis arrangé pour vous le négocier pour un prix de onze livres et cinq pièces par fiole, j'espère que vous m'en serez reconnaissants.
Sur ce, je vous laisse, les affaires m'appellent. J'ai toutefois été ravi de pouvoir traiter avec vous, je souhaite ardemment que vous gardiez un aussi bon souvenir que moi de cette transaction. Et en cas de besoin, vous savez à qui vous adresser, bien sûr...
Je vous laisse donc aux mains de mon avoué qui saura gérer vos questions avec toute la compétence du monde. Je vous souhaite le bonjour. »


Et l'homme disparut presque aussitôt au milieu de ses gardes.

La bonne nouvelle, en tout cas, c'est que c'était fini et bien fini. Ils étaient enfin de retour sur l'île pirate... Et ils pouvaient même espérer, une fois toutes leurs affaires réglées, se partager quelques piécettes.





[Il s'agit donc de la fin, vous l'aurez compris (je suppose), de cette aventure, après quelques mois de bêtises en tous genres. J'espère que vous y avez pris du plaisir et que nous pourrons toujours compter sur vous lorsque la prochaine se profilera à l'horizon. Donc pas tout de suite, puisque vous allez d'abord pouvoir passer un peu de temps à Clavinia, en postant au rythme que vous voulez. Je vous rends donc votre liberté un moment et vous dis à bientôt !]

_________________
Crédit avatar : *deathtoll1912

On ne contrarie pas celui qui joue avec les fils auxquels tient votre vie…
…surtout quand il a une paire de ciseaux à la main.


Pour dialogue : MJ.Maynlie@hotmail.fr
(Veuillez prendre rendez-vous par mp.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: En pleine mer :: Terre en vue-
Sauter vers: