AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tarlynn, L'ombre

Aller en bas 
AuteurMessage
Tarlynn
Bandit manchot
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Tarlynn, L'ombre   Mer 4 Mai - 12:35

Prénom : Tarlynn

Nom : /

Surnom : l’ombre

Sexe :
Masculin

Age : indeterminé

Métier : pirate

Race : Tieflings

Physique :

Tarlynn est un Tieffelin de taille moyenne, il reste dans les normes de sa race tout en se fondant parfaitement parmi celle des humains. Tarlynn possède une puissante ossature et un corps d’athlète, souvent mit à rude épreuve. Sa peau mate aux reflets rougeoyants et au diapason de ses origines Tiefflings. Son visage est pourvut, comme tout bon tieflings, de cornes, celle-ci sont dans son cas de grandes taille, et de légères entaillent se sont creusées à mêmes celles-ci formant de magnifiques vrilles. Contrairement à la plupart des membres de sa race, Tarlynn possède de long cheveux blancs, ceux-ci relèvent assurément le teint bronzé de son visage. Les yeux du tieflings se fondent dans le teint de sa peau, d’un noir profond, ces derniers semblent dépourvus de cornées.
Pour cacher son apparence Tarlynn est généralement vêtu d’une longue bure et porte parfois un masque de carnaval blanc inexpressif et sans bouche.


Caractère :



Tarlynn est quelqu’un de très calme qui sait faire preuve de patience, une des grandes qualités de son peuple. Le tieflings n’aiment pas la foule et aime encore moins être mis en valeur en public, il préfère plutôt se fondre dans la masse, profitant de son savoir faire pour se faire le plus discret possible.
Très peu bavard, Tarlynn est une personne mystérieuse qui ne parle que très peu de son passé.
Ne faisant confiance qu’à lui-même il s’agit de quelqu’un de renfermé sur lui-même qui préfère rester dans l’ombre et observer le monde bouger à son rythme. Tarlynn est tout de même quelqu’un qui pense à son prochain et ce dernier essaye toujours de venir en aide aux personnes dans le besoin. Les années d’errances du Tieling l’on rendu un peu fou et il lui arrive souvent de confondre la réalité avec ses hallucinations, bien que celle-ci semble s’être calmé depuis son arrivée sur Clavinia.

Histoire :



L’histoire de Tarlynn remonte à il y a plusieurs années, il n’était alors qu’un jeune enfant insouciant. Son peuple vivait tranquillement, lui aussi insouciant de ce qui ce tramait sur « le continent ».

Tarlynn était né dans une famille de haut dignitaire, un père charismatique menant d‘une main de fer une école très réputée, pour ses soldats entrainés aux combats acrobatiques des tieflings, et d‘une mère qui s‘occupait des relations politiques de la ville. Le tiefling et sa sœur jumelle, Naelynn, furent tout deux considérés étrangement. Leurs cheveux étaient blancs comme la neige, contrairement à la plupart des Tieffelins aux cheveux rouges ou noirs, rappelant plus les couleurs infernales auxquelles la race était si souvent reportée. Les deux enfants furent regardés d’un mauvais œil, mais leur rang social leur valait de ne pas être trop rejeté de la société.
Vivant la vie au jour le jour les deux enfants étaient très proches et semblaient posséder un puissant lien fraternel, a tel point qu’il n’avait que très peu d’amis et passaient le plus clair de leur temps ensemble.
Leur vie était, hormis le fait qu’ils soient regardés d’un mauvais œil, banal. Ils passaient le plus clair de leur temps à étudier, puis passé le temps du travail ils rêvaient, comme la plupart des enfants, d’aventures de pirates, ces puissants hommes voguant sur les mer se faisant respecter et accumulant un énorme butin.

La même routine reprenait chaque jours, jusqu’à ce qu’ils fussent suffisamment âgés. Tarlynn devint matelot, son rêve d’enfant de devenir pirate lui avait échappé. Naelynn reprit, quand à elle, la boutique de la famille.

L’histoire commence réellement ici…
Le Tiefling n’était encore qu’un jeune enfant, il ne se préoccupait pas de son avenir et ne connaissait que peu de chose à propos de l’art ancestral des tiefflings.
Tarlynn était partit en mer, il faisait désormais partis d’un petit équipage. Le capitaine, un type sympa, ne lésinait pas à lui refiler les tâches ingrates à effectuer, mais pour le moment son métier de matelot consistait principalement à récurer le sol et à sortir les filets de pêche de la mer.
Ce jour là, la pêche fut infructueuse, le filet était presque vide. Le petit navire de pêche allait partir retenter sa chance ailleurs, quand du ciel sombre commença à tomber des trombes de pluies. La journée n’en était qu’a son milieu, pourtant il faisait presque noir comme en pleine nuit, le ciel s‘était assombrit très rapidement.

« Une tempête se prépare ! On rentre ! On ne pourra rien pêcher si la mer se déchaine… » hurla le capitaine alors que l’orage se mit à gronder, il braya ensuite des ordres techniques aux marins pour déployer la grand voile et se diriger vers le port de l’île.

La mer commençait à s’agiter. Tarlynn était balloté en tout sens, il n’aimait pas ça, il fut rapidement pris de nausée. Le tieffeling n’avait assurément pas le pied marin. Cette journée n’était définitivement pas la sienne, il avait hâte de rentrer, de se retrouver au chaud, de revoir sa sœur et de lui conter sa journée lamentable.

« Port en vue ! » Hurla l’un des marins.

Puis soudain dans un brouhaha d’incompréhension tout les marins sur ruèrent à l’avant du bateau. Tarlynn avait toujours la nausée, il s’était penché par-dessus la rambarde et observait la mer tout en se retenant de vomir. Il tourna la tête dans la direction des marins, il observait l’horizon, le port, la ville, l’île. Tarlynn ne voyait qu’une infime partie de l’île de là ou il était, jusqu’à ce qu’une énorme vague viennent secouer le navire. Il put alors apercevoir avec horreur que le centre de la ville et le port étaient en feu. Un gigantesque incendie.

Une détonation se fit soudainement entendre. Orage ? Non, c’était plus sourd… Un projectile vint soudainement percuter la surface de l’eau à quelques mètres du bateau, soulevant un énorme panache d’eau.

Les marins hurlèrent puis le capitaine de l’embarcation prit les initiatives en hurlant quelques ordres. Un éclair zébra le ciel, éclaira brièvement la mer loin devant eux. Deux immenses bâtiments venaient de surgirent d’un des flancs de l’île, des navires gouvernementaux à en juger par leurs apparences et leurs drapeaux. Ils avançaient à bonne allure dans leur direction, le petit navire de pêche n’était pas facilement repérable, mais il n’était pas non plus fait pour résister aux intempéries de la mer en furie…
Pourquoi le gouvernement en avait après eux ? Il avait entendu parler de l’annexion de petites îles autour du continent, mais il ne pensait pas que le gouvernement viendrait s’en prendre à eux…

Le petit navire de pêche semblait faire demi tour, se dirigeant vers les profondeurs abyssal de l’océan qui leur était pour la plupart inconnu. De nombreuses détonations retentirent, soulevant à chaque reprise de gigantesque panache d’eau à proximité du petit bateau.
Les marins rabattirent les voiles et se mirent à leur postes pour ramer, avec ce vent et la mer déchainée il serait dur de se déplacer…

Tarlynn jeta un œil évasif en direction de l’île, il pensa à sa famille, le peu d’amis qu’il avait… Mais que ce passait il ?

La nature se déchainait contre le petit navire de pêche, une énorme vague vint recouvrir le bateau. Tout les marins furent aspergés. Ils avaient tous ce goût amer en bouche, pas seulement l’eau de mer, la peur aussi, la peur les envahissait.
Le navire se mit à dériver vers un petit îlot voisin de leur île natale, mais celui-ci aussi était en feu, de nombreux navires gouvernementaux siégeaient autour de l’île.

C’était l’incompréhension la plus totale à bord du petit navire, mais que ce passait il ?

Ils finirent par se laisser porter vers une petite île de l’archipel, celle-ci ne semblait pas encore avoir souffert d’une attaque. Le navire de pêche était en piteuse état, pourtant de belle manufacture, l’eau avait emplie sa cale et son mat s’était brisé sous la force des vagues … Ils ne pouvaient plus s’en servir très longtemps, mieux valait appareiller sur cette île.

Le groupe mit pied à terre et se dépêcha de se diriger vers la dense forêt qui recouvrait la plupart de l’île. D’énormes bâtiments gouvernementaux encerclèrent l’île avant de faire feu sur le village. Un massacre. De là où ils étaient Tarlynn et ses compagnons pouvaient observer en contre bas de leur position le village qui subissait le courroux du gouvernement. Pourquoi ?
Les coups de feu cessèrent. Les imposants navires appareillèrent autour de l’île, faisant débarquer des hordes de soldats. Mais certain de ces soldats ce différenciaient énormément des autres, plus imposant, plus charismatique, plus… ailé ?
« Des anges » murmura le capitaine.
Des anges ? Tarlynn en avait entendu parler, jamais en bien, mais jusqu’à maintenant il ne s’agissait que d’une légende, il n’en avait jamais vu en vrai.
Le capitaine du petit groupe frémit en les remarquant, il dégaina sa dague et se prépara à les charger, mais l’un des marins le retint par le bras en secouant la tête.
Les créatures ailées s’envolèrent au dessus du village, faisant fis des projectiles qui leur étaient lancés et qui rebondissaient sur leur énorme armure de plate. Les anges levèrent haut leurs lames et tranchèrent d’un coup sec dans le vide, projetant de multiples boules de feu en direction du village.
Les hurlements et les bruits du combat étaient en parties masqués par le grondement de l’orage.
Tarlynn eu un pincement haut cœur, voir tout ses gens souffrir, il ne pouvait pas rester là et ne rien faire… Mais il ne pouvait pas non plus agir contre cette puissante armée…
Il pensa à sa sœur… Non ! Elle était surement encore en vie, elle avait surement trouver un moyen de survivre, Tarlynn en était convaincu.

L’armée se détacha en plusieurs patrouilles qui commencèrent à fouiller l’île à la recherche de renégats. Le petit groupe ne pouvait pas rester ici s’il ne voulait pas se faire repérer, ils cherchèrent à s’enfoncer plus profondément dans l’épaisse forêt, celle-ci empêchait les anges de les poursuivre par la voie aérienne.

Soudain deux anges leurs barrèrent la route. Bien qu’ils ne puissent pas voler pour repérer leurs proies, ils semblaient avoir préalablement anticipés les mouvements des teflings qui fuyaient la ville.
Les deux créatures raffermirent leurs prises sur la garde de leurs épées, un casque cachait leurs visages, mais Tarlynn ne doutait pas que s’il avait put les voir il aurait surement distingué sur ceux-ci un rictus sadique savourant déjà leur victoire.
Le capitaine des marins et la plupart du groupe foncèrent dans leur direction, ce dissimulant dans les ombres avant de resurgir pour porter un coup d’estoc, mais ceux-ci ne faisait qu’ébranler l’armure des anges.

Tarlynn et les deux autres marins, qui n’étaient pas partis au combat, s’enfuirent à toute jambe, profitant de cette diversion. Cette fois ci le tieffelin put entendre clairement des hurlements, ceux du capitaine et des marins… La peur avait totalement envahit le corps de Tarlynn, ce dernier pleurait à chaude larmes.

Les survivants se cachèrent du mieux qu’ils le purent, usant de leurs talents raciaux pour se dissimuler dans la nuit. Tarlynn ne dormit pas cette nuit, et la tempête ne cessa qu’au petit matin. Les forces gouvernementales avaient désertés l’île, laissant derrière eux cadavres et ruines…
Le reste du petit groupe descendit vers le village, il n’était pas les seuls survivants, une dizaine de tefillins, tout au plus, tentaient de fouiller les ruines à la recherche de leurs proches ou d’objets précieux à leur yeux.

Plus tard les survivants s’organisèrent pour se reconstruire, et pour essayer de sauver les quelques rescapés. Tarlynn ne pouvait pas rester ici, il avait besoin de savoir comment allait sa sœur, si sa famille allait bien… Et il n’était pas le seul dans ce cas. Un bateau fut appareillé pour faire une reconnaissance sur la grande île, l’île natale de Tarlynn.
Le voyage fut silencieux, ils étaient cinq à être partis en direction de l’île, cinq à espéraient retrouver leurs proches en vie.
Le navire accosta dans le port, du moins ce qu’il en restait… Tout n’était que cendre… le groupe avança silencieusement, des cendres volaient toujours… Une odeur de mort stagnait sur la ville… Il ne restait définitivement plus rien… Le groupe s’arrêta. Au centre de la grand place de la ville se tenait un immense monticule de corps calcinés. Horrible. Tarlynn ne put résister à la vue de cette vision cauchemardesque et déglutit le peu de chose qu’il avait mangé.
Le groupe fit le tour de la ville la mort dans l’âme. Tarlynn voulait hurler, il voulait appeler ses parents, sa sœur, mais aucun sons ne sortis de sa bouche. Il était complètement tétanisé, il pleurait à chaude larme. Il se sentait seul.
L’odeur entêtante des corps calcinés lui monta vite à la tête et lui donna la nausée. C’était un véritable massacre, il n’y avait aucun survivant…
Tarlynn hurla, il hurla de haine et de désespoir. Pourquoi la marine avait elle fait ça ?
Il ne semblait y avoir eu aucun survivant, c’était un véritable supplice que de chercher une âme vivante parmi toutes ces ruines.

Soudain, après quelques heures d’infructueuse recherches, l’un des membres du groupe remarqua que dans le port, parmi les carcasses des bateaux , il y en avait un qui manquait à l’appel…
Beaucoup de questions se posèrent, peut être qu’il y avait eu des survivants et qu’ils avaient fuis vers d’autres terre. Tarlynn retrouva espoir, peut être que sa famille se trouvait parmi eux…

Le groupe de survivant entama un voyage de retour vers l’îlot voisin de la grande île, embarquant avec eux le peu de choses qu’ils avaient pus sauver des flammes. Ils reviendraient plus tard pour enterrer conventionnellement les corps.

Les semaines qui suivirent furent très calmes. Certains n’avaient pas le courage de continuer à vivre ainsi et s’étaient ôtés la vie. D’autres essayaient de remonter le moral des survivants, chose difficile mais nécessaire s‘ils voulaient tous continuer à vivre et ne pas devenir fou...

Les tieflings montèrent une expédition pour partir explorer les autres îles Tieflings. Mais partout c’était la même chose, des morts, des morts, et encore des morts… Partout, il n’y avait que ça… Ils finirent tout de même par rencontrer certains survivants qui les suivirent augmentant légèrement la « nouvelle » population tieflings.

Les nuits dans le campement étaient horribles, il ne se passait pas une nuit sans que quelqu’un hurle après avoir fait un cauchemar. Tarlynn, lui-même, en faisait souvent, il revoyait les corps calcinés entassés les uns sur les autres, il voyait sa famille, la marine, les anges, … Cela l’avait surement marqué à vie.

Au long des mois qui suivirent une ville commença à se battir petit à petit, l’occupation permettait de se changer les idées, de penser à autres choses. Mais personnes n’avait réellement le moral, et personne n’avait réellement envie de vivre ici, trop de souvenir, d’attache, …

Au bout de quelques années de mutismes, la communauté tieflings commençait à se réveiller. Ils savaient désormais pourquoi le gouvernement les avaient attaquer et pourquoi les anges étaient avec eux. Et c’est un soir, en rentrant d’une journée de pêche, qu’autour du feu de camp le vieux Liysh proposa de se rebeller, de montrer au gouvernement ce qu’il advient de ceux qui osent s’en prendre aux tieflings et dans un hurlement de joie l’idée fut acceptée de tous. Il ne restait que deux navires en bon état, mais les tieflings se sentaient capable de changer le monde. Qu’est-ce que la haine et l’esprit de vengeance pouvaient rendre naïf…

Lorsque le premier équipage de pirate fut créé, tout le monde étaient excités, ils pensaient enfin tous à autres choses, ils avaient même trouvés le moyen de se venger. Tarlynn c’était porté volontaire pour monter à bord de l’équipage, il n’avait certes pas le pied marin, mais ses compétences et sa force pourrait bien être utile à quelque chose, et après tout il fallait mieux qu’ils soient nombreux s’ils voulaient faire quoi que ce soit contre le gouvernement.

Le navire fut largué à la mer, l’écumant à la recherche d’un quelconques indices qui pourrait mener jusqu’à la marine. L’océan était immense et chercher un navire dedans était aussi facile que de chercher une aiguille dans une botte de foin, sauf s’il n’y avait pas qu’une seule aiguille…
Le groupe de pirate finit par tomber sur un bâtiment du gouvernement, il était ancré dans la baie d’une petite île à quelques jours de l’île natale des tieflings. Les soldats semblaient avoir établis un campement sur la plage de l’île.
Les pirates ancrèrent leur bateau au large de l‘île, ils attendraient la nuit, ils seraient alors plus discret…
Lorsque celle-ci arriva, le petit bateau avait éteint toutes ses lumières pour éviter de se faire repérer et il approchait lentement, à la force de ses rames, vers l’imposant navire du gouvernement.
Les pirates ne s’en prirent qu’au navire, il y avait largement trop de soldat pour risquer de se faire repérer. Ils avaient réussis à récupérer un énorme butin et plusieurs autres objets, tous d’une valeur incommensurable aux yeux des tieflings. Avant de partir les pirates percèrent la coque de l’énorme bâtiment, celui-ci prit rapidement l’eau et commença à s’enfoncer dans les profondeurs des eaux. Mais c’est au moment où les pirates décidèrent de partir qu’une corne siffla sur la plage, ils avaient remarqués que leur navire était tombé à l’eau et ils étaient désormais impuissant.

Les pirates rentrèrent sur leur île et festoyèrent toute la nuit. Ça avait marché, ils avaient réussis à avoir un navire du gouvernement, ils pourraient continuer comme ça pendant un moment, ils finiraient par tous les avoirs !

Le lendemain les pirates quittèrent le village, en route pour de nouvelle aventure. Mais cette fois ci ils ne trouvèrent rien de fructueux, la chance ne pouvait pas tourner tout les jours… Ils se remirent en route vers le village, mais quelque chose les interpella. Il faisait encore jour, et un immense panache de fumé s’élevait de l’île.
Tout les membres de l’équipage déglutirent et blêmirent. Non, ce n’était pas possible… La peur les tiraillait. Ils arrivèrent aux abords de l’île, cette dernière étaient encerclés de navires gouvernementaux. Que… Comment était ce possible ? Comment avaient ils pus savoir ?
Des formes volatiles volaient dans les airs au dessus de l’île, celle-ci semblèrent avoir repéré le navire des pirates.
Ça n’était pas bon, pas bon du tout… Mais le temps que les navires se mettent à leur poursuite ils auraient eu le temps de disparaître depuis bien longtemps.

Les pseudos pirates finirent par échouer sur une île qui leur était jusqu’alors inconnue, leur bateau était en trop mauvais état pour pouvoir encore servir. Elle semblait déserte, une épaisse végétation en faisait le tour, elle n’était pas très grande, en quelque minute Tarlynn en avait fait le tour. Ils seraient surement en sécurité pour un moment sur cette île…
Les semaines qui suivirent furent atroces, un vrai supplice. Pourquoi avaient ils eu le droit de vivre ? Certains avaient répondus à la question en mettant fin à leur jours. Les autres devenaient fous.

Une nuit Tarlynn fit un rêve étrange, il voyait sa sœur à ses côtés, elle lui souriait alors qu’il y avait un immense tas de cadavre calciné à côté d’eux, le gouvernement avait été annihilé, il était seul désormais seul avec sa sœur. Son plus beau cauchemar. Il se réveilla peu après, une voix l’avait hélée, une voix féminine, sa sœur. Il ne rêvait plus. Non ! Ce n’était pas un rêve ! Sa sœur se tenait devant lui…
Il pleura de joie et courut dans sa direction, mais celle-ci s’éloignait à chacun de ses pas.
Tarlynn lui suppliait de revenir, mais elle finit par disparaître…

Les tieflings s’étaient réveillés et le regardaient d’un œil étrange.

« Quoi ?! Vous ne l’avez pas vus ? Vous n’avez pas vus ma sœur ? » leur hurla-t-il

« Tarlynn… Tu parlais tout seul… » essaya de le calmer l’un des tieflings.

Alors ça y est… Il avait des hallucinations…

Plusieurs années s’écoulèrent. La vie était dur, voir insoutenable. Ils n’avaient plus aucun espoir et plus aucunes raisons de vivre, mais ces tieflings se battaient quand même pour vivre.
Ils commencèrent à manquer de nourriture et un jeune Tieling fut retrouvé en train de manger le corps d’un des tieflings mort. celui-ci fut tué, et des tensions se créèrent entre tout les tieflings restants. Ils n’étaient plus que trois. Tarlynn n’avait tenu qu’uniquement grâce aux visions de sa sœur, il avait conscience qu’il s’agissait d’hallucinations et qu’elle le rendrait fou, mais la voir le réconforter, et lui intimait le sentiment qu’elle était toujours en vie.

Un jour, alors que le manque de nourriture se faisait grandement ressentir, un navire accosta. Les tieflings n’avaient même plus la force d’esquisser un geste de défense. Ils restèrent là allongé à regarder des hommes les emmener. Ce n’était pas des marines. Non, ils ressemblaient à la description qu’on lui avait fait des pirates.

Lorsqu’il se réveilla, Tarlynn était allongé sur une couche à l’intérieur d’une cabine, il était fermement enchaîné ce qui montrait bien que ses hôtes n’avaient qu’une confiance très limitée en lui. Qui étaient ils ?
Tarlynn hurla qu’on vienne le libérer, ce qui fut fait. Une jeune femme s’occupa de lui le reste du voyage et lui expliqua qui ils étaient et où il allaient.
Il s’agissait d’un groupe de pirate venus de Clavinia, ils étaient partis fouiller les îles que le gouvernement était susceptible d’avoir attaqué à la recherche de survivant. Ils retournaient désormais vers Clavinia.
La jeune femme lui posa une série de question, mais l’esprit de Tarlynn n’était plus très clair. Son âge ? Il ne le savait même plus lui-même, il n’avait plus aucune notion du temps, il en avait même oublié sa date de naissance… Mais il devait avoir pas loin d’une centaine d’année désormais.
La jeune femme lui apprit qu’il était le seul survivant, ses deux compagnons étaient morts pendant le voyage, et que lui-même n’était pas passé loin. Elle lui apprit aussi que dans son sommeil il avait parlé de sa sœur Naelynn, et qu’elle avait croisée une tieflinne de ce nom il y a plusieurs années de cela alors qu’elle se dirigeait vers Clavinia. Elle avait su redonner espoir à Tarlynn. Il ne se souvenait que de très peu de chose de son passé, le visage de ses parents, ses amis, son village, tout avait disparus sauf, sauf le visage de sa soeur...
Tarlynn avait était sauvé de justesse par … des humains… Il n’en avait jamais vus auparavant, du moins pas d’aussi près. Ils ne sont pas si différent que ça des tieflings au final, la peau rouge et les cornes en moins…
Le tiefling lui demanda comment il pourrait se racheter, qu’il avait une dette envers l’équipage de ce navire, et cette dernière lui proposa de rejoindre l’équipage, ce qu’il fit sans hésitation.

C’est ainsi que Tarlynn arriva sur Clavinia, dans l’équipage d’un petit groupe de pirates.




Compétences :


Communes :
Navigation - Marin : 1

Raciales :


Agilité : 2

Esprit calme : 2


Dernière édition par Tarlynn le Sam 4 Juin - 14:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Tarlynn, L'ombre   Mer 4 Mai - 15:02

Bonjour Tarlynn. :]

Et bienvenue à toi. ^^

Bon, pour commencer, faire autre chose qu'un humain est vraiment délicat. Donc ne prends pas mal le fait que je te propose de discuter de certains points de background.
A côté de ça, tu as un bon niveau d'écriture, donc il n'y aura rien à reprendre sur ce plan là. ^^

Faire un humanoïde est compliqué parce que premièrement, trouver un (bel) avatar, c'est une quête à s'en bouffer le bras (donc nous acceptons le tien), et deuxièmement, c'est toujours un peu ambigu au niveau du background. Par exemple, à ce sujet, je n'ai pas vraiment rédigé de chronologie tiefling, du coup, on ne peut pas nécessairement deviner quand ont commencés les répressions organisées (comme celles de ton histoire).

Toutefois, je pourrais citer :

Citation :
Comme chacun le sait, les Anges sont les seuls humanoïdes tolérés par le gouvernement et utilisés à des fins militaires. Ces derniers sont éduqués dans l’unique but de servir le gouvernement, mais malgré tout ce formatage, il y a une chose qu’on n’a pu leur retirer : leur haine vis-à-vis des Tieflings.
Le nombre croissant ainsi que la formation toujours plus intensive des Anges gouvernementaux ont résulté à un véritable carnage de la population Tiefling.

Citation :
416

Les rares humanoïdes sont déclarés hors-la-loi. Ils sont considérés comme des abominations

467

La censure raciale portant sur les humanoïdes ne s'applique plus aux anges. Ils sont désormais pris en charge par le Gouvernement et ont accès à certaines fonctions, principalement dans l'armée.

C'est plus à titre de jurisprudence que je suis allé tirer ça. En mettant ça en commun, on pourrait dire qu'une attaque organisée du genre de celle de ton histoire aurait pu arriver il y a un peu moins d'un siècle. Donc bon, vu que je souhaite que tu conserves la trame de ton histoire, je vais te proposer de :

- Considérer que l'attaque de ton île se passe pendant la non-déterminée phase où ils se font rayer de la carte. Tu n'auras pas à rentrer dans les détails pour expliquer le comment du pourquoi et d'autres détails qui mènent à de longues discutions... Mais tu pourrais conserver l'ossature de ton histoire.

(Cela me fait au passage aborder le sujet de ton âge, qui me parait vraiment léger. Toutefois, c'est entièrement de notre faute. Nous n'avons à aucun moment précisé qu'ils avaient une espérance de vie complexe et indéterminée au même titre que... de nombreuses races fantastiques. Comme les elfes. Tu pourrais garder l'apparence que tu as et l'âge que tu fais, sauf que tu aurais à faire un peu de remplissage d'histoire, vu que tu aurais plus d'un siècle).

Bon, continuons. Si tu optes pour ce choix, tu n'aurais que peu de changement. Tu aurais fait partie de la jeune génération, pas plus que ça habituée aux conflits avec les anges, qui aurait été vraiment surprise de voir débouler des "oiseaux" escortés de blancs aux cheveux bizarres.

Citation :
Il n’en a pas toujours été ainsi. Auparavant, les Tieflings vivaient sur leur île natale et s’adonnaient à la pratique de leur art ancestral dans la recherche du perfectionnement de leurs dons.
Ils vivaient dans une paix relative où les naissances n’étaient pas rares et la vie en communauté harmonieuse.
De nos jours, chaque Tiefling garde en lui ce souvenir lointain tel un paradis perdu depuis fort longtemps.

Je n'ai pas conceptualisé la race, du coup, je me contenterait de dire que "leur art ancestral" correspondrait à leurs compétences raciales, dans une certaine mesure. Tu n'aurais donc pas à t'imaginer quelque chose de bizarre avec des initiations et des sacrifices, et accorder au peuple Tiefling un mode de vie honnête et modeste.
Pour le côté "haut dignitaire", tu pourrais être le fils d'un chef (politique/charismatique/spirituel), ce qui dans tout les cas te permettrait rester sur les mêmes bases. A ce sujet, nous t'accordons ta belle couleur de cheveux. C'est original et la façon dont tu l'expliques est satisfaisante.

Après, il te resterait à meubler le reste. Tu aurais pu passer 100 ans à déprimer, à devenir fou, à rester sur l'île et à essayer de reconstruire. Ou alors tu serais parti sur une île lambda, avoir quelque vie "normale", te faire traquer ou non, passer 50 ans à fuir, devenir ermite pendant "quelques" années... puis te retrouver à Clavinia.
Tu pourrais aussi être né un peu plus tôt, n'avoir qu'une cinquantaine d'années, et que cette attaque du gouvernement soit celle sur une "petite colonie de réfugiés" sur une île lambda. Cela t'évites les parcours... longs et douteux.

- Sinon, tu pourrais tout revoir (au niveau de l'histoire), et partir sur une vie de fuite et une enfance clandestine.

Dans tous les cas, je serais à ton entière disposition pour n'importe quelle question, ou pour discuter de tel ou tel point. Dans la mesure où ton personnage crée plus ou moins un précédent, c'est tout à fait normal. ^^

Bon, pour finir, (comme si t'en avais pas eu assez jusque-là), les Tieflings ne sont pas si mal reçus que ça à Clavinia. Bon, comme toutes les minorités oppressés, on est un peu méfiants, mais personne n'ira t'attaquer ouvertement.
Vu qu'il n'y a pas vraiment quelqu'un auprès de qui se plaindre à Clavinia, il n'y a pas vraiment de concurrence victimaire (du genre "nan va-y enfoiré, c'est moi le plus malheureux, va mourir"). Il y a plutôt une relative forme de solidarité (autant qu'une société libérale puisse le permettre). Donc tu pourrais trouver du travail, te faire quelques relations.

Donc voilà, tu pourras arriver comme n'importe qui, sans être obligé de finir tire-laine. ^^ Mais si le risque t'attires tant, tu pourrais quand même essayer cette voie... personne ne t'en empêche. :)

Bref, il reste encore les compétences, où tu n'as théoriquement que 5 points à placer (et non 6), mais la V2 du système ne sera posté que d'ici un jour ou deux. Donc pas la peine de changer de suite.

~~~

Puisses-tu ne pas te décourager, je m'en voudrais pas mal.

En espérant que tu trouves un peu de motivation et de temps pour changer ces quelques points. Pour t'inspirer, tu peux toujours aller lire la fiche de notre Grand Pirate Tiefling ici.

Bonne journée. ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarlynn
Bandit manchot
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Tarlynn, L'ombre   Mer 4 Mai - 21:38

Citation :
Bon, pour commencer, faire autre chose qu'un humain est vraiment délicat. Donc ne prends pas mal le fait que je te propose de discuter de certains points de background.

J'aime la difficulté... enfin en général, quand je suis motivé xD

A propos de l'âge du personnage je n'avais aucune idée réelle de leur longévité alors au cas où j'ai penser qu'il devait avoir approximativement le même âge qu'un humain... Mais j'avais tort xD (J'aurais dû me fier à mes bouquins de med-fan)

Citation :
Je n'ai pas conceptualisé la race, du coup, je me contenterait de dire que "leur art ancestral" correspondrait à leurs compétences raciales, dans une certaine mesure. Tu n'aurais donc pas à t'imaginer quelque chose de bizarre avec des initiations et des sacrifices, et accorder au peuple Tiefling un mode de vie honnête et modeste.

Non je n'avais même pas pensé à des sacrifices ou des trucs dans le genre, je suis partis sur l'idée qu'ils vivaient comme tout le monde, et que leurs dons variaient en fonction de leur environnement, bien que je pensais qu'ils possédaient tout de même une sorte d'école/académie dans laquelle les tieflings apprenaient à manifester leurs talents, tout en apprenant, pour les plus robustes, l'art du combat propre aux tieflings.


Pour ce qui est de reprendre l'histoire ...
L'idée de faire un personnage d'un siècle ou plus me plait bien, un personnage un peu fou sur les bords, une espèce d'ermite qui voyage en permanence et qui ne fait confiance à personne. Par contre le fait qu'il ait plus de cent ans d'expérience me dérangerait niveau compétences... Il aurait vécu plus de cent ans, mais n'aurait pas amélioré ses talents. Peut être qu'il était trop jeune lors de l'attaque des anges, jeune au point de ne pas avoir réellement découvert ses propres capacités et sans avoir de réelle idée de quoi il peut être capable.

L'idée qu'il n'ait qu'une cinquantaine d'année et que l'attaque ai eu lieu sur une petite colonie recluse dans son coin paraitrait plus simple avec l'histoire actuelle. Coupé du reste du monde, personne n'avait conscience de leur existence.

Ensuite pour l'idée de faire vivre au personnage une enfance clandestine et une vie de fuite permanente me plait aussi (oui j'aime tout... mais il va bien falloir que je me décide ^^') et puis ça collerait plus avec le fait qu'il puisse être un voleur de bas étage, peu être même un homme de main d'un petit paria de la pègre, même si l'idée de faire un nuisible des nuisibles ne me plait pas trop...

compliqué huhu... Mais je pense que je testerais la première solution, si personne ni voit d'inconvénient, ça me permettra de m'imprégner un peu plus du personnage et de l'élaborer un peu plus (en essayant de ne pas trop partir dans des plan foireux et des voyages longs et douteux ...)

Pour finir la réaction des habitants de Clavinia lorsque les tieflings débarquent était, je l'admet, un peu abusé. Sur ce point je dois avouer que j'avais du oublier le fait que Clavinia représentait la résistance (et que toutes les races devaient "s'entendre") et j'avais peu être pris la récompense élevé contre leur délation, comme une tête mise à prix ^^'

Les compétences... oups j'ai du me tromper quelque part effectivement oO (je ne sais pas compter ^^) désolé.


Bon sur ce je m'en vais de ce pas modifier ma fiche ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tarlynn
Bandit manchot
avatar

Messages : 39
Date d'inscription : 04/05/2011

MessageSujet: Re: Tarlynn, L'ombre   Ven 6 Mai - 3:24

voilà j'ai essayé quelque chose... Bon vu l'heure huhuhu... Si ça part un peu trop loin ou qu'il y a des incohérences, je m'en excuses ^^'

En espérant avoir fait un deuxième jet qui convient un peu mieux ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Tarlynn, L'ombre   Ven 6 Mai - 15:31

Bonjour Tarlynn. :]

Ben écoute, je crois que c'est bon. pirat

Au niveau des modifications, tu as fait les bons choix. ^^ Tu as réussi à négocier une cohérence vis-à-vis de l'histoire du monde, et à côté de ça, tu as réussi à donner une profondeur à ton personnage. Donc bon, il part avec pas mal d'objectifs, de choses à faire... suffisamment pour le rendre intéressant à jouer. ^^

En tout cas, je te remercie d'avoir trouvé le temps et la motivation de retravailler ta fiche. ^^

Bref, je ne te fais pas plus attendre !

[Fiche validée !
Tu peux à présent poster dans les parties RP du forum et commencer à jouer.
Et maintenant, il est temps de voir comment tu vas t'en sortir dans notre univers...
Place à tes aventures !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tarlynn, L'ombre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tarlynn, L'ombre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Administration :: Registre :: Fiches validées-
Sauter vers: