AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Lun 10 Oct - 0:27

Bon sang... Perdre un temps précieux contre deux blaireau chtarbés, c'était quand même la honte. Visiblement, quand on voulait faire raffiné, ces bestioles avaient un mal fou à mourir.

Heureusement, à la seconde même où il se prit un blaireau furieux en pleine poire, Slayn avait décidé qu'il était grand temps d'arrêter de changer d'approche. Et vite de préférence car les deux blaireaux qui le ceinturaient s'approchaient eux aussi. Prudemment certes, mais sûrement.

Non, le problème était tout autre et Slayn s'en rendait compte à présent en manipulant son épée. Malgré les entrainements à bord du Kaeltia, il n'avait plus du tout la force nécessaire pour la manier correctement avec agilité, notamment d'une seule main. Bref, sa force actuelle ne correspondait plus du tout à sa technique. Il fallait tout reprendre depuis les bases... Ou en plus clair : Laisser tomber le panache, privilégier la simplicité et laisser parler l'instinct.

Poussant un soupir de dépit face à cette illumination qui entamait sérieusement son égo. Il effectua une reptation du bassin et des jambes pour se redresser d'un coup, épée en mains, au pluriel, il fallait le souligner. Les deux animaux semblèrent surpris de ce soubresaut. Tant mieux.


* Pffff... Bon pas de panique... pense à rien envoie la sauce...

...*


Visiblement plus serein, et fixant tour à tour les deux blaireaux, le vampire commença à fléchir lentement les genoux tandis que sa prise sur le pommeau de sa lame se resserrait et qu'il commençait à brandir son arme. Il laissait ses deux adversaires s'approcher de sa zone d'action. Tout allait se jouer sur ce coup. Lorsqu'il jugea le moment opportun, il lança alors sa frappe tel un couperet. Il allait effectuer une attaque proche du sol.

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaya
Docteur Frankenstein en herbe
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 14/04/2011
Localisation : 21-France

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Lun 10 Oct - 17:12

Vaya était encore essoufflée et en sueur de cette lutte en espace réduit. Telle la cavalerie fidèle à sa réputation, deux keltiens arrivèrent et forcèrent sa porte pour lui porter secours, à la bourre. Ils faillirent trébucher sur le corps gisant de l’intrus tandis qu’elle se laissait choir sur son lit, en soufflant enfin.

« On n’est jamais tranquille. Comment est-ce qu’il est entré celui-là ? »

Elle grommela quelque chose, l'air pas commode, du genre, "on se fait attaqué jusque dans sa propre cabine..."

« bah c’est que la ronde est réduite de nuit et à quai, m’dame. »

« ouais, bah augmentez-les c’est pas comme ci on était à proximité de l’île des vampires… On ne sait jamais, si vous tenez à vos fesses… »


Les deux hommes se regardèrent, un instant médusés avant d’enfin réagir.

« Et celui-là ? On en fait quoi ? »

En voila une excellente question. Qu’en faire ? Est-ce qu’il faisait parti du village ? Auquel cas ce serait peut-être mal vu par les locaux d’avoir tué un des leurs, malgré son hostilité évidente. Ou bien passer sous couvert cet événement ? Cela dit s’il était inconnu même de ces gens là, il ne manquerait à personne…

« Allez le mettre dans la glace ou le sel, suivant ce qu’il nous reste. On va le conserver le temps que tout se calme. J’irai prévenir au village, et si personne ne réclame le corps, ma fois, on pourra toujours le balancer aux poissons quand on sera en pleine mer. »

Elle se pinça l’arrête du nez en soupirant, le mal de crâne commençait à poindre. Du repos, elle en aurait besoin avant demain matin. Et il ne devait lui restait que quelques heures avant que l’aube ne dévoile ses premiers rayons matinaux.

Les deux gaillards saisirent le type ensanglanté et le trainèrent hors de la cabine suivant les instructions de Vaya. Celle-ci entreprit de remettre un peu d’ordre dans ce capharnaüm. Chaise renversée, oreiller, bougie… elle retrouva son sac et revérifia ce qu’il manquait. Le sac d’herbes était tombé par exemple, et les balles avaient roulé quand elle avait tout jeté au visage du bonhomme. Elle rechargea son arme et la rangea pour de bon. Aucun flacon et aucune fiole ne s’était brisés, c’était déjà ça. Elle empila une série de vêtement pour son réveil et son départ. Puis, après avoir barricadé toutes ouvertures possibles et enrayé les intrusions éventuelles, elle alla se coucher et s’endormit comme une masse, la main sous l’oreiller, les doigts serrés sur le manche de son couteau de cuisine.

_________________


Connaissance (17) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 Médecine (6) : premiers soins 4 | traitements médicamenteux 2
Tir (pistolet) (5) : Base offensive 3 Précision 2 Corps à corps (poignard) (4) : Base offensive 3 | parade 1
Larcin (4) : Discrétion 4 Résistance aux poisons (1) : 1 Navigation (1) : Marin 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Mar 11 Oct - 6:15

[Pique-nique en mer]

Au milieu de l'eau, la bataille navale faisait rage. Mais il faut avouer qu'un des deux camps n'avait pas vraiment respecté les règles et avait placé beaucoup trop de bateaux sur sa grille de jeu. Alors que Dorian et le marin envoyé par Vaya s'évertuaient à couler des torpilleurs et même un ou deux sous-marins, ils n'avaient malheureusement pas été capable d'arrêter les salves ennemies qui venaient de cibler leur croiseur.

Oui, Tarlynn est désormais un croiseur... Faut dire que les Tieflings ont tendance à se cacher facilement dans l'ombre, ce qui fait qu'on peut souvent en croiser sans le savoir.

En tout cas, Dorian se rendait bien compte de la grande difficulté qu'il y avait à se battre dans sa situation : sur une chaloupe, avec des ennemis se trouvant dans l'eau et apparaissant à des endroits plus ou moins aléatoires pour l'attaquer. Il ne pouvait pas continuer comme ça, il fallait faire quelque chose, vite ! Il décida donc de réfléchir.

Ce qui ne veut pas dire qu'il s'était posé là tranquillement, hein, ça veut juste dire qu'il avait songé à ce qui intéressait réellement les ennemis en question. Et il en déduisit qu'il pouvait sauver leurs vies en leur donnant à manger. Oui, ces poissons étaient probablement des poissons-chats : ils étaient donc extrêmement câlins uniquement parce qu'ils avaient faim. Le truc, c'est que les caresses de ces poissons-là n'étaient pas vraiment appréciées. Dommage. Il fallait donc y mettre fin au plus vite.

Une petite réserve de nourriture se trouvait heureusement sur la barque. Elle avait pour nom « bras gauche de Tarlynn » : le capitaine s'était donc dépêché de la jeter aux poissons. Finement joué.

Cela dit, si cela suffisait pour que le grand monstre les laisse tranquille, cela n'avait pas encore suffi pour les autres poissons : Dorian ramassa donc son arme qui trainait au fond de la barque afin d'en empaler quelques-uns. Cette brochette de poisson et surtout le sang qui s'écoulait firent heureusement une diversion raisonnable : le repas était servi pour la poiscaille.

Une fois à l'écart de la zone de dangers, au moment de débarquer, le borgne prit finalement le temps de jeter un œil vers son capitaine : celui-ci s'était servi de sa veste pour limiter sa perte de sang, mais n'en menait pas large. Le faire soigner ne serait sans doute pas une mauvaise idée... N'a-Qu'un-Œil emmena donc au plus vite N'a-Qu'un-Bras voir la doc de l'équipage.





[Une histoire de corps au saloir]

Le médecin de bord, justement, avait choisi de garder des réserves de viande pour le voyage retour. Ce n'était pas une mauvaise idée, tant qu'aucun vieux barbu ne venait manger à leur table (ce qui paraît réalisable, comme condition).

Vaya avait malheureusement été un peu pressée par le temps en écrivant sa subtile et avait donc du coup totalement oublié son pauvre capitaine. Ah ben c'est du joli ! Bravo, la doc, tiens !

Le MJ n'étant (quoi qu'on en dise) pas qu'un salaud, il admit toutefois qu'elle avait fait son possible pour venir en aide au manchot, qui serait à présent plus que le seul maître à bord, un véritable empereur. Il fut finalement décidé de faire examiner le blessé par un médecin plus expérimenté, si bien que Tartine fut emmené chez le Doc Teurrêne.

Alors que Vaya était partie à son rencard matinal, ce ne fut que bien plus tard que Terrine fut réveillé par un inconnu penché sur son lit :


« Hé ! Vous êtes avec les étrangers, vous, pas vrai ? J'ai besoin de vous ! Sortez de là ! »




[Un bon petit-déjeuner équilibré pour bien commencer la journée...]

Anna était donc aux prises avec un animal indigène qui avait assez faim de si bon matin, et qui semblait ravi de voir qu'on lui apportait un peu de nourriture, que la Naga entendait bien garder pour ses compagnons.

Alors qu'elle voulait d'abord simplement l'ignorer, trouvant visiblement bien plus de courage que lors de leur précédent affrontement (mais c'est vrai qu'il aboyait un peu moins maintenant, sachant qu'il n'avait pas intérêt à réveiller son maître), le chien était quant à lui bien décidé à la suivre pour obtenir sa récompense : mettant alors ses paquets hors de portée du sale cabot, elle entendait bien poursuivre son chemin.

Le chien osa alors un aboiement, mais là encore, Anna avait la parade : se bouchant les oreilles de deux mains, elle pouvait tout de même continuer de porter ses paquets... Elle en profita d'ailleurs pour passer à l'offensive et repousser l'animal de sa queue. Se sentant agressé, le chien changea donc de tactique et décida de se servir lui-même : prenant de la hauteur en sautant sur une fenêtre, il attaque directement le sac que portait Anna, lequel sac se déchira sous le poids du clébard...

En désespoir de cause, Anna se résolut à lui fournir ce qu'il voulait : une panse de brebis farcie. Elle se disait qu'elle pourrait de toute façon s'en passer, même si ses compagnons avaient faim, puisqu'elle n'avait pas vraiment le même rythme physiologique qu'eux.

Il était temps de rejoindre le point de rendez-vous.





[Promenons-nous dans les bois...]

Plus tôt dans la nuit, Slayn Valentine avait décidé qu'il était temps de se montrer plus dangereux que les blaireaux. Alors qu'ils s'approchaient à une distance correcte, il effectua un large coup de taille au ras du sol, afin de forcer ses ennemis à quitter le sol. Et... cela fonctionna, puisqu'ils lui sautèrent tous les dessus. Et... c'était exactement ce qu'il avait prévu.

Se concentrant d'abord sur un seul des deux blaireaux, il l'attrapa sous la gorge, afin de l'écraser au sol de tout son poids. Pas qu'il fût particulièrement lourd, mais l'on conviendra que si on compte sa force respectable, Slayn Valentine était tout-à-fait capable de briser quelques cervicales par un tel mouvement.

Toutefois, le deuxième blaireau avait pu en profiter pour atterrir sur le dos du Vampire, lequel dos commença à se faire un peu lacérer. Oui, ça faisait mal, mais pour un Vampire, c'était tout de même beaucoup moins grave que pour un Humain. De sa deuxième main, Slayn attrapa alors l'animal par-dessus son épaule : dans cette position, le blaireau n'avait plus aucune chance face aux crocs du sanguin, qui avait, paraît-il, envie de lui expliquer qui se trouvait au sommet de la chaîne alimentaire (même si l'on peut déplorer un petit oubli dans ce cours).

Reprenant quelques forces grâce au sang des deux animaux d'Erbaön, le Vampire chercha alors à se repérer pour savoir dans quelle direction il devrait continuer ses pérégrinations. Au loin, il entendait quelques cris, qui n'avaient rien d'animal. Dans une toute autre direction, le martèlement d'une course ponctuée de bruits de feuilles, comme si quelqu'un courait bêtement à travers les branchages. Quant à retrouver où se trouvait son château, il ne le savait pas encore...





[Indigestion]

Alors que leur capitaine, blessé, était pris en charge par le médecin du village, la petite troupe formée par Dorian, Vaya et Anna avait retrouvé Vincent Carter devant chez lui, tout le monde s'étant plus ou moins bien préparé pour l'expédition qui les attendait. À ce propos, Anna insista d'ailleurs pour refaire un passage au Keltia, histoire de prendre des couvertures et de quoi se protéger contre l'humidité.

De toute façon, cela ne leur faisait pas un gros détour, vu qu'ils devaient passer par le port pour partir... Empruntant donc une simple barque, le petit groupe entreprit de faire la traversée pour rejoindre Erbaön, l'île maudite.

Une fois arrivés sur place, alors qu'ils exploraient d'abord prudemment les environs, ils eurent tout de même la surprise de constater qu'ils n'étaient pas les premiers sur place... Une petite dizaine de capes rouge sombre les entourèrent bientôt, limitant beaucoup les possibilités de fuite.


« Ne les tuez pas ! Le maître les voudra vivants ! »

« Des fanatiques ! Père avait donc raison, ils existent encore ! »




[Bon, ben... Voilà, il est tard, mais j'ai enfin terminé, je crois.

Tarlynn : Suite à ton MP, je te considère donc absent jusqu'à ce que tu aies une connexion internet stable chez toi. Du coup, je t'ai un peu sorti de l'action, tu peux revenir dès que tu en as le temps.

Slayn : Tu as plusieurs choix. Du coup, n'hésite pas à me demander les conséquences de celui que tu feras, histoire de ne pas perdre un tour bêtement sur une direction à prendre.

Vaya, Dorian et Anna : Pas grand-chose à dire pour le moment, vous voilà en situation d'embuscade. Amusez-vous bien ! Ne vous inquiétez pas pour Vincent, je le jouerai moi-même.]

_________________
Crédit avatar : *deathtoll1912

On ne contrarie pas celui qui joue avec les fils auxquels tient votre vie…
…surtout quand il a une paire de ciseaux à la main.


Pour dialogue : MJ.Maynlie@hotmail.fr
(Veuillez prendre rendez-vous par mp.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Mer 12 Oct - 15:23

Les chiens sont de vraies plaies.

Ça court après les balles, ça fait du bruit, ça poursuit les jeunes filles et les belles voitures, ça urine partout et ça demande tout le temps à manger. Manquerait plus qu’ils boivent de la bière et ce serait le pompon.

Bref, un de ces loubards à poils longs avait racketté la pauvre naga qui n’avait pourtant rien demandé d’autre que d’aller à l’aventure tranquillement.
*Je m’en suis bien sortie, non ?*
T’y a quand même laissé un bon morceau de barbaque.
*Oui mais c’est pas grave, c’était le mien.*
Ça commence par le goûter et on sait tous où ça se termine…
*Heu… non ?*
Bon d’accord, t’étais encore jamais passée par l’étape goûter.

Néanmoins malgré ses difficultés matinales Anna fut la première à rejoindre Vincent au rendez-vous. Elle se demanda un moment ce que faisait Vaya, ne sachant pas que celle-ci faisait des pieds et des mains et se battait à bras raccourcis pour sauver Tarlynn. Heureusement elle pris le problème à bras le corps et décida qu’on emmène à bout de bras le capitaine chez le doc Teurène, qui bien sûr les accueillis à bras-ouverts.
Quand enfin les deux retardataires arrivèrent, la serpentine ne put que constater avec effarement que les deux oiseaux allaient sur Erbaön sans quelque chose qui lui semblait essentiel : des couvertures, de la toile cirée pour s’isoler de l’humidité… Pour un peu, les bras lui en seraient tombés. Elle semblait être la seule à être préoccupée par la perspective d’affronter le froid de la nuit.

Quand à Talynn…
*Le pauvre ! Et on va le laisser tout seul…*
De toute façon il est dans les bras de Morphée.
*C’est pas une raison. Tu crois que ça va repousser ?*
Je mets ma main à couper que non.
*Tu utilises de drôles d’expressions…*
Ahem… bon, en route ?

Et ce n’était visiblement pas le froid que nos aventuriers en herbe devraient affronter en premier. De belles capes rouges surgirent soudain pour les entourer.

« Ne les tuez pas ! Le maître les voudra vivants ! »

« Des fanatiques ! Père avait donc raison, ils existent encore ! »

Anna n’en menait pas large. Cependant, les paroles prononcées étaient en un sens un peu… "rassurantes". Peut-être qu’ils voudraient bien se montrer un petit peu délicats avec leurs otages. La naga avaient déjà eu quelques expériences de comportements agressifs, il était peut-être toujours possible de désamorcer la situation, non ?
La serpentine s’écarta de ses compagnons rassemblés dos à dos comme un noyau solidaire au centre du cercle menaçant. Elle s’avança de quelques mètres en direction de celui qui avait parlé, les mains paumes vers l’avant en signe d’apaisement. Et décida donc d’engager la conversation sous les yeux médusés de pas mal des présents.
La petite voix s’en serait presque retrouvée sans elle-même, tiens.

« Euh, bonjour… Est-ce qu- »

Et les capes rouges passèrent à l’attaque.
Réponse à la question précédente : non, nada, niet. Raté, fail, échec.
*Maiiiis ! °(>o<)°*
Bon, aller hop Anna, on passe au plan B.
*C’est quoi le plan B ?*
Tu tapes et tu poses les questions après.
*Je sais pas faire ça moi ! °(>o<)°*
Bah apprend vite.

Leçon numéro 1 : la disparition.
À trois.

TROIS !

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaya
Docteur Frankenstein en herbe
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 14/04/2011
Localisation : 21-France

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Sam 15 Oct - 19:24

Vaya trouvait enfin le temps de se reposer, plongeant avec avidité dans les douceurs de la nuit. Mais son repos fut malheureusement de courte durée. Déjà elle entendait les jurons des marins courant une nouvelle fois à travers la coursive. Elle grommela en se retourna sur sa couchette, mais rien n’y fit, elle était réveillée. Et la curiosité prit le pas sur sa fatigue. D’un bond motivé elle se releva donc et s’habilla définitivement. Elle réfléchissait à la tenue la plus adaptée à son expédition et c’est naturellement qu’elle opta pour un corsaire et des bottes en cuir montant jusqu’aux genoux. Une grosse ceinture et quelques liens lui permirent d’accrocher tout ce qui pouvait lui être utile rapidement, son couteau, son arme à feu. Vêtue de plusieurs épaisseurs superposées plus ou moins pour le haut, elle passa ensuite une veste épaisse doublée et s’en fut sur le pont qui baignait dans la fraîcheur des minutes précédant l’aube.

Appuyée au bastingage, elle fronça les sourcils pour voir qui pouvait arriver en chaloupe en faisant autant de raffut. Lorsqu’elle reconnut les 3 marins, elle se réjouit. Mais sa joie retomba bien vite. Il en manquait un à l’appel, et vu l’état du Capitaine…. Elle ordonna rapidement quelques directives et tandis qu’on les hissait le plus vite possible, l’un allait chercher une bassine d’eau claire qu’il descendait au cabinet, le second allait chercher une toile de jute pouvant servir de civière… Bientôt Tarlynn se retrouva allongé sur la table de Vaya, qui inspectait la blessure, le front plissé sous les soucis.

« Je vais essayer, mais je ne promets rien. »

Et voila qu’une idée subite lui traversa l’esprit, elle la repoussa un instant, mais celle-ci prenait de plus en plus sa place…

« Et ramenez moi le cadavre de la cale aussi ! »

Elle commença par faire inhaler au tiefling un mouchoir de chloroforme histoire de le faire partir vers de meilleurs horizons pour l’instant. Ensuite, arrêter le sang qui jaillissait par saccade. Elle fouilla rapidement dans le caisson derrière elle, ne sachant pas très bien ce qu’elle cherchait d’ailleurs. Pas le temps de se plonger dans un livre, il aurait clamsé avant. Voila… Elle serra tout ce qu’elle put avec le cordon qu’elle venait de trouver autour du moignon sanguinolent de l’épaule qu’il restait au Capitaine. Tandis qu’elle finissait son nœud, les deux marins qui avaient eut le « privilège » de descendre l’intrus à la cale, se firent une « joie » de le remonter, commençant à se dire si elle n’avait pas perdu l’esprit. Tout à son affaire, elle ne vit pas le regard interloqué de Dorian voyant arrivé le bonhomme.

« Tiens viens m’aider… »

Elle s’était saisi d’un des outils de torture (une scie) et entreprenait de couper le bras du mort, le même que celui qu’il manquait à Tarlynn quitte à faire, à peu prêt à la même hauteur. Le bras était bien plus blanc que la peau originale du tiefling, encore frais du meurtre tout récent, mais au moins il était normal, pas de tatouage, ou de marque permettant une possible identification de son propriétaire qui n’en avait plus besoin à l’heure actuelle.

Puis elle s’attela avec du fil et une aiguille à essayer de recoudre le bras postiche sur le corps de Tarlynn, mais la tâche était ardue, les poissons n’ayant pas déchirer le bras de manière nette et précise. Au bout d’un bon quart d’heure, elle s’avoua vaincue par l’ampleur des dégâts.

Dans un soupir dépité, elle lança :

"Cela dépasse de loin mes compétences, allons voir le doc de l'île..."

La seule solution encore possible pour lui… Le Doc Teurène. De toute façon, ça ne pouvait pas être pire que ce qu’elle était en train de faire pour l’instant. Elle retira proprement tous les fils qu’elle avait commencé à coudre, ne voyant pas comment « raccorder » ensuite entre eux, les veines, les os ou les muscles… Elle emballa proprement le bras s’il pouvait éventuellement servir. Et fissa, ils quittèrent le bateau pour emmener le blessé vers d’autres mains.

Laissant le Capitaine et les 2 fidèles matelots avec lui (fallait bien le porter si fin fut-il) au bon soin du Doc, Vaya lui toucha deux mots sur la provenance de cet étrange bras, se contentant des faits réels, rien que les faits, en accentuant sur la légitime défense bien entendue. Si des retombées étaient à prévoir, elle faudrait déjà attendre qu’elle rentre de l’expédition avec Vincent Carter. Le Doc prit rapidement congé vu l’état du pauvre tiefling et Vaya se hâta de rejoindre le groupe.
Elle arriva au pas de course, presqu’essoufflée, le sac de nécessaire à premiers secours claquant contre sa hanche à chaque pas. Elle salua l’assemblée d’un geste rapide de la main et les gratifia d’un bonjour chaleureux et enjoué, contrastant avec sa mine fatiguée. Elle jeta un œil circonspect à la naga, se demandant où elle avait bien pu passer la nuit. Puis haussa les épaules pour elle-même, sans aborder le sujet. Elle avait trouvé un corps accueillant pour tirer parti de sa chaleur. Et d’après ce qu’elle avait vu, les villageois l’avait à la bonne, elle aurait eu tort de s’en priver.

Bref, une chaloupe à la mer plus tard…. Avec deux hommes à bord pour ramer *cool* ils débarquèrent enfin sur Erbaön. L’île avait vraiment l’air sauvage. Et pis encore lorsque le comité d’accueil se présenta spontanément. Ce n’était pas des gardes-côtes ça, assurément. Encerclés ils étaient, et par plus nombreux. Point positif, ils semblaient les vouloir vivant pour les amener à leur maître…. Et s’il y avait encore un maître des lieux, il devait forcément y avoir un trésor ou au moins un pactole quelconque, le pouvoir appelant la richesse. C’était une piste à explorer.
Bref, il n’était tout de même pas question de se laisser faire, profitant de la diversion improvisée d’Anna, Vaya ne demanda pas son reste et saisit son pistolet, tirant sur le premier type encapuchonné face à elle et se préparant à esquiver la réaction du suivant…

_________________


Connaissance (17) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 Médecine (6) : premiers soins 4 | traitements médicamenteux 2
Tir (pistolet) (5) : Base offensive 3 Précision 2 Corps à corps (poignard) (4) : Base offensive 3 | parade 1
Larcin (4) : Discrétion 4 Résistance aux poisons (1) : 1 Navigation (1) : Marin 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian
Au doigt et à l'œil
avatar

Messages : 236
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Sam 15 Oct - 19:45

Les choses avaient tourné comme il l'espérait... Enfin à un point près ! Comment imaginer que Tarlynn servirait de repas aux poissons ? Lorsqu'il avait ramassé son arme sur le fond de la barque, elle avait déjà été utilisé. Il l'avait senti à la substance chaude et légèrement poisseuse qu'il avait senti sur la garde et qu'il avait eu le temps d'apercevoir avant de faire sa brochette de poisson. Mais aurait-il pu se douter à cet instant que le sabre avait eu pour utilité au capitaine de se trancher le bras pour sauver sa peau ?
Lorsqu'il posa l’œil sur le tieffling en se remettant en position pour ramer, il eut l'immense et désagréable surprise de le découvrir raccourci... Il laissa échapper un "Merde !" et avec son acolyte, ils mirent toute leur énergie à rentrer au plus vite au Keltia. Pendant de longues minutes, le seul mot qui lui revenait à l'esprit était cette interjection à cinq lettres. Ça lui tournait en tête, comme une obsession qui lui permettait d'éviter de se confronter à la réalité. Enfin, la réalité n'étant pas très glorieuse, il fallait bien se rattacher à quelque chose. Et il fallait mieux ce mot que la foule de souvenirs douloureux qui se rapportaient à son propre accident...
Ça s'arrangea lorsqu'ils arrivèrent au bateau et que Vaya prit le relais. Pourrait-elle faire quelque chose ? Elle essaya tout du moins et Dorian accepta de l'assister. On ne laissait pas tomber son capitaine ! Il y eut découpage de chairs, essais de rafistolage... avec le bras d'un inconnu remonté des profondeurs du bateau... En fait, s'il eut l'air interloqué, cela ne dura pas longtemps. Il y aurait l'occasion de le mettre au courant plus tard de cette partie de l'histoire. Chaque chose en son temps, et les marins seront bien saoulés. Ah tiens, c'était une idée ça ! Mais ils avaient d'autres chats à fouetter pour le moment : les pintes de bière ce serait pour après toute cette folle aventure. Ils les auraient bien méritées à coup sur !!

Il y eut du sang, Le transport de Tarlynn à terre, chez un médecin plus expérimenté que Vaya. Puis le silence de la nuit. Il avait choisi de dormir sur le pont, enroulé dans deux bonnes grosses couvertures, le ciel et ses étoiles comme seul plafond. L'air de la mer lui permit de s'apaiser et le roulis des vagues lui servit de berceuse. Après avoir nettoyé la lame de son sabre, il compta les étoiles comme d'autres comptent les moutons et petit à petit les violences de la journée s'évanouirent.
Dormir dehors avait l'avantage d'être réveillé dès les toutes premières lueurs du jour. Il se sentait étrangement serein et plus prudent également. Il alla récupérer un couteau qu'il glissa à sa ceinture, pour compléter son armement. Aujourd'hui ils retournaient, ou allaient pour la première fois en ce qui concernaient les filles, sur l'île d'Elbaön. Un rapide détour au Keltia pour miss Anna et les voilà partis.


Refaire la traversée ne lui fit pas l'effet qu'il craignait. Tarlynn était entre de bonnes mains et même s'il appréhendait désormais les rencontres qu'ils pourraient faire sur l'île, il avait presque hâte de ressentir encore cette brulante adrénaline au combat. Pas qu'il espérait l'affrontement, mais il savait désormais qu'il était capable d'y faire face.

Et comme si ses prières intérieures avaient été entendues et que le dieu qui les avait reçu s'amusait à torturer leurs misérables vies... à peine mirent-ils pied à terre qu'ils tombèrent tous les quatre dans une embuscade. Pas moyen d'être tranquilles deux secondes !! Comment arriveraient-ils au trésor, si trésor il y avait, si on les interrompait tout le temps ? Enfin... les voix des maitres sont impénétrables et la roue du destin connue d'eux seuls.
Encerclés par dix hommes vêtus de capes rouges, les trois pirates et Vincent eurent comme réflexe de se tourner mutuellement le dos afin d'avoir une vision complète de leurs assaillants. Du moins, deux des trois pirates eurent ce premier réflexe. Réflexe confirmé par la phrase lancée par l'un des hommes et la remarque de Vincent. Des fanatiques ? Des fanatiques de quoi ? Il serait toujours temps de poser la question ensuite... S'il y avait un ensuite... Non, Dorian n'était pas pessimiste, mais il commençait à se demander quelle mouche l'avait piqué pour lui faire abandonner le calme métier de pêcheur... Bon, il y avait des dangers dans cette profession aussi, mais pirate aventurier en présentait plus... Ah oui, c'était ce petit piment qu'il recherchait ! Et bien le voilà servi une fois de plus... Non, je plaisante ! Il commençait à aimer ça... pauvre de lui !

Les choses furent alors rapides, comme toujours en pareille circonstance. Les premières secondes et les premières décisions étaient primordiales.
L'innocente Anna s'avança au devant du comité d'accueil pour les saluer. Grand mal lui en prit et aucun d'entre eux n'eut le temps de lui venir en aide, ou même de la retenir de se mettre ainsi en avant...
L'affrontement était lancé. "Vivants" ne voulait pas dire "entiers" ou "pas amochés", alors les hommes encapuchonnés n'allaient pas de se faire prier pour leur tomber dessus. Autant leur donner du répondant et ne pas leur mâcher le travail !
Vaya tira un coup de feu, visant le premier gars devant elle. Et Dorian tira son sabre... de la main droite. Contre des blaireaux ou des poissons, ça pouvait aller ; contre des humains, donc contre des êtres pas seulement motivés par le repas que vous allez leur procurer, il lui faudrait plus de pratique pour arriver à quelque chose de concret avec cette arme blanche. Alors il comptait bluffer... le temps qu'il pourrait. Et sortir son atout de sa manche ensuite !

_________________


Navigation (14) : Marin 6 ; Voile et vent 3 ; Orientation en mer 5
Poing (3) : Base offensive 3
Sabre (6) : Base offensive 3 ; Parade 2 ; Feinte et déplacement 1
Physique (3): Endurance 3
Connaissance (2) : Déchiffrage 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Dim 16 Oct - 19:51

La stratégie "à la dure" avait fonctionné... Les deux blaireaux furieux avaient succombé face à la force et aux crocs du vampire. Il put également récupérer quelques forces en se délectant de leur sang. Infect... Rien ne valait le sang humain. Mais sur une île visiblement devenue folle, il ne valait mieux pas chipoter.

L'ennui, c'est que ce combat l'avait un peu éloigné de tout point de repaire et il ne savait absolument plus comment retrouver son château. Deuxième soucis, le blaireau qui lui avait sauté dessus avait lacéré ses vêtements en même temps que son dos. Le cuir de son manteau lui avait offert une relativement bonne protection et ses blessures n'étaient pas profondes, mais il valait mieux éviter de se retrouver dehors de jour avec de telles entailles dans sa protection contre le soleil. Heureusement, il avait embarqué la garde robe de Kwochet avant de partir et trouverai ce qu'il lui faut à bord du Kaeltia. Encore fallait il réussir rejoindre avant la fin de la nuit. L'autre solution était également de ne pas perdre de temps et d'essayer de trouver de quoi couvrir son dos dans les ruines de sa forteresse. Une simple cuirasse même rouillée ferait très bien l'affaire. Préférant privilégier la mission, il opta pour cette deuxième option.

Il ramassa alors son épée qu'il accrocha derrière lui, ainsi que son chapeau, puis il sorti un cigare qu'il alluma afin de s'accorder quelques minutes de répit. Il en profita pour chercher à se situer. Il tendit alors l'oreille. Au loin il pouvait entendre des cris qui n'avaient rien d'animaux. Suspect... Plus proche, il entendit un bruit de course maladroit à travers la végétation. Il voyait mal un animal, même traqué faire ce raffut dans son élément naturel. Il pensa donc à un autre humain. Peut être l'un de ses compagnons, ou encore le dénommé Carter qui pouvait également se trouver sur l'île. Quoi qu'il en soit, il valait peu-être mieux voir ça de plus prêt.

------------------------
Slayn courut donc en direction du bruit de course, mais celui-ci s'arrêta au bout d'un moment... La vitesse de Slayn lui permit toutefois de bientôt rejoindre le coureur, qui atteint une plage de l'île. Au loin, une énorme vague finit de retomber, mais ce qui l'a provoquée n'était déjà plus visible.
A ce moment, le coureur se retourna vers Slayn. De toute évidence, il s'agissait d'un gentil et inoffensif petit lapin de Garenne :
La créature eut un sourire étrange en voyant Slayn approcher.


"Enfin te voilà ! Je suis Lili Grâce, enchantée !"

Et elle s'élança en direction du vampire sans plus de procès.

(Je me suis permis de remettre la bonne conjugaison ami PNJ^^')
------------------------
Comprenant qu'il s'était fait avoir, Slayn dégaina aussitôt son épée et se mit en garde pour accueillir la nouvelle aberration qui lui fonçait dessus. Et puisque ça parlait... il lui hurla en réponse.

" Et moi je suis Slayn Valentine, le maître de tout ce qui respire sur cette île! A toi de choisir entre m'obéir ou mourir!"

Et tandis que Lili arrivait à sa portée, il lança son attaque.

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Dim 23 Oct - 5:19

[La nuit, tous les chats sont gris... Mais il n'y a pas de chat, ici...]

Lili ayant choisi de courir sur Slayn, Slayn avait quant à lui choisi de l'attendre. Au fond, c'était sans doute ce qu'il y avait de mieux à faire dans l'immédiat, d'autant qu'il avait sorti son arme pour accueillir l'assaut. Alors qu'elle était presque à son niveau, il envoya un puissant coup d'estoc vers la poitrine de la Louve-Garou (oui, c'est pas vraiment un lapin, hein, pour ceux qui n'avaient pas compris).

La lame s'enfonça sans grosse difficulté dans la partie droite de la poitrine, ressortant de l'autre côté, mais cela n'arrêta pas la charge pour autant : Slayn ayant préparé ses appuis, il parvint toutefois à rester debout, glissant simplement vers l'arrière. Toutefois, il n'en avait pas terminé : maintenant que son épée était en place, il n'y avait qu'à la tourner pour aggraver encore les blessures.

Malheureusement, Lili Grâce semblait désapprouver cette idée : elle bloqua la lame de sa main gauche, empêchant Slayn de la bouger lui-même. C'est aussi pour cette raison que Slayn préféra lâcher son arme, lorsqu'il se recula d'un bond : à partir du moment où elle entravait sa mobilité, il n'était pas question de la garder en main.

Bien lui en prit, d'ailleurs, car il aurait eu plus de mal à esquiver la grosse paluche griffue qui lui arrivait sur la tête s'il s'était accroché à l'épée... Voulant profiter de sa position pour contre-attaquer, Slayn s'accrocha toutefois à la bête au passage du bras, dans l'idée de lui infliger une douce morsure.

Cela aurait pu être une bonne idée, s'il avait eu plus de temps : à peine ses crocs avaient-ils effleuré la peau de Lili Grâce qu'un puissant coup de genou vint l'interrompre. Puissant, voire mortel, en fait : la nuque brisée du Vampire risquait de ne pas l'aider à poursuivre le combat. Apparemment, Lili n'aimait pas voir des insectes s'accrocher à son bras.





[Le jour... Toujours pas de chat...]

Les hommes en rouge n'étaient, effectivement, pas très ouverts au dialogue. Le groupe d'explorateurs n'avait pas vraiment d'autre choix que de se frayer un chemin à coups de... ben déjà un coup de feu, apparemment. Paix à l'âme de ce pauvre petit fanatique pourtant si innocent.

Vaya avait effectivement choisi d'utiliser son pistolet sans tarder... Ce qui, en prévoyant un combat rapproché, n'était sans doute pas stupide. Mettant alors à profit son gabarit et sa vitesse, elle dégaina un couteau et courut sans plus attendre un deuxième homme, qui restait surpris par la mort de son compagnon. Attrapant sa cape, elle tira violemment afin de la faire tourner et de bêtement aveugler ainsi ledit homme. À partir de là, elle n'avait plus qu'à donner un violent coup de la crosse de son pistolet pour assommer un deuxième homme. Reculant ensuite pour esquiver les assauts d'un troisième ennemi, la Furie Rousse sentit Dorian dans son dos...

Dorian, justement, s'était bien débrouillé aussi, de son côté. Après avoir donné quelques coups de sabre maladroits, facilement parés, afin d'endormir la méfiance de ses adversaires directs, il enchaîna avec un coup de pied dans le sable pour aveugler les adversaires en question. Après un bond en avant, il était prêt à abattre la garde du sabre sur le premier visage à portée, directement au niveau de la pommette. Il n'y avait plus qu'à compléter par un uppercut du poing gauche pour mettre un homme hors de combat. Lâchant son arme, Dorian était prêt à en découdre avec les autres. Et au fond, le premier à revenir sur le Handicapé Occulocapillaire le regretta bien vite. Plus précisément, il n'apprécia guère le coup de poing reçu à la mâchoire. C'est alors que Dorian sentit Vaya dans son dos...

Anna, quant à elle, n'était contre toute attente pas la moins dangereuse de tout ce beau monde. Alors qu'un fanatique s'apprêtait à l'assommer d'un simple coup de matraque à la tempe, elle se replia sur elle-même avant de filer derrière l'homme en question : la bouillotte était encore chaude, ce qui permettait à Anna d'agir avec une vitesse difficile à suivre. Remontant ainsi dans le dos de son assaillant, la Naga l'immobilisa en lui attrapant les bras tout en lui passant la cape par-dessus la tête afin de l'aveugler. Ainsi ceinturé, il n'avait plus qu'une mobilité très réduite. Pourtant, il bougea tout de même : sans que son avis lui soit demandé, il servit de pivot à Anna, puis aussitôt après de bouclier, s'étant interposé entre elle et un autre rouge. La vitesse de la jeune fille lui permit une nouvelle fois de ne laisser aucune chance à ces deux hommes : ils furent bien vite prisonniers de la longue et lourde queue de la Naga. Sa technique de ceinturage était assez subtile pour éviter qu'ils ne la frappent tandis qu'elle réglait leur compte : ils n'avaient eu aucune chance. C'est alors que Anna sentit Vincent dans son dos...

Vincent, enfin, était lui aussi assez efficace dans son genre... C'est-à-dire qu'il était resté sur place un certain temps, observant simplement les mouvements de ses ennemis : en fait, il s'était contenté d'attendre le bon moment pour passer à l'offensive, profitant des quelques ouvertures laissées par ses cibles. C'est sûrement pour cela qu'il parvint à mettre trois adversaires hors d'état de nuire sans grande difficulté, ce qui n'était pas trop mal... Après un coup d'œil vers Vaya et Dorian, il avait vu le rouquin attraper la rouquine : mettant leurs bras en crochets alors qu'ils restaient dos à dos, ils se mirent à tourner sur eux-mêmes, formant ainsi une grande toupie humaine qui avait pour but de mettre à terre les rouges autour d'eux. Cela dit, si le premier d'entre eux se laissa surprendre, le deuxième parvint relativement bien à bloquer les jambes de Vaya et à avorter ainsi la manœuvre des roux en les faisant tomber avec lui : c'était la première ouverture que Vincent mit à profit. Avec une courte course, il arriva sur ses ennemis en un instant et n'eut qu'à leur attraper la tête pour les entrechoquer violemment : et deux de moins ! Quant au troisième ennemi, malgré sa vivacité impressionnante, il n'avait pas non plus été assez rapide pour comprendre le danger que représentait Vincent : à peine le jeune Carter s'était-il retrouvé dans son dos qu'il l'assomma d'un puissant double coup aux tempes.

C'est ainsi que les Keltiens se retrouvèrent aux mains des fanatiques. Ils avaient eu raison de supposer que Vincent était puissant : leur erreur avait été de supposer qu'il était dans leur camp...





[La dèche...]

Les deux filles se réveillèrent dans un décor assez sombre, malgré quelques torches qui éclairaient des murs au loin... Anna, d'ailleurs, ne se réveilla en fait qu'à moitié : sa bouillotte avait eu le temps de refroidir et ne lui était à présent plus d'aucune utilité. Elles avaient toutes deux été plus ou moins bien enchaînées, puis simplement posées contre un mur à l'écart, là où elles ne risquaient pas de déranger. Deux hommes se trouvaient dans la même pièce, mais leur tournaient le dos : apparemment, ils cherchaient à entendre ce qui se passait un peu plus loin.

Dorian, lui, reprit conscience torse nu, allongé sur une table de bois, dans une autre salle : il venait de sentir une soudaine piqûre à l'avant-bras droit. Ses mouvements n'étaient pas entravés, mais plusieurs hommes vêtus de rouge se trouvaient près de lui... Toutefois, ils semblaient pour le moment plus intéressés par autre chose que le jeune marin...

En effet, juste devant eux, Vincent Carter, lui aussi habillé en rouge, venait d'utiliser le sang de Dorian pour redonner vie au No-Life King.


« Bienvenue dans le monde des vivants, seigneur Valentine ! On m'appelle Vincent Carter. Mes hommes ont réussi à empêcher le Loup-Garou d'en finir avec vous la nuit dernière et vous ont ramené ici : j'espère que cela ne vous dérange pas. J'ai donc choisi de vous faire revenir afin que votre nom soit de nouveau respecté dans les parages. »




[Bon, ben... Désolé pour le retard : je dois dire que j'espérais malgré tout arriver à vous poster ça un peu plus tôt.

Je tiens à vous faire remarquer que même si le résultat ne le montre pas forcément, vos subtiles étaient intéressantes et j'y ai trouvé de bonnes idées. Vous pouvez donc continuer sur cette lancée, c'était pas mal dans l'ensemble.

Pour vous tous, je précise déjà que vous êtes désarmés : vos armes sont ailleurs (y compris pour Slayn).

Anna et Vaya : vous êtes enchaînées, mais le boulot a été fait à la va-vite. En fait, vous êtes plus ou moins libres, considérant votre gabarit et autres facilités. Voilà donc deux gardes rien que pour vous : ils portent les mêmes capes rouges que les autres, mais ceux-là sont armés d'épées courtes. Notez qu'ils risquent fort d'entendre le bruit des chaînes, l'effet de surprise risque donc d'être à oublier.
Anna, l'eau de la bouillotte a refroidi et la chaîne n'a pas arrangé les choses. Ton personnage est donc plus lent et tu n'as droit qu'à deux actions pour ce tour-ci, mais je suis certain que cela te suffira malgré tout, d'autant que tu n'es pas seule.

Slayn : les fanatiques ne te veulent aucun mal, de toute évidence. Je te propose donc ici un petit dialogue, si tu veux essayer de comprendre un peu mieux votre situation et éventuellement en tirer parti. Sinon, tu peux aussi, bien sûr, agir sans te préoccuper des réactions en face...

Dorian : ton bras droit te fait un peu mal (puisque Vincent vient de te prélever du sang), mais rien de grave. Tout le monde étant obnubilé par le réveil de Slayn, on peut considérer que tu es plus ou moins libre. Si Slayn choisit le dialogue, tu peux intervenir, bien sûr (je pense que vous devriez arriver à en parler entre vous pour vous mettre d'accord sur la marche à suivre).

Voilà, il me semble que c'est tout. Comme d'habitude, n'hésitez pas à poser des questions pour avoir plus de précisions...]

_________________
Crédit avatar : *deathtoll1912

On ne contrarie pas celui qui joue avec les fils auxquels tient votre vie…
…surtout quand il a une paire de ciseaux à la main.


Pour dialogue : MJ.Maynlie@hotmail.fr
(Veuillez prendre rendez-vous par mp.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaya
Docteur Frankenstein en herbe
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 14/04/2011
Localisation : 21-France

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Sam 29 Oct - 18:25

*le sale traître.*
Vaya grognait déjà, ressassant leur cuisante capture. Ses yeux s’habituaient doucement à la pénombre environnante, découvrant ainsi sa compagne un peu amorphe par l’effet du froid. Puis tournant la tête de droite et de gauche, elle se repéra un peu dans ce qui semblait être une cave, pour ne pas dire un cachot. Ses yeux suivirent alors les chaînes qui les reliaient à un anneau métallique enfoncé dans le mur. Ils devaient être là depuis des siècles, car rien qu’à sa vue, elle comprit qu’en tirant à peine elle pourrait le déloger… De même, vu la taille de ses poignets, elle pourrait sans mal se détacher sans s’embêter avec l’anneau.

Deux gardes, assez éloignés, semblaient s’intéresser à autres choses qu’à leurs petites personnes. Tant mieux, elle avait d’autres projets pour l’instant. Problème numéro 1, Anna. Elle avait l’air frigorifié, et il était hors de question de l’abandonner dans ce trou. Usant de toute la discrétion dont elle était capable, elle réussit à retirer ses chaînes en les faisant à peine cliqueter, et c’est d’un pas léger, qu’elle alla récupérer un flambeau pour le rapprocher de la naga. A sa couleur et dans cette pénombre, on aurait pu la croire morte.

"ca va aller ?" lui adressa-t’elle, en approchant les flammes de la serpentine.
Vaya reprend les chaînes vers elle, pour couvrir à la fois sa liberté toute relative, et faire un peu de bruit qui finalement couvrait sa voix de toutes oreilles indiscrètes.

"tu penses pouvoir te déplacer si on veut se tirer de là ?"


D’instinct, Anna se blottit pour accueillir Vaya contre elle et se pelotonner.

« Je te suis… il faudra juste pas courir trop vite. »

La rouquine se demanda un instant comment la serpentine pourrait courir sans jambes… Avant de recouvrir la partie serpent d’Anna de sa veste. Elle frissonna elle-même de cette épaisseur en moins, mais entreprit de réchauffer son amie, ce qui la fit produire de la chaleur en s’activant. Passant une main dans ses cheveux dans un geste maternel, elle lui déposa un baiser sur le front pour la soutenir. La prenant dans ses bras, elle lui frotta le dos, les bras, les mains… Bref, rien d’affriolant pour les lecteurs avides que nous avons sur le forum, mais quelque chose de vigoureux et efficace, et un poil bruyant, histoire que les gardes s’habituent au bruit des chaînes qu’on bouge.

Lorsqu’elle jugea que son aide ne suffirait plus, et qu’Anna était un peu mieux, elle se leva et l’aida à se redresser. Elle se saisit d’une chaîne qu’elle enroula sur son poing droit, et en prit une autre d’un bout à l’autre, de manière plus lâche. Ainsi équipée, elle se rapprocha des deux types, avant de les héler :

« hé vous deux, vous n’auriez pas un truc plus chaud pour ma copine ? Elle a un peu froid dans votre trou… »

_________________


Connaissance (17) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 Médecine (6) : premiers soins 4 | traitements médicamenteux 2
Tir (pistolet) (5) : Base offensive 3 Précision 2 Corps à corps (poignard) (4) : Base offensive 3 | parade 1
Larcin (4) : Discrétion 4 Résistance aux poisons (1) : 1 Navigation (1) : Marin 1


Dernière édition par Vaya le Dim 30 Oct - 17:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Dim 30 Oct - 17:45

Slayn ouvrit les yeux d'un coup. S'étouffant à moitié au contact du sang qu'on lui fit ingurgiter avant de se redresser d'un coup et entendre encore complètement sonné la voix d'un dénommé Vincent Carter lui exposant la situation dans laquelle il se trouvait.

Ne réalisant pas encore ce qu'il avait bien pu se passer depuis son combat contre le lycan, il posa sa main contre son visage comme s'il était encore sous l'effet d'une très mauvaise gueule de bois


" Ici... On est où là? Je ne connais qu'un seul Carter!"


"Ce Carter-là est mort depuis bien longtemps, Seigneur, vous n'avez rien à craindre de lui... Et vous vous trouvez sur l'île d'Erbaön, dans le repaire des quelques humains qui croient encore en votre toute-puissance."

"Ma toute puissance..."

Le vampire retrouvait enfin peu à peu ses esprits ainsi que suffisamment d'agilité mentale pour commencer à comprendre ce qu'il était en train de se passer. Il prit le temps d'observer les alentours et aperçut Dorian visiblement retenu captif et compris immédiatement ce que signifiait cette congrégation de capes rouges.

On l'aurait propulsé immédiatement de 200 ans en arrière que le choc n'aurait pas été plus grand. Slayn redécouvrait ainsi sur son île les restes d'un poison qu'il avait lui même répandu et qui n'avait pas disparu avec le No-life-king. Mesurant toute l'ampleur de la menace, il s'efforça de paraitre tel qu'on l'avait toujours connu à l'époque. Il avait désormais le choix entre reprendre son règne là ou il l'avait laissé, ou rester fidèle à son âme enfin retrouvée. Il pensa à Anna. Le choix n'était pas difficile...

Il devait sans plus attendre assumer ses responsabilité et anéantir ce problème s'il souhaitait atteindre la rédemption qu'il désirait tant. Ces ordures voulaient replonger les Carpates dans la terreur après une paix si durement gagnée? Il allait leur monter un char et leur infliger une punition à la hauteur de leur audace.


"Ainsi il reste des survivants parmi mes fidèles... J'imagine que c'est toi qui mène la danse ici en mon absence Vincent Carter?"

"On peut dire ça comme ça, oui.
Nous vous avons cherché sur toute l'île, ces dernières semaines. Nous avons su que vous aviez quitté la crypte, mais vous êtes resté introuvable. Oserais-je vous demander où vous étiez ?"


Slayn qui s'évertuait à donner le change esquissa un large sourire sadique avant de poser sa main sur l'épaule du dénommé Carter comme une gentille caresse du maître au chien qu'il était.

" Je parcourais le monde pour voir ce que j'avais manqué et comment je pourrais reconquérir les Carpates. Je recrutais moi même mes propres fidèles!
Tu as fait du très bon boulot Vincent Carter... Mais je crains que toi et tes hommes ne vous soyez montré trop hâtif vis à vis de certaines personnes"


Il regarda alors Dorian.


"C'est que... Nous devions protéger cette île et la crypte contre les intrus... Une tâche loin d'être aisée. Les étrangers d'hier sont donc vos serviteurs ?"


La crypte?... Tiens, tiens! Ça devenait intéressant. Avaient-ils trouvé le trésor et l'avaient-ils protégés dans leur fanatisme envers sa personne? On s'approchait là d'un indice crucial. Mais le vampire préféra laisser de côté ce point pour le moment afin de s'occuper en priorité de ce qu'il considérait désormais comme le plus important à ses yeux. Protéger ses compagnons.

" Tout un équipage fidèle et qui n'a pas froid aux yeux en vérité... Le rouquin est un de mes gens.
L'idée était de se faire passer pour de simples scientifique le temps de parcourir les Carpates et identifier les éventuels alliés à ma cause. J'ai également envoyé deux espionnes à l'extérieur, vous les auriez croisés également?"


Il prononça ces paroles avec un air dur et dominateur. User de la terreur qu'il inspirait était à son sens le meilleur moyen de parler à des fanatiques et d'obtenir ce qu'il voulait d'eux sans qu'il ne leur vienne à l'esprit de contester.

Il ignorait si Anna et Vaya avaient également été capturées, mais ne connaissant pas l'influence de ces nouveaux fanatiques sur les Carpates, il était plus prudent de miser sur l'éventualité qu'elles avaient été repérées. Ce coup de poker s’avéra judicieux


"Le rouquin était avec une fille d'une race étrange et une autre rousse : si elles sont aussi avec vous, je vais donner des ordres pour les libérer, veuillez pardonner cette méprise."

Vincent se tourna vers d'autres hommes, qui sortirent alors de la salle.

"Par contre, le reste de l'archipel est contre nous. À ce propos, d'ailleurs, nous aurons sans doute bientôt une visite armée. Les troupes spéciales de Libertad, à mon avis."


Slayn se leva alors et tenta de paraitre le plus concerné et satisfait possible de ces dispositions. Autant leur lancer une fleur en leur faisant croire qu'il était fier de ce qu'ils avaient accomplis en son absence.

"Si tu tiens à la vie de tes hommes... Tu a en effet intérêt à les libérer très vite avant qu'elles ne le fasse elle même.

Ceci étant entendu... Il faut parer au plus urgent.
Cette île n'est plus sûre, il fallait s'y attendre.

Mais je suis parti d'ici en laissant quelque chose dans la crypte que je compte bien récupérer. Deux crétins ont jugés bon d'offrir une contribution à notre cause en plus de me libérer. J'imagine que vous voyez de quoi je parle?"


"Nous avons pu entrer dans la crypte, oui, mais comme vous n'y étiez plus, j'ai interdit à mes hommes de prendre quoi que ce soit..."

Vincent se tourna vers un ratelier et y prit une arme, puis s'agenouilla devant Slayn en lui présentant l'épée


"À propos, je vous rends votre espadon."

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian
Au doigt et à l'œil
avatar

Messages : 236
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Dim 30 Oct - 18:45

Un flou... Une sensation désagréable... Des brides de souvenirs qui réapparaissaient progressivement. Le combat se déroulait pas trop mal vu la différence d'effectifs, puis d'un coup, trou noir ! Les images se remettaient en place à mesure que le marin revenait à lui. Une douleur aigüe sur son bras raviva l'essentiel de ses sens rapidement. Picotements dans la main, planche dure contre son dos, léger mal au crâne. Son premier réflexe aurait été de se relever brusquement, mais une chose l'en dissuada : le contact d'un tissu. Il n'était pas seul et ne sachant où il se trouvait, il fallait mieux rester calme. Dorian entrouvrit son œil pour voir où il se trouvait et ce qu'il se passait autour de lui. Il vit des dos de cape rouge et entendit quelqu'un parler. La voix lui rappela celle de Vincent Carter. Et dans ses paroles, le nom de Slayn fut prononcé. Celui-ci lui répondit, visiblement surpris lui aussi de sa présence en ces lieux.
Carter l'appela alors Seigneur et lui expliqua que lui et ses hommes étaient prêts à aider le vampire à retrouver sa toute puissance, étant ses fidèles servants. Dorian étouffa un "gloups" en pensant Et merde.... : c'étaient bien des fanatiques auxquels ils avaient eu à faire et Vincent était sinon leur chef, au moins l'un des meneurs. Il s'était bien foutu d'eux ! Le bon côté de l'affaire c'était qu'ils n'étaient pas tombés sur un vrai furieux comme chef suprême de cette bande. Enfin c'était Slayn quoi !

Celui-ci jouait le jeu, du moins c'était ainsi que le navigateur l'espérait. Cela fut confirmé lorsque le sanguin raconta leur recrutement et expliqua que les capes rouges avaient fait une belle erreur en s'en prenant à l'équipage. Dorian tourna la tête depuis sa paillasse inconfortable et capta le regard du vampire pour lui signifier qu'il avait compris. Il s'abstint encore de bouger plus que ça, attendant de voir si Carter le croirait. Il fallait mieux se prévoir une sortie de secours en se faisant oublier.

Serviteurs... ? Ouais c'bien parce qu'faut jouer le jeu... Je me demande où sont les filles... ? et si elles vont bien... ? s'inquiéta finalement le jeune homme qui ne pouvait que faire travailler sa tête à cet instant. D'ailleurs son mal au crâne s'estompait, signe qu'il avait juste été assommé lors de la capture.
Le rouquin, le rouquin... Le rouquin il a un nom quand même... ! J'suis devenu invisible ou quoi ?
Rester sans rien faire à attendre que le temps passe ne servait pas à grand chose. Les choses se déroulaient au mieux et Dorian jugea que le moment était venu de s'impliquer davantage. Bon d'accord, il commençait à avoir mal au dos...
Il se redressa finalement, comme s'il se réveillait à peine et rejoignit son "chef" en se massant le bras. Les dernières paroles de Vincent n'étaient pas vraiment pour le rassurer sur ce qui allait les attendre. Une armée rien de moins...

" Euh ouais, c'est bien gentil tout ça... Mais ces troupes spéciales... ? On a plus d'infos sur leur venue ? Combien de temps resterait-il ? " demanda-t-il tout de go, faisant fi de la comédie qui se jouait ici. Ce n'était pas une information à prendre à la légère et il ne réfléchit pas au fait qu'une telle question aurait du être posée par le chef.

Vincent se tourna vers Dorian, ne sachant trop comment le considérer :
"Je pense qu'ils risquent d'arriver à l'aube, lorsque notre maître sera plus exposé. Nous pouvons donc aller au-devant d'eux cette nuit ou tâcher de les retenir sur l'île toute une journée. Ma préférence va à la deuxième option. Elle nous laissera plus de temps pour nous préparer et nous aurons l'avantage du terrain."

" Plutôt d'accord... on est pas vraiment au mieux la nuit nous mortels."
Le regard que lui porta Vincent avant de répondre lui rappela qu'il devait tenir une place... de fidèle fanatique du Seigneur des Carpates.

Celui-ci venait d'ailleurs de récupérer sa bien aimée épée et tous purent entendre les quelques mots qu'il lui adressa  : "Mon vieil amour..."
Cela fit penser au roux qu'il espérait bien récupérer ses propres armes. Surtout avec une menace pareille qui pesait sur eux...

Slayn continua donc : " Je vois... Je suis pour cette deuxième option également. Par contre je vais avoir besoin de plusieurs données pour élaborer un plan martial digne de ce nom...
De combien d'hommes tu disposes ? Et existe-t-il toujours des grottes suffisamment vaste pour cacher notre navire, du côté des falaises ?"


À cet instant, un rouge entra dans la salle en courant, affolé : "Vincent, ils sont déjà là ! Ton p..."
Sur ce, il fut interrompu par l'arrivée d'un vieil homme qui lui sauta sur le dos en le mettant au sol, plaçant son couteau contre la gorge du rouge (c'est donc un rouge-gorge). Aussitôt après, deux hommes et une femme, plus jeunes, entrèrent dans la salle à sa suite...

_________________


Navigation (14) : Marin 6 ; Voile et vent 3 ; Orientation en mer 5
Poing (3) : Base offensive 3
Sabre (6) : Base offensive 3 ; Parade 2 ; Feinte et déplacement 1
Physique (3): Endurance 3
Connaissance (2) : Déchiffrage 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Mar 1 Nov - 1:39

Tout se passait bien.

Enfin, bien. Mieux qu’on aurait pu le penser sur certains points. Et tout de même un peu pire sur d’autres. La demoiselle écailleuse était un des motifs de satisfactions dans cette histoire. Qui aurait pu deviner que la jeune fille craintive et soumise pouvait se révéler un tel adversaire lorsqu’elle se décidait à laisser de côté ses doutes et à laisser parler l’instinct ? Certainement pas elle, en tout cas. Elle n’eut malheureusement guère le temps d’assimiler ce qu’elle venait de faire et encore moins de fêter sa victoire. Ça c’était justement le principal motif d’insatisfaction.

Anna eu l’impression que son crâne implosait alors qu’elle recevait deux coups simultanés qui ne lui laissèrent aucune chance. Son ouïe se satura sous le choc, sa vue se brouilla et s’assombrit. Le dernier fragment de pensée consciente qui la traversa était que c’était dommage.
Dommage parce qu’elle avait réussit à renverser la mauvaise situation dans laquelle elle s’était mise en s’avançant à l’écart des autres à coups de passe entre les jambes, d’abri derrière un ennemis accompagné d’un « Hiii ! » très mignon et enfin d’usage de ses talents d’entremetteuse afin de resserrer les liens entre deux Rouges qui refusaient d’exprimer leur amour commun… mais ça n’avait pas été suffisant. Et dommage aussi parce qu’en plus maintenant ils avaient de bonnes raisons de ne pas être gentils avec elle.
La dernière sensation qu’elle enregistra fut l’odeur de Vincent. Puis elle sombra dans l’inconscience.

Dans un demi sommeil elle commença à recevoir quelques informations sur son nouvel environnement. Tout d’abord il y avait le froid. Ensuite il y avait les chaines qui se présentèrent à elle en lui chantant un petit air ancien dans l’idiome local. Anna en fut très touchée.

*Je me sens pas très bien.*
Si tu entends chanter des chaines, c’est que tu as pris un sacré coup.
*J’entends une petite voix dans ma tête qui m’enguirlande et m’embête tout le temps.*
Non, ça c’est normal.
*Ah ? Tant pis…*

Bref, elle recouvrait plus ou moins vite ses esprits et sa bonne humeur. Elle avait la bouche pâteuse et l’articulation de sa mâchoire la fit souffrir lorsqu’elle serra les dents en tentant d’avaler sa salive. Une oreille la lançait, victime de la zone de frappe du butor. Heureusement, tout cela était couvert par l’atroce migraine qui lui prenait le crâne en étau, elle même diluée dans le brouillard épais qui engluait ses pensées.
La situation était vraiment brillante.

À propos de brillance, alors qu’elle avait le plus grand mal à ajuster le reste de ses sens, son thermomètre personnel pris le relais. Épargné par l’assaut viril de son agresseur qui avait tout de même eu la courtoisie de ne pas lui abimer la bouche, il l’informa que sa copine chaude d’à côté, qui sentait bon la Vaya, venait de bouger et lui ramenait une flamme.
La soudaine chaleur lui fit cligner des yeux et la voix de la rouquine la ramena un peu plus dans le monde des vivants. Sans hésité, Anna se lova contre cette source de chaleur aussi bien pour son corps que pour son cœur. Vaya se montrait tendre avec elle, comme une grande sœur inquiète. Cela ramenait chez la serpentine de bons souvenirs et elle se sentit immédiatement aller mieux. Du coin de l’œil elle observait les gardes, qui les observaient en retour.

Anna mit quelques secondes à essayer de comprendre quel était le plan de son amie. Elle semblait faire mine d’être toujours attachée alors qu’elle était déjà libre de ses mouvements. Même avec ses difficultés de concentration actuelles, ce ne fut pas difficile pour Anna de rapidement deviner qu’elle espérait endormir leur méfiance pour les attaquer par surprise. Anna profita des frottements de son amie pour contorsionner ses bras et faire glisser les chaines dans une position plus lâche. Ce n’était pas bête.
Les yeux verts écailles avisèrent le flambeau, puis se reportèrent sur les gardes qui faisaient mine de rien. Ils s’agrandirent de surprise et de frayeur soudaine. Ça n’allait pas marcher !

« Va- ! … ya. »

Trop tard, la rouquine s’était déjà levée et interpellait les gardes. Ceux-ci n’avaient bien sûr pas pu manquer le déplacement de la source lumineuse dans un endroit si sombre, même dans un silence parfait. Ils savaient parfaitement que la furie rousse étaient détachée. Probablement n’étaient-ils pas intervenus car ils étaient curieux de ce qui pouvait ressortir de ces actions entre filles ? En tout cas lorsque Vaya s’avança vers eux ils se levèrent sereinement et tirèrent leurs armes vers elle.
Anna déglutit.

*Naooon ! En plus elle s’est raté à cause de moi ! °(>o<)°*
Elle a fait une erreur, c’est pas ta faute.
*Mais si ! Elle aurait pas eu besoin de déplacer le feu si-*
Stop ! T’as deux secondes pour rattraper le coup, vite.
*Je sais pas ! -(>x<)-*
Le premier truc qui vient !
*D’accord.*
Oula…

La bleuette ne réfléchit pas plus. En situation de stress elle ne connaissait pas beaucoup de moyen de réagir. Elle se glissa aussi vite que possible dans le dos de Vaya sans faire plus attention aux chaines qui tombèrent sur sa queue sans plus de tenue. Elle attrapa la taille de Vaya et força un sourire coquin sur son visage en regardant les deux Rouges par dessus l’épaule de la rouquine. Un petit « Bouge pas. » chuchoté à l’oreille et il ne fut pas trop difficile à Anna de saisir les vêtements restants de la médecin au niveau de son ventre pour les remonter d’un seul geste au dessus de sa poitrine.

« Et ma copine a un peu chaud, on a vraiment besoin de votre aide. »

Cette réplique culte accompagnée d’un clin d’œil sulfureux et de quelques ostensibles caresses sur les attributs de Vaya ainsi mis en évidence avait quelque chose de… de magique. C’est à dire un mélange d’érotisme et de grand n’importe quoi. C’était la première chose à laquelle Anna avait pensé. Plus qu’à espérer que cette sortie inattendue créerai assez de confusion dans l’esprit des gardes.

… et pas trop dans celui de Vaya.


[Hrp : juste pour préciser, Anna a déshabillé Vaya de manière à lui laisser le plus de libreté de mouvements possible. Donc en passant sous ses bras, et en s’adaptant à ce qu’il y avait, j’ai mis "remonter", mais pour des chemises ça peut très bien se remplacer par "ouvrir en arrachant les boutons".]

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Jeu 10 Nov - 10:36

[Série noire rose rouge]

Pour aider Vaya à ne pas être trop troublée par la situation, Anna se mit à lui tripoter les seins, ce qui était un message on ne peut plus clair. En effet, tout le monde aura reconnu dans ces brefs mouvements précis une application du si célèbre code M3 (Micro-Manipulation des Mamelons). Quoique... Les gardes, eux, ne semblaient pas avoir reconnu ce code.

Avec un peu de bave aux lèvres, certes, mais aussi de la méfiance devant ces deux prisonnières qui avaient l'air de leur faire le coup trop classique de « on-a-besoin-de-votre-chaleur-et-bien-que-vous-soyiez-nos-ennemis-on-a-super-envie-là-maintenant-tout-de-suite-et-surtout-avec-vous », ils regardaient ce qui se passait et en étaient donc simplement là à se demander ce qui ça donnerait au juste au juste...

Le code M3 consistait en quelques informations simples : en lui chuchotant « chaîne » à l'oreille et en pointant le téton de Vaya selon un court arc de cercle horizontal, Anna venait tout simplement de lui indiquer la tactique à adopter pour maîtriser les deux malandrins qui leur faisaient face (Anna se fera certainement un plaisir de développer).

Au moment propice, Vaya se baissa donc pour laisser Anna attaquer par-dessus elle : ce faisant, la rouquine lança sa chaîne au niveau des jambes des gardes, en lui faisant décrire un arc de cercle par la droite (oui, c'était ça, le message codé), tandis que la bleuette faisait un mouvement analogue avec sa chaîne, mais au niveau des bras et du côté gauche. Histoire d'engager les rouges sur tous les côtés.

En fait, les filles avaient un avantage avec lequel elles n'avaient pas forcément compté, mais qui restait bien réel : dans cette pénombre et à contre-jour (les torches étant restées dans le dos des Keltiennes), il était difficile pour les gardiens du cachot de percevoir correctement l'assaut des prisonnières. La garde sur laquelle la serpentine avait envoyé sa chaîne réagit par conséquent un peu trop tard : la chaîne lui arriva dessus et commença à s'enrouler autour d'elle. Le temps de se dégager pour riposter, la Naga en avait déjà profité pour arriver au contact.

Et ça, c'était justement la spécialité de la Naga en question : même avec une vitesse encore diminuée, elle parvint à esquiver le coup de coude que voulut lui donner la garde, avant de se servir de ce coude comme premier point d'appui afin de s'enrouler à son tour autour de la rouge, qui n'eut bientôt plus d'espace pour riposter. Le rôle de la prisonnière venait d'être attribué à une autre actrice.

Pendant ce temps, Vaya avait donc attaqué par l'autre côté, se trouvant donc logiquement face au garde, dans les jambes duquel la chaîne commença donc à s'enrouler. Face à cette situation, il eut le réflexe d'écarter les jambes (un réflexe fort charmant, au demeurant) afin d'éviter de se faire enchaîner trop solidement. Cela lui permit d'ailleurs d'avoir des appuis surs lorsque Vaya tira sur la chaîne dans l'espoir de le faire tomber : l'homme n'eut qu'à se baisser légèrement vers l'avant pour que la tentative de Vaya soit vouée à l'échec. Dans cette position, il était d'ailleurs prêt à contre-attaquer, mais la médecin de bord réagit aussitôt en se reculant.

Elle profita de cet élan pour retourner au niveau du flambeau qu'elle avait décroché peu avant pour réchauffer Anna. Cela étant, le garde avait lui aussi un élan dans la même direction et, s'il était entravé par la chaîne, il n'en avait pas moins une bonne allonge pour autant : alors que Vaya se retournait vers lui, torche en main, elle subit une entaille du bout de la lame au niveau du ventre. Rien de grave, mais la blessure sembla faire l'effet d'un électrochoc : la rouquine fit fi de ses limites, qui laissèrent la place à une certaine sauvagerie, sans doute par goût de la vengeance, un plat qui n'est pas si mauvais que ça quand on peut le faire manger chaud, ce à quoi la Keltienne s'attela donc. Un coup de torche au torse pour commencer, ce qui mit le feu aux vêtements du garde ; ce mouvement fut alors suivi d'un coup de poing au niveau de l'aine afin de faire plier l'homme vers l'avant ; enfin, un dernier coup de flamme au niveau du visage conclut cet enchaînement d'une Vaya déchaînée. L'homme n'était pas précisément en état de répliquer tout de suite.

C'est à ce moment même que du grabuge se fit clairement entendre un peu plus loin. Juste après, un homme tout de noir vêtu fut projeté au niveau de l'entrée du cachot... Tâchant de se relever douloureusement, il avisa les deux étrangères dans le cachot.





[Réunion de famille]

Les rouges furent assez surpris de voir les nouveau arrivants si audacieux de troubler leur cérémonie : c'est que le vieil homme, aussi impressionnant fût-il à première vue, était un peu leur ennemi juré et de ce fait, pas vraiment le bienvenu dans les parages, en général... Les autres non plus, d'ailleurs.

« Père ! Tiens donc, je ne t'attendais pas si tôt ! »

« Vince ! C'est donc bien toi... Je n'osais y croire. Je suis assez déçu, fiston, j'espérais mieux de toi. »

« Tu n'y es pour rien, j'ai fait mes propres choix. D'ailleurs, tu arrives trop tard, tu sais : notre saigneur marche à nouveau parmi nous. »

« Dans ce cas, si tu le veux bien, nous allons régler ce détail. Nous poursuivrons après. »

C'est à ce moment même que le grabuge commença. Et le premier responsable était l'un des deux frères qui accompagnaient Jacques Carter. Se tournant vers son fraternel, il lui enfonça en effet une longue pointe d'argent au travers du corps. Et...

« GEOOOORGES ! »

Donc ça, c'était le cri qui couvrait un peu tout le reste à ce moment, venant de la femme qui était avec eux. Qui, apparemment, supportait mal l'idée, dans une telle situation, de voir son beau-frère les trahir comme ça. Non, c'est pas une constante dans une bataille face aux fanatiques, mais c'est vrai que ça arrive à l'occasion...

Et apparemment, la femme estima que la situation était propice non pour pleurer, mais plutôt laisser sa rage éclater : le problème, c'est que toutes ces émotions n'étaient pas non plus l'idéal pour garder son contrôle... Les troupes rouges allaient déguster, mais elles risquaient fort de ne pas être les seules...

Cela dit, le transpercé n'était pas encore mort : prenant lui aussi sa forme animale, il retira la pointe en argent et la planta dans le sol. Il était bien décidé à se battre jusqu'à la fin. Ce qui commença par une bonne grosse baffe à son traitre de frangin pour le dégager de son chemin. Ledit traître de frangin se retrouva ainsi projeté hors de la salle... Et Georges eut donc la voie libre pour s'en prendre à son ennemi naturel : Slayn Valentine !

Jacques Carter, quant à lui, regardait son fils : il était temps de régler quelques questions d'éducation. Ils foncèrent l'un sur l'autre...





[Je vous présente mes plus plates (elles sont passées sous un rouleau compresseur, pour être sûr) excuses pour ce nouveau retard : j'ai eu quelques difficultés à trouver le temps et la connexion nécessaires à la résolution de ce tour de jeu. Je pensais d'abord y inclure quelques explications de plus, mais du coup, elles pourront bien attendre un peu.

Anna et Vaya : La situation dans le cachot est relativement claire. Juste devant la sortie, le frangin traître vient de passer en reculant : pour le moment, il se remet du choc. Vous pouvez allez voir directement dans la salle avec du grabuge (Lili Grâce est la plus proche de la porte, au cas où), vous pouvez vous amuser à parler avec votre prisonnière ou avec le frangin (pour le moment, il se remet, il n'a pas vraiment d'attitude hostile ou amicale) ou même danser la polka si vous voulez...
Anna : Vaya t'a un peu réchauffée. Si l'on ajoute à ça un peu de chaleur animale qui commence à s'élever un peu partout, tu pourras récupérer trois actions.

Slayn et Dorian : Bon, comme vous le voyez, la situation commence à devenir marrante. Pour l'instant, Lili Grâce s'occupe de faire un peu de ménage : en gros, elle est très dangereuse pour le moment, les rouges vont avoir fort à faire face à elle.
Slayn : Georges arrive sur toi. Il s'agit donc d'un Loup-Garou, mais il est pas mal diminué par la blessure que lui a infligée son frère, le combat devrait donc être gérable.
Dorian : Pour Jacques Carter et ses potes, tu n'avais pas d'importance particulière, tu es donc de nouveau assez libre. Tu peux t'amuser à aider Slayn, tu peux aller voir de près le combat des père et fils Carter, tu peux regarder de loin le combat de Lili Grâce, tu peux compter les moutons pour t'endormir (mais ça me paraît assez limité, comme option) : à toi de voir ce que tu préfères. Pour le moment, tu es toujours désarmé, mais il y a des râteliers d'armes près des murs.

Voilà, j'espère n'avoir rien oublié. De toute façon, ma boîte à MP reste ouverte.]

_________________
Crédit avatar : *deathtoll1912

On ne contrarie pas celui qui joue avec les fils auxquels tient votre vie…
…surtout quand il a une paire de ciseaux à la main.


Pour dialogue : MJ.Maynlie@hotmail.fr
(Veuillez prendre rendez-vous par mp.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Ven 18 Nov - 18:42

Alors que la conversation tournait à l'avantage de Slayn, un nouveau contretemps vint mettre tous ses plans immédiats à terre. En effet, le propre père de Vincent Carter fit irruption accompagné de -ce qui se révèla par la suite- ses deux autres fils et sa belle fille.

Un nouveau coup du sort pour le vampire? Que nenni! En ce qui le concernait, il avait obtenu ce qu'il voulait. A savoir l'emplacement du trésor de Kwochet. A partir de là, le sort des capes rouges ne l'intéressait guère plus que ça.

Augurant la suite des évènements et faisant fi de la petite discutions "familiale" qui se déroulait pendant ce temps. Le vampire se rhabillait calmement, trouvant même une de ces fameuses capes rouge afin de couvrir la partie déchirée de son manteau de cuir.

Juste à temps d'ailleurs car la réunion familiale allait tourner court. Déjà un nouveau traître parmi les frangins se révéla et venait de planter un pieu en argent dans le corps de son frêre le plus proche qui se révéla aussitôt être un Lycan. Tout comme la jeune demoiselle d'ailleurs, qu'il reconnu instantanément après transformation... Elle était bien plus mignonne dans sa forme humaine... Et visiblement la blessure qu'il lui avait lui même infligée s'était refermée. Un joyeux bordel commençait à éclater. Alors que Lili Grâce faisait le ménage parmi les fanatiques, Vincent se retrouvait en duel contre son père, le fratricide dans une autre salle et le dénommé George, visiblement mal en point allait faire acte de bravoure en désignant clairement le No-Life-King comme son prochain et dernier adversaire. [/b]

"Misérable créature! Tu crois vraiment être en mesure de me tuer?"

Ah quel doux parfum... Ce parfum si enivrant, c'était celui de la guerre! Tandis qu'il comprenait cela, un large sourire sadique vint lacérer le visage du vampire tandis qu'il posait un regard dément sur son adversaire, qui déjà commençait à s'approcher. S'attendant à se faire foncer dessus d'un moment à l'autre il se mit donc en garde, comme il l'avait fait avec sa soeur. Ferme sur ses appuis afin de contenir la puissance de son adversaire dans un éventuel dérapage et privilégier la contre attaque plutôt que l'attaque pure.

Il n'avait eut que très peu d'occasions dans son existence de croiser la route de loups-garous et ne connaissait pas grand chose d'eux... (la preuve en était qu'il n'avait pas compris immédiatement la nature de Lili Grâce à cause de ses grandes oreilles XD) Hormis leur grande résistance aux blessures, et malgré tout le fait que si ça saignait, c'était que ça pouvait mourir.
L'expérience allait donc être exaltante... On venait en plus de lui fournir une faille exploitable. Le pal utilisé par Vincent semblait avoir eu un sacré effet sur George alors que Lili s'était très bien remise de son coup d'épée précédent. Cette arme était donc efficace contre eux. Elle était hors de portée pour le moment, mais c'était un atout qu'il n'allait certainement pas négliger pendant le combat.
Mais pour l'heure... Il s'adressa une dernière fois à George. Toujours souriant de tous ses crocs et visiblement sûr de lui.


"Tuer les monstres est réservé aux humains! Pas aux chiens dominés par la puissance... A toi, je vais offrir un avant gout de l'enfer!

ALLER ATTAQUE MOI! ATTAQUE MOI! ATTAQUE MOI!"


Et alors que son adversaire bondissait sur lui, Slayn lança sa frappe.

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaya
Docteur Frankenstein en herbe
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 14/04/2011
Localisation : 21-France

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Sam 19 Nov - 22:31

Vaya reprit sa respiration, suite à la montée d'adrénaline qu'elle venait de subir. Elle porta enfin sa main à son ventre, pour estimer les dégâts. Elle aurait eu sa veste en cuir sur elle, la courte épée n'aurait rien touchée, mais l'épaisseur de son pull l'avait tout de même bien protégée. Quelques gouttes de sang perlaient, mais rien de dramatique ou de trop douloureux. Elle se saisit de l'arme de l'homme gémissant à terre. Ca serait toujours ça de pris. Elle allait rejoindre Anna pour faire parler la bouillotte humaine, mais déjà du vacarme se faisait entendre et une silhouette apparut alors.
Elle lui lança rapidement au passage :

"Anna, je vais voir qui c'est celui là encore.... Si tu arrives à faire parler ton gardien, ça serait parfait !"

et elle courut en direction du nouvel intrus.
Celui-ci n'eut pas le temps de vraiment s'habituer à la pénombre du cachot que la rouquine lui fonçait déjà dessus. Profitant de l’effet de surprise immédiat, et du reste d’énergie du combat précédent, elle se rua sur le bonhomme dans l’idée de le maîtriser pour également le questionner.
L’effet de vitesse et de surprise lui fut favorable, car il perdit l’équilibre en arrière sur les premières marches d’escaliers. Jambes écartées face à elle, la pirate en profita pour lui lancer un bon coup dans les parties, lui retirant toutes envies de se relever. Dans un réflexe masculin, il se retourna et se plia en deux, les mains sur l’entrejambe. Pour parachever son œuvre, Vaya lui assena un coup de pied dans l’estomac achevant de lui couper le souffle. Doucement, elle lui grimpa alors sur le dos, saisissant ses cheveux pour l’obliger à relever un peu la tête, et plaqua son arme blanche sur la nuque ainsi offerte.

Vaya se pencha pour se rapprocher de l'oreille de son prisonnier temporaire.

"je te conseille de ne pas broncher et de répondre gentiment à mes questions si tu veux garder ta tête vissée sur tes épaules..." susurra-t'elle.

"t'es qui, et où sommes nous actuellement?"

Le type, pas très frais suite au double traitement de son frangin et de Vaya a des réponses assez hésitantes. Cela dit, il est plus facile de répondre bêtement que de chercher autre chose à faire...

"Euh... Je suis Frédéric Vaïsse... Et... C'est le QG des forces rouges d'Erbaön..."

« Ok t’es un brave gars.» fit-elle en appuyant un peu son genou sur la colonne du type pour le garder sous pression. « Et ce QG, il est où exactement ? On est dans le château sur l’île, ou est-ce qu’on nous a emmenés ailleurs ? Et si on est ailleurs, t’a intérêt à être précis.»

Malgré la pression dans le dos, Frédéric semble commencer à reprendre un peu ses esprits... Il se permit quelques légers mouvements pour tester la fermeté de la prise de Vaya.

"Je vois, vous êtes pas là de votre plein gré, donc... On est sur Erbaön, oui... Mais pas dans le château, il est un peu plus haut... Je peux demander qui vous êtes ?"

Vaya, sentant qu'il essayait doucement de bouger, réaffirma sa prise. Plus légère que lui, elle devait lui montrer qu'elle ne plaisantait pas, sinon il avait des chances de reprendre l’avantage. Sans prévenir, tandis qu'elle tenait toujours ses cheveux dans une main pour le soutenir, elle lui claqua le visage au sol et le maintint fermement, appuyant la lame suffisamment pour qu'une ou deux gouttes de sang perlent sur son cou.

"en effet..." Elle marqua un temps avant de reprendre...

"si tu me dis ou se cache le trésor de cet île, peut-être que je te dirais qui nous sommes." fit-elle d'une voix plus suave et veloutée.
Frédéric n'insista pas : s'il doit affronter Vaya, il préfère attendre une situation plus favorable. Par contre, il a un air étonné en entendant ce qu'elle lui dit.

"Un trésor ? S'il y en a un, je suis intéressé aussi. De vulgaires pirates attirés par l'or, donc... Ha, vous êtes vraiment mal tombés, tiens !"

Vaya tiqua. Ce type était aussi utile qu'une huître à son rocher. Le ton qu'il prit lui sembla sincère... et si tel n'était pas le cas, tant pis pour lui. Si elle avait envie d'en savoir plus sur le "pourquoi ils étaient mal tombés", curiosité dévorante mise à part, elle ne chercha toute fois pas à éterniser cette conversation. Elle avait l'impression qu'il se fichait d'elle d'une part, et ça ça avait la facheuse tendance à l'énerver, et d'autre part, qu'on essaie de la doubler l'irritait encore plus.

Gardant sa prise ferme sur la courte épée posée sur la gorge, un faux mouvement de sa part ou de la sienne et il risquait de le regretter. Elle n'avait pas forcément envie de le tuer, par contre il lui fallait l'immobiliser de manière plus définitive. Lui appuyant toujours sur le visage, elle prit la seule décision qui lui parut judicieuse.... Elle n'avait pas grand chose pour l’assommer suffisamment violemment pour qu'il perde connaissance. Et il lui fallait profiter de la docilité actuelle et relative de Frédéric et de sa position dominante dans son dos. Bref, d'un geste rapide et fluide, elle lui planta l'épée dans l'épaule s'aidant de son poids pour enfoncer la lame correctement et assez profondément pour que son bras soit un handicap, la plaie une vive douleur, mais pas mortelle, puis la retira sans trop de difficulté du flot rougeâtre.

Elle se releva enfin, le poussa sur le flanc avec son pied pour vérifier qu’il n’était plus en état de quoique ce soit à leur encontre et lui lança :

"j'avais rien contre toi Frédéric, mais je n’aime pas trop tes insinuations...."

Lorsqu'elle fut certaine qu’elle ne risquait rien, elle se saisit d'un flambeau et garda la courte épée sur elle, et rejoignit enfin Anna pour voir si elle avait obtenu plus d'informations de son côté ce qui, heureusement pour elles, semblait être le cas.

_________________


Connaissance (17) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 Médecine (6) : premiers soins 4 | traitements médicamenteux 2
Tir (pistolet) (5) : Base offensive 3 Précision 2 Corps à corps (poignard) (4) : Base offensive 3 | parade 1
Larcin (4) : Discrétion 4 Résistance aux poisons (1) : 1 Navigation (1) : Marin 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian
Au doigt et à l'œil
avatar

Messages : 236
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Dim 20 Nov - 17:28

Le sujet s'appelle "l'Aventure, c'est la dèche". Cette situation n'était-elle pas une parfaite illustration de cet énoncé ? Alors qu'ils pensaient pouvoir obtenir tranquillement des informations sur ce qui les amenait ici, les voici de nouveau confronté à un imprévu. Et de taille lorsqu'on voyait les spécimens qui se présentaient à eux. L'un des nouveaux intervenants s'avéra être le paternel de Vincent, et étrangement Dorian remarqua un point commun entre leur relation et celle entre son père et lui-même : l'aîné n'approuvait pas les choix de son rejeton. Bon d'accord, dans le cas actuel, les circonstances n'étaient pas les mêmes et le choix opéré s'approchait plus du fanatisme que d'un choix professionnel discordant. Et la façon de régler le différent était plus violent, brutal.
L'ensemble de la scène prit cette tournure violente, en forme de règlement de compte. Un homme se fit poignarder par un autre qui s'avérait être son frère. La jeune femme également présente prit cela plutôt mal et se... transforma... Se transforma... comme le blessé... Tous deux étaient furieux et avaient choisi d'expulser leur fureur sur les visages qui se trouvaient devant eux. Les capes rouges et Slayn étaient leur cible désignée.
En ce qui concernait Dorian... Personne ne s'intéressait particulièrement à lui. Les rouges avaient déjà fort à faire, le vampire également et leurs adversaires ne s'occuperaient de lui que s'il s'interposait ou se faisait repérer. Les Carter n'en avaient pas plus à faire de lui que de tout ce qui les entourait. Devait-il se sentir vexé de cet état de fait ? Pas vraiment ! Ça pouvait lui laisser une marge de manoeuvre intéressante. A lui de savoir l'exploiter... Sans se faire prendre dans les griffes de Lili qui ne faisait pas dans la dentelle et qui se moquait bien de qui se trouvait en face. Pas sure qu'elle sache bien faire la distinction des camps dans son état...

Dès le départ, alors que le second du Keltia récupérait ses effets personnels et que les premières injonctions s'échangèrent avec amour entre Jacques et Vincent, le navigateur roux s'écarta un peu, histoire d'avoir une meilleure vue de l'ensemble de la scène et de pouvoir réagir au mieux l'instant venu. Se faire oublier avait son avantage rappelez-vous. Bon d'accord, à cet instant, il avait surtout pensé qu'il aurait pu s’éclipser discrètement. Slayn ne le suivait pas, donc il ne mena pas son idée à son terme... les faits l'en auraient empêché de toute façon.
Dorian se trouvait donc là. Mais oui vous savez, ici ! A cet endroit précis... Vous les faites exprès ?! Bon d'accord...
Le jeune homme profita du déchainement général. Il laissa passer Georges à l'instant où celui-ci filait vers l'ancien maitre des lieux. Il vit la blessure que son frère lui avait infligé et sans savoir que la gravité de la blessure était liée tout autant à la profondeur atteinte par la lame qu'à la matière de celle-ci. Ça restait l'arme la plus proche de lui. Il y avait bien le râtelier rempli de toutes sortes d'armes, mais son œil valide calcula d'abord la lame d'argent plantée dans le sol. Le champ était libre pour la saisir : les deux garous se jetaient sur leurs proies et les Carter n'avaient d'yeux que pour eux seuls. Le roux se jeta en avant, main tendue en direction de la lame d'argent. Ses doigts se refermèrent sur celle-ci et il tira avec force pour la déloger du sol. Tel un roi Arthur, il s'était saisi de son Excalibur et comprit une fois qu'il l'eut entre les mains que son métal n'était pas un simple acier. Très vite, les connexions se firent dans sa tête : le traitre avait frappé son frère avec une arme capable de le tuer. Pourquoi, ça les regardait. Vu les marmules que ça devenait une fois transformés, il fallait y aller pour les abattre ces bestiaux-là. L'argent devait bien aider à les coucher de façon définitive.

Rester à savoir ce qu'il allait faire de cette information. Le Georges était déjà atteint et l'épée de Slayn s'occuperait de la suite. Lili Grace était furibonde et pour l'approcher, ça risquait d'être compliqué. Mais les hommes de Vincent risquaient d'avoir besoin de cette arme dans un futur proche, s'ils voulaient égaliser les chances. Devait-il les aider ? Il n'en avait pas particulièrement envie ; non pas qu'ils soient dans un camp plutôt qu'un autre... car dans le cas présent, il n'y avait plus de camps, de côté qui comptait. Méchants, gentils. Gentils, méchants. Plus de limite, de distinction... si tant est qu'il soit possible d'en faire une dans un cas pareil. Et qui sommes-nous pour juger du bien fondé des capes rouges et de leurs ennemis ? Ah, je m'éloigne du sujet... Pardon, pardon !
Dorian se voyait en tout cas mal de mêler à la... mêlée qui combattait la garoute, ou essayait d'échapper à ses pattes monstrueuses. Il était facile dans un cas semblable de se blesser accidentellement avec l'arme de son voisin. Et le désavantage du borgne, c'était qu'il ne connaissait pas les fanatiques et leur technique de combat. Ayant plutôt confiance en les capacités du saigneur, il ne préférait pas non plus se joindre à lui. Certes le monstre pourrait être plus facilement mis à terre, mais il pensait qu'ils se gêneraient plus qu'autre chose. Fuir simplement n'était pas envisageable, même si personne ne fixait son attention sur lui à l'instant. Il devait faire en sorte que malgré le désordre général, Slayn puise sortir sans trop d'encombres sitôt que le garou serait hors d'état de combattre.


Le marin avisa la table où il avait été allongé. Seulement quelques pas l'en séparaient désormais. La lame à la main, il se glissa vers celle-ci, sans quitter des yeux les mouvements brusques de la femelle. Celle-ci lui tournait le dos mais ses gestes étaient si amples que s'il s'approchait trop, il risquait de s'en manger une. Il la contourna donc, évitant par la même les coups portés par Vincent et Jacques et parvint en quelques secondes supplémentaires à la table-lit. Il grimpa sur celle-ci lestement, embrassant l'ensemble de la pièce pour un court instant. Car il ne comptait pas s'attarder là. D'un balancement de bras, il fit voler la lame d'argent par dessus la tête de Lili, dans l'espoir qu'un des rouges s'en saisisse et puise ainsi mieux se défendre. Ça avait pour risque d'attirer l'attention de la belle sur sa personne... mais il le prenait.

_________________


Navigation (14) : Marin 6 ; Voile et vent 3 ; Orientation en mer 5
Poing (3) : Base offensive 3
Sabre (6) : Base offensive 3 ; Parade 2 ; Feinte et déplacement 1
Physique (3): Endurance 3
Connaissance (2) : Déchiffrage 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Lun 21 Nov - 5:35

Anna avait pris une initiative. Elle avait déshabillée Vaya et lui avait dit en quelques mots comment attaquer, les petit gestes qu’elle imprimait à ses mains sur sa poitrine appuyant presque inconsciemment les informations qu’elle donnait. Et cela avait fonctionné. La naga n’avait pas bien pu réaliser ce qu’elle avait fait et tout ce qu’elle espérait était que la rouquine ne lui en tienne pas trop rigueur plus tard.

Elle avait donc hermétiquement limité les mouvements de sa garde chérie et s’était recroquevillée contre elle en rentrant la tête dans les épaules et en fermant les yeux très fort quand les hurlement de douleur du garde brûlé avait empli le cachot. Ce fut bref mais la pauvre naga en tremblait de tout ses membres quand elle osa rouvrir les yeux en entendant Vaya lui lancer quelques mots en filant à ses autres occupations.
Anna chercha alors le visage de la garde et le regarda l’air gênée en desserrant un tout petit peu sa prise pour que ce dernier reprenne une couleur normale :

« Est-ce que ça va ? »

« Pas du tout, c'est trop serré ! »

« Je peux te poser quelques questions ? »

La garde cracha au visage d'Anna, essayant de se bouger pour se libérer. En vain. Le cracha ne parut même pas troubler la demoiselle qui l’immobilisait.

« J'imagine que je n'ai guère le choix... Tu veux savoir quoi ? De toute façon, tu ne pourras pas échapper à notre Saigneur. »

Anna fit la moue en essuyant la salive de son visage d’un main légère.

« Je voulais juste savoir si je ne te faisais pas mal… »

Pour appuyer son propos elle pressa un coup sur la cage thoracique de la garde au dernier mot. (Pouiiiiic ! ^o^)

« C’est qui votre seigneur ? »

La rouge fut manifestement surprise par cette question. Pour le coup, elle n'a vraiment rien à cacher là-dessus.

« Mais d'où tu viens, pour pas connaître le maître d'Erbaön ? Je parle du No-Life King, bien sûr, Slayn Valentine ! »

Là Anna souri puis sembla peser le pour et le contre avant de lui souffler à l’oreille :

« Je voulais juste vérifier. Si messire Valentine est bien ton seigneur alors… je suis ta reine ! »

Ça avait l’air de bien l’amuser. Et au rire moqueur de la garde on pouvait deviner que l’amusement était partagé.

« Oui, je sais. Mais tu n'as pas de chance, j'ai décidé de me rebeller contre cet ordre établi des choses depuis que j'ai pris le pouvoir à Libertad. »

Prise dans son bluff qui n’en était pas un, Anna fit des yeux rond de surprise et regarda la demoiselle en bredouillant.

« A… ah bon… ? »

Il ne lui fallut pas plus longtemps pour se dépatouiller du jeux d’absurdité que lui opposait la femme en pensant qu’elle affabulait. Anna se sentit bête. Pas seulement bête parce qu’elle avait été crédule un court instant, mais surtout honteuse d’avoir voulu jouer à la plus maline et s’être faite remettre à sa place. Dans le fond cette femme avait raison. Personne ne croirait ici que Slayn Valentine lui avait juré allégeance. Elle même depuis qu’elle voyait de ses yeux les terres du Seigneur, avait du mal à y croire. Et puis après tout il ne s’était jamais présenté comme son serviteur après cette soirée dont Anna avait encore de la peine à comprendre les évènements.
D’un certain côté c’était rassurant pour la naga. D’un autre…
*Il m’a promis de protéger ma liberté et c’est ce qu’il fait.*
Oui, c’est vrai.
*Après, cette histoire de rédemption, peut-être que revenir ici lui suffira…*
Tu as peur qu’il t’oublie après.
*Un peu…*

Mais l’heure n’était pas aux atermoiements et c’est une naga nettement plus renfrognée qui poursuivit avec détermination.

« De toute façon c’est pas ce qui m’intéresse. On est venu chercher un trésor caché dans ce château. J’aimerai que tu me dise où il est. »

Sur ces mots elle resserra très lentement sa prise.
La gente damoiselle ne répondit pas, devenant de plus en plus rouge. Anna décida qu’elle ne risquait pas d’obtenir de réponse si quand elle serait plus motivée pour parler la femme n’avait plus d’air dans les poumons.
Elle changea alors de stratégie en desserrant légèrement ses anneaux au niveau de la poitrine de sa prisonnière. Un coup d’épée plus tard le vêtement de celle-ci arborait un grand trou dans lequel Anna glissa les mains.
Pour la seconde fois en quelque minutes elle se retrouva avec une poitrine féminine entre les doigts.

T’adores ça, avoues.
*C’est toi qui adores ça.*
Touché.
*Et puis là ça va être moins doux…*

Et en effet, elle se mit à martyriser les protubérances mammaires de la femme jusqu’à ce que celle-ci se sente d’humeur bavarde. Ce qui ne tarda pas à ce rythme là.

« Y a pas de trésor ici... Tout ce qu'il y a, c'est dans la crypte... Et ça appartient à Valentine... J'y toucherais pas si j'étais vous... »

Anna desserra donc un peu son étreinte dans une position plus confortable et cessa de martyriser les pauvres attributs de la garde dont les pointes ressemblaient à présent à des bébés souris.

« Merci ! » dit-elle avec une sincérité désarmante « Et je peux savoir où est la crypte ? Pas trop loin j’espère ? »

Bizarrement, elle accepta de répondre sans plus de résistance... Quelle gentillesse, tout de même !

« Pas compliqué, c'est juste à côté du château, un peu plus loin... Même de nuit, on peut pas la manquer... »

La naga regarda sa prisonnière en essayant de déterminer la sincérité de celle-ci. Elle se dit qu’elle n’avait pas de raison de mentir. En plus du fait qu’elle ignorait la présence d’un trésor. Cela dit, cela ne plaisait pas trop à Anna de crapahuter de nuit jusqu’à une crypte inconnue même si celle-ci "ne peut pas être manquée". En plus, ne sachant pas comment on l’avait amenée ici, elle ne savait pas non plus comment en sortir.

Elle lâcha les seins de la dame.

« Désolée de t’avoir fait mal. »

Puis elle la retourna et déchira la cape en s’aidant le l’épée pour entamer le tissu, afin d’obtenir un long ruban épais avec lequel elle lui attacha les poignets dans le dos.

« Guide nous s’il te plait. »

Elle aida la fille à se relever en la libérant mais sans lui lâcher les épaules et lorsque celle-ci fut debout elle se plaqua dans son dos pour l’enlacer fermement.

« D’abord vers là où vous avez mis nos affaires. Et soit gentille sinon… je peux recommencer. »

Pour appuyer son propos elle plaça une de ses paires de mains là où ça fait mal.
C’est ainsi que la surpris Vaya en revenant de son propre "interrogatoire". Celle-ci regarda les mains d’Anna, Anna regarda le sang sur l’épée de Vaya. Un regard de connivence suffit à résumer ce qu’il y avait à en dire. Chacune sa technique.
*Je préfère la mienne…*
Elle a l’air plus efficace en plus.
*Il suffit de demander gentiment.*
"Il suffit de" oui…

Et c’est ainsi que les filles purent se réarmer tout en laissant derrière elles le cœur des combats et en se dirigeant vers… la crypte du vampire.

Plus qu’à espérer que les garçons ne fassent pas trop de bêtises en leur absence.

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Mer 23 Nov - 22:56

[Un peu de douceur dans ce monde de brutes (mais vraiment juste un peu, alors, hein)]

Les filles s'étaient plutôt bien débrouillées : tandis que l'une martyrisait un pauvre hère innocent (ou presque) qui passait par là, l'autre s'était arrangée pour avoir une guide dans cet environnement inconnu. Autant l'avouer, la tactique Anna s'était révélée un peu plus utile pour la suite des événements... Après avoir forcé demandé gentiment à sa prisonnière de les conduire à leur équipement afin que les Keltiennes récupèrent leurs affaires (et, dans le cas de Vaya, en profiter pour recharger son arme), avoir pu constater tranquillement qu'il se passait des événements inhabituels pas très loin, les filles partirent enfin en direction de la crypte...

En approchant, il fut facile de constater que, effectivement, vu la taille et la forme des bâtiments dans une large clairière, par une nuit aussi claire, la crypte était vraiment impossible à manquer... Enfin, façon de parler, quoi...

Cela dit, ce qui était tout aussi impossible à manquer pour les gens dans le coin, c'était l'arrivée de ce petit groupe... Et des gens, dans le coin, il y en avait : Vincent avait préféré faire garder le trésor de leur maître, si bien que deux rouges se trouvaient sur les lieux. En entendant du bruit dans la forêt, l'un d'eux cria :


« Qui va là ? C'est la relève ? Ben c'est pas trop tôt ! Vous avez fait quoi, après votre tour de l'île ? »

Contre toute attente, une autre voix s'éleva, cette fois-ci dans le dos des filles :

« Ouais, ça va, on arrive ! Pas la peine de gueuler ! »

Est-il utile de le préciser ? La prisonnière que le moment n'était peut-être pas si mal choisi pour se faire remarquer...

« Y a des intrus ici ! Alerte ! »

Bien sûr, la garde dût se taire assez rapidement, mais le mal était fait, l'alerte était donnée. Et les deux groupes de gardes rouges s'avançaient en direction des filles, particulièrement méfiants.




[Un peu de violence dans ce monde de brutes]

Bon, il me faut une dizaine de secondes pour prononcer les paroles de Slayn... C'est long, dix secondes, quand on attend un Loup-Garou enragé... Même en admettant que Georges ne lui ait pas foncé dessus directement (vu qu'effectivement, je ne l'avais pas dit explicitement, tant ça me paraissait évident), pour moi, Slayn parle beaucoup trop... Je crains que le Vampire ne pâtisse un peu de cette idée à la con...

« ALLEZ ATTAQUE-MOI ! ATTAQUE-MOI ! ATTAQUE-MOI ! »

* Il a pas vu que je viens déjà de l'attaquer ou quoi ? S'il a vraiment rien senti, je vais arranger ça, moi ! *

Heureusement pour Slayn, Georges n'avait pas eu le temps de s'habituer à sa blessure et n'avait pas été capable de porter un coup très puissant : il n'avait réussi qu'à briser le nez du Vampire... Il était donc temps pour lui d'y retourner pour peaufiner son travail. Cependant, cette fois-ci, Slayn Valentine était prêt.

Lorsque le Loup-Garou arriva, il se fit simplement embrocher sur l'épée du Vampire, qui avait visé la blessure déjà infligée par l'arme en argent. Jusque là, rien de très surprenant. Toutefois, Slayn avait déjà affronté Lili Grâce et en avait retenu que tenter de contenir la charge serait une erreur : il effectua donc un rapide pas chassé tout en maintenant fermement sa lame en place. Il utilisait simplement la vitesse de son ennemi à son avantage : en retirant son épée au bon moment, il put donc, après avoir fait tourner son adversaire autour de lui, l'envoyer valser en direction du mur derrière lui.

Il était temps de conclure : fonçant vers le lycanthrope, Slayn porta un violent coup d'estoc dans le but de le clouer comme un vulgaire papillon. C'était compter sans les réflexes de l'homme-loup : plaçant ses griffes devant lui, il dévia la course de la lame qui se ficha dans le mur à côté de lui. Chacun son tour d'utiliser la vitesse de l'autre : de son autre main, Georges attrapa la tête de Slayn avant que celui-ci n'ait eu le temps de réagir, puis, tournant sur lui-même, il détruisit le mur avec.

Les deux belligérants tombèrent tous les deux et se retrouvèrent bien vite entourés de quelques débris. Slayn avait donc mangé de la pierre et n'avait probablement pas trouvé ça très bon : il n'était pas très en forme, mais son adversaire ne valait guère mieux. Les forces de Georges commençaient à manquer sérieusement et ses plaies ne se refermaient plus très bien : il fallait qu'il mette rapidement un terme à ce combat.





[Un peu de rousseur dans ce monde de brutes]

Dorian avait choisi de rester plus ou moins en retrait des combats, ce qui n'était sans doute pas le plus mauvais choix. Debout sur la table, il avait lancé son arme en argent en espérant que quelqu'un saurait en faire bon usage contre le dangereux monstre.

Lili Grâce était alors trop occupée par tout le bordel autour d'elle pour prendre garde à cette attaque manquée : autant dire que ça lui passait au-dessus de la tête. Ce n'est que lorsqu'un rouge, après avoir saisi la pointe en argent, assaillit la Louve qu'elle réagit : un réflexe prodigieux la sauva et elle s'en sortit avec une simple entaille sur le bras avant de reprendre l'arme des mains du rouge. Elle s'enquit alors de la manière dont ladite arme était arrivée là, se retournant donc vers le roux.

Ayant l'envie soudaine de rester en vie, Dorian préféra, lui, sauter en bas de sa table, plaçant ainsi un rempart entre le danger et lui : afin d'en faire un véritable obstacle, il chercha d'ailleurs à renverser la lourde table. Une opération fort difficile, vu le poids de celle-ci, mais il y parvint grâce à l'assistance d'un rouge qui trouvait que ce n'était pas une trop mauvaise idée. Pas encore.

La mauvaise idée, c'était d'essayer d'envoyer cette table vers Lili Grâce. Ils n'avait pas sitôt commencé leur geste que la table leur revint dessus, tournant à toute vitesse : la Louve-Garou venait de frapper d'un côté de la table, l'envoyant valser vers les deux hommes qui se cachaient derrière. Si Dorian eut la présence d'esprit de rouler par terre afin de se protéger, le rouge n'eut pas autant de chance et mourut simplement écrasé.

Le choc avait cependant repoussé le borgne un peu plus loin, si bien qu'il interrompit plus ou moins volontairement le combat du père et du fils. Ce qui ne le rendait pas forcément plus sain d'esprit. Voyant que Slayn Valentine, son allié le plus puissant, ne se trouvait plus dans la salle, au contraire de son père et de Lili Grâce, Vincent profita de cette interruption pour s'enfuir. Dorian sentit alors quelque chose le remettre sur ses pieds et le forcer à courir en l'entraînant en avant. Regardant de quoi il s'agissait, la première chose qu'il vit fut une magnifique moustache : Jacques Carter avait, semblait-il, décidé d'emmener le jeune marin avec lui, apparemment à la poursuite de Vincent. Une fois à l'écart du carnage, il laissa un répit à Dorian et expliqua calmement :


« Je vous ai éloigné de Lili Grâce car vous ne ressemblez guère aux autres fanatiques, jeune homme, et je dois dire que j'ignore dans quel camp vous vous trouvez vraiment. Et c'est valable pour toi aussi, mon garçon, qu'est-ce qui t'a pris ? »

Le vieil homme n'était effectivement pas parti les mains vides : non content d'obliger Dorian à le suivre, il avait aussi emporté Frédéric Vaïsse qui traînait dans le couloir depuis que Vaya l'avait laissé là.




[Les filles : Bon, les deux groupes s'avancent vers vous, l'un vient de la crypte (donc il y a une clairière autour d'eux), l'autre arrive de la forêt, dans votre dos. Le premier comporte deux hommes : l'un porte une arbalète et une épée courte, l'autre a une épée courte et un écu. Le second groupe, qui revient de sa ronde, est constitué de deux hommes aussi (ils étaient plus nombreux, mais certains sont partis vers le QG, les veinards), l'un avec une lance et l'autre avec une arbalète, une matraque (qu'il porte à la ceinture) et une targe.

Slayn : Ta subtile comprenait deux erreurs principales. Tu avais prévu une défense si Georges se défendait contre ta première attaque : rien sur la suite et surtout rien si Georges attaquait. C'était un peu juste, du coup. En outre, tu n'avais absolument pas prévu de coup fatal pour mettre fin au combat : clouer Georges au mur n'aurait pas suffi, il eût été plus intéressant de chercher à le tuer (oui, c'est possible). Pour la suite de ce duel, tu te retrouves donc dehors, au milieu des débris : tes blessures à la tête diminuent ta perception et donc tes réflexes, mais je te rassure, Georges n'est pas en meilleur état que toi.

Dorian : La situation n'était certes pas facile à gérer, mais ta subtile ne l'était pas non plus, je dois dire. =p Bon, tu te retrouves à présent en relative sécurité, avec Jacques et Frédéric. C'est cool, tu vas pouvoir choisir tes alliés :! ^o^ Pour la suite, on va avoir besoin d'un petit dialogue, donc je te laisse me contacter pour en parler.]

_________________
Crédit avatar : *deathtoll1912

On ne contrarie pas celui qui joue avec les fils auxquels tient votre vie…
…surtout quand il a une paire de ciseaux à la main.


Pour dialogue : MJ.Maynlie@hotmail.fr
(Veuillez prendre rendez-vous par mp.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian
Au doigt et à l'œil
avatar

Messages : 236
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Jeu 1 Déc - 0:45

" Je vous ai éloigné de Lili Grâce car vous ne ressemblez guère aux autres fanatiques, jeune homme, et je dois dire que j'ignore dans quel camp vous vous trouvez vraiment. Et c'est valable pour toi aussi, mon garçon, qu'est-ce qui t'a pris ?"

"Non pas vraiment... moi j'suis juste un marin : Dorian." répliqua le navigateur borgne pour répondre favorablement à la remarque du moustachu. Il n'avait rien à faire avec les capes rouges et n'avait pas demandé à leur être présenté.
"On va où comme ça ?"
Le jeune homme réajusta sa prise autour du bras du blessé pour soutenir celui-ci, se demandant qui il était. En effet, Frédéric, se servant de sa douleur comme prétexte, refusa de se mêler à la conversation et ne dévoila pas son identité. N'ayant guère envie d'insister inutilement dans l'immédiat, Jacques revint alors à Dorian :

"Juste un marin, hein ? Un marin qui se retrouve sur Erbaön lorsque le No-Life King se montre à nouveau, cela dit... Quant à savoir où nous allons, cela dépend de qui je retrouve en premier. Mes objectifs sont Valentine et Vincent."

"Ouais c'était pas prévu ça... Notre équipage est juste venu pour récupérer le trésor de l'île."
Il avoua par là qu'il était plus pirate que simple marin mais ça collait encore bien et il ne mentait pas. Il omettait simplement de tout raconter. L'aventure n'avait été qu'une suite d'imprévus et ils n'avaient à l'heure actuelle pas encore aperçu le moindre reflet doré d'une pièce de trésor. Aucun d'eux, le vampire compris, n'avait demandé à être embrigadé dans une histoire si compliquée, ni de faire renaître des attitudes fanatiques et des rancœurs.
Par contre, ça l'embêtait fortement que l'une des cibles de Jacques soit Slayn... comment faire pour ne pas le mettre sur cette piste-là ?

"Mmmh... Je vous aiderai à le trouver si vous voulez bien m'aider à combattre mes cibles, ça vous tente ?"

" Ouais, si vous voulez. Je sais pas si je serais vraiment à la hauteur... Mais, une petite question parce que... bon... je comprend pas tout dans cette histoire... Pourquoi eux ? "

« Vous avez survécu à un assaut de Lili Grâce, je suis sûr que vous serez à la hauteur."
Dorian se gratta l'arrière du crâne à cette réflexion : "Disons que j'ai eu de la chance aussi... " Et ce n'était pas faux. Il avait juste eu les bons réflexes aux bons moments et avait surtout bénéficié de la malchance des capes rouges qui l'entouraient.

Puis, Jacques reprit un air plus sérieux et expliqua la situation à Dorian qui faisait mine de ne rien en savoir pour paraitre plus crédible dans son rôle de pirate égaré dans une bataille qui n'était pas la sienne.
"Pour faire court, Valentine est un Vampire, un tyran qui a asservi cet archipel il y a bien longtemps... Et il est revenu à la vie récemment, apparemment aidé par les fanatiques que Vincent dirige."

" Et leur but serait de faire reprendre à ce Vampire la place qui était la sienne autrefois ? Mais personne ne va les laisser faire ! Les gens ne se laisseront pas asservir encore... Les fanatiques sont-ils tous des humains ? ou bien des... sanguins ?"

"Le problème est que les humains capables de faire face à un Vampire comme lui sont plutôt rares... Sans compter ceux qui n'osent pas même y songer. Les fanatiques sont de ceux-là, je n'y ai jamais vu que des humains, mais qui aimeraient bien ne pas le rester, cela dit..."
Frédéric finit par réagir, relevant un peu la tête, tout tremblant et presque penaud : "Désolé, je ne sais pas ce qui s'est passé. Quand j'ai vu Valentine debout, je... j'ai paniqué, je crois..."
Jacques le regarda avec un sourcil interrogateur, mais ne dit rien pour le moment... Dorian ne prêta pour sa part pas vraiment attention aux paroles du blessé, plus concentré sur ce que lui expliquait le paternel Carter. Il ne comprenait pas comment les gens pouvaient rester sans rien faire quand une menace s'avançait vers eux. Était-ce mieux de rester à attendre que le mal passe ? Qu'il s'installe, ça ne fera souffrir qu'un temps puis on s'habituera ? Il ne réfléchissait pas au fait que la personne dont Jacques parlait, celui qui était la cause de toute cette agitation, était Slayn, le second du Keltia. Pour Dorian, à ce moment précis, ça aurait pu être un parfait inconnu dans le dialogue qui s'instaurait entre lui et Carter. Et pourtant... un coin de sa tête cherchait à faire entrevoir une autre solution que la prise des armes. Comme si, ça pouvait être un moyen de mettre dehors le No-Life King sans que cela porte préjudice à Slayn.

" Il faut bien oser pour éviter les tyrannies ! En s'y mettant à plusieurs, en travaillant de concert, on est plus fort. Se battre à l'épée n'est qu'une des solutions possibles. Il faut faire changer les mentalités aussi sinon c'est un combat sans fin..."
Dorian marqua alors une pause avant de reprendre sur un point plus personnel : " Et votre fils dans tout cela ? "

"Mon fils... Et bien, je crains qu'il ne..."

Frédéric le coupa soudain : "Vincent n'y est pour rien ! Il a juste cherché à te prouver son existence, vu que tu passes ta vie dans la forêt. Il est inutile de le tuer... Si Valentine meurt, plus personne n'aura rien à faire sur Erbaön, ni toi, ni Vincent et les fanatiques !"

Si Slayn meurt... ou s'il disparait définitivement d'Erbaön...
La situation était délicate pour Dorian... Il faudrait provoquer la fausse mort de Slayn pour que es fanatiques, et tout l'archipel de façon général, se calment et à la fois convaincre le vampire de ne plus jamais remettre les pieds sur son île d'origine...
"... tout rentrera dans l'ordre... " Ces mots s'échappèrent de sa bouche dans le prolongement de ses pensées. "Tuer le Vampire est donc la seule solution ? Et comment tue-t-on un sanguin ? "
La partie ne s'annonçait pas facile et la position du jeune homme ne l'était pas également. S'il s'était agi d'un autre que son camarade d'équipage, il n'aurait pu le moindre problème ; il agissait donc selon ses principes comme si de rien n'était.

Ce fut Frédéric qui répondit, sous l’œil à la fois surpris et inquisiteur de Jacques :
"Vu qu'il est hors de question d'attendre le jour, il faut pouvoir atteindre son cœur ou son cerveau. Sans cela, il peut revenir à la vie."
Et Jacques de poursuivre : "Et il faudrait le trouver rapidement : Georges va l'affaiblir, mais ne pourra tenir toute la nuit dans son état. Je vais laisser une chance à Vincent, allons retrouver Valentine : tu peux marcher tout seul ?"
"Oui, je... je crois que ça ira. Vous êtes avec nous, étranger ?"

Je ne peux pas leur dire non... pas après toutes mes questions... Et puis si ça peut laisser une chance à Slayn.
Il devait être en mesure de le protéger des assauts de Jacques si le vampire se trouvait effectivement affaibli par son combat contre le garou.
" Euh ouais... Ouais !" reprit-il avec plus d'entrain. "Le cœur ou le cerveau vous dites... ok... Vous avez des armes pour ça ? "

Frédéric tendit une dague à Dorian : "Tenez, elle vous sera plus utile qu'à moi, dans mon état."

L'instant où le rouquin se saisit de la dague prêtée fut celui où Vincent se montra, lame à la main et regard noir : "Ça, Frédéric, c'est ta dernière erreur, juste après m'avoir trahi. Le No-Life King doit vivre, dussé-je en mourir !"

"Non ! Tu es aveuglé par ta foi en lui, mais il ne nous apportera rien de bon, tu dois arrêter !" tenta de le raisonner Frédéric.
Mais Vincent se mit alors à courir dans leur direction, l'épée levée destinée à celui qui bafouait le nom de son Saigneur et à tous ceux qui s'opposeraient à son retour triomphant. Apparemment, le fiston n'avait pas juste besoin de la reconnaissance de son papa et avait des ambitions plus importantes que celui de plaire à son géniteur. Contrairement à Frédéric qui avait ouvert les yeux, les œillères de Vincent étaient encore placées en mode fanatique et ne lui offraient qu'un seul objectif.
"Jamais ! Jamais je ne vous laisserai le tuer !"

_________________


Navigation (14) : Marin 6 ; Voile et vent 3 ; Orientation en mer 5
Poing (3) : Base offensive 3
Sabre (6) : Base offensive 3 ; Parade 2 ; Feinte et déplacement 1
Physique (3): Endurance 3
Connaissance (2) : Déchiffrage 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Jeu 1 Déc - 2:04

Visiblement, le sens de l'honneur qui consistait à attendre que son adversaire ai finit de parler avant de l'attaquer n'était pas l'apanage des loups garous. Ainsi, au lieu d'une répartie, ce fut un pain judicieusement placé qui cloua le bec du vampire tout en lui fracturant le nez.

Qu'importe la douleur, Slayn se contenta de remettre son nez en place et de se remettre en position pour accueillir son adversaire comme il se devait.

Il était sûr de lui, et le long rire sardonique qu'il offrit à son adversaire durant sa première prestation, prouvait qu'il n'avait aucun doutes quant à sa victoire. Non pas qu'il se croyait plus fort physiquement et mentalement que son adversaire, mais tout simplement parce qu'il avait bien l'intention de ne perdre contre personne d'autre qu' un membre de la famille Sullivan.

La première manœuvre réussit à merveille et le loup-garou se retrouva propulsé contre le mur. Cependant les rires du vampire tournèrent court, lorsqu'à la suite d'une fausse manoeuvre au moment de conclure l'attaque, son épée se retrouva plantée dans le mur sans d'abord passer par de la viande.

Slayn classa immédiatement dans les "bon à savoir" qu'il ne valait mieux pas s'amuser à faire trainer un combat contre un loup-garou. Il en eut immédiatement la preuve lorsque empoigné par la tête et soulevé comme un fétu de paille, il traversa le dit mur contre lequel c'était déjà heurté son épée.

Cette fois, son adversaire avait frappé vraiment fort... Le vampire, malgré la douleur, et poussé par son instinct de survie parvint à se relever rapidement mais ses mouvements de poupée désarticulée montraient bien qu'il était cette fois bien mal en point. Pire, sa tête bourdonnait atrocement altérant complétement ses sens. Même si la forme de sa tête et son visage semblaient avoir tenu le coups, les os de son crâne étaient très certainement fissurés. Inutile d'espérer une mobilité efficace et tenter des techniques élaborées dans cet état... Il fallait en finir.

Heureusement son adversaire semblait lui aussi mal en point et avait marqué un temps pour pouvoir se relever. Un tel déploiement de force avec des plaie aussi profonde, quoi de plus normal.

Les deux adversaires en étaient donc au même point et il était clair que ce serait celui qui aurait réunit le plus rapidement ses forces qui gagnerait.

Slayn aperçut alors son épée à ses pieds, cachée de la vue de George par les nombreux débris les entourant. Celle-ci avait certainement dû se décrocher et tomber avec lui lors de la destruction du mur.

Il n'y avait pas à hésiter. Simulant l'épuisement total, il reposa alors lourdement genoux à terre dans une respiration haletante. Du point de vue de son adversaire, il semblait avoir totalement renoncé et prêt à recevoir le dernier coup fatal que lui porterai le Lycan.

Mais de son côté, si le vampire jouait cette sinistre comédie, c'était bel et bien pour rassembler toutes ses forces et jouer sa dernière carte. Et déjà ses mains empoignaient le pommeau de son épée toujours cachée tandis que son adversaire passait à l'attaque.


(Les subtiles arrivent demain! enfin... dans quelques heures quoi^^)

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Ven 2 Déc - 3:51

Chouette soirée pour une petite balade au clair de Lune

En tout cas, quoi qu’en dise la garde, se diriger jusqu’à la crypte en pleine nuit n’avait rien de simple. Une fois arrivée en vue de la clairière on ne pouvait pas la rater. Le problème c’était de trouver la clairière, sous les frondaison des arbres malgré une nuit claire on n’y voyait goutte et sans leur guide les demoiselles se seraient irrémédiablement perdues dans les forêts les plus dangereuse de l’archipel des Carpathes.
Finalement, Anna se félicitait de la bonne idée qu’elle avait eu.

« Y a des intrus ici ! Alerte ! »

… Sauf qu’elle n’avait pas du tout pensé à ça.
Horrifiée, la naga plaqua ses quatre mains sur la bouche de la garde pour étouffer ses cris, mais le mal était fait. La femme se débattait comme une diablesse et la pauvre jeune fille ne savait pas quoi faire, quand soudain… BING.

La garde s’affaissa dans ses bras. Vaya se trouvait à côté d’elle, le pistolet à la main et la crosse menaçante. Elle pesta dans un chuchotement énervé.

« Elle viens d’attirer tous les fanatiques du coin ! »

De tout évidence la rouquine n’était pas tout a fait ravie du petit tour que venait de leur jouer leur guide. Elle ne savait pas que l’option multiplication des ennemis était comprise dans le forfait de la visite.

« Non, en fait ils ne sont que deux. »

« Attends, tu arrives à les voir dans le noir ? »

« C’est pas vraiment "voir" mais… »

« Ok, occupe-toi de ceux là, je prend ceux de la clairière. »

Et la messe était dite. Vaya venait de faire l’usage d’une arme de rhétorique absolument redoutable : l’impératif. La naga ouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit. Elle voulait dire à Vaya qu’elle ne saurait pas faire, qu’elle n’allait pas s’en sortir toute seule, qu’elle n’oserai jamais… mais rien ne vint.
La médecin-pirate s’empressa de dégager la cape rouge du cou de la garde assommée et la jeta sur ses épaules avant de rabattre le capuchon.

« Tue les s’il le faut. »

Et elle s’en fut en direction de la clairière. Anna était paralysée par le poids soudain des paroles de sa coéquipière. Elle ne put que la regarder s’éloigner bouche bée sans réussir à articuler une réponse. Puis elle se résolut et fit face aux sources de chaleur qui approchaient à travers les arbres avec un luxe de précaution.
Il ne lui restait pas beaucoup de temps pour se préparer.

Elle avait peur.
*Pas du tout : Je suis terrifiée…*
Tu penses pouvoir grimper là dessus ?
*Je sais pas, jamais essayé. J’espère.*
Après tout tu n’es pas la dernière à te suspendre à des trucs bizarres.
*Ce n’était pas un arbre je te rappelle.*
Ça se défend, il avait tout de même une très grosse branche.
*Shhhh, c’est pas du tout le moment pour ce genre de souvenir petite voix ! >.< *
Alors arrête de penser et câline moi cet arbre.

C’est ainsi qu’Anna disparut dans les frondaisons. Un prédateur d’un genre nouveau venait d’apparaitre dans une des forêts les plus dangereuse de l’archipel des Carpates.

________________

À quelques dizaines de mètres de là, dans un concert de branches cassées, de bruit de course et de lutte, Vaya fut projetée dans la clairière, l’épée à la main. Elle roula sur elle même avant de se relever en faisant face à la forêt. En jetant un rapide coup d’œil aux deux rouges qui gardaient l’endroit elle se contenta d’un phrase essoufflée :

« Il est là ! Je crois que je l’ai touché mais il a eu Grégoire ! Faut pas le laisser filer ! »

À bout de souffle elle posa un genou à terre alors que sa lame portait clairement des traces de sang. Il était plus que temps pour les deux rouges d’aider leur camarade à terrasser ce mystérieux inconnu de la forêt.

La mise en scène semblait bonne, le public réagirait-il favorablement ?


[Hrp : Voilà le rp pour Anna et Vaya. Désolé pour le retard.
Vaya j’espère être parvenu autant que possible à retranscrire le ton de ton personnage.]

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Dim 4 Déc - 11:27

[Poursuite dans les bois]

Vaya avait opté pour la comédie. Un choix qui était loin d'être idiot à la base, mais le résultat en était encore incertain : tournant le dos aux deux gardes, elle attendait leur réaction...

Un bruit de course : l'épéiste semblait avoir gobé le bobard et se précipitait à la poursuite du dangereux intrus.

Un bruit de pas qui ralentissaient : l'arbalétrier semblait plus suspicieux. Sans forcément connaître tous ses condisciples, il savait cependant qui devait les relever. De fait, il lui restait encore une variable inconnue : la personne qui les avait alertés. Une voix de femme. Pas une voix de Grégoire, donc. Et aussi une voix différente de celle de cette rouge qui apparaissait devant eux. Oui, l'arbalétrier se méfia et préféra assurer son coup :


« Attends une minute. Quel est le mot de passe ? »

Vaya se sentit découverte : plus le choix, elle fonça vers la forêt juste devant elle, alors qu'un carreau se planta dans un arbre devant elle. De toute évidence, elle avait eu le bon réflexe. Ramassant une pierre au sol, elle se cache contre un arbre : dans l'ombre des bois, elle serait difficile à repérer, alors que ses poursuivants faisaient pas mal de bruit. Lançant sa pierre un peu plus loin, elle parvint à attirer les rouges à peu près là où elle le voulait : attaquant par surprise, elle pointa la lame de son épée vers le dos de l'arbalétrier et appuya de toutes ses forces. Un instant plus tard, il avait payé pour ses crimes.

Repérée par l'épéiste, Vaya fuit alors dans la direction dans la direction opposée. Ayant repéré un arbre assez épais, elle en fit rapidement le tour, profitant de sa cachette pour dégainer son pistolet. Réapparaissant de l'autre côté de l'arbre, la Furie Rousse vit le colosse courir vers elle : elle ajusta rapidement son tir et pressa la détente. Le coup partit aussitôt, mais la balle ricocha contre le bouclier du rouge, qui, lui, resta indemne. Voilà qui ne faisait pas vraiment partie du plan...

Alors que l'homme arrivait sur Vaya, celle-ci reprit sa fuite, mettant à profit l'encombrement de son adversaire : plus rapide, elle parvint à le contourner et revenir vers sa première victime. Attrapant son arbalète, elle pointa cette nouvelle arme vers l'homme qui lui arrivait dessus. Bien qu'elle n'en connût pas bien l'utilisation, Vaya estima que la détente de cette arme avait le même rôle que sur son pistolet : elle laissa donc son ennemi approcher avant de tirer. Celui-ci avait de nouveau levé ses protections, mais cette fois-ci en vain : le carreau de la Keltienne lui troua l'écu, puis le corps. Il s'en était fallu de peu, mais Vaya avait gagné !





[Embuscade en forêt]

De son côté, la Naga avait aussi fort à faire. Faisant un gros câlin à un arbre pour grimper dedans, elle rejoignit une branche importante pour attendre les deux rouges qui arrivaient. Ainsi pendue la tête en bas, elle s'arma de deux couteaux : afin de s'assurer de la trajectoire de ses cibles, elle en jeta un au sol. Lorsque le lancier passa en-dessous, la Naga se laissa lourdement tomber sur lui, tâchant au possible de diriger la lame du couteau vers le bas. Sous le poids d'Anna, l'homme laissa tomber la seule torche des alentours. Ignorant la douleur de sa chute, la Naga se précipita vers la lumière et l'éteignit, plantant la torche dans l'humus. Toutefois, elle n'avait pas été assez rapide. L'arbalétrier du groupe avait vu quelque chose tomber sur son compagnon et puis éteindre la torche : il s'était dépêché et avait donc tiré dans cette direction. La blessure qu'Anna encaissa à l'épaule droite n'était heureusement pas grave : cela lui ferait mal, mais les soins n'avaient rien d'urgent, la situation restait gérable.

À présent, le fanatique avait un gros désavantage : le bleu-gris se voyait mal dans la nuit, ce qui ne l'aidait pas vraiment à repérer la menace. Sachant qu'il risquait de ne pas voir le danger arriver, il troqua son arbalète contre sa targe et sa matraque. Pour Anna, par contre, la situation était différente, puisque le rouge se voyait moins mal dans la pénombre : elle décida donc d'utiliser pleinement cet avantage en... fermant les yeux. Ainsi aveuglée, elle pourrait mieux se concentrer sur les informations de ses autres sens et notamment sur sa thermosensibilité.

C'est à ce moment-là qu'un coup de feu retentit un peu plus loin : le rouge ne réfléchit pas davantage et se précipita dans la direction concernée, qui était aussi très proche de la direction d'Anna : celle-ci n'eut alors qu'à attendre le bon moment pour relever habilement sa queue. Grâce à cela, le fanatique devint un véritable tombeur : Anna ne résista pas davantage et se précipita aussitôt sur lui pour faire de gros câlins.

Lorsqu'il arrêta de se débattre, Anna finit par relâcher la pression, soulagée... Pour constater avec effroi que son ennemi avait réussi à inhiber ses réflexes afin de feinter sa prédatrice : celui-ci attrapa Anna à la gorge et entreprit de l'étrangler. La Naga, désespérée, n'eut d'autre choix que de s'emparer d'un couteau qui lui restait encore et d'attaquer son ennemi au visage... Sûr qu'il n'apprécia pas vraiment, mais il n'eut pas non plus l'occasion de le dire. Là encore, ça n'avait pas été évident, mais Anna avait remporté la victoire...

Rejoignant Vaya, les deux filles purent ensuite continuer leur chemin vers la crypte...





[Duel de noctambules]

Slayn Valentine s'était préparé, il attendait l'assaut de Georges avec impatience. Celui-ci se méfia un peu de l'attitude soumise du Vampire, mais l'occasion était trop belle, il fallait en profiter : il fondit sur sa proie... Mais son adversaire ne fit pas exactement ce à quoi il s'attendait : au dernier moment, Slayn redressa son épée, à l'oblique, visant la gorge du Loup-Garou afin de le voir s'empaler dessus...

L'instinct animal de Georges lui évita la mort : il parvint de justesse à dévier la lame sur le côté, mais Slayn suivit le mouvement de son arme en se relevant. Il encaissa certes une légère griffure le long du bras, mais il avait nettement l'avantage, à présent : Georges était encore penché en avant, tandis que Valentine se trouvait debout derrière lui, la lame au-dessus de la tête. Il n'avait plus qu'à terminer son mouvement pour é-nuque-léer son ennemi qui en perdit complètement la tête.

Son combat remporté, Slayn profita de cette grande réserve de sang qui s'offrait à lui pour reprendre quelques forces. Il garderait sans doute des traces de ce combat, mais au moins, il était apte à continuer l'aventure. Et maintenant qu'il connaissait l'emplacement du trésor, il savait exactement où aller : la crypte qu'il voyait au loin...





[Un frère après l'autre]

Dorian n'avait visiblement pas plus envie que ça de voir Frédéric mourir de cette manière : il le poussa en arrière, prêt à faire de son mieux pour arrêter Vincent. Ce dernier connaissait assez bien son père pour ne pas avoir envie de l'affronter s'il pouvait l'éviter. Il se dirigea donc plutôt vers Dorian, réalisant une bête feinte de corps pour se retrouver près de lui et le repousser en direction de Jacques : le chemin vers le blessé était à présent libéré. Vincent Carter sauta alors par-dessus Frédéric Vaïsse pour se retrouver dans son dos. Ainsi à l'abri d'une réaction de son père, le fils Carter enfonça sa lame dans le ventre de sa cible, puis l'attrapa et la serra dans ses bras...

« Adieu, mon amour. Ne m'en veux pas, mais j'ai d'autres priorités. »

Le regard surpris du mourant semblait plus sincère que les paroles de son bourreau. Vincent projeta alors le corps de Frédéric en direction des deux autres, puis pris appui sur lui pour repasser dans l'autre sens, décochant un coup de pied à la tête de Dorian en passant : pour lui, le rouquin était un rival pour obtenir l'estime de Slayn. S'il pouvait le discréditer en le considérant comme un allié de Jacques Carter, il avait tout à y gagner. La folie de Vincent le rendait parfaitement sûr de ses décisions, lui donnant une résolution sans faille. Toutefois, s'il était revenu à la charge, ce n'était pas uniquement pour frapper Dorian : il avait aperçu son Saigneur au loin, courir en direction de la crypte et c'était donc sa prochaine destination à lui aussi.

Et par conséquent, c'était aussi dans cette direction que Jacques et Dorian le poursuivirent.





[Assemblée générale]

Comme certains habiles lecteurs l'auront peut-être remarqué, la crypte semblait donc être le point de rendez-vous de plusieurs personnes, cette nuit-là. Et en effet, Vaya et Anna arrivèrent les premières sur les lieux, bientôt suivies de Slayn, puis Vincent et enfin Jacques et Dorian. Chacun d'eux, en pénétrant les lieux, put constater que ce qui devait s'y trouver s'y trouvait bel et bien.

Toutefois, il semblait que la situation ait besoin d'un peu d'aide pour se résoudre, car le trésor risquait fort de ne pas pouvoir être emporté si facilement. D'autant que c'est aussi le moment que choisit quelqu'un d'autre pour arriver : après avoir fait un petit massacre dans la salle principale, Lili Grâce avait vidé les lieux en voyant d'une part que ses alliés n'étaient plus là, d'autre part que ses ennemis commençaient à trouver des armes mieux adaptées à la gestion d'un Loup-Garou. Elle entra donc elle aussi dans la crypte, en traversant simplement un mur, mais les troupes rouge argenté n'allaient sans doute pas tarder non plus...






[Anna / Vaya : subtile très correcte, mais malgré tout quelques légers manques qui m'ont donné du mal pour arriver là où je le souhaitais. Bon, au final, le résultat est tout de même pas mal.
Anna, ton épaule est touchée, mais comme je l'ai précisé, la blessure n'a rien de grave, évite juste de trop forcer sur le bras supérieur droit.

Slayn : bonne subtile aussi, tu as réussi à gérer un état de santé pas forcément encourageant. Tes blessures les plus importantes sont soignées, mais il te reste tout de même des traces de ton combat, comme une perception un peu floue de ton environnement.

Dorian : je reconnais que je t'avais dit ne pas demander grand-chose, dans la mesure où tu ne devais pas être la cible principale de Vincent, mais je dois avouer que j'ai tout de même été un peu déçu par ta subtile, qui était un peu vide, à vrai dire. Si j'ajoute à cela que dans cette subtile, tu parles de « te défendre » sans rien préciser de plus malgré une maîtrise assez faible du type d'arme à disposition, je me retrouve forcé de ne t'accorder qu'une capacité de défense extrêmement limitée : surtout, il ne faut pas hésiter à détailler davantage, d'autant que je sais que tu es capable de faire mieux.

Tous : vous l'aurez compris, tout le monde se retrouve pour le gros bordel final. Si vous avez des questions, si vous voulez tenter un dialogue (il y a moyen, oui) ou même simplement comme ça, gratuitement, par plaisir, je reste à votre disposition.]

_________________
Crédit avatar : *deathtoll1912

On ne contrarie pas celui qui joue avec les fils auxquels tient votre vie…
…surtout quand il a une paire de ciseaux à la main.


Pour dialogue : MJ.Maynlie@hotmail.fr
(Veuillez prendre rendez-vous par mp.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dorian
Au doigt et à l'œil
avatar

Messages : 236
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Mar 13 Déc - 23:48

Un mort sur les bras, un coup sur la tête ; la rencontre avec Vincent ne s'acheva pas vraiment comme escomptée. Celui-ci prit la poudre d'escampette aussitôt son méfait accompli, à la poursuite de son destin, ou plutôt dans le cas précis de son Maitre. Laissant Frédéric où il était tombé, Carter père et le marin borgne, déçu de son inefficacité dans cette incartade-là, se précipitèrent à la suite du rejeton fanatique. Dorian se demandait si Vincent l'avait reconnu, s'il avait alors cru qu'il agissait en traitre à son « Seigneur » mais il réalisa surtout que le pauvre bonhomme avait grillé un fusible. On est bien d'accord que ce genre d'objet n'est guère en vogue dans l'époque qui nous intéresse mais c'est l'image la plus claire pour décrire l'état mental de Vincent. En tout cas, depuis l'extérieur. Mais c'était sans avoir une connaissance approfondie de l'état fanatique dans sa définition générale. Bref, pour le pirate, le rouge était devenu fou et par conséquent dangereux et difficile à gérer. Au mieux, Slayn serait capable de le calmer, mais le raisonner était une autre paire de manches.
Voilà à quoi pensait le navigateur tandis que Jacques et lui courraient à la suite du fils prodige dont le retour n'était pas attendu. Enfin, si Vincent n'avait été que leur seul problème, ça aurait pu aller... Dorian n'eut guère le temps de s'enthousiasmer de revoir les filles et le vampire dans un état correct. Un fracas de pierre accompagna leur arrivée et la gueule acérée d'une garoute en colère fit son apparition. Lili avait échappé à ses adversaires à cape rouge et avait décidé de se trouver d'autres copains de jeu. Était-ce par l'odeur alléchée qu'elle avait suivi les dernières traces de son compagnon jusqu'à cette crypte ? Si ce n'était pas le cas, les trainées sanglantes que portait le Saigneur des lieux n'aideraient pas la "belle bête" à se calmer. Et Dorian savait que Jacques, avec qui elle était arrivée lorsqu'elle ressemblait encore à une jeune femme, ne ferait rien pour l'arrêter malgré son état sensiblement dangereux. Sa cible serait tous ceux qui s'opposeraient à sa fureur et le père Carter n'y frotterait pas sa barbe grisonnante surtout si ça pouvait permettre d'arrêter Valentine. Suite à cette réflexion, Dorian ne vit qu'une option se dessiner devant lui. Ils devaient partir avec un avantage, si mince soit-il, pour espérer battre Lili Grâce.

Il se tourna légèrement vers son accompagnateur et même s'il respectait et comprenait son combat, il devait être son ennemi à cet instant. Et d'une voix claire et haute, dont les intonations résonnèrent sur les murs de pierre, le pirate roux donna le seul indice dont il disposait :
" De l'argent ; utilisez de l'argent pour la battre ! Des armes en argent ! "
Il regarda Carter l'air désolé, les doigts resserrés autour du manche de la dague de Frédéric. Il ne savait pas utiliser correctement ce genre d'arme courte mais il ne comptait pas l'abandonner pour autant.

" C'pas contre vous... " dit-il, en balançant, avec toute sa force, son coude en direction des côtes de son voisin. Il n'avait rien contre cet homme-là et ça l'ennuyait de devoir le mettre hors-service... Enfin, au moins de l'occuper...


[Subtiles demain]

_________________


Navigation (14) : Marin 6 ; Voile et vent 3 ; Orientation en mer 5
Poing (3) : Base offensive 3
Sabre (6) : Base offensive 3 ; Parade 2 ; Feinte et déplacement 1
Physique (3): Endurance 3
Connaissance (2) : Déchiffrage 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Mer 14 Déc - 5:17

C’est une Anna hagarde qui sortit des bois pour rejoindre sa compagne de fortune. Elle tenait toujours son couteau à la main qui dégoulinait encore de sang. Elle était éclaboussée de liquide écarlate et avançait comme une somnambule. Seule la chevelure de feu de sa coéquipière lui servait de repère pour savoir où elle était.

Tout sentait le sang autour d’elle. Elle n’arrivait pas à encaisser ce qui c’était passé. La révélation de son pouvoir de faire mal à quelqu’un et peut-être de le tuer, avait déjà été difficile à digéré lorsqu’elle avait presque étouffé à mort un des hommes de mains qui était venu la chercher. Mais là c’était différent, ce n’était pas une réaction instinctive qui lui avait donné l’impression d’être naturelle et de simplement redécouvrir ce dont son corps était vraiment capable. Non, là elle avait tout bêtement paniqué. Le garde l’avait surpris, l’avait attrapé et elle avait perdu toute notion de mesure. Elle l’avait frappé et frappé et frappé encore, sans même se rendre compte qu’il était déjà mort, elle avait frappé au couteau avec l’envie de le détruire, de l’annihiler complètement jusqu’à ce qu’il disparaisse.

Et pour tout cela, Anna ne semblait pas bien comprendre ce qu’il s’était passé et avait l’air franchement ailleurs jusqu’à ce que ses pensées puissent trouver un support où se poser. Et ce support pris la forme de ce qui lui parut comme une montagne d’objets brillants. Son cerveau profita de l’occasion pour renvoyer d’un revers le marasme sanglant vers un coin obscur de son subconscient et la naga se retrouva à béer devant cette vision incroyable qui s’offrait à elle.
Sans y penser elle rangea son couteau à sa ceinture et essuya ses mains sur son poncho pour mieux s’approcher et toucher le trésor. Il était bien réel.

*C’est beaaaaau !-(*.*)- *
Oui, il paraît que les filles sont très sensibles à tout ce qui brille.
*Non, c’est pas ça. Enfin si, mais…*
Non mais si ?
*Shhht, laisse moi penser. Je n’ai jamais vu… autant de richesses.*
C’est ça une chasse au trésor ma belle, maintenant va falloir t’y faire parce que vous allez l’emmener.
*T- tout tu crois ?*
Oui, il me semble. Et même qu’une bonne partie devrait te revenir si on est logique.
*Nyaaah… c’est pas possible. Tu m’embrouilles encore plus !*

Anna était en train de passé ses doigts dans un tas de chaines et de pendentifs pour essayer de se convaincre encore de ce qu’elle voyait, quand Slayn arriva. Elle le regarda d’un air surpris et un sourire se fit sur son visage. Il allait bien et il avait -enfn- finit par la retrouver. Mais très vite il y eu foule dans cette pièce au trésor. Le vampire, puis Vincent qui eu le privilège de recevoir un regard de reproche de la part d’Anna, après le borgne mignon avec un vieux papy (attention à ne pas mélanger) et enfin un monstre qui n’aimait pas les portes.

En voyant ce dernier arrivant Anna se recula et se recroquevilla au sol. Son instinct lui disait que cette créature était dangereuse. Et des bribes de souvenirs lui dirent que cette créature était vraiment très dangereuse.

*C’est ça un loup-garou ?*
Ouaip, c’est beau hein ?
*Ça a de grandes oreilles, un grand nez, de grands yeux et de grandes dents.*
C’est pour mieux te plaire mon enfant.
*J’ai peur…*
Non c’est bon, Vaya est rousse et porte une cape rouge, c’est elle qu’il bouffera en premier.

C’est alors que Dorian leur cria quelque chose et Anna comprit qu’elle risquait à nouveau de se retrouver pleine de fluides corporels.

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vaya
Docteur Frankenstein en herbe
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 14/04/2011
Localisation : 21-France

MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   Mer 14 Déc - 12:15

Le petit chaperon rouge Vaya revenait des bois, courant pour rejoindre la crypte. Le vent froid de l’île lui fouettait le visage tout comme les branches courtes des arbustes environnants. Elle reprit son souffle et essaya de faire le tri dans ses idées. Elle avait du mal à suivre le flots incessants de pensées qui l'assaillaient sans logique, trop fatiguée pour réfléchir vraiment. Depuis leur arrivée, cela avait été plutôt mouvementé, et ils avaient tous été plus ou moins emportés dans ce tourbillon de folie. Heureusement, l’éclat brillant qui étincelait de la crypte la fit sourire. Cela sonnait comme le Graal. Ils touchaient enfin au but. Elle se retourna, Anna était là, elle ne l’avait pas entendu revenir. Celle-ci avait l'air hagarde, enfin, un peu paumée quoi. Vaya s'en voulut de lui avoir donné des ordres. Même si ça avait semblé utile sur l'instant. Elle s'approcha d'elle et lui serra furtivement les épaules (du haut haha) d'un bras léger, lui montrant qu'elle n'était pas seule.

"ca va aller."

Mais très vite, la vue du trésor les ramena à la réalité...
Les deux filles ne ratèrent pas l’arrivée de Slayn, ainsi que celle de Vincent et des autres à la suite…
Elle étouffa un juron de rancœur en comprenant que tel un petit chien, le rouge suivait son maître, tout bonnement. Incapable de juger et de vivre pour lui-même, il en était pathétique. Elle l’aurait bien étranglé sur place, si l’arrivée d’une bête sauvage et sanguinaire lui fit momentanément passer son envie de vengeance. Finalement, il allait peut-être servir le temps de gérer le gros problème poilu qui venait d’arriver. Dorian leur lança un conseil, pour battre la bête. utiliser de l'argent... hum, super. Il y avait plus d'or que d'argent ici... Se dépêchant, elle avisa alors celle qu’elle avait en main… Deux armes vides.

Arrachant sa cape trop voyante, elle contourna le trésor et prit les premiers trucs brillants d'un éclat lunaire qui passaient par là, une vieille chaîne et un coutelas fort joli au passage, en priant que ce soit de l'argent. Lorsqu'elle se retrouva dans l'axe de la louve, de manière assez éloignée pour éviter de se faire repérer de suite et d'essuyer une attaque au contact mais pas trop loin pour tirer, elle rechargea son arme à feu. La chambre de celui-ci, vieille mais efficace, avait un peu de jeu. Elle avait prit un bout de la chaîne cassée qu'elle avait ramassée et se saisit d'un des maillons. Sa très petite taille lui permettait de l'insérer dedans juste avant la balle. Il n'y avait plus qu'à ne pas se rater...

_________________


Connaissance (17) : déchiffrage 6 | investigations 6 | érudit 5 Médecine (6) : premiers soins 4 | traitements médicamenteux 2
Tir (pistolet) (5) : Base offensive 3 Précision 2 Corps à corps (poignard) (4) : Base offensive 3 | parade 1
Larcin (4) : Discrétion 4 Résistance aux poisons (1) : 1 Navigation (1) : Marin 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Équipage de Tarlynn] L'aventure, c'est la dèche
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: En pleine mer :: Terre en vue-
Sauter vers: