AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des débuts difficiles...

Aller en bas 
AuteurMessage
Fœkaos
Personne Bannie
avatar

Messages : 229
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Des débuts difficiles...   Ven 27 Mai - 22:56

La traversée fut longue. Ne connaissant qu'un seul moyen de se déplacer correctement, Fœkaos avait pris son envol dans la direction de Clavinia sans la moindre hésitation. Il avait évidemment repéré ces « grands trucs » qui flottaient sur l'eau et dont les déplumés se servaient, mais il n'en avait pas saisi l'intérêt : après tout, il n'avait pas besoin de ça pour traverser l'eau, lui.

Au bout d'un moment, toutefois, il dût reconnaître qu'il avait peut-être fait une erreur... Il était certes capable de passer d'une île à l'autre quand il était sur un archipel, mais traverser de grandes étendues d'eau sans se reposer, c'était tout autre chose. La fatigue le gagnait, alors qu'il ne voyait pas la moindre terre pour se poser. Du coup, pas moyen de faire une pause de vingt minutes toutes les deux heures, ce qui était plutôt fâcheux.

En plus, c'est pas le genre de situation où on peut reposer une aile en ne volant qu'avec l'autre, c'est carrément pas pratique. Maintenant, je vais prendre une pause, pour vous laisser prendre le temps d'imaginer une Harpie en train de ne voler que d'une aile, histoire de bien comprendre pourquoi c'est pas pratique...









C'est bon, ça y est ? Bon, bref, c'est pas parce que j'ai pris une pause que Fœkaos pouvait en faire autant. Du coup, ce qui devait arriver arriva. Non, il ne tomba pas à l'eau bêtement comme une pierre (et il ne s'est pas non plus cassé l'aile en tombant, y a pas beaucoup d'orangers en plein mer). Il tomba, oui, mais avec classe. Malgré tout, quitte à être ridicule, autant l'être dignement. C'est vrai, ça rend moins fort, certes, mais chacun ses priorités...

Du coup, il ne fit pas un gros « Splash ! » sonore en s'éclatant contre la surface de l'eau, non. Il fit ça en douceur : ben oui, il avait eu le temps de se rendre compte qu'il allait tomber, quand même, il était donc déjà descendu avant... Et tant qu'à faire, il était parvenu avant cela à se rapprocher d'un de ces « grands trucs » qui permettaient aux humains de voyager sur l'eau, espérant peut-être trouver de l'aide auprès d'eux. On a beau avoir sa fierté, parfois, le choix est très restreint.

Pour le coup, il fut trop restreint, même : les marins, alliés du Gouvernement, n'avaient pas la moindre raison de secourir un humanoïde...

Normalement, c'est là qu'on se demande comment le joueur va se débrouiller pour ne pas faire mourir son personnage dès son premier message. Ben... Si j'essaie de vous dire que j'ai pas trouvé, je sens que vous allez avoir du mal à me croire, n'est-ce pas ? Bon, le meilleur moyen de savoir, pour moi, c'est encore d'essayer, non ?

J'ai pas trouvé, désolé, Fœkaos est mort noyé...

Maintenant, sachant qu'il y a encore un gros paquet de texte derrière, je sens bien que vous n'y avez pas vraiment cru. Je ne vais pas mettre du Lorem Ipsum juste pour combler dans un RP, après tout (même si j'avoue avoir été tenté)... Bon, on va donc passer à une version un peu plus encourageante...

Heureusement, Fœkaos n'avait pas réellement besoin qu'on veuille de lui. Une fois que les marins s'étaient désintéressés de l'homme-oiseau, il parvint à monter discrètement à bord. Un coin certes très exposé aux caprices de la mer, mais pour l'heure, ce n'était pas là que le plus grand danger se trouvait. En tout cas, la Harpie parvint à se reposer suffisamment pour reprendre son envol afin de trouver un autre « grand truc », dont les marins se montrèrent plus hospitaliers : il put ainsi se reposer et se restaurer, ce qui était plutôt cool.

Ce petit coup de chance permit donc à Fœkaos de repartir vers Clavinia dans de meilleures conditions. Oui, ce n'était pas une destination très commune, à vrai dire, et le « grand truc » qui avait accueilli Fœkaos préférait même l'éviter... De toute façon, lui-même se sentait bien plus à l'aise dans les airs que sur les flots, c'était quand même beaucoup plus stable...

Finalement, au bout d'un certain temps et grâce à de semblables étapes, notre drôle d'oiseau parvint à sa destination : Clavinia, la ville pirate.

Comme il l'avait craint, c'était immense. Pas facile de retrouver quelqu'un qu'il ne connaissait pas là-dedans. N'ayant guère envie de perdre du temps sur des détails, la Harpie se renseigna donc de la manière la plus efficace qu'il envisageât. Avisant la foule au port, il resta en hauteur, survolant les travailleurs, et cria à la cantonade :


« KAAAAAAAAATE ! »

Aussi étrange que celui puisse paraître, personne ne lui répondit, quel que fût le nombre de ses tentatives. C'est pourquoi il opta pour une autre tactique : demander à la foule.

« EST-CE QUE QUELQU'UN SAIT OÙ JE PEUX TROUVER KATE ? »

Là encore, personne ne lui prêta réellement attention. Bon sang ! Ces gens étaient-ils donc tous sourds ? Ou bien ne comprenaient-ils simplement pas ce qu'il disait ? Perdant patience, Fœkaos se résolut finalement à interroger une personne seule, en face-à-face, afin de comprendre pourquoi personne ne lui avait répondu. Non, l'idée que personne ne s'intéressât à lui ne lui avait pas vraiment effleuré l'esprit, jusqu'ici...

N'appréciant guère, toutefois, l'idée de se poser au milieu de tant de gens, il chercha un endroit un peu moins bondé. Pour cela, le plus simple était de s'éloigner des quais. Décollant une nouvelle fois, Fœkaos chercha s'il pouvait trouver une personne isolée auprès de qui il pourrait se renseigner.

S'éloignant du port, notre aventurier comprit bien vite qu'il lui serait difficile de se poser dans une rue. C'est vrai, mettez-vous un peu à sa place, aussi.... Enfin pas trop non plus, hein... Déjà, parce que je vois pas bien où peut se trouver Fœkaos si vous êtes à sa place. Et aussi parce qu'à mon avis, vous ne savez pas très bien voler, donc ça risque d'être dangereux et faudra tout nettoyer après, c'est pas super. En tout cas, même sans ça, je pense que vous devriez comprendre qu'il faut plus de place que ça pour déployer ses ailes. Comment voulez-vous atterrir correctement dans des rues aussi petites ?

Euh... Oui, certes, en volant mieux que ça... C'est juste... Bon... Ben faut avouer que Fœkaos ferait peut-être bien de s'y mettre un peu, parce que c'est bien beau de savoir chanter, mais ça fait pas tout, hein... Faudra songer à lui suggérer, un jour...

Bref. Ce n'est finalement qu'en arrivant au niveau de la Grande Place que Fœkaos repéra une occasion d'atterrir près de quelqu'un. Oui, je précise, parce que sinon, il aurait pu se poser sur un toit, hein, mais ça resterait moins pratique pour parler. Mais là, il y avait de la place et un passant. Sans se poser plus de questions, Fœkaos se contenta de plonger vers sa cible. Peu avant d'arriver au niveau du sol, il redéploya ses ailes en grand afin d'amortir sa chute et atterrir avec classe.

Se posant donc juste devant le quidam qui l'intéressait, il l'apostropha donc :


« Dis, tu sais où je peux trouver Kate, toi ? »

Avant d'ajouter, avec une moue blasée:

« Ou au moins pourquoi personne ne me répond ? »

_________________
Crédit avatar : Megan Wyreweden.
Fœkaos, chanteur du Jazz Band, Apprenti Chanteclerc à la recherche de la légende déesse perdue…

Harpie (20) :Chant pur (6)Vision de l'aigle (3)Rudiments de vol (4)
Serres puissantes (3)Chant de guerre (1)Chant de séduction (3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jézabel
Personne Bannie
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 04/04/2011

MessageSujet: Re: Des débuts difficiles...   Lun 30 Mai - 10:26

Rester et être démasquée ou s'enfuir en se démasquant soi-même ?

Il est des moments dans la vie où il faut savoir faire un choix. Heureusement il y a ces rares moments où le choix s'impose de toute façon de lui même.
« Qui a fui peut combattre à nouveau. ». Cette phrase d'un grand défenseur de la liberté en son temps tournait dans la tête de Jazz alors qu'elle ramassait prestement ses effets. Elle la soutenait moralement alors qu'elle était sur le point de saborder un plan qu'elle avait mis tant de temps à élaborer. Elle perdait beaucoup, mais sauvait sa tête. Mieux valait sacrifier les œufs d'or que l'oie qui les pondait !
Avant la fin de la semaine elle embarqua sur un navire clandestin à destination de Clavinia « la Résistante ».

On pourrait entrer dans les détails du pourquoi du comment mais les raisons sont encore trop douloureuses pour être abordées ici.
Chaque chose en son temps.

Nous disions donc que Jazz embarqua sur un navire pour une destination fort fort lointaine.
La belle s'éloignait de plus en plus de son île natale mais elle avait la certitude que le jeu en valait la chandelle. Elle était convaincue qu'il n'y avait que là-bas qu'elle acquerra le pouvoir nécessaire pour renverser l'ennemi. La route serait longue mais elle était persuadée qu'en ayant la foi en soi-même, on triomphait quoi qu'il advienne.
Oui, quand on est aussi sûre de soi que la miss, il arrive parfois qu'on se prenne pour Dieu...


C'est comme ça que son poing s'écrasa avec conviction sur la table faisant sursauter les marins qui cuvaient le rhum qu'ils avaient bu plus tôt tandis que Jazz s'était égarée dans ses pensées à mille lieues d'ici.
Elle se releva prestement et regagna sa cabine pour la nuit.
Le voyage se passa sans encombres si ce n'est les quelques hauts le cœur de la belle qui ne l'empêchèrent pas de glaner diverses informations sur sa destination.


Une petite bourse de pièces en moins et Jézabel put enfin poser pied à terre.
Qu'il était bon de voir autre chose que de l'eau et des marins, aussi imbuvable l'une que les autres pour ne rien arranger. La belle ne s'attarda d'ailleurs pas plus sur le port, préférant les lieux un peu plus civilisés. C'est comme ça que Jazz et ses affaires prirent la route que leur indiquaient ses pieds.

C'est en suivant cette route qu'elle se retrouva sur ce qu'on appelle communément, une grand'place. Lasse de son long voyage et de cette marche, elle décida de faire une halte au bord de la fontaine. C'est comme ça qu'elle posa malles et ombrelle avant de s'asseoir sur le rebord. D'un geste gracieux elle attrapa son éventail avant de l'agiter frénétiquement pour se rafraichir.

C'est d'ailleurs à ce moment là qu'un oiseau-homme ou homme-oiseau -les deux se ressemblant sensiblement- fit son atterrissage sur la grand'place. De bien jolies plumes qui feraient certainement un bon éventail – ça serait bien de pas le plumer à peine entrevue-.

A peine posé que déjà ça piaille.


« Dis, tu sais où je peux trouver Kate, toi ? »

Avant de piailler de nouveau d'un air blasé :

« Ou au moins pourquoi personne ne me répond ? »

Un soupire d'exaspération s'échappa des lèvres de la douce.
Premier contact depuis sa mise à pied, premier contact avec un badaud sans manières.


« Bonjour madame, excusez moi de vous déranger blablabla...
Avec ce genre d'approche, on obtient d'avantage de réponse 
» dit-elle en levant les yeux au ciel tout en agitant sa tête d'un air exaspéré.

« Enfin bref, voilà pour la réponse à votre deuxième question.

Et pour l'autre question, je peux peut-être y répondre mais comme vous n'avez pas été très poli jusque là...
 »

_________________
La séduction a toujours été une histoire de manipulation.
Avatar : Pootangodude
Connaissances (16) : Déchiffrage (6), Investigation (6), Erudit (3), Scientifique (1)
Médecine (6) : Premiers Soins (6)
Navigation (2) : Marin (2)
Escroquerie (2) : Triche (2)
Corps-à-corps [Petites lames] (3) : Bases offensives (3)
Agilité (3) : Souplesse (3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fœkaos
Personne Bannie
avatar

Messages : 229
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: Des débuts difficiles...   Sam 4 Juin - 16:14

La première réaction du quidam fut de répondre par un soupir. Non, pas un silence, non, cela ressemblait plutôt à un souffle, dont Fœkaos eut du mal à saisir le sens : s'agissait-il d'un langage sans parole ? Ça lui semblait peu probable...

« Bonjour madame, excusez-moi de vous déranger blablabla... »

Alors ça, il faut bien avouer que Fœkaos ne s'y attendait pas du tout. S'il comprenait bien, ce quidam le prenait pour une femelle et semblait avoir l'impression de le déranger. En plus de ça, ses yeux se levèrent, alors que Fœkaos s'était quand même posé avant de lui parler. Était-il demeuré ? En tout cas, la Harpie n'y entendait goutte.

Heureusement, le déplumé éclaira sa lanterne aussitôt : en fait, ce quidam était une dame qui exigeait quelque chose en retour avant d'accepter d'aider Fœkaos. Sachant que lui-même aurait probablement été peu disposé à aider ainsi un inconnu, voilà bien un point de vue que Fœkaos était capable de comprendre.

Soit. Si la femelle ne demandait que si peu en échange, c'était un prix qui convenait au jeune chanteur. Plein de bonne volonté, il répondit donc :


« Bonjour madame, excusez-moi de vous déranger blablabla... Tu sais où est Kate ? »

La déplumée sembla confuse en entendant cette réponse. C'était bon signe, il avait dû la surprendre en acceptant ses conditions aussi vite. Il était temps de lui en mettre plein l'ouïe.

« Si tu veux une compensation, je suis prêt à chanter pour toi. »

Essayez à présent de visualiser la situation. Une jeune femme attendait près de l'eau, quand elle a vu arriver un volatile qui s'est posé juste à côté d'elle. Même s'il n'envisage pas de l'emmener, ni de glisser son cou dans sa main, cela ne vous rappelle-t-il pas la chanson que Fœkaos interpréta à ce moment-là ?

Sans le moindre doute, la femelle apprécierait. C'était certain, elle allait... -Sclack !- … lui asséner un coup d'éventail ? Euh... C'était pas prévu, ça, tiens.


« Hé, mais ça fait mal ! C'est pas ce que je t'ai demandé ! Tu as déjà oublié ? Je cherche Kate, tu sais où elle est ? »

« Oui, je sais où elle est. »

C'est à ce moment-là que le Gouvernement lança une attaque surprise contre la ville pirate : personne n'avait imaginé cela, mais ce fut en tout cas le début d'une bataille acharnée...

Ou pas... Oui, tout ça pour dire qu'un ange passa... Oui. Alors que Fœkaos attendait avec impatience que la déplumée continue sa phrase, celle-ci se contentait de s'éventer. Ce ne fut qu'au bout d'un moment qui parut long, très long à la Harpie que le silence relatif fut à nouveau rompu.


« Et... Où est-elle ? »

« Hum, j'ai déjà répondu à deux questions. Je suis épuisée, c'est à ton tour de m'aider. »

« ...
Je t'ai déjà chanté une chanson, ça te suffit pas ? »


« Trop de questions tuent la question. Puis, j'ai jamais demandé à ce que tu pousses la chansonnette. »

« Par contre, tu peux répondre à mes questions. Aux deux questions auxquelles j'ai droit si je compte bien. »

Fœkaos ne comprenait pas bien ce qui se passait : il avait accepté ses conditions, pourquoi refusait-elle de l'aider ?

« ...
C'est quoi, ton problème, t'as pas aimé ma chanson ? »


La femelle leva alors un doigt et, alors que Fœkaos suivait celui-ci du regard, elle le posa simplement sur les lèvres du chanteur, à défaut de bec d'oiseau, le faisant ainsi taire.

« Chacun son tour, on a dit.Telle est la règle.
Qui es-tu et que lui veux-tu à Kate ? Après, je te promets de répondre à tes deux questions suivantes. »


Ah ben quand même, on avançait : même si Fœkaos n'avait pas bien saisi pourquoi, l'étrangère posait de nouvelles conditions, qui ne lui semblaient pas dérangeantes. Normalement, il aurait sa réponse sous peu.

« ...
Je suis Fœkaos. Je veux que Kate m'accepte comme élève.
Où est Kate ? »


« Une chanson ne me suffit pas non.
De plus, la question de savoir si j'ai aimé ou pas est sans intérêt, il serait plus sage de savoir si ça me sert ou pas.
Voilà, j'ai répondu aux deux questions suivantes.

Mais ne restons pas là en plein soleil, allons plutôt nous asseoir à l'ombre d'une auberge, devant un bon repas. Je suis sûre que tu as faim ! »


Alors ça, c'était vraiment pas du tout ce que Fœkaos avait prévu. Pourquoi ça pouvait pas être plus simple ? Cela étant, il devait bien reconnaître que l'étrangère avait fait ce qu'elle avait dit. Néanmoins, ce qu'elle avait dit le laissait tout de même perplexe : de quoi parlait-elle ?

« ...
Hééé, c'est pas sympa !
...
C'est quoi, une aub... Montre-moi où tu veux aller, j'ai rien compris. »


Avait-il rêvé ? Fœkaos eut l'impression de voir un léger sourire au coin des lèvres de la femelle. Elle se disait simplement que la leçon semblait commencer à rentrer, mais, il faut bien l'avouer, la Harpie ne lisait pas ses pensées et estima simplement que ça devait être dû à la lumière : Fœkaos avait déjà remarqué que ça avait parfois tendance à faire plisser les yeux et sourire les bouches.

« Bien, suis moi ! Nous pourrons faire plus ample connaissance une fois le ventre plein. »

« Si tu veux manger, pas de problème, je dois pouvoir chasser quelque chose dans le coin. Pas besoin d'aller... là où t'as dis. »

« D'accord, chasse-moi un cari ti'jacque au boucané de poulet, je t'attends ici ! Sinon, tu te contentes de me suivre ! »

Chasser un quoi ? La première tentation de Fœkaos fut de demander à quoi pouvait bien ressembler cet animal, mais... Il ne voulait pas tomber dans le même piège : il fallait qu'il évite de poser des questions. Une fois de plus, quoique commençant à être un peu blasé, Fœkaos accepta les conditions que lui posait la femelle.

« ...
Je te suis. »


« Brave petit. »

Sans nul doute, c'était bien un air de grande satisfaction qu'elle affichait. Quelque part, Fœkaos n'était pas certain d'aimer ça...

Quoiqu'il en soit, il suivit l'humaine de sa démarche mal assurée : ce n'est pas parce qu'on sait marcher qu'on aime bien le faire quand on a un autre mode de déplacement bien meilleur. Cela dit, dans ces rues... Bref, je crois avoir déjà évoqué le problème il n'y a pas très longtemps : il ne pouvait pas voler ici. De ce fait, Fœkaos n'aimait pas se sentir aussi à l'étroit. Il se sentit pâlir quand il comprit ce que recherchait la femelle : une auberge, c'était donc un endroit fermé. Vous savez, un de ces trucs avec des murs et un toit. Fœkaos n'avait jamais compris comment des gens pouvaient apprécier d'aller dans des endroits comme ça et encore moins pourquoi ils les construisaient. Enfin, les deux étaient peut-être liés, vous me direz... En tout cas, lui-même sentait qu'il n'y serait jamais à l'aise.

Malheureusement, s'il voulait trouver Kate, il n'avait pas réellement le choix. Il avait su dès le départ qu'il lui faudrait faire des sacrifices, il n'avait juste pas songé qu'ils pussent être de cet ordre. Il n'aimait pas ça du tout, mais bon. Prenant une grande bouffée d'air, Fœkaos se résolut à entrer.

_________________
Crédit avatar : Megan Wyreweden.
Fœkaos, chanteur du Jazz Band, Apprenti Chanteclerc à la recherche de la légende déesse perdue…

Harpie (20) :Chant pur (6)Vision de l'aigle (3)Rudiments de vol (4)
Serres puissantes (3)Chant de guerre (1)Chant de séduction (3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jézabel
Personne Bannie
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 04/04/2011

MessageSujet: Re: Des débuts difficiles...   Dim 5 Juin - 20:40

Jazz s'amusait beaucoup.
L'homme-oiseau avait certes des lacunes en matière de bonnes manières avec lesquelles Jazz jouait. Elle jouait, c'était un fait mais elle ne perdait pas de vue quelque chose que beaucoup n'aurait pas compris. La harpie avait beau être naïve, Jézabel lui voyait déjà une utilité. Elle n'avait aucun doute quant au fait qu'avoir un individu capable de voler serait une force, la première pierre à son édifice, une des clef de son équipage.
Il en lui restait plus qu'à ferrer l'animal. Chose qui s'avéra pas bien difficile pour la belle, jouer sur les mots, elle adorer ça. Les choses se déroulèrent même bien mieux qu'elle ne l'aurait pensé.

C'est comme ça que Jézabel se dirigea en compagnie de son nouvel ami vers une auberge.
Son regard fut attiré par une pancarte pour le moins accrocheuse.


Pancarte a écrit:
Bienvenue à l'auberge de l'âne qui tousse ! Un lieu convivial et cosy, un lieu où il fait bon vivre et manger. Allez y ! Prenez place à l'une de nos tables de chêne. Qu'elles soient près des fenêtres aux lourds rideaux prune ou dans le fond avec ses superbes fauteuils de velours noir.
N'ayez pas peur ! Laissez vous envahir par l'ambiance feutré et calme de ce haut lieux de la cuisine locale.

La pancarte était accrocheuse comme il le fallait.
C'est donc naturellement que Jazz poussa la porte pour entrer dans l'Âne qui tousse -sans mauvais jeu de mots- suivit d'un homme sans bec des plus enthousiaste. Après avoir balayé la salle du regard, la belle se dirigea vers un des table du fond, table coincée entre deux murs. Ainsi à l'écart, ils pourraient discuter plus tranquillement.
Nous noterons que Jazz ne prête aucune attention à ce que peut ressentir Foekaos en « l'enfermant » ainsi entre quatre murs. C'est donc sans surprise qu'elle ne remarqua pas que la harpie semblait de moins en moins à l'aise à chaque pas.
Alors que Jazz s’apprêtait à prendre un siège, elle remarqua que Foe était raide et pâle et lui dit :


« Vous n'allez quand même pas rester debout ! Vous auriez préféré quelque chose de moins intime, peut-être. Allez y, choisissez donc la table qui vous plait. »

« Je... je me sens mieux comme ça, je crois... Vraiment...
Est-ce que c'est ce que... Que vous mangez ? Des tables ?
 »

« Plait-il ?
Laissez moi donc m'occuper de tout.
 »

Ni une ni deux, la dame leva gracieusement la main à l'attention du serveur. Ce dernier s'empressa donc d'approcher de ces deux nouveaux clients pour prendre leur commande.

« Bonjour, nous prendrons deux plats du jour. Merci. »

Le serveur prit note de la commande, s'inclina légèrement et disparut dans les cuisines. Jazz avait été assez directe mais, il y avait des moments où il fallait savoir aller à l'essentiel. Passer commande quand on avait faim en était un.
La harpie quant à elle resta debout à regarder la scène sans en saisir le sens.


« Voilà.
Par contre, je persiste ans l'idée que vous devriez prendre un siège, ils sont très confortables.
 »

« Vous... parlez de ça ? Et... j'en fais quoi ? »

Jazz soupira pour ne pas s'énerver et se retenant de jurer, lui répondit :

« Il ne doit pas t'être bien difficile de faire la même chose que moi...

Donc tu poses ton postérieur dessus qu'on puisse discuter !
 »

Foekaos s'installa comme il put sur le siège faisant face à Jézabel sans sembler réellement à l'aise.

« Comme ça ?

On peut pas discuter normalement, ici ?
 »

« Le protocole chéri, le protocole.
Il est plus aisé de discuter assis dans un lieu fermé surtout si l'on mange en même temps.
»

Jazz esquissa un discret sourire.

« .. D'accord, mais... Je veux juste savoir où est Kate, moi... » dit-il en faisant une mine boudeuse.

Il ne demandait pas là lune mais, il faut croire que Jazzy prenait un malin plaisir à le faire attendre. A moins qu'elle ne soit en train d'essayer de lui faire comprendre quelque chose. Allez savoir !


« Tu es bien hâtif mon petit.
Prenons le temps de manger, nous ne sommes pas pressés.
"

C'est d'ailleurs le moment où le serveur ressortit des cuisines en compagnie de deux assiettes copieusement garnies. Après avoir posé les deux assiettes sur la table, il disposa pour s'occuper d'autres clients. Jazz se laissa envahir par l'odeur délicate du plat, ça la changerait de la cuisine de marin à n'en point douter.

« Qu'est-ce que c'est ? »

« De la nourriture. Tu n'en apprécies pas le fumé ? Vous ne cuisiniez pas de la où tu viens ? »

« Ben... On mange ce qu'on chasse. Et ça ressemble pas à ça. C'est un animal, ce truc ? »

« Tu poses bien beaucoup de questions.
Prends donc ta fourchette et goûte, tu verras c'est délicieux.
 »

Sans se faire prier, Jézabel joignit le geste à la parole et se saisit de sa fourchette pour attaquer cette appétissante entrecôte et son lit de petits légumes colorés.

« ...
Je veux bien faire des efforts, mais ça, non, je ne peux pas le faire.

Si je dois manger ça, alors je le mangerai à ma façon.
 » dit-il en commençant à se relever tant bien que mal.

« Ah oui.
Pas de bras pas de chocolat.
 »dit-elle en avisant les ailes de l'homme pas tout à fait homme.

« Bon, nous sommes dans un lieu publique, les bonnes manières s'imposent donc. »

jazz attrapa les couverts de la harpie, bien décidé à l'aider à manger de manière convenable.

« Fais "aaaaaah" »

« Je suis assez grand pour manger tout seul et je ne vois pas pourquoi je devrais manger comme un déplumé. »

D'un coup d'aile qui fait dangereusement pencher la table, l'oiseau renversa son assiette avant d'entreprendre de déchiqueter sa nourriture à l'aide de ses griffes. Lieu public ou pas, il mangerait à même le sol comme il l'avait toujours fait.

T__T
Jazz observa la scène d'un air consterner pourtant, elle se contenta de lui dire :


« Fais comme tu veux. »

La belle se contenta donc de poursuivre son repas sans se soucier plus que ça des manières du garçon. Elle était certaine qu'il ne tarderait pas à apprendre que dans certains lieux, il y avait des règles à respecter. Certes à ses dépens mais, ça faisait parti de la leçon qu'elle était entrain de lui donner sans qu'il ne le sache.
Et, ce qui devait arriver, arriva.


« C'est un établissement respectables ici ! Si c'est pour faire vos cochonneries, vous sortez d'ici! »

Foekaos le regarda un instant puis prononça un mot, un seul avant de quitter l'auberge.

« D'accord. »

Cependant, Jézabel n'intervint pas dans ce court échange entre la harpie et le serveur. Elle était consciente d'avoir probablement poussé sa leçon un peu loin mais elle voulait confronter au plus vite le garçon à la « civilisation ».

Ce n'est qu'une fois que l'oiseau fut sorti de sa « cage » que la douce se décida à agir. Elle attrapa son assiette et ses couverts d'une main avant de fourrer un jolie piécette dans la main du serveur en lui disant :


« Tenez, pour les 2 plats et les couverts. »

Se saisissant de sa malle de sa main restée libre, elle enjamba les restes de la harpie et sortit à son tour de l'auberge.


[Hrp : Suite est fin dans le rp de Foe /hrp]

_________________
La séduction a toujours été une histoire de manipulation.
Avatar : Pootangodude
Connaissances (16) : Déchiffrage (6), Investigation (6), Erudit (3), Scientifique (1)
Médecine (6) : Premiers Soins (6)
Navigation (2) : Marin (2)
Escroquerie (2) : Triche (2)
Corps-à-corps [Petites lames] (3) : Bases offensives (3)
Agilité (3) : Souplesse (3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fœkaos
Personne Bannie
avatar

Messages : 229
Date d'inscription : 30/01/2011

MessageSujet: Re: Des débuts difficiles...   Lun 6 Juin - 21:27

« C'est un établissement respectable ici ! Si c'est pour faire vos cochonneries, vous sortez d'ici! »

Fœkaos regarda le serveur un instant... Il n'aurait pu espérer meilleure excuse (ce qui n'a rien à voir avec l'Excuse, non).

« D'accord. »

Après tout, il ne voyait aucune raison de le contredire. Il s'était senti mal depuis qu'il était entré et les choses n'avaient fait qu'empirer...

Une fois dans la rue, à l'air (presque) libre, son visage reprit quelques couleurs : n'ayant plus que le ciel au-dessus de lui, il se sentait quand même mieux. Étant ainsi apaisé, il décida donc d'attendre un peu, au cas où la femelle sortirait.

Il avait eu raison, apparemment : peu après, elle sortit à son tour, une assiette à la main et sa malle dans l'autre. Marchant d'un bon pas, elle passa simplement à côté de lui et s'installa un peu plus loin, à l'ombre : là, elle posa sa malle, avant de s'asseoir dessus pour continuer son repas. Fœkaos s'approcha d'elle tranquillement.


« Ce serait quand même plus simple si tu me disais juste où se trouve Kate. Comme ça, ce sera réglé et j'irai me trouver de quoi manger... »

Faisant une pause dans son repas, la déplumée lui tendit un morceau.

« Goûte d'abord à la civilisation. »

Sans chercher à comprendre ce qu'elle voulait exactement dire par-là, Fœkaos se contenta de la regarder... sans rien dire... et sans bouger. Pour le moment, il n'avait pas l'intention de manger directement ce qu'elle tendait : comme il l'avait, il était assez grand pour se nourrir sans aide.

« En goûtant ce plat, tu te rendras compte qu'il est plus compliqué que tout ce que tu as goûté jusqu'ici.

Et bien la vie c'est pareil ! Tu vas vite te rendre compte que c'est plus compliqué que tout que tu as vu. »


Il restait hésitant : du peu qu'il avait eu le temps de manger dans l'auberge, Fœkaos avait pu se rendre compte que ça ne ressemblait effectivement à rien qu'il connût déjà. Il n'aurait su dire que c'était plus compliqué : certes, ça se mâchait plus facilement, mais ça, il n'était pas encore prêt à le reconnaître.

« ...
Si c'est si compliqué, autant simplifier ce qui peut l'être, non ? Je ne te demande qu'une chose... »


« Justement, je connais plusieurs Kate. Kate Leen, Kate Middleton, Kate Moss. Elles ont toutes le même nom mais aucune n'habite au même endroit. Et il y en a d'autres. »

Ah tiens, c'était pas prévu, ça. Quoique... En fait, la solution n'était pas si compliquée que la femelle semblait le croire !

« ...
Il y en a sûrement une qui s'appelle juste Leblanc Kate. C'est elle que je cherche. »


« Sûrement beaucoup qui s'appellent juste Kate.

Mais, je te propose de t'aider dans ta Kate. »


Ah, vraiment ! Elle avait l'art de tout compliquer. Il en savait pourtant assez sur la femme qu'il recherchait !

« Celle que je recherche est une chanteuse légendaire. »

« Alors si tu m'accompagnes, je ferai en sorte qu'on la trouve... si elle existe. »

« ... Bien sûr qu'elle existe, c'est elle qui a tout appris à Baktro ! »

Fœkaos nota toutefois qu'elle acceptait de l'aider, sans doute plus qu'il n'aurait pu l'espérer, au final...

« Je dois t'accompagner où ? »

« Tu seras l'éclaireur de mon futur équipage ! Partout où j'irais, tu me suivras... ou presque. »

Ne comprenant pas vraiment où la femelle voulait en venir, Fœkaos resta impassible en la voyant sortir une feuille de sa malle.

« Signe ici et tu obtiendras les réponses à tes questions. »

La seule chose que Fœkaos retint dans cette phrase fut l'idée d'avoir enfin ses réponses. Pour le reste, il y avait d'autant moins attention qu'il n'avait rien compris.

« Je... dois faire quoi ? »

« Dépose une goutte de ton sang pour marquer ton engagement à mes cotés. »

Pris d'un doute en entendant ces derniers mots, Fœkaos demanda juste une confirmation avant d'accepter.

« Euh... Je pourrai toujours devenir l'élève de Kate après ça, n'est-ce pas ? »

« Bien sûr, mon enfant. »

C'était tout ce dont il avait besoin...

C'est alors que je l'ai reconnu que le temps s'arrêta. Ou presque. Il ralentit fortement... Comme ça, on pourra profiter pleinement de cette scène magnifique où une pauvre Harpie sans défense (on parle d'une Harpie, pas d'un éléphant) va offrir sa liberté avec enthousiasme...

Maestro ? Puis-je vous demander une petite ambiance pour souligner la gravité de ce moment ?

Je vous remercie.




Ô Fortune ! Comme la lune dont l'état est variable, tu croîs et tu décrois sans cesse. La vie détestable tantôt néglige et tantôt ménage, par jeu, notre esprit. La pauvreté et le pouvoir fondent comme la glace.

Plus simplement, on pourrait dire aussi qu'il y a des hauts et des bas, mais quand même, ça fait moins classe, vous ne trouvez pas ?




Fœkaos commença à basculer son poids sur sa patte gauche. Puis, d'un geste assuré, alors même que son équilibre ne semblait pas encore être totalement stable, sa patte droite quitta le sol, en se déroulant jusqu'au bout de ses griffes. Un léger moment de doute passa, où il n'était pas entièrement certain de pouvoir continuer son geste tout en évitant la chute, il commença à plier son buste. Alors qu'il se penchait ainsi en avant, rapprochant son chef du sol, sa serre droite, elle, montait à la rencontre de son visage. C'était sans doute le plus pratique et le moins risqué des choix qu'il avait envisagé, il avait, semble-t-il, décidé de se griffer la tête. Sa serre passa au niveau de son torse, puis de son cou, elle hésita un instant devant son menton et sa bouche, mais ces zones-là étaient bien trop sensibles, à plus d'un titre puisqu'il préférait prendre soin de sa voix. Lorsque les griffes acérées dépassèrent les yeux du jeune chanteur, il n'y avait que de la précision et de la détermination dans son geste. Posant une griffe contre son front, il sentit une pointe de douleur. Rien de bien grave, ce n'était pas sa première blessure, non plus : sa grimace avait déjà disparu. Bien entendu, cette position n'avait rien de très stable, si bien que la Harpie ne parvint pas à empêcher une courte translation de sa patte, s'entaillant ainsi le front légèrement plus que nécessaire. Tant pis, cela ne se remarquerait sans doute pas. Suite à cela, il était temps d'entreprendre la phase de descente. Tandis que son corps se redressait progressivement, sa patte, elle, redescendait à la même vitesse, recentrant son centre de gravité de manière calculée. La serre défila de nouveau devant le visage, le cou, le torse et finalement tout le corps de la jeune Harpie, pour, enfin, retoucher le sol. D'abord les griffes, puis le reste de la serre. Fœkaos put alors répartir à nouveau son poids sur ses deux appuis, soulageant ainsi sa patte gauche qui, seule, l'avait soutenu pendant toute la durée de cette scène...

C'est-à-dire pendant à peine une demi-seconde...

Oui, ben j'avais prévenu que j'allais ralentir un peu, hein. Rapport à l'ambiance, tout ça. Comment, c'était un peu trop ? Il est possible de faire bien pire, mais bon, tout de même, je ne voulais pas exagérer... Bon, d'accord, je vais tâcher de revenir à peu près à la normale.


« Je ne suis pas ton enfant, mais ça me va. »

Posant son front sur la feuille que lui tendait toujours la femelle, Fœkaos la barbouilla de sang. Aussitôt après, sa détective privée rangea la feuille là où elle l'avait prise. Curieux, Fœkaos avait pensé qu'il y aurait une autre étape préliminaire...

« Et toi, tu ne mets pas ton sang dessus aussi ? »

« Non. Je n'ai qu'une parole et ne reviens jamais dessus. J'ai dit que je t'aiderai à trouver Kate, je le ferai. »

Cette réponse en aurait sans doute fait tiquer plus d'un : la femelle avait donc besoin d'une preuve de l'engagement de Fœkaos, tandis qu'elle-même ne mettait que sa parole en jeu. D'une part, elle doutait donc de la parole de la Harpie et d'autre part, elle refusait de s'engager aussi sérieusement que lui. Voilà qui risquait fort de...

« D'accord. Dans ce cas, allons-y ! ^o^ »

Ah oui, c'est vrai, Fœkaos n'est pas la plupart des gens... Forcément, pour lui, cette feuille n'avait rien de plus sérieux que la parole d'un individu. Il apprendrait sans doute son erreur plus tard, mais pour l'heure, il n'avait aucune raison de ne pas être satisfait du pacte qu'ils venaient de conclure. Il savait qu'il laissait la recherche de Kate entre de bonnes mains : après avoir noté avec autant d'attention que possible les rares détails Harpies de la déplumée (son visage, donc) afin d'espérer la reconnaître plus tard, il était temps de se séparer...

_________________
Crédit avatar : Megan Wyreweden.
Fœkaos, chanteur du Jazz Band, Apprenti Chanteclerc à la recherche de la légende déesse perdue…

Harpie (20) :Chant pur (6)Vision de l'aigle (3)Rudiments de vol (4)
Serres puissantes (3)Chant de guerre (1)Chant de séduction (3)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des débuts difficiles...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des débuts difficiles...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Ville Haute :: Rues et Ruelles :: Grande place-
Sauter vers: