AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Mar 10 Mai - 18:16

Non loin de Clavinia se trouvait toute une partie de l'île bordée de falaise abruptes et de rochers entourant quelques criques peu fréquentées de toute embarcations. Et pour cause, toute cette zone était balayée par de forts courants pouvant rendre la navigation en ces lieux dangereuse. Comme de plus, il n'y avait rien de particulier dans cette partie de l'île, la logique en avait fait un endroit à l'écart des routes maritimes.

C'est dans ce théâtre que se trouvait une grande crique, peu ou mal explorée nommée le "cimetière des égarés". Celle ci devait son triste nom de par le grand nombre de débris et d'épaves qui s'y trouvaient. C'est en effet là que les forts courants du large déversaient les restes de navires ayant fait naufrage ou en perdition. De part 'une bonne disposition géologique et maritime c'est vénérables vestiges du passé étaient encore relativement bien conservée et maintenus à l'abri des intempéries, et des ravages des vents marins, donnant aux lieux une atmosphère sinistre et hors du temps de par l'impossibilité de dater les restes de bateau qui s'y trouvaient.

S'étant toujours brisés au large, à la suite d'un quelconque combat naval, ou s'étant abimés sur les récifs des falaises un peu plus loin. On ne trouvait aucune épave de navire entier dans cette crique. Mais ce jour là, alors que le soleil terminait de se coucher, un évènement inattendu vint bouleverser la configuration des lieux.

A quelques nautiques de là, une singulière frégate, aux voiles déchirées par les vents, à la coque usée par la tempête et portant le nom de "Demeter", avait fait son apparition. A son bord personne. Mais les quelques trâces de sang séché qui repeignaient une partie du pont témoignaient d'un drame récent à bord de ce navire. Les côtes du cimetière des égarés avaient été le témoin, et accueilli bien des choses étranges au fil des années, mais un bateau sans personne pour le diriger, jamais. La roue de la barre tournaient dans le vide et un silence de mort régnait à bord. Le Demeter n'était plus à présent qu'un grand bateau de papier posé sur les forts courants et qui se dirigeait lentement vers le "Cimetière".

Qui aurait pu se douter qu'il y à deux jours à peine, une vie fébrile régnait encore à bord. Une vie d'angoisse, et de terreur. Il y avait plusieurs semaines que le Capitaine et son second avaient disparus au large des côtes de l'ïle d'Erbaon, dans le Grand Nord.
Cédant à la peur de la réputation de malédiction de l'île, les marins avaient pris la décision de rentrer à Clavinia par leurs propres moyens. Mais le triste sort qui était tombé sur le navire ne devait pas s'arrêter là... Chaque jour, un matelot disparaissait inexplicablement, plongeant l'équipage de plus en plus dans l'angoisse et la suspicion. Poussés par la peur d'un assassin dissimulé dans leurs rangs, les hommes commencèrent à se quereller, puis à s'entretuer. Arrivés au large des côtes de Clavinia, ils n'étaient plus qu'une petite poignée, convaincus que le diable s'était embarqué avec eux à bord. Ainsi virent t-ils les lumières de la ville au cœur de la nuit, avec allégresse. Mais c'était sans compter sur le hasard, qui allait sceller pour de bon le destin des survivants... Une tempête se leva... brusque et soudaine. Les courageux restes de l’équipage mirent tout en œuvre afin de maintenir le cap. Mais ils étaient trop peu nombreux pour maintenir un tel navire dans la tourmente, et décision fut prise de l'abandonner pour tenter de rejoindre la côte à bord d'une chaloupe, plus facile à manœuvrer. Il fut également décidé d'incendier le navire, afin que ce signal puisse être vu depuis l'île, et espérer la venue de navire pour être secouru plus rapidement. Ce fut là l'ultime erreur des marins du Demeter. Pendant que certains d'entre eux tentaient de mettre une chaloupe à la mer, deux autres étaient descendu à la sainte barbe chercher de la poudre afin d'incendier plus rapidement le navire. C'est en déplaçant des tonneaux et des caisses de munitions qu'ils crurent mourir de peur en apercevant quelque chose qui n'avait nullement sa place à bord d'un navire, et qui pouvait justifier la malédiction qui s'était abattue sur eux. Mais a peine leurs yeux s'étaient ils posés sur le mystérieux objet que la tête de l'un d'entre eux s'envola aussi sec, et que ces sinistres paroles retentirent :


"Ne... vous approchez pas... DE MON CERCUEIL!"

Affolé, le second marin prit aussitôt la fuite pour tenter de prévenir ses camarades sur le pont. Il y parvint presque... Mais Slayn le vampire avait l'avantage de la nuit, de ses sens, et surtout de la force après tout un voyage à s'être gavé petit à petit de l'équipage qui lui s'affaiblissait de jours en jours.
A peine le marin eut il posé le pied sur le pont et hélé ses camarades, qu'une gigantesque lame vint le percer de part en part. Le reste des hommes ne put qu'assister à la scène... Certains voulurent malgré tout tenter de combattre, mais furent très vite ramenés à la très dure réalité de leur état déplorable face à un authentique monstre pétant de santé. Quant aux restes des marins, ils furent tout simplement tétanisés en reconnaissant sous les éclairs de la tempête, la silhouette de leur capitaine disparu, et crurent avoir affaire à son fantôme. En effet. Slayn au cours du voyage avait jugé bon de faire un petit tour dans la cabine de Kwochet qui était de même gabarit que lui, afin d'y trouver des vêtement. En l’occurrence, un grand chapeau et une redingote rouge que le vampire avaient trouvé à son gout.


"Vous ne détruirez pas ce navire... Il m'appartient désormais. Tout comme vos vie!"

Et sur ces paroles, il massacra le reste de l'équipage, sachant qu'il ne pouvait plus compter sur celui ci afin de le mener vers la civilisation. Il savait à présent qu'il ne pouvait plus compter que sur lui même pour tenter de se sortir de cet enfer.

Baloté de tout côté, il se dirigea vers la barre et s'y agrippa de toute sa volonté pour essayer de diriger le navire au milieu de ces vagues géantes. N'y connaissant rien en navigation, et ne perdant pas de vue la lueur lointaine du port de Clavinia, il comptait sur sa force plus grande pour tenter de réussir là ou un humain à échoué.

Ainsi, par miracle, le "Demeter" ne coula pas. La tempête s'était calmée, le vampire semblait avoir disparu, et la frégate se dirigeait à présent, par la force du courant, droit sur le "cimetière des égarés". Il y eut un sinistre craquement sur toute la coque alors qu'il touchait terre, puis le navire bascula légèrement sur le côté avant de s'immobiliser totalement.

C'est alors que quelque chose bougea fébrilement dans des restes de cordages et de voilures éparpillées à même le sol. Une main rageuse sortit alors de l'amas puis peu à peu le corps de Slayn, titubant, et visiblement considérablement affaibli, par toute une nuit d'effort, suivi d'une journée à chercher à sauver le navire tout en fuyant les rayons du soleil qui perçaient à travers les nuages.

Il était affamé. Sa soif de sang était sans aucune mesure à cet instant précis, et il se demandait déjà comment il allait pouvoir trouver la force de rejoindre la ville. Cependant il lui restait assez d'agilité mentale pour comprendre que d'avoir échoué ici était peut être une chance pour lui. L'endroit était suffisamment sinistre pour ne pas être fréquenté. Il n'était pas si loin de la civilisation, et l'épave encore en a peu près bon état ferait une planque parfaite pour son cercueil et lui servir accessoirement de nouveau "Castel" avec un peu d'entretiens et d'aménagement.

Mais peut être tout cela était il illusoire... Il n'avait plus de force. Les possibilité de trouver de la nourriture viable dans cet endroit désolé étaient limitées... Tant pis, il fallait essayer. Fixant son épée dans son dos, et s'enveloppant dans un grand morceau de voilure déchirée, par soucis de discrétion (un clochard malade et titubant attire moins l'attention, qu'un homme richement vêtut et trébuchant^^), il descendit de l'épave, avant de commencer à se mettre en marche d'un pas peu assuré.

Mais a peine s'était il éloigné de quelques mètres du navire, qu'il se sentait déjà défaillir. Préférant prendre son mal en patience, il jugea bon d'essayer d'oublier sa soif de sang un moment et de reprendre des forces d'une manière certe moins rapide, mais plus sûre, en se reposant un peu quitte à retenter le coup plus tard.

Il s'assit donc le dos contre un gros débris de coque, s'emmitoufla dans la grande toile qui lui servait de cape, et ferma les yeux pour sombrer peu à peu dans la torpeur.

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Lun 16 Mai - 21:32

C’était très mal partit.

Voilà a quoi se résumait l’aventure de la jeune fugueuse deux ou trois heures après son départ.
Cela n’avait pourtant pas trop mal commencé, quand elle avait accidentellement estourbi le garde et retardé l’alerte de son évasion de plus d’une heure, le temps que le pauvre ne reprenne suffisamment conscience pour appeler l’aide. Mais on aurait difficilement pu faire plus mal préparée et plus désemparée qu’Anna dans son rôle de gibier.
En même temps qu’y pouvait-elle ? Elle qui n’était sortie hors de chez elle vraiment que depuis quelques semaines. Elle a qui on n’avait jamais laissé le loisir d’apprendre la débrouillardise, le sens de l’orientation et la réalité du monde extérieur. Elle qui jusqu’à son plongeon par la fenêtre n’avais jamais pris une décision importante pour elle même de toute sa vie. Sur bien des points, elle était un nouveau-né.

En réalité ses décisions étaient pleines de bon sens. Elle avait fait chemin vers la mer car c’était un point de repère immanquable et qu’il suffirait de la longer pour de pas tourner en rond. Elle avait réussit a éviter les ennuis qui auraient facilement pu s’abattre sur une jeune fille esseulée a cette heure-ci des rues de Clavinia. Enfin elle avait parcourut plus d’une dizaine de kilomètres à la lumière de la pleine lune par pur effort de volonté.
Car en effet, la nuit avait beau être douce, le sang de la naga était froid. Tout son corps lui disait de ralentir et le bruit inlassable des vagues lui parvenait comme à travers du coton. Tout ce qui importait étaient le sifflement rauque de sa respiration, les mouvements incessant de ses anneaux dans le sable et la petite voix qui l'encourageait inlassablement...

Courage Anna, tu es bientôt arrivée...Tu n'as aucune idée d'où tu vas, mais c'est certain, tu y es presque ! De toute façons si tu t'arrêtes tu vas te faire rattraper, fouetter, enchainer, voir même pire.
*Je pensais que tu étais là pour m'encourager, pas pour me donner encore plus envie de pleurer.*
Je ne peux pas faire de miracle non plus. Par contre si tu m'essuyais ces vilaines larmes de désespoir, je suis certain que tu trouverais un endroit où te cacher. Juste devant.

En effet, juste derrière la dune, sous le clair de Lune se découpait soudain de sombre silhouettes, telles les dents brisées de la mâchoire de quelque béhémoth marin qui se serait échoué ici. Un examen plus poussé laissait apparaître ici et là un mat brisé où flottait parfois encore un haillon de toile fantomatique.
Le vieux bois grinçant doucement sous la brise marine s'ajoutait au ressac pour donner à cette endroit une musique sinistre. La musique lancinante de carcasses éventrés, de toiles déchirées et de métal rouillé, dernier témoins de la gloire passée de vaisseaux qui, marchands, explorateurs comme guerriers, n'étaient aujourd'hui qu'un tas de matériaux doucement rongés par le temps et la mer. Cette endroit avait tout de ceux qu'affectionnent les esprits dans les contes de marins. Une réplique terrestre et miniature du fameux cimetière de Davy Jones, dernière demeure de tout ce qui fut, est et sera un jour perdu en mer.
Mais cette atmosphère hanté n'effrayait pas la serpentine épuisée, frigorifiée et désespérée.

*Non, oui... enfin, un peu quand même.*
Un peu mais tout de même moins que le fer rouge, les coups, le fouet, les chaines, la poire d'angoisse, les...
*Tais toi, je t'en supplie...*
Oh, allons tu peux faire mieux que ça miss ex-esclave.
*T... Ta gueule petite voix !*
C'est mieux !
*Je suis désolée ! Pardon, pardon, pardon...*
… bon chaque chose en son temps, commence par te planquer.

Et ainsi fut fait, la jeune prostituée en fuite se glissa au travers des débris qui jonchaient le sol. Elle serpenta profondément au cœur des épaves, avant d'être certaine qu'il serait fort malaisé à ses poursuivants de la découvrir rapidement s'ils venaient à la suivre jusqu'ici. Elle chercha alors un refuge, elle n'aspirait qu'à se lover, se rouler sur elle même et se blottir à l'abri. Se laisser aller dans la douce torpeur qui la saisissait de plus en plus fort à présent qu'elle avait ralentit sa fuite folle. Oui, se blottir sous une carcasse et attendre que l'aube ne vienne réchauffer son corps transit et endolori. Elle resterait parfaitement immobile, respirant à peine, peut-être qu'on ne la trouverai pas, peut être que personne n'était encore sur sa trace. Elle se blottit donc, se recroquevilla au milieu du drap déchiré et salit qui la suivait depuis le début de son périple et ferma les yeux.

Malheureusement cet espoir fut de courte durée car il ne lui semblait avoir qu'à peine sombré dans le sommeil que des échos de rires gras la firent sursauter. Ils arrivaient depuis la direction d'où elle venait, encore à une grande distance, mais déjà là.
Les limiers ne prenaient même pas la peine d'être discrets, même un aveugle aurait pu suivre la trace que l'énorme queue de serpent avait laissé dans le sable. Ils riaient de cette idiotie, quand le simple fait d'avancer dans l'eau leur aurait causé bien des tourments (ou aurait plutôt fait perdre connaissance à la jeune reptile en lui prenant le peu de chaleur qui lui restait) et se moquaient de celui d'entre eux qui avait été réduit en morceau par une gamine en fugue. Et enfin ils se réjouissaient du bon moment qu'ils comptaient passer avant de ramener la créature au bercail, oh oui la fin de nuit allait être longue.

Même s'il lui était impossible d'avoir tous les détails croustillants de la chose à pareille distance, Anna ouvrit de grands yeux apeurés et gémit en se faisant plus petite encore. Le bout de sa langue fouettait l'air à intervalles rapprochés sous l'effet de la nervosité.

Ce qu'elle ne savait pas encore c'est que dans le cauchemar de cette nuit se cachait un autre cauchemar... tout près.

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Mar 17 Mai - 17:07

Dieu seul sait combien de temps dura la torpeur de Slayn... Recroquevillé, caché, bien à l'abri sous sa toile, sa fatigue et sa soif lui avaient fait perdre toute notion des réalités...

Il regarda autour de lui. Le sable, les débris et la mer avaient disparus. Il était revenu dans sa crypte, assis maladroitement contre un des murs poisseux de celle ci, au centre de la pièce, son cercueil vide l'attendait. Tout cela ne sembla même pas le surprendre. Face à lui se tenait la silhouette d'un homme à la stature imposante. Il regarda ses vêtements. Il portait les habits nobles et sombres de son règne passé. Il entendait son cœur battre au ralenti et de manière irrégulière. De son torse, surgissait une longue tige de métal, empoignée fermement par l'homme qui lui faisait face.
Slayn porta la main sur son visage. Des larmes de sang en coulaient. Les mains de l'homme tournèrent alors la longue tige dans son corps si prêt du coeur, et une insondable douleur le traversa de part en part. Slayn s'adressa alors à son bourreau plus surpris qu'effrayé.


" J'ai... été... défait?... Impossible! J'ai... réellement... perdu?"

A l'entente de ces paroles, l'homme tira sur la tige et la renfonça de toutes ses forces espérant bien clouer au sol le seigneur du "Castel Valentine". Il s'adressa alors à sa victime

"Oui tu as perdu! Il ne te reste rien! Ton armées, tes monstres, tes sortilèges, ta forteresse... Plus rien tu m'entends! Pitoyable "No Life King"! "

Comme possédé par sa colère, l'homme se saisit alors du vampire par le col et rapprocha son visage du siens. Il s'agissait d'un homme âgé. la quarantaine d'année bien dépassée, peut être même la cinquantaine. Son visage était dur et marqué, mais derrière cette face de brute mal rasée se cachait de magnifiques yeux bleus, les mêmes que ceux de sa bien aimée. Slayn compris alors qui était cet humain suffisamment valeureux pour être parvenu jusqu'ici, et d'où celui ci tirait son si grand courage.
Mais déjà l'homme repris


"Même "Elle" ne t'appartiens plus! Les plumes d'ange ont fait leur œuvre bien avant que ta maladie ne se répande totalement dans son corps. Tu n'auras jamais ma fille! Et je prie désormais le seigneur pour qu'elle parvienne à guérir de tout le mal que tu lui as fait! "

Abraham Sullivan... Le propre père de Clara Sullivan, sa bien aimée, celle qu'il avait choisie parmi les humains pour lui appartenir. Un homme exceptionnel. Pas un de ces chiens dominés par leurs désir, un véritable homme. Qui avait transcendé tous les malheurs qui le frappaient pour couper lui même la racine du mal qui s'était abattu sur sa famille.

Slayn ne pouvait presque plus bouger, pour la première fois depuis sa longue existence, il ressentait un sentiment qu'il avait oublié. Un sentiment annonciateur de la fin qu'il attendait depuis si longtemps. La peur. Il était terrifié par cet humain vieillissant et au cœur brisé. Mais cette même peur qu'il chérissait guidait instinctivement son corps. Lui commandait d’exécuter ce qu'il ne voulait surtout pas faire à cet instant.
Déjà sa main se saisissait de sa longue épée toute proche, et déjà une grande giclée de sang vint recouvrir son corps. Abraham était transpercé de part en part. Un grand cri de refus de ce qu'il venait de se passer résonna dans toute la pièce. A la porte, un sceau et un pinceau à la main se tenait Jonathan Carter, le véritable fiancé de Clara, ivre de colère.
Malgré sa terrible blessure, Abraham était toujours vivant, ne relâchant nullement son étreinte puissante contre le vampire et s'adressa au jeune homme


"Jonathan! Ne... t'occupe plus de moi... Je vais le maintenir au sol! Répand le sang d'ange sur la porte, et referme là derrière moi!!!"

Le jeune homme implorait son ami et souhaitait se battre à son tour, ne pouvant se résoudre à abandonner ainsi le propre père de l'élue de son coeur. Mais Abraham, autoritaire, lui interdit formellement d'approcher

"Non Jonathan! Tu... n'as aucune chance contre ce monstre! Fais ce que je te dit! Tu dois vivre tu m'entend?... Vivre et apporter à Clara le bonheur que je n'ai jamais pu lui offrir... Un vieil homme meurt... un jeune couple vit... c'est dans l'ordre des choses...

Jonathan, résigné, s'exécuta alors et referma la lourde porte de métal sur le vampire et son bourreau, les plongeant dans les ténèbres.

Slayn se retrouva alors seul, à genoux, avec ses vêtement actuels. La tête entre ses mains, il ne cessait de répéter.


"Pardon Abraham... Pardon..."

Un autre Slayn s'avança alors près de lui. Celui ci portait en revanche ses vêtements nobles du passé, couverts de sang. Il s'adressa à son homonyme

"Oui... Ces humains furent tout simplement magnifiques... Ils ont mérités leur victoire. Et nous ne méritons pas d'être toujours en vie...

Le Slayn actuel repris alors.

"C'est certainement mon plus grave pêché depuis le jours où j'ai renié mon humanité... La bête qui est en moi s'est montrée plus forte que ma volonté... mais cela ne change rien à l'éclat de leur victoire... Je n'ai plus le droit de semer la terreur parmi les leurs. Puisque le destin à voulu que je survive... je le dois à leur mémoire."

L'ancien Slayn sembla amusé de cette réponse, et ne put s'empêcher de répondre d'un air moqueur

"La bête sera toujours là... Je ne vois pas comment tu pourra t'acquitter de cette dette d'honneur avec un tel fardeau.^^

Le nouveau Slayn releva alors la tête, comme pris d'une révélation, et se leva complètement pour faire face à lui même.

"Alors je demeurerais un monstre... parmi les monstres. Prendre la vie d'innocents m'est désormais interdit. Je ne tuerai plus que pour détruire les déchets parmi les mortels, ou pour me défendre.

Je vais me refaire. Mais ce sera avec de nouvelles règles, jusqu'à ce que le destin m'envoie un signe."

Sitôt ces paroles prononcés, le Slayn du passé disparut et la crique du "Cimetière des égarés" recommença peu à peu à se dessiner sous les yeux du vampires. Cette fois, il devait bien s'agir de la réalité. Passant sa main sur son visage, il constata que du sang avait en revanche bien coulé de ses yeux.

"Moi rêver? C'est impossible... absurde!"

Alors qu'il reprenait peu à peu ses esprits, il sentit quelques chose bouger tout prêt de lui. Il regarda alors et vit deux silhouettes munies de torches cherchant visiblement quelque chose, ou plutôt quelqu'un à entendre leurs conversation dans l'amas de débris qui jonchait la crique. C'est alors qu'il entendit une petite respiration plaintive dans la direction où il avait déjà entendu bouger tout à l'heure. quelque chose remuait sous un tissu ou une voilure à proximité. Intrigué, il se traina silencieusement jusque là pour retirer d'un geste le tissu. Ce qu'il trouva le laissa muet de stupéfaction.

Une femme, une Naga pour être plus précis, qui ne s'attendait pas non plus à le trouver là visiblement. Que faisait elle ici? Etais-ce elle que les deux hommes plus loin recherchaient? Avant qu'elle n'ai eu le temps de crier, il plaqua sans ménagement sa main contre la bouche de celle ci, et lui fit signe de l'autre main de faire silence, avant de regarder avec insistance les deux acolytes qui poursuivaient leurs recherches. Il fallait agir vite, bientôt ceux ci verraient l'épave intacte du Demeter, et viendraient forcément par ici juste pour la curiosité... Il s'approcha alors du creux de l'oreille de la jeune fille pour y murmurer.


" Ne cris surtout pas. Il en va de ta vie... Qui est tu? et eux qui sont ils? Que faites vous ici? "

Il retira alors tout doucement sa main pour la laisser répondre. Prêt à la tuer sur le champs si elle avait le malheur d'essayer de crier. Heureusement, elle semblait encore plus affaiblie que lui en ce moment.

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Jeu 19 Mai - 12:36

Bouh !

Si cette onomatopée n’est pas à même de synthétiser l’apparition soudaine et inattendue d’un vampire devant la pauvre fugueuse terrorisée, aucune ne le sera. Au mieux pourrait-on imaginer une petite musique d’ambiance qui va bien pour ajouter un peu de tragique à la scène, mais dans la vrai vie il est encombrant de se faire suivre en permanence par un groupe de violonistes. Anna se contentât-elle donc de manquer un battement quand son drap lui fut violemment arraché des mains et du haut du corps.

Surprise, elle se contenta de hoqueter et de chercher à se protéger en levant ses bras devant-elle, mais elle avait l’impression que ses membres mettaient un temps infini à réagir aux messages frénétiques de son cerveau. De toute façon, même en temps normal la réaction de son agresseur aurait été trop prompte pour qu’elle ai le temps de se défendre efficacement. Il lui plaqua la main sur la bouche et, comme elle reculait instinctivement, le même mouvement lui cogna la tête contre le bois de l’épave derrière elle. Ainsi clouée elle n’était plus tellement en mesure de protester.
Alors que malgré tout elle s'apprêtait à se débattre, saisissant de deux mains les doigts contre sa bouche et de deux autres le bras implacable qui la gardait muette, elle vit que l’homme lui adressait un signe à la fois discret, simple et sans équivoque. Il lui ordonnait le silence. Anna s'immobilisa immédiatement. Pour plein de raison différentes, ce simple geste la calma un peu.

Tout d’abord cela voulait dire qu’il n’avait pas l’intention de la frapper. Il lui parut du coup tout de suite moins antipathique. Ensuite s’il voulait rester discret c’était qu’il n’était pas avec les autres. Ce n’était donc pas forcément un ennemi. Et enfin il lui donnait un ordre simple, qu’elle était ravie d'exécuter. Obéir, c’était plus facile que de se rebeller.
D’autant qu’en bonne esclave, Anna avait très tôt appris à ne pas se plaindre trop fort et hurler sans raison ne faisait absolument pas partit de ses habitudes. Elle était plutôt du genre à encaisser en silence, ça encourageait moins.

Elle le regarda approcher, jusqu'à frôler presque sa joue. Elle ne remarqua qu'à ce moment là que la main qui était tout contre sa bouche sentait le sang. Cet homme embaumait le sang séché et d'aussi près, la lumière argentée de cette nuit lunaire donnait à sa peau un aspect si pâle qu'elle en était presque transparente. La serpentine chassa les histoires de spectres qui lui revenaient si facilement dans cette atmosphère cadavérique. De toute façon, comme l'avait un jour dit un de ses clients musculeux et un peu rustique : « Moi j'ai pas peur des spectres : ils sont pas capable de tenir une arme ! » Des paroles pleines de sagesse, qui soulignaient que la seule consistance d'un fantôme est la peur. Hors celui-là était...
*...plutôt étanche.*
Voilà, on peut dire ça comme ça.

« Ne cries surtout pas. Il en va de ta vie... Qui est tu ? Et eux qui sont ils ? Que faites vous ici ? »

C'était... de vastes questions. Il retira doucement sa main, que la jeune fille ne lâchât qu'à moitié tant ce contact la rassurait à la fois sur la réalité de son interlocuteur et sur ses intentions. Elle repris son souffle doucement, résistant à l'envie d'étirer sa mâchoire et ses lèvres malmenées. Que répondre à ses questions ?
*Qui je suis et qu'est-ce que je fais ici ?*
Bah oui, ces questions là.
*Mais j'en sais rien...*
Oui enfin, il a pas besoin d'un long discours, ça tombe bien.

C'est que dans la petite tête de la naga, tout cela n'était pas encore bien clair. Qui elle était, c'était un peu ce qu'elle cherchait. Elle pouvait dire qu'est-ce qu'elle était, mais ça impliquait de lui faire confiance. Enfin elle pouvait toujours commencer par ce qu'ils étaient eux. Mentir n'était pas une option, elle n'avait pas les idées assez claires pour même penser à un début de mensonge crédible.

« Ils... ils sont à ma recherche. Je me suis enfuie, je voulais me cacher. Dé... désolée. »

Elle ne savais pas vraiment pourquoi elle s'excusait. Pour l'avoir dérangé, réveillé, ou mis en danger, par exemple. Parce qu'elle avait besoin d'aide malgré tout, alors qu'elle espérait s'en sortir seule. Une respiration passa et elle réalisa qu'elle n'avais toujours pas dit ce qu'elle était, la raison de sa fuite. Il ne fallait pas qu'il croit qu'elle avait fait quelque chose de mal. Enfin, de plus mal que de se voler elle-même.

« Je... je suis une esclave. »

C'était dit, voilà qui résumait clairement toute la situation.

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Ven 20 Mai - 16:36

La Naga s'était montrée raisonnable. C'était dans son intérêt, il fallait l'avouer. Difficile de dire si elle était plus effrayée par lui que par les deux autres acolytes sur la plage, mais elle lui avoua tout de même être traquée par ceux ci.

Etais-ce une criminelle en fuite, elle n'avait pourtant pas l'air bien dangereuse, et la manière dont elle s'accrochait fébrilement à sa main lui montrait clairement qu'elle était en détresse. Mais ce n'était pas ses affaires. Et sa propre interrogation pour le moment était de savoir combien de personnes allaient mourir sur cette plage ce soir.

La fille prononça alors la seule chose qui put lui attirer la sympathie immédiate du vampire dans son état d'esprit actuel



*Je... je suis une esclave*


Une esclave fugitive... Une jeune fille dont la seule faute visible avait été de vouloir regagner sa liberté. La seule chose pour laquelle il vaille la peine de fuir ou de se battre à ses yeux. Tout despote maléfique qu'il était, il avait l'esclavage en horreur. Traiter les hommes plus bas que le plus bas des animaux, c'était les priver de cette flamme qu'il admirait chez eux...

Le signe qu'il espérait n'avait pas tardé à venir, et déjà une idée commençait à germer dans son esprit. Les deux soudards étaient encore assez loin pour entamer une petite conversation.

Il murmura alors de nouveau à la serpentine.


"Non, tu n'es pas une esclave... Tu es un femme libre depuis la seconde même où tu as songé à briser tes chaines...
Tes poursuivant ne sont là que pour essayer de te reprendre cette liberté à laquelle tu as droit... Depuis toujours...


A présent presque complètement couché contre la jeune femme, il passa une main douce sur le cou de celle ci pour s'arrêter au niveau de sa brûlure. Il constata du même coup que celle ci avait été marquée comme du bétail. Rapprochant alors son visage de la fameuse marque tel un prédateur, il ajouta

" Toute la question est de savoir la valeur que tu accorde toi, à ta propre vie... Jusqu'où est tu capable d'aller pour te battre pour elle?... Est tu prête à offrir jusqu'à ta dernière goute de sang pour cette liberté que tu as regagné ce soir?

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Lun 23 Mai - 1:21

Anna se trouvait folle.
Elle venait de donner à un inconnu glauque au beau milieu de la nuit dans un cimetière de carcasses marines les clés pour la ramener d'où elle venait. Elle n'arrivait pas à penser correctement, elle était fatiguée, elle avait peur, elle n'aspirait qu'à pouvoir enfin dormir sans être tourmentée par l'incertitude de son sort.
*La fuite n'aura pas duré longtemps. Il va me ramener, il demandera une prime et...*
Ola, ola, pas de défaitisme prématuré. Il est peut-être... gentils.
*Très convaincant.*
N'est-ce pas ?

"Non, tu n'es pas une esclave... Tu es un femme libre depuis la seconde même où tu as songé à briser tes chaines...
Tes poursuivant ne sont là que pour essayer de te reprendre cette liberté à laquelle tu as droit... Depuis toujours...


Au fur et à mesure que ces paroles chuchotées tombaient dans son oreille délicate, la jeune fille affichait un perplexité de plus en plus grande. Que lui chantait-il donc ? Tout ce qu’elle connaissait de la liberté pour le moment c’était cette nuit. Une nuit riche en émotions, certes… mais elle n’en avait pas encore suffisamment profité pour savoir ce qu’être libre voulait vraiment dire. Pour le moment la réalité était très loin des rêve qu’elle se faisait depuis des années.

Mais ces réflexions attendraient car l’homme se pressait de plus en plus sur elle et ses caresses sur sa gorge rendaient la situation encore plus ambigüe et incompréhensible. La promiscuité avec un inconnu ne la gênait pas outre mesure d’ordinaire mais celui-ci, en plus d’être grandiloquent comme un amant naïf, il était trop… elle ne savait pas.
*J’aime pas la manière dont il me sent.*
Tu sens bon.
*C’est ça, la sueur et la peur, miam.*
C’est ça qu’il apprécie.

Ah oui, je comprend ce qui t’ennuie du coup.

" Toute la question est de savoir la valeur que tu accorde toi, à ta propre vie... Jusqu'où est tu capable d'aller pour te battre pour elle?... Est tu prête à offrir jusqu'à ta dernière goute de sang pour cette liberté que tu as regagné ce soir?

*Il… il parle de me tuer !?*
Anna n’avait jamais envisagé ça ! Elle s’efforçait de fuir un monde où elle n’était plus qu’un objet de divertissement, un monde où les deux rigolards voudraient jouer avec elle avant de la ramener, un monde où elle serait douloureusement punie pour cette escapade. Mais dans ce monde là, à aucun moment et en aucune circonstance quelqu’un n’avait d’intérêt à l'abimer physiquement. Ils pouvaient lui faire mal, ils pouvaient essayer de la briser mentalement, mais elle valait bien trop cher pour qu’on se débarrasse d’elle.
Cette soudaine révélation de ce qu’elle risquait vraiment lui fit l’effet d’un violent coup de cravache. Pour la première fois depuis des heures son esprit se dégageât de la mélasse dans laquelle il baignait. Elle était peut-être éreintée, engourdie et désespérée, mais si c’est sa peau qu’il voulait elle allait lui coûter plus cher qu’il ne le pensais !

La jeune naga déglutit, dans sa détresse elle se raccrochait toujours plus à son sauveur, à sa main, à sa poitrine musclée…
Elle le repoussa alors de ses quatre bras. Pas beaucoup, pas brusquement. Quelque centimètres à peine. Juste assez pour planter ses yeux dans les siens.

« Qu’est-ce que vous attendez de moi ? Clairement ! »

Elle avait sifflé cette phrase à voix basse, mais avec tout le poids et la force de caractère dont elle était capable. Son expression n’était plus terrifiée, elle était déterminée.
En son fort intérieur ses entrailles se nouaient de terreur. Mais cette terreur ne la poussait plus à se cacher. Elle la poussait à survivre. Coûte que coûte.

Elle attendais sa réponse, tendue comme un arc. Mais déjà un de ses anneaux de serpent passait dans le dos de son partenaire pour s’enrouler autour de lui.

[Hrp : Bon, malgré tout je constate que Slayn a un semblant de réponse à ses question. Mais il va quand même falloir qu’il apprenne à faire plus court et plus clair dans certaines circonstances. Parce que là le message est pas passé =p]

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Lun 23 Mai - 15:08

[Hrp: Je vais essayer^^ Mais un vampire légendaire, faut pas que ça cause normalement, sinon c'est n'importe quoi au niveau de l'intensité dramatique XD]

Alors qu'il lui susurrai des paroles ambiguë à l'oreille, la jeune fugitive, montrait de plus en plus de réticences. Le vampire sentait même les anneaux de celle ci, qui commençaient à s'enrouler autour de lui.
Elle se méfiait... quoi de plus normal vu la situation. Il est vrai que Slayn affectionnait particulièrement parler par énigmes également. En tout cas, il eut la confirmation de ce qu'il souhaitait savoir. La Naga, malgré son état, était prête à vendre chèrement sa peau.

Elle voulait qu'il soit plus clair? elle allait être servie.


" Je peux effacer de ta vie ces deux hommes... Je peux t'offrir et protéger cette liberté que tu demande...
Je ne le fais pas que pour toi, mais pour moi également...


d'un geste délicat, il tourne la tête de la fugitive dans sa direction, pour qu'elle puisse le regarder au plus profond de ses yeux de rubis et ne pas douter de sa sincérité à ce moment

" Je perd mes forces... Je me meurt. Je n'ai pas le temps de t'expliquer... Mais offre moi un peu de ton sang...
Je te promet en échange le plus puissant et le plus féroce des gardes du corps.

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Mar 24 Mai - 11:38

Ses bras tremblaient.

L’énergie farouche qui l’avait emplie se tarissait déjà. Elle était tellement fatiguée, elle se sentait si faible… c’était désespérant. C’était la température qui la drainait ainsi. Il ne faisait pas particulièrement froid, plutôt agréablement frais, mais pas pour un serpent de vivarium comme l’était Anna. Elle avait grandit dans un environnement toujours chauds et douillet, mauvaise habitude. Et l’homme ne la réchauffait pas beaucoup…

" Je peux effacer de ta vie ces deux hommes... Je peux t'offrir et protéger cette liberté que tu demande...
Je ne le fais pas que pour toi, mais pour moi également...


La sifflante serpentine cessa ses sinuosités circonférentielles sur son agresseur assoiffé senteur sang séché sachant sensément s’astreindre au salvateur sans scrupules.

Elle ne le lâcha pas pour autant, mais il ne parlait plus de la tuer et elle aimait bien ça.
Leurs visages étaient très proches, à peine plus que la distance d’un baiser mais malgré cela elle ne distinguait pas ses traits plongés dans l’ombre. Soudain il se redressa un peu et un rayon de lune se refléta dans ses pupilles. D’une main il lui saisit le menton pour mieux l’emprisonner dans son regard rouge fluo surnaturel.

Le déclic se fit alors dans l’esprit de la jeune fille.
*Vampire. Ils existent vraiment…*
Ça ou alors tu as définitivement perdu la raison.
*Tu veux dire… comme quelqu’un qui entend des voix ?*
… heu.

Parmi tous les contes qu’elle connaissait, il était difficile de démêler le vrai du faux. Surtout pour elle qui n’avait encore jamais pu les confronter à la réalité, sauf quand celle-ci venait à elle. Et pourtant elle aurait du s’en douter plus vite. La pâleur spectrale, l’odeur, le manque de chaleur du corps… Mais ça n’aurait rien changé. Elle aurait été terrorisée de la même manière si ce n’est plus. On ne lui avait jamais présenté ces êtres sous un angle très sympathique.

" Je perd mes forces... Je me meurt. Je n'ai pas le temps de t'expliquer... Mais offre moi un peu de ton sang...
Je te promet en échange le plus puissant et le plus féroce des gardes du corps.

Et là il… lui demandait de lui donner son sang. Il lui demandait de lui offrir quelque chose. Quelque chose d’essentiel pour lui. Son sang, peut-importe, Anna n’avait pas l’habitude qu’on lui demande son avis. On lui donnait un ordre et elle s’y pliait. La plupart du temps ce n’était pas déplaisant, elle avait appris à apprécier ce qu’elle faisait justement parce que de toute façon ça n’avait d’importance que pour elle. Si ça lui était désagréable, tant pis pour elle, ça ne changeait rien.

Une boule d’émotion gonflait sa poitrine. La douleur et l’indignation de la journée puis tous les bouleversements de la nuit, l’épuisement et le sentiment de vide, la peur d’être rattrapée, la crainte sourde d’être perdue et sans défense, les vagues de terreur successives de ces dernières minutes puis maintenant cette reconnaissance et ce bien-être incompréhensible parce que quelqu’un lui donnait soudain le pouvoir -au moins symbolique- de refuser de donner quelque chose d’important qu’il serait pourtant capable de prendre de force. C’était trop, beaucoup, beaucoup trop pour la serpentine. Elle retint à grand peine un rire hystérique et des larmes ne tardèrent pas à baigner abondamment ses joues. Elle craquait complètement.

Alors qu’elle n’y voyait absolument plus rien elle repris tout à coup conscience du bruit que faisait le deux hommes qui avançaient dans les ruines. “Petite, petite, petite. Viens voir papa, il a un gros jouet à te montrer.” Ils s’étaient énormément rapprochés pendant que toute son attention était concentrée sur le sanguin et sur d’autre petites choses comme une promesse de mort imminente. Il n’y avait plus le temps de tergiverser.

Elle enlaça son chevalier du soir, glissant ses mains derrière ses épaules, sur sa nuque et dans ses cheveux. Elle l’attira vers sa gorge dans cette étreinte sensuelle.

« Bois. »

Elle n’arriva pas à prononcer plus que ce mot à demi-étranglé. Elle se sentait ivre. Elle n’avais plus qu’à espérer qu’il tienne sa promesse et ne la vide pas complètement de son sang car dans son état de faiblesse elle n’allait pas rester consciente très longtemps.

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4


Dernière édition par Anna le Lun 30 Mai - 20:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Mar 24 Mai - 20:33

(Hrp : Voila, c'est un peu long, mais ça accélère l'histoire^^' Si il y a quelquechose qui ne te conviens pas Anna, n'hésite pas à m'envoyer un mp, que je puisse éditer^^
Pour le staff, comme je ne sais pas du tout comment se passe les combats contre des PNJ anonymes et sans importance sur ce forum, n'hésitez pas à me réprimander si je vais trop loin, j'éditerai alors aussi sans discuter^^)



"Merci... Ce ne sera pas trop douloureux."

Tout était dit à présent... La naga venait de sceller elle même son destin. C'était sa décision, et elle était très courageuse. Seul a présent comptait le précieux liquide qui allait réveiller le monstre.

Déjà les deux acolytes avaient remarqué la curieuse et immense épave du Demeter, et s'approchaient en direction de celle ci.

Le vampire d'un geste, vif planta ses crocs dans le cou fin de la jeune fugitive, non loin de l'endroit où se trouvait la marque de sa servitude, comme pour provoquer celle ci du nouveau statut que venait d’acquérir la serpentine. Puis il commença à se délecter du sang frais et si délicieux de la serpentine. Le sang froid de naga était un luxe rare et précieux, il convenait de ne pas le gâcher, et encore moins de se montrer trop glouton. Ce serait pour lui comme un manque de courtoisie envers celle qui lui avait offert ce regain de forces providentiel.

Il ne se contenta que quelques gorgées. Juste de quoi regagner suffisamment de puissance pour venir à bout de ces deux menus fretins et empêcher que la demoiselle ne s'évanouisse. Elle avait fait le choix de faire appel à un monstre, elle devait voir. Elle ne devait pas en perdre une miette.

Quand il eut terminé, il se redressa, mais curieusement, cette exercice lui semblait pénible, comme s'il était toujours affaibli. Toujours enveloppé dans son crasseux et jauni morceau de voilure, le visage a demi caché par le tissu qui lui servait de capuche, il ne semblait guère impressionnant et donnait l'impression qu'il allait s'écrouler au premier souffle.

Les deux marins qui étaient à présent tout prêt le remarquèrent et s'approchèrent de lui, sans inquiétude. Même si le cimetière des égarés n'était pas le lieu le plus fréquenté, il n'était pas rare de trouver des traînes savates dans les zones emplies de déchets. Ceux ci vivaient des saloperies qu'ils trouvaient, et ne représentaient pas une grosse menaces. Celui qui leur faisaient face ne semblait guère impressionnant et visiblement déjà bien malade à la couleur de son teint. Il remarquèrent alors aussitôt la Naga qui était derrière.


"Eh ben la voila not' petite garce! Tu nous aura donné du fil à retorde tu sais et toi t'es qui? qu'est ce tu fou là? Dit l'un en s'adressant à Slayn.

Celui ci sortit alors de sa cape improvisée, une main tremblante, et visiblement presque trop lourde pour lui afin de stopper les deux individu, avant de leur parler avec une voie de vieillard épuisé.


"StoOop... Ne vous approchez pas d'elle... J'ai promis que vous ne lui... feriez pas de mal. Allez vous en... par pitié.

Entendant les paroles qui leur étaient adressées par ce débris, les hommes éclatèrent de rire.

"Et qui c'est qui va nous en empêcher? toi p'tête? Casse toi de là, le clodo, avant qu'on se fâche!

Mais le débris n'en démordait pas (quoi de plus normal pour un vampire me direz vous). Et enchaina tout en s'approchant péniblement des deux hommes.

"Vous... Vous n'allez tout de même pas brutaliser un pauvre sans logis? allez vous en, par pitié.

Comme il venait de s’agripper maladroitement à la manche d'un des hommes, celui ci dans une poussée de colère sortit un poignard de sa poche et sans ménagement, tira le moribond vers lui pour lui planter sa lame dans l'abdomen.

"Raaah! La paix, j'ai dit, maudit pouilleux!"

Sous le choc, Slayn s'écroula à terre pour ne plus bouger, visiblement mort. Le sinistre personnage rangea alors son arme dans sa poche arrière, sans se douter qu'il aurait peut être dû vérifier s'il y avait du sang dessus. Ne se préoccupant déjà plus de leur victime, les deux hommes enjambèrent Slayn pour s'approcher de la fille qu'il cherchaient avec tant de convoitise.

"Aller assez joué! Tu va nous suivre sans faire d'histoire!

L'autre homme arrêta alors son collègue pour ajouter quelque chose qui lui paraissait capital, dans une expression lubrique.

"Attend, l'patron à pas précisé dans quel état on d'vait la ram'ner!

le premier compris aussitôt à quoi son collègue faisait allusion et répondit avec un sourire joueur.

"D'ac'! Je m'offre le premier tour!"

Alors qu'il commençait déjà à défaire sa ceinture sous les rires gras de son acolyte juste à ses côtés, la naga pouvait voir se redresser derrière eux une ombre menaçante, ainsi que deux yeux rouges fluo, surnaturels (XD) qui transperçaient les ténèbres.

Soudain, l’homme qui se tenait en retrait cracha un filet de sang en regardant avec incrédulité la lame géante qui venait d’émerger de son abdomen. Il tomba à genou, le souffle coupé. Lui qui venait de poignarder Slayn il y a deux minutes, il pouvait à présent découvrir toute l'ironie sadique de Slayn pour choisir son châtiment. Avec un sourire carnassier le vampire lâcha la poignée de son arme qui émergeait de l’autre côté de la victime, le laissant lentement agoniser.
Sans précipitation il approcha du second homme trop occupé à montrer à la naga son attirail et à lui décrire comment il comptait s'y prendre avec elle.

Vif comme l'éclair le vampire passa un bras autour du cou de celui ci pour l'étrangler et l'immobiliser, avant de placer l'autre main à un endroit où ça fait vraiment mal... Il lui susurra alors avec cruauté.


" En ce qui concerne les massages intime... Je suis plutôt expert moi aussi^^"

Il referma alors brutalement sa main, broyant entre ses doigts cette zone sensible, sous les hurlement de sa victime, et surtout sous les yeux de celle qu'il s'apprêtait à violer.

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Sam 4 Juin - 5:47

Elle serra les dents.

Le souffle du vampire était froid sur la peau juste à côté de sa blessure qui la cuisait encore. Ce contraste de température ne fit que renforcer la conscience que la jeune fille avait de cet instant . Leur corps se pressaient l'un contre l'autre et elle sentait le poids dominateur du mâle la clouer au sol pendant qu'elle même l'étreignait. Mais toute la tension, toute la sensualité de la situation était suspendue aux crocs acérés qui se rapprochait doucem... CROQUE.

La douleur fulgurante la fit tressaillir. Cette décharge violente et pure se répandit en un éclair à travers son corps, une vague puissante, incoercible, qui balaya tout sur son passage. La sensation ne dura qu'une seule seconde avant de refluer, puis de disparaître totalement en ne laissant qu'un engourdissement croissant laissé par le sang qui fuyait.
*Je... je... c'était quoi ça ?*
Bah, à vu de nez je dirai que c'était un orgasme.
*C'est pas possible.*
Bon d'accord, quelque chose de non-sexuel y ressemblant. Tes nerfs étaient saturés à mort avec tout ce qui c'est passé tout à l'heure. Donc je dirai que tu avais besoin d'une petite purge.
Un truc un peu violent pour remettre tout ça en ordre.
Enfin je ne fait que supputer...
Oh, tu m'écoutes ?
*J'essaye...fatiguée, trop compliqué...*

En effet à mesure que des bruits de déglutition émanaient de la gorge du sanguin, sa victime perdait peu à peu ce qui lui restait de lucidité et d'énergie. La violence de la morsure avait éradiqué le tumulte d'émotion qui l'avait faite craquer et elle était apaisée, d'autant plus apaisée qu'à la différence de la brulure de la journée cette plaie là s'engourdissait vite.
Si vite que quand le gourmet se lécha les lèvres après ce petit en-cas, la demoiselle était déjà dans un état semi-comateux.

Anna regarda le vampire se lever difficilement et il disparut de son champ de vision. Dans un effort sur-nagaïen, elle tourna la tête de quelques centimètres pour voir que les deux chiens de chasse étaient en vue. Et surtout qu'elle même était en leur vue puisque l'un des deux l'interpella aimablement.
Le dialogue qui s'en suivit ne lui parvint que par bribe. Elle avait un mal incroyable à maintenir ses paupières ouvertes, celles-ci se fermant de leur propre chef. Mais c'était important, il ne fallait pas qu'elle s'endorme tout de suite. Il fallait qu'elle reste éveillée juste un peu plus, encore un tout petit peu plus car quelque chose d'important devait se passer. Elle ne savait plus quoi exactement. Si! Le vampire devait l'aider. Il devait... tomber par terre en se tenant le bide. Non, problème, ce n'était pas sensé être ça.

Anna ne réfléchissait même plus, elle continuait d'observer la scène mais de très loin. Elle entendis tout juste quelques mot de la discussion des deux compères alors qu'ils étaient à à peine deux à trois mètre d'elle. Cela lui suffit pour comprendre leurs intentions cependant.
Et ces intentions ne lui arrachèrent aucun sentiment en particulier. Tout lui indifférait et ce qu'il se proposaient de lui faire, très franchement à part pour remarquer qu'ils manquaient singulièrement d'imagination en décidant de s'y prendre tour à tour plutôt que tout les deux à la fois... elle n'avait rien de pertinent à en penser.

Si, effectivement quand il lui dévoila sa virilité (ou sa capuche d'homme, comme diraient les anglais) en s'en ventant allègrement et en essayant de l'impressionner avec... elle haussa un sourcil. Enfin, elle essaya de hausser un sourcil. Ou plutôt, elle rêva qu'elle essayait de hausser un sourcil. La probabilité que ce petit accessoire capillaire expressif ai bougé du moindre millimètre au dessus de son regard endormis est donc quasiment nulle.
Mais il n'empêche que pour le principe elle envisagea de rêver qu'elle essayait de hausser un sourcil.
Car, sans méchanceté ni exagération aucune, cet individu était tout de même excessivement loin de ce qu'elle avait pu connaître de plus impressionnant en la matière. Un souvenir très intéressant d'ailleurs, mais au sujet duquel nous n'irons pas plus loin maintenant.

Tout a coup une main masculine s'empara du membre arrogant. Une main qui n'était pas une de celles du propriétaire du matériel en question.

" En ce qui concerne les massages intime... Je suis plutôt expert moi aussi ^^"

Et le spectacle s'enrichit singulièrement en notes écarlates et en notes sopranos.

A cette vision d'une cruauté certaine et d'un goût incertain, la jeune naga ferma instinctivement les yeux et aurait eu un mouvement de recul si seulement il lui restât la moindre parcelle d'énergie. Une giclée d'un liquide chaud et légèrement visqueux s'écrasa sur sa joue.

*Ouille...*

Sur cette dernière pensée elle s'endormit pour de bon.

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Sam 4 Juin - 23:35

La demoiselle s'était évanouie, laissant le vampire à son horrible spectacle. Bien que la prestation soit de qualité, puisque le public commençait à se retirer, il était grand temps pour les protagonistes secondaires de se retirer et de laisser au monstre sacré le soin de conclure la scène.

La voix du malheureux violeur n'exprimait plus que douleur suite à la mutilation d'une partie de son anatomie qui lui manquait déjà. D'un geste vif, le vampire arracha alors ce qu'il restait des organes reproducteurs de sa victime et se retourna en direction de l'autre homme qu'il avait empalé contre son épée géante. Celui ci était genoux à terre, mourant, et essayait en vain de retirer l'énorme lame qui le transperçait de part en part. A l'approche du vampire, il leva les yeux vers lui et essaya maladroitement de reculer. Une tentative bien ridicule avec un aussi gros bout de métal à travers le corps.


" De la peur? Mais vous me devez bien plus que de la peur...

Ses paroles furent accompagné d'un grand sourire prédateur, deux belles rangées de gros crocs ne laissant aucun doute sur son alimentation. Après des siècles de mutation génétique dû à sa maladie vampirique, sa dentition ne se contentait plus des simples doubles canines pointues si caractéristiques de sa race. Cette particularité, ne se retrouvant que sur les plus anciens vampires ajoutaient une certaine touche de férocité à son anatomie, il fallait avouer.

"Vous me devez au moins LA TERREUR!"

Il planta ses crocs dans le cou de celui qu'il tenait et le vida de son sang sous les yeux de son camarade. C'était terminé pour lui... Slayn se dirigea alors en direction de l'empalé afin de récupérer son arme. Après un rapide coup de pied pour le retourner, il retira son épée d'un coup sec, et poursuivant son mouvement, le décapita, le faisant taire une bonne fois pour toute.

Retenant alors un rire dément, le vampire se saisit de la tête, la porta au dessus de lui, et laissa couler le précieux liquide dans sa bouche grande ouverte. Sa gloutonnerie ne connaissait pas de limite. Il but également le reste du sang qui s'échappait encore du corps de sa dernière proie, a quatre patte contre lui, tel un animal...


Tout était terminé. Slayn avait enseveli les corps quelques part et était revenu auprès de la belle endormie, la contemplant avec un regard énigmatique, comme s'il ne savait pas comment se conduire vis à vis d'elle. Il aurait pu tenter de la transporter dans l'épave du Demeter, mais en tant qu'animal à sang froid, elle avait besoin de chaleur, et il valait peut être mieux la laisser dormir tranquillement. Elle avait eu suffisamment d'émotions pour la journée.

D'une douceur qui contrastait complètement avec sa fureur de tout à l'heure, il remit le drap de la Naga contre elle, et entrepris d'allumer un feu. Ce n'était pas les morceaux de bois sec qui manquaient dans la crique, et il y avait tout ce qu'il fallait à l'intérieur de l'épave pour l'allumer. Il retourna donc au cœur de celle ci, et revint vêtu de vêtements propres, ainsi qu'avec des allumette et un peu de nourriture qu'il avait trouvé dans la cambuse pour Anna, et une boite de cigares pour lui. Il alluma un agréable foyer et déposa les rations auprès de l'endormie.

Il s’essaya pour sa part en face d'elle, et alluma un cigare. Un être tel que lui, que l'on pourrait croire dénué de tous sentiments humains, aurait pu faire bien des choses avec une aussi jolie victime potentielle et sans défense sous la main. Mais le vampire avait simplement pris la décision de veiller sur son sommeil. Il ne restait plus qu'à espérer que sa protégée se réveille avant la levée du jour.

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Lun 6 Juin - 12:21

Anna rêvait.

Elle rêvait qu’elle était lovée sur une chaise face à une table couverte de victuailles. Il y avait du pain, des confitures, du beurre. On lui servit une boisson orangé, sucrée et acidulée. L’ambiance était conviviale, la naga pouvait entendre des rires et une voix la félicita d’avoir été si courageuse. On la remerciait pour sa générosité et elle se sentait gênée de toute cette gratitude.
Qu’avait-elle put donc faire pour que tous ces gens la traitent aussi bien ? Les possibilités lui donnèrent vite le tournis mais rien parmi tout ce à quoi elle put penser ne lui avait jamais valut autant d’égards. Bien que certains de ses exploits aient pu susciter la surprise voire une pointe d’admiration dans le meilleur des cas.
Était-ce le paradis ?

Une fois rassasiée on la raccompagna jusqu’à la sortie. On la remercia encore, disant qu’on espérait la revoir souvent. Qu’on recherchait plus de personne de son groupe. La jeune esclave se hérissa à la mention du groupe avec lequel elle était arrivée en possession de l’homme qui l’avait regardé comme un pot de chambre élaboré.
Non, elle ne voulait pas croire qu’elle était de nouveau là-bas. Surtout pas ! Elle avait donner toute son énergie pour s’enfuir, si c’était en vain…

En se retournant vers le bâtiment qu’elle venait de quitter Anna distingua un symbole étrange entourée d’inscriptions mystiques qu’elle était incapable de déchiffrer.
Mystère du symbole mystèrieux:
 
Ce rêve était vraiment insoluble d’absurdité.

La vision se brouilla peu à peu, comme un voile de brume qui se déchire. Une lumière rougeoyante pulsais dans son esprit. Elle réalisa alors qu’elle avait les yeux ouverts et qu’elle regardait les braises qui la réchauffais de leurs petits cœurs écarlates. Elle était étendue de manière inconfortable.

Doucement, paresseusement, elle ramena sa queue de serpent sous elle, l’enroulant en plusieurs cercles concentriques jusqu’à ce que son torse soit surélevé et que sa tête puisse reposer confortablement sur un de ses anneaux.

Au dessus du foyer, deux rubis rougeoyaient dans sa direction. La belle plongea son regard dans leurs fluorescence quelques instant avant que Morphée ne l’emporte à nouveau.

****

Une sensation de plénitude.

Voilà ce qui réveilla la petite marmotte écailleuse. Une sensation de bien être qui la baignait, la recouvrait. Elle s’étendit, sans même ouvrir les yeux. Elle s’étira, déroulant très longuement son corps serpentin. Elle était bien, elle ne savait pas pourquoi, ne se rappelait plus comment ni qui ni qu’est-ce.
Ce fut le ronflement d’une vague plus massive que les autres s'écrasant sur la berge au milieu des débris qui la tira de sa torpeur.

Elle ouvrit les yeux et fut instantanément éblouie par le soleil déjà bien haut dans le ciel. Elle se rappelait maintenant. Elle constata qu’elle était toujours sur la plage. Qu’elle était en vie. Et qu’elle était seule.
On aurait dit que l’arrivée du matin avait balayé tous les événements de la nuit. Aucune trace ne subsistait des terreurs et de l’affrontement qui avait eu lieu ici. Anna se sentait… lavée, étrillée intérieurement. Elle avait dormis longuement et tout lui paraissait formidablement plus net et plus clair.

Enfin, ça c’était uniquement intérieur.
*Dis que je pue pendant que tu y es.*
Et bien… tu as une grosse trace noirâtre sur la joue.
*Ah tiens oui, c’est salé.*
Dans deux secondes tu vas regretter d’avoir une langue qui si ballade autant.
*Tu veux dire que c’est… hiirk.*

Elle se sentait un pleine forme mais niveau fraicheur elle avait déjà connu mieux.
Elle avait connu pire aussi, mais chut.
*Tssssssssss !*

L’eau était là à quelques sinuosités à peine, je vent était doux, le soleil était chaud et il n’y avait pas un quidam à l’horizon. C’était trop tentant…
La naga envoya valdinguer ses vêtements et plongea dans l’eau fraiche.

« Yahaaa ! Ahahahahah- » SPLACH.

Elle s’amusa ainsi avec les vagues pendant un bon moment. Suffisamment pour avoir le ventre et le dos rosis par les gifles de l’océan. Suffisamment aussi pour avoir les lèvres qui viraient dans une teinte proche de celle de ses cheveux.

Quand elle sortit enfin elle se sentait bien. Propre, fatiguée, engourdie et elle avait faim. Mais vraiment inconditionnellement, indubitablement, intrinsèquement, irréductiblement, -
*Sstop ! … Je… je crois que tu peux t’arrêter. Si tu veux bien.*
- adverbialement…
*Ssss…*
Bon, d’accord.

Elle avisa les rations disposée près du tas de cendre à côté de la trace dans le sable qui indiquait qu’un très gros serpent avait dormi ici. C’était une délicate attention. Elle se restaura en repensant à sa rencontre avec le sanguin.
Cet épisode était un des plus bizarre qu’elle avait pu vivre. C’était très troublant, ils étaient liés par le sang. Le sang qu’elle avait offert et celui qu’il avait versé pour elle.

Mais la naga n’était pas d’humeur à ruminer ses pensées. Elle sentait de nouveau ce bain de bien être. La langueur des caresses du soleil sur sa peau nue la faisait fondre.

Elle n’avait qu’une envie : lézarder un peu plus au soleil.

****
Petit entracte musical. Profitez.
****

Le ciel commençait à se teinter de couleurs cramoisies.
La naga aussi mais sa sensibilité à la chaleur l’avait sauvé d’une trop forte brulure.

Elle était sur le pont du Déméter, admirant les derniers rayons jouer avec la mer et les nuage. Elle portait un large et lourd poncho en laine serrée, récupérée dans une malle du bateau. Elle n’avait pas voulu remettre ses vêtements sales. Ils n’étaient de toute façon pas conçus pour être pratiques ni pour être portés dehors. Cette tenue la laissait à la fois plus couverte et plus dénudée selon comment on pensait la chose mais elle saurait parfaitement s'en accommoder pour le moment. Au moins pour profiter de sa protection jusqu’à pouvoir mettre quelque chose de plus adapté à sa morphologie. Quelque chose de plus gai et plus féminin aussi serait bien.

Quand l’air commença à fraichir elle partit en quête de la cachette de celui qui lui avait offert cette journée de bonheur insouciant. Peu importe ce qu’il avait dit, elle savait qu’elle ne devait sa liberté qu’à un peu d’inconscience et beaucoup de chance.
Mais maintenant qu’elle en profitait il fallait qu’elle en fasse usage. Et c'était plus facile à dire…

Pour le moment elle se sentait le devoir de le remercier. Même si en voyant les traces de massacre qui restaient profondément imprégnées dans le bois elle doutait un peu de sa résolution.

Le soleil avait disparut et l’heure bleue prenait possession des lieux. En percevant un craquement de bois derrière elle, elle se retourna.

« Bonsoir.
B… bien dormis ?
 »

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4


Dernière édition par Anna le Mar 7 Juin - 13:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Mar 7 Juin - 1:24

La nuit passait sans histoire. Slayn fumait calmement son cigare, en jetant de temps en temps un petit coup d'oeil sur sa belle au bois dormant d'un soir. Il se demandait quel genre d'avenir elle pourrait avoir en temps qu'esclave fugitive... Il l'avait certe sauvée ce soir, mais il n'avait pas coupé la racine du mal... Pauvre gosse, elle aurait toujours quelqu'un à ses trousses. La détresse de la naga le renvoya à sa propre situation. Et lui même? quel était son avenir? A l'allure de tout ce qu'il avait vu jusque là, il lui apparaissait clair que plusieurs décennies, peut être même des siècles, c'étaient écoulés pendant qu'il croupissait sans plus aucune conscience de lui même, dans les ténèbres de sa crypte. Il n'était plus rien désormais. Sa puissance s'était envolée, ses possessions n'étaient plus que ruine. Il se sentait déphasé. Le monde avait continué à marcher sans lui, et il ne savait pas s'il trouverai les ressources de s'y adapter.

Alors qu'il était perdu dans ses pensées, les premières lueurs de l'aube commencèrent à apparaitre. Il était temps pour lui d'y aller.
Il jeta un dernier regard sur sa protégée endormie avant de lui dire [/b]

"Qui que tu sois et même si cela risque d'être difficile... je te souhaite une très belle nouvelle vie..."

[b] Puis il se retira en direction de sa forteresse de bois, afin de rejoindre son cercueil. Il avait sortit cette dernière phrase en pensant qu'une fois réveillée, la demoiselle s'empresserait de quitter les lieux sans demander son reste.

Il avait déplacé son cercueil dans la cabine de luxe du capitaine à l'arrière du pont, après tout, c'était lui le nouveau maître des lieux, puis après avoir calfeutré toutes les fenêtre, il s'allongea dans ce qu'il considérait comme son refuge le plus sûr et referma le couvercle avant de sombrer dans une profonde torpeur.

Lorsque la journée fut passée, et qu'il fut réveillé, il cacha la bière qui lui servait de couche sous le grand lit à baldaquin, avant de s'apprêter à sortir. Quelle ne fut pas sa surprise, en entrouvrant la porte de constater que celle qu'il imaginait déjà partie était, non seulement, toujours là, mais visiblement à la recherche de quelque-chose dans le bateau. Elle se dirigeait d'ailleurs par ici...

Ne sachant trop comment réagir, il se cacha instinctivement dans la pénombre et ne signala pas sa présence au moment ou elle entra. Il resta un moment à l'observer. Il se ravisa lorsqu'elle se pencha un peu trop pour regarder le lit, sous lequel était caché son cercueil. Il fit donc un pas derrière elle, ce qui le fit immédiatement entendre.

Elle se retourna et à son grand étonnement, ne chercha pas à fuir, malgré une peur évidente. Au contraire elle lui adressa la parole. Elle lui demandait s'il avait bien dormi... C'était bien lui qu'elle cherchait...

Même si la notion de bien dormir pouvait paraitre déplacée lorsque l'on dormait dans une boite qui ne laissait guère de liberté aux mouvement...

Laissant également s'envoler sa propre anxiété, il répondit d'une voix posée et détachée.


"C'est sans importance... Si toi déjà tu à réussit à passer une bonne nuit, et que tu as pu reprendre des forces ça me va.

Et excuse moi d'être apparu comme un voleur... Je ne pensais pas que tu resterai. Ce n'était pas nécessaire de te préoccuper de moi."

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Mar 7 Juin - 17:28

Il faisait sombre dans la cabine, beaucoup plus sombre que sur le pont. Anna remarqua que les fenêtres qui auraient du laisser entrer les dernières clartés du jour avaient toutes été calfeutrées. Seule la porte laissée grande ouverte lui permettrai de voir en nuances de gris. La silhouette du vampire se découpait face à elle.
Anna avait depuis longtemps perdu le réflexe de songer à prendre ses jambes à son cou s’enfuir. Mais le fait qu’un prédateur se tenait entre elle et la sortie ajoutait inconsciemment à son trouble. Preuve que son instinct de survie n’était pas complètement anesthésié.

"C'est sans importance... Si toi déjà tu à réussit à passer une bonne nuit, et que tu as pu reprendre des forces ça me va.

Et excuse moi d'être apparu comme un voleur... Je ne pensais pas que tu resterai. Ce n'était pas nécessaire de te préoccuper de moi."


Ces paroles modifièrent son trouble. Elle était rassurée, sa crainte s’estompa. Elle était gênée, la sollicitude qu’il lui témoignait était trop douce et trop gratuite surtout comparée à la débauche de violence et aux restes de massacre dont elle avait été témoin.
La toute nouvelle ex-esclave ne savait pas sur quel pied danser comment se comporter dans une situation pareille. Il fallait qu’elle dise quelque chose mais elle ne savais pas quoi. Un moment de silence maladroit passa pendant qu’elle jouait avec le tissu rêche de son vêtement, ne sachant trop que faire de ses mains. Sa langue siffla entre ses lèvres et elle s’empressa de la rentrer. C’était un réflexe qu’elle n’avais jamais su vraiment maitriser en situation de stress. Le problème c’est que cette attitude serpentine donnait une toute autre impression sur ses lèvres roses et charnues.
Il fallait vraiment qu’elle dise quelque chose.

« Qu… quel est votre nom ? Pourquoi… pourquoi avoir fait ça pour moi ? C’était…
Je ne sais pas comment vous remercier.
 »

Voilà, elle venait de se lâcher un peu en osant mettre les pieds dans le plat-
*Non mais c’est pas fini ces bêtises ? C’est pas le moment de faire des blagues.*
D’accord, d’accord.
*Pardon d’avoir crié.*
T’appelle ça crier toi ? Mouahaha, bref, continuons.

Elle osait poser les questions comme elles venaient. Des questions toutes simples et qui pourtant lui paraissait audacieuse car elle les posait selon son ressenti et non comme simple formalisme habituel.
En réalité Anna avait nombre de manière de le remercier qu’il ne serait décent de détailler ici. Mais… les règles de sa vie semblaient avoir été profondément bouleversées et elle ne les connaissait pas encore. Alors autant être certaine de ce qu’elle faisait.

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Mer 8 Juin - 18:01

La Naga, malgré son courage d'avoir choisi de rester en ces lieux, ne semblait pas rassurée pour autant. Le vampire essaya donc de modérer son expression trop habituellement dure et dominatrice. Malgré ces efforts, sa voix et son regard montraient cependant toujours un certain détachement, comme s'il bloquait lui même à se dévoiler trop vite.

La demoiselle avait posée des questions courtes mais qui pouvaient soulever de longues explications de sa part. En effet, les vampires et lui tout particulièrement n'avaient pas pour vocation de faire dans le social. Peut être sentait elle malgré tout que quelque chose était brisé, différent, chez lui... Ce qui pouvait expliquer la raison pour laquelle elle était restée, plutôt que de profiter du jour pour fuir, comme l'aurait fait tout mortel sensé.


" Je... Me nomme Slayn... Slayn Valentine."

Bon, le nom, c'était fait... Maintenant qu'allait il bien pouvoir répondre aux autres question? Expliquer pourquoi il avait agit ainsi, ça pouvait être assez long. Quand aux remerciement, c'était bien la première fois qu'on le remerciait d'avoir profité d'une occasion pour commettre un massacre... Mais ce n'était pas si désagréable de lire la reconnaissance dans les yeux de quelqu'un, il fallait l'avouer.

Afin de reprendre lui même ses esprit, il s'assit contre le bord du lit et répondit, les yeux perdu dans le vide. Il était clair à présent qu'il était lui même sonné par les événements de cette nuit.


" J'ai agi parce que j'avais besoin de sang pour récupérer mes forces, et que tu était là, tout simplement.

Face à l'étonnement évident de la demoiselle, il ajouta donc

"En tant que monstre sanguinaire, j'aurai dû massacrer tout le monde c'est vrai... Mais t'as eu de la chance, je suis actuellement en pleine transition^^

Et toi, quel est ton nom?"

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Sam 11 Juin - 19:51

Monsieur Slayn Valentine.

La demoiselle s’efforçait de retenir la prononciation. Elle se sentit un peu chavirer en répétant mentalement son nom de famille. Non seulement il en avait un, ce qui pour elle constituait déjà un titre témoignant d’un certain pouvoir. Mais en plus ce nom ne ressemblait pas le moins du monde au nom d’une famille de pêcheurs ou de petits commerçants. Cela sonnait noble, voilà qui n’allait pas retirer à la confusion de la prostituée.

Alors qu’il s’asseyait sur le lit et que la faible lumière qui passait par la porte l’éclaira, la serpentine se mit à observer les détails de sa physionomie. Le peu qu’elle pouvait voir. Elle se souvenait de sa peau pâle et de ses yeux surnaturellement rouges mais a aucun moment elle n’avait pu voir sa silhouette, sa façon de se tenir quand il ne faisait pas le mendiant loqueteux… Dans ses vêtements de capitaine du navire qu’il remplissait d’une paire d’épaules larges, il avait très certainement les traits d’un homme de pouvoir.

Les yeux d’Anna s’écarquillèrent de stupéfaction. Elle avait été sauvée… par un noble ?!

Reprend toi jeune fille.
*Mais… je dois rêver, ça n’a aucun sens.*
Rêver ? Tu trouves vraiment qu’il ressemble à un prince charmant toi ?
*Un cauchemar alors ?*
… ah, ça c’est possible. Tu as mal au cou ?
*Oui T-T*
C’est donc la réalité.
*Nyaaah ! Et tu veux que je me reprenne ?!*

En tant que monstre sanguinaire, j'aurai dû massacrer tout le monde c'est vrai...

Quelques soit les impressions d’Anna, le vampire la rappelait soudain au fait que ce qui importait surtout le concernant, ce n’était pas qui il était mais ce qu’il était. Et la serpentine frissonna sous la douche froide qu’il lui infligeait à cet instant. Heureusement le monstre qu’il prétendait être n’avait aucun mal à souffler tour à tour le froid et le chaud dans ses paroles :

Mais t'as eu de la chance, je suis actuellement en pleine transition^^

Voilà qui était… rassurant ? Mais la jeune fille savais que cet homme n’allait pas lui sauter à la gorge. Il l’avait protégée puis, elle en était presque certaine bien que ce put-être un rêve, avait passé la nuit à la regarder dormir. Sans compter les vivres qui n’étaient pas apparut par hasard. Ce n’était tout de même pas pour la tailler en pièce après… si ?
Seul le souvenir bien vivace des hurlements de ses victimes la glaçait encore. Si elle s’était trompée elle n’osait pas imaginer ce qu’il lui ferait.

Et toi, quel est ton nom?"

« Anna. »

Question simple, réponse simple. Cependant la naga hésitait.
Elle finit par agripper son poncho peu élégant pour effectuer une maladroite mais souple révérence.

« Enchantée seigneur Valentine. »

Et c’était tout.
Le silence s’installa alors comme une chape de plomb.

Anna se mordillait la lèvre inférieure en se rendant compte qu’elle était sensée poursuive.
Se glissant alors jusqu’au lit elle s’assit dessus à une distance respectable du triste sire.

Elle ouvrit la bouche pour parler. La referma plusieurs fois. Il était évident qu’elle avait à la fois beaucoup trop de questions et aucune habitude de les poser librement. C’était quand même nettement plus simple quand on ne lui laissait pas le loisir de parler.

« C’est votre bateau ? Comment s’est-il… échoué ?
Vous êtes un vampire ? Vous avez mangé tout le monde ici ?
Vous venez d’où ? Vous avez quel âge ? Vous êtes vraiment immortel ? Noble ?
C’était juste pour mon sang ? Il est si bon que ça ?
Pourquoi vous êtes un monstre ?
Pourquoi me protéger alors ? Et les biscuits ?
 »

Anna ouvrit des yeux horrifiés et se plaqua deux mains sur la bouche tout en s’éloignant du vampire. Elle se protégeait comme si elle s’attendait à prendre une avalanche de coups pour cette avalanche de question incontrôlée.

C’était malin tiens…

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Sam 11 Juin - 21:38

Après lui avoir adressé une révérence, la jeune fugitive ne semblait toujours pas rassurée pour autant. Ce n'était pourtant pas la bonne volonté qui manquait.

"Anna... Je trouve que c'est un très joli nom^^"

Elle essaya alors de briser la glace en s'asseyant à côté de lui et là... le bide... Un silence pesant commença à s'installer. Slayn n'était pas gêné, mais il ne savait pas forcément s'y prendre avec les gens, quand il n'était pas question de les dominer.

Mais contre toute attente, la jeune serpentine fut l'objet d'une fulgurance surprenante et un flot de questions qu'elle devait contenir depuis un moment surgit d'un seul coup de sa bouche, au grand étonnement du vampire.

Réalisant ce qu'elle venait de faire, elle plaça aussitôt ses mains devant sa bouche, comme si elle venait de commettre une terrible faute. Cette impression devait être accentué par le fait que le vampire venait enfin de tourner la tête pour poser les yeux sur elle.

Mais contrairement à ce qu'elle devait s'attendre, Slayn eut du mal à retenir un sourire doux, suivi d'un rire contenu, avant de se transformer en rire franc et rassurant (pas le rire sardonique de fou furieux sanguinaire en tout cas XD).


" Tu es libre de parler autant que tu veux à présent^^

J'ai de la mémoire, je vais essayer de répondre au mieux à tes questions... ça va être assez long... Installe toi plus confortablement si tu veux."


Slayn commença alors à raconter son histoire. Contrairement à ce qu'il aurait cru, ce ne fut pas un exercice si difficile pour lui. C'était la première fois qu'on lui demandait de parler de lui, qu'on s'intéressait à ce qu'il était et ce qu'il ressentait réellement, ce n'était donc pas la matière qui manquait... Il est vrai que n'ayant eut affaire jusque là qu'à des fidèles serviteurs où victimes potentielle au cour de son existence de vampire, il était facile de comprendre que son côté intérieur n'était pas la préoccupation principale de ses gens.

Alors il parla en essayant de ne pas rentrer trop non plus dans les détails afin de ne pas y passer la nuit.

C'était d'abord l'histoire triste d'un homme qui avait tout perdu et avait été trahis par le reste. Un homme qui, alors qu'il devait mourir, avait renié si fort tout ce en quoi il croyait, qu'une maladie dont il était porteur sain, sans le savoir, se déclara chez lui et le transforma en créature puissante et assoiffée de sang. Comme une punition divine pour ne plus vouloir être un homme.
L'histoire se transforma alors en celle d'un monstre, déçut par l'humanité, deversant toute sa colère pendant près de deux siècles sur toute une île terrorisée, mais qui apparaissait surtout comme incroyablement seul et en souffrance . Jusqu'au jour où un groupe d'homme exceptionnels décidèrent de se dresser contre lui. Un groupe tellement courageux et solidaire qu'ils réveillèrent chez le vampire une foi en l'homme qu'il pensait avoir perdu. Des adversaires valeureux qu'il pouvait respecter, combattre, et lui apporter la mort qu'il attendait secrètement depuis des années. Une mort qui n'arriva finalement pas, mais une défaite cinglante pour lui malgré tout, qui l'avait condamné à un sort bien pire finalement...
Puis il raconta son réveil, grâce à la bêtise de Kwochet et de Müch, leur bâteau sur lequel il s'embarqua et le massacre de l'équipage pour pouvoir survivre à la traversée. La tempête qui l'avait poussé sur ces côtes, et enfin la décision qu'il avait prise juste avant d'apercevoir Anna, afin d'honorer la mémoire de ceux qui l'avaient vaincu et peut être enfin trouver la paix.

Lorsqu'il eut terminé, il se leva alors pour faire face à la demoiselle.


"Bref... Je n'ai plus le droit de verser innocent et je n'aurais de repos que quand les vies que je sauverai seront plus nombreuses que celles que j'ai prise.

Le fait que tu soit venu à moi, que tu m'ai appelé à l'aide, et que tu m'ai offert ton sang... je suis sûr que c'est un signe!

C'est pourquoi...


Il pose alors un genoux à terre face à la Naga et baissa respectueusement la tête.

" ... Cette liberté... Cette vie que tu n'a pas eu... Je voudrais te la rendre, et la protéger désormais.
Nous sommes désormais unis par une dette d'honneur. Alors je t'en prie... Accepte tu que je me mette à ton service?"

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Lun 13 Juin - 5:25

*Je suis désolée, je sais pas ce qui m’a pris !*
Il ne va pas t’entendre si tu le pense juste, tu sais.
*Nan, je veux plus parler ! Au secours T-T*
On aura qu’à te graver en épitaphe « Sa langue a fourché »
*Salaud !*

Mais de la gorge du vampire s’éleva un rire honteusement honnête, sain, calme et ordinaire. Anna rouvrit timidement un œil, puis l’autre. À vrai dire elle ne savais pas tout a fait si ce revirement complet d’attitude ne la choquait pas encore plus que la beigne qu’elle avait cru recevoir. Ce rire léger et dédramatisant c’était juste…
*Il peut faire ça ? Oo*
Il peut faire ça.

Mais franchement c’est de la triche.

Elle se sentit abominablement idiote d’un coup et rougit jusqu’aux oreilles en se recroquevillant encore plus sur elle même. Le soulagement le disputait au sentiment d’être complètement à côté de ses pompes de la plaque. Les paroles rassurantes du vampire et son intention de tout lui raconter arrivèrent donc à point nommée car la jeune fille en était encore à décider de si elle oserait rouvrir la bouche un jour, ou non.

Il lui conta alors une histoire, longue et lugubre, pleine de sommets et d’abimes, de lentes mélancolies sordides et de brusques violences.
Une histoire emplie de ténèbres parmi lesquelles les rares lumières n’étaient que plus intense.

La jeune naga l’écoutait, sans l'interrompre une seule fois. Elle commença par enrouler sans y préter attention une fois sa queue autour d’elle sur le lit. Puis l’histoire se poursuivant elle fit un second tour. Et ainsi de suite tant et si bien qu’elle finit vite entièrement lovée sur le matelas, entourant sa queue de serpent de ses bras comme une bipède aurait serré ses genoux contre elle. Ses yeux ne quittaient pas le vampire dont elle ne distinguait guère plus qu’une vague ombre et deux points rougeâtres.

Elle était complètement fascinée et sursauta en voyant l’ombrageux seigneur se lever et se diriger vers son côté du lit pour lui faire face. Il en venait à ce qu’il attendait d’elle et elle essaya de ne pas en rater une miette. Mais cela ne la prépara pas plus à ce qui allait suivre.

Quand il s’agenouilla elle sentit sa mâchoire tomber et son cœur se mit à courir dans sa poitrine. Son visage exprimait la surprise la plus expressive qui soit et à ce moment précis s’il lui avait sortit une bague nul doute qu’elle n’aurait pas évité une syncope vaso-vagale.
La déclaration et la demande qui suivirent ne manquèrent tout de même pas de lui mettre le cerveau et le cœur sans dessus-dessous.

« J… … ne… … o… »

Anna fit un gros effort pour avaler le choc qui l’empêchait complètement d’articuler. Elle respira un bon coup et expira un souffle tremblant.

« J’accepte. »

Le mot s’extirpa péniblement de sa gorge desséchée. Elle n’aurais rien pu répondre d’autre à une telle requête. Elle qui avait appris à ne jamais dire non, présenté comme ça elle aurait accepté le pire des contrats. Que pouvait-elle dire d’autre à cette âme en peine qui venait de lui expliquer qu’il voulait qu’elle soit la figure de sa rédemption ?
Poussée par le moment et l’atmosphère héroïque dont le seigneur Valentine avait chargé cette pièce, elle fit la première chose qui lui vint à l’esprit pour « adouber » son chevalier.

Elle se pencha en avant, par dessus le bord du lit.
Elle saisit son visage en coupe avec ses quatre mains, puis le releva.
Et enfin, se penchant plus avant encore elle lui baisa le front.

C’était là le geste le plus spontané auquel elle pouvait penser pour signer son acceptation. Légèrement dominateur car celui qui reçoit cette marque d’affection est normalement plus petit, plus fragile, mais pas suffisamment pour qu’elle soit incapable d'imaginer faire un truc pareil.

« Merci… »

Puis elle perdit l’équilibre et se vautra lamentablement sur le fringant paladin.

« Je suis vraiment désolée ! Je suis engourdie et… j’ai froid, pardon. »

Ou comment briser bien comme il faut un moment aussi solennel.
*Oh toi, pas de commentaire parce que tu aurais fait pire ! J’en suis presque sûre !*
Touché !

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Mar 14 Juin - 15:59

Le vampire accepta avec un regard énigmatique et un sourire ravageur (oui, oui, quand il ne montre pas les crocs, Slayn à un beau sourire!) le baiser de la Naga sur son front en guise d'adoubement.

Quoi qu'il arrive à présent, ils étaient liés par un pacte de sang. Puisqu'elle lui avait sauvé la vie en lui offrant un peu de son sang, le vampire pourrait tenir son vœux de combattre à présent le mal sous toutes ses formes. En contrepartie, il avait à présent la lourde charge de protéger cette esclave en fuite, et surtout de tout faire pour qu'elle ai accès au bonheur auquel elle avait droit. Sa rédemption en était à ce prix.

Brisant alors tout le romantisme de la scène, Anna encore fébrile trébucha contre Slayn qui eut juste le temps de la retenir. Elle venait encore de se confondre en excuse.

Il lui adressa alors un regard doux, presque paternel, tandis qu'il usait de toute sa force pour se relever avec le lourd corps de la serpentine contre lui.


" Il n'y a aucun problème... My Lady."

Il l'aida alors à se poser de nouveau sur le lit et passa plusieurs couvertures autour de ses épaules.

"Inutile de laisser s'échapper d'avantage la chaleur qu'il te reste. Il y à un poêle dans cette cabine... je vais allumer un feu."

Prenant déjà très à coeur son rôle de serviteur, il s'éloigna quelques instant pour allumer quelques lampes à pétroles, fermer la porte de la cabine et enfin placer quelques buches dans le poêle avant de l'allumer, histoire que la pièce se réchauffe.

Il retourna alors au près de sa Lady pour s'assoir à côté d'elle.


"Il est peu être un peu tôt pour parler de tout ça... Mais pour te venir en aide, j'ai besoin de te connaitre mieux.

Malgré ce qu'il s'est passé hier soir... le fait est que tu es toujours traquée. Quant à moi, j'évolue à présent dans un monde qui m'est à présent inconnu et hostile... Il faut que nous réfléchissions à notre avenir à tous les deux, et au plus vite...

J'imagine que tu n'étais pas le genre d'esclave dont on se sert pour faire le ménage... Quelle est ton histoire? Est ce que tu as déjà des idées pour l'avenir? Des envies particulière?"

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Mar 21 Juin - 0:24

Ça pour être gourde elle était gourde en effet.
*En-gour-die !*
À cause du froid oui. Car ayant vécu dans le stupre et la luxure un environnement chaud et moite ou les activités propices à se réchauffer ne manquait pas, Anna était vraiment très sensible aux baisses de température.
Une chochotte quoi.
*Mais… ! Enflure ! >__<*

Mais qu’à cela ne tienne, son chevalier servant ne faiblit pas. Noble et digne il l’aida à se remettre sur le lit et l'emmitoufla sous les couvertures. Il se comportait un peu comme son père, c’était inattendu. Et il lui donna du « My Lady », ça ça ressemblait à un jeu de rôles.
Anna aimait bien les jeux de rôles, ils changeaient de l’ordinaire. Enfin, ils duraient rarement longtemps et le jeu d’acteur frôlait souvent les pâquerettes. Mais c’était plutôt amusant. Elle n’aurait qu’à faire comme si elle jouait à faire semblant. Voilà qui l’aiderait à mieux gérer cette situation stressante dans laquelle la plaçait le seigneur Valentine.

Seigneur qui s’occupait à mettre en place une ambiance tamisée et chaleureuse. Les nuances orangées qui se mirent à danser sur ses trait anguleux le rendaient beaucoup plus vivant, ce qui n’était pas peu dire.
Quand il alluma le chauffage à poêle, l’atmosphère commença résolument à s’améliorer. Il s’enquit alors de ce que la jeune fille avait à lui raconter à son tour. Anna se tortilla très inconfortablement.
*Il veut que je raconte tout comme lui ? Je… le pourrais jamais.*
Tout doux, souviens-toi, comme dans un jeu.
*Oui ! Mais… mais ça va être très court.*
Allons bon, ce n’est pas la taille qui compte. C’est le goût !
*C’est vrai mais c’est pas une… crétin ! >__<*
On dirait que mon traitement te fait du bien, c’est au moins la troisième fois que tu m’insulte sans t’excuser.
*Hh… je… qu… désoléééée ! >__<*

« C’est, moins intéressant que vous. J’ai grandis dans la maison close de mon père, j’y ai tout appris et je vivais bien même si je m’ennuyais. Il y avait parfois des choses étonnantes et des aventures qui entraient dans ce petit monde, mais… »

Anna se mit à fixer les lumières et les ombres qui jouaient ensemble en silence pendant un instant. Elle soupira et la couverture désormais inutile lui glissa des épaules.

« Il y a quelques semaines mon père à décider de fermer la maison close. Il m’a confié à un marchand qui m’a vendue à un grand marché aux esclaves. En arrivant ici j’ai été… maltraitée.

Je n’ai plus aucun lien avec quiconque, toutes les filles que je connaissait sont parties les unes après les autres. Il ne restait que mon père. Maintenant il ne reste plus que moi. Je me suis enfuit avant d’avoir à nouveau quelque chose à perdre et tant que j’étais assez en colère pour… Pour être folle.

Maintenant je ne sais plus ce que je dois faire !
 »

Elle semblait si fragile. Perdue.
Prise d’une impulsion soudaine elle enlaça le bras du vampire et se colla à son flanc en posant sa tête contre son épaule. Sans lui laisser le choix d’ailleurs. Il avait dit qu’il la protégerai ? Et bien là tout de suite elle avait besoin d’être protégée. Toucher quelqu’un, elle était en manque de contact humain… de contact avec un être vivant… de… de contact quoi !

« Maintenant que je suis sortie de ma coquille, je ne crois pas que je supporterai d’y retourner.
J’aimerai voir tout ce qu’il y a à voir dans le monde. Mais je ne sais pas par où commencer.
 »

La voix de la demoiselle se faisait rêveuse.
Elle se sentait bien d’avoir parlé. Comme-si une fois exprimées avec des mots ses pensées lui paraissaient plus claires.
Et puis le gros nounours auquel elle se raccrochait était pour le moment très coopératif. Elle hésita un instant à le lâcher mais décida que s’il en avait le désir il saurait le lui faire comprendre.
*En attendant, nyuh !*

C’est mignon.

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Mar 21 Juin - 17:25

Le vampire écouta la jeune femme sans l’interrompre, et sans aucune émotions perceptible sur son visage qui restait fermé. Non pas que la tristesse d'une telle existence ne le touchait pas. Cela était bien évidemment faux puisqu'il avait l'esclavage en horreur. Il était seulement dans sa nature de conserver une attitude toujours digne, quelques soit les circonstances.
Pour lui, ce dont cette fille avait besoin, c'était de quelqu'un pour lui apprendre à relever la tête, et la protéger. Quelqu'un de fort, de dur, bref... Une personne qui lui apparaisse comme indestructible. Pas d'une nounou larmoyante pour la plaindre.

Il eut d'ailleurs le sentiment qu'elle commençait déjà à le voir comme ça, lorsqu'elle enlaça son bras et posa sa tête sur son épaule. Un geste qui trahissait un manque de véritable affection, et également un besoin de se sentir rassurée. C'est pourquoi, il ne refusa pas cette étreinte, et au contraire en profita pour caresser délicatement du dos de sa main les écailles douces de ce qui aurait été probablement le côté extérieur de la cuisse chez une humaine normale.

Une chose le dérangeait malgré tout dans son récit. Celui qu'elle appelait son père. De la manière dont elle en parlait, il était clair que si elle ne coupait pas se lien, elle ne pourrait jamais être vraiment libre. Mais il était sûrement encore trop tôt pour lui exposer ce qu'il pensait réellement de cette relation. Il prendrait le temps de lui enseigner toutes ces choses petit à petit.

Souhaitant en premier lieu se concentrer sur le plus important, il porta alors son autre main sur le visage de la serpentine pour faire tourner son regard vers lui.


"Je ne crois pas que tu ai été folle... Bien au contraire^^ Tu as fais la seule chose moralement Normale dans cet univers de fous... Alors je veux que tu m'efface cet air triste. Et je veux voir à quoi ressemble ton sourire, d'accord?"

Comme pour donner l'exemple, un sourire en coin commença à apparaitre sur son visage qui avait été digne jusque là. Il resta quelque seconde les yeux plongé dans les siens avant de reprendre.

"Tu dis ne pas savoir quoi faire? Je crois que la priorité sera de réapprendre à vivre tout simplement! C'est valable pour moi aussi d'ailleurs... Et voyager pour voir comment fonctionne le monde, me semble effectivement la meilleure méthode^^"

Il détourne alors un instant son regard, semblant en proie à quelques réflexions.

"L'ennui c'est que pour ça il faut des moyens... Je connais l'emplacement d'un trésor sur mon île... On pourrait toujours renflouer le Demeter pour qu'il nous y conduise... Mais là encore nous n'y arriveront pas sans fonds de départ, et il nous faudra du monde pour manœuvrer ce bâteau..."

Il semble d'abord hésiter à cette perspective, mais finit par ajouter sûr de lui.

"Nous n'avons pas vraiment le choix... Nous ne nous en sortirons jamais seul...

Demain dans la journée, il va falloir que nous nous rendions en ville. Il va falloir trouver un moyen de gagner de l'argent... Et il va surtout falloir trouver des gens qui acceptent de nous aider. Ça sera forcément dangereux... Est tu malgré tout d'accord avec ce plan?"

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Jeu 23 Juin - 4:03

S’il n’avait pas bougé la main pour timidement caresser sa queue de serpent juste sous sa hanche, la jeune fille aurait bien pu croire que son seigneur vampire s’était mué en marbre. En marbre très digne, fort et viril. Un paros, un vrai.
Il n’avait rien exprimé de plus qu’une écoute passive, ce qui s’était finalement révélé très habile puisqu’il avait joué à la perfection son rôle en laissant la jeune fille réordonner elle même ses pensées en les exprimant. Psychothérapeute, un métier éreintant…

Il la pris donc par surprise quand il saisit d’une mains calleuse son fin visage pour lui asséner yeux dans les yeux quelques vérités bien senties.
Elle lui aurait bien dit que « apprendre » à vivre était plus correct dans son cas, vu qu’avant de vivre dans une maison close elle vivait dans un œuf, clos lui aussi… Mais dans cette position là, cette atmosphère et avec ce discours convaincu, elle se sentait trop hypnotisée par ces yeux rubis si proches et cette voix grave si sûre pour l'interrompre à propos d’un détail.

Quand il la lâcha et détourna le regard, la naga se sentit à nouveau respirer normalement. Il ne s’en rendait peut-être pas compte mais quand il se laissait emporter ainsi il était assez impressionnant, surtout quand il exhalait tout son charisme à la figure d’une jeune fille de quelques siècles sa cadette.
Elle le laissa continuer. Ne sachant trop s’il pensais tout haut ou s’il lui faisait réellement part de ses réflexions. Mais ce qu’elle entendais lui plaisait.

Plus que ça même, en l’écoutant poursuivre ses idées la serpentine le regardait avec des yeux de plus en plus brillants d’excitation. Il était en train de lui faire miroiter un conte de fée taillé sur mesure. Une chasse au trésor, pour voyager, trouver des compagnons de route ? Mais c’était là les aventures qu’elle s'imaginait quand elle alimentait ses rêveries des contes de marins et de légendes du grand large !

Quand il conclu en lui demandant son avis, pour toute réponse elle se jeta sur lui et l’embrassa fougueusement. Pas vraiment le baiser timide qu’on aurait pu attendre d’une fille de son âge, non. Un vrai baiser de pro à foutre le feu aux draps et à clouer le vampire au matelas.

Quand elle eu terminé son effusion de sensualité affectueuse (ou d’affectivité sensuelle selon comment on voit les choses), elle se redressa avec un grand sourire qu’elle ne lui avait pas montré jusqu’ici. Un sourire de gamine devant un énorme paquet cadeau, mais en définitivement moins innocent.

« Par où est-ce qu’on commence ?! »

Puis elle fronça les sourcils, frappée d’un doute soudain.

« … dans la journée. Mais… Vous êtes un vampire ! Vous allez bruler, non ? »

Et il sera nettement moins bon une fois trop cuit.
*C’est sûr.*
Tu… viens d’approuver ma bêtise ou j’ai rêvé ?
*Hihi.*
Tu es malade ?
*Je suis heureuse !*
C’est bien ce que je dis, tu es malade.

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Ven 24 Juin - 17:02

A peine le vampire eut-il terminé ses dernières paroles qu'une surprise de taille et -il devait l'avouer- fort agréable, vint se profiler à lui.

Anna venait, au sens propre, de se jeter sur lui, pour lui offrir un long et langoureux baiser. Il n'était pas coutumier des longues langues bifides des nagas, mais il devait avouer que l'effet n'était pas désagréable. De par sa mutation vampirique, son propre organe buccal étant lui même assez conséquent, il fallait avouer que ce roulage de pelle était à classer parmi les plus... intéressant qu'il ai eut à ce jour.

La jeune femme ne lui avait d'ailleurs pas laissé beaucoup de choix. Et d'abord hésitant d'avoir été pris par surprise, Slayn ne put résister à la tentation de l'enlacer à son tour avec douceur et de profiter de ce délicieux instant qui lui était offert. Comment pouvait on lui en vouloir. Après des siècles d'enfermements, et avoir été transformé en animal par la privation, l'absence de tout contact humain avait laissé en lui des blessures profondes. Et c'est ces même blessures qui se retrouvaient du même coup spontanément soulagées par l'intervention d'Anna.

En cet instant, il brûlait de désir. Tout son être lui commandait de s'oublier totalement dans les bras de la jeune femme et d'essayer de retrouver, l'espace d'un instant, ces sentiments et cette plénitude qui lui avaient été enlevés depuis si longtemps.

Mais il y avait quelque chose qui, chez lui, dépasserait toujours son instinct... sa noblesse. Il ne pouvait pas profiter comme ça de celle qu'il avait promis d'aider et de protéger. Elle ne connaissait peut être pas d'autre manières d'exprimer sa gratitude, ce n'était pas honnête, et encore moins respectueux vis à vis d'elle.

Ainsi, avec une pointe de regret malgré tout, il posa délicatement sa main contre son cou pour la faire se plonger dans ses cheveux bleux, tout en retirant peu à peu son visage pour la faire arrêter.

Elle en profita alors pour se redresser, souriante, visiblement heureuse, et le questionner sur leur sujet de conversation d'il y a quelques minutes.

Le vampire se redressa alors et les deux accolytes se retrouvèrent assis très proche l'un de l'autre, presque visage contre visage. Slayn semblait encore avoir du mal à organiser ses idées, et montrait la plus grande difficulté à lutter contre ses envies premières, ne pouvant se retenir de la gratifier encore de quelques petits baiser hésitant et tremblant entre ses paroles. Mais il parvint malgré tout à répondre.


"Je... Je crois... Que le mieux serait de d'abord tâter le terrain... Flânons sur les quais... Dans les tavernes... Et écoutons les conversations... Une occasion finira bien par se présenter.

Et inutile de t'en faire pour moi... J'ai regagné en puissance depuis mon réveil... habillé des pieds à la tête aux pieds pour me protéger du soleil... ça devrait aller.

Et arrête de me vouvoyer!"


Sur cette dernière remarque il plonge alors sa tête dans le creux de l'épaule de la jeune femme pour lui embrasser le cou fougueusement. Mais frappé par un violent rappel à l'ordre de sa raison, il se retire de nouveau pour lui faire face, et baisser les yeux presque honteusement.

" Je ne peux pas... Là... Comme ça... je profiterai de toi...

Je dois d'abord savoir... Est ce que tu ignore qu'en dehors des bordels, ce genre d'échange implique quelques sentiments amoureux?

Je veux dire... Si tu n'éprouve pour moi que de la reconnaissance et que tu veux me la rendre... Tu es désormais libre de choisir des moyens plus soft... Les non-esclaves sexuels se contentent généralement de dire "merci"^^


Il s'arrête alors, pensant soudainement à une autre option qu'il n'avait pas envisagé pour le moment, mais qui l'amusa au point de lui arracher un petit sourire sarcastique.

"A moins que ce ne soit tout simplement le genre de service que tu attendes de ton serviteur docile et dévoué... Auquel cas... Je suis à tes ordres My Lady^^"

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anna
Personne Bannie
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 04/04/2011
Localisation : Sparta

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Dim 26 Juin - 5:26

En tout cas elle lui faisait de l’effet.

Cette constatation rassurante récompensa la prise de risque de la naga. Elle avait initié un baiser sur un coup de tête. Parce qu’il l’a titillait depuis un moment. Mais c’était un geste complètement fou à faire sur sa propre initiative.
Il n’y avait aucune règle, aucun ordre ni aucun contrat pour clarifier la situation et cette réaction du vampire était comme une prise qui lui était apparut sous les doigts en plein milieu du brouillard, elle comptait bien s’y accrocher.

Anna souriait en sentant le prince de la nuit un peu fébrile, elle ne s’attendait pas à ce que quelqu’un avec une existence aussi longue se montre aussi… incertain. Pas malhabile, mais loin de donner l’impression d’être maitre de la situation. C’était étrange.

En tout cas, le programme lui plaisait. C’était simple et cela promettait des découvertes en grand nombre. Peut-être pourrait-elle aller voir le marché ! On lui avait décrit l’endroit comme un florilège de couleurs et de senteurs, de sons et de sensations. Elle était curieuse de voir de ses yeux à quoi cela pouvait ressembler. Sa dernière visite dans un tel endroit n’avait pas été concluante.
*C’est parce que c’était un marché aux esclaves, petite voix.*
Je sais, mais c’était un marché tout de même, avec des esclaves de toutes les couleurs, des odeurs corporelles, et cætera.
*Je… n'avais pas vu ça comme ça. C’est… c’est assez horrible comme tu le décris.*
C’est pour ça que tu t’es enfuie, tête de linotte.

Elle le croyait sur parole quand il disait qu’il n’y avait rien à craindre avec un bon écran total et enfin grimaça quand il lui ordonna d’arrêter de le vouvoyer. Elle allait s’efforcer d’obéir…
Jusqu’ici tout allait bien.

Il se jeta tout à coup sur sa gorge et elle ne put retenir un hoquet de surprise. Il commençait à se montrer un peu… trop affamé. Anna se souvint alors des dents qu’il gardait sous les lèvres qui étaient en train de parcourir son cou. Elle déglutit un peu et la prise qu’elle pensait alors ferme dans son esprit commença à se révéler branlante. Attiser sa soif de sang n’était pas tout à fait ce qu’elle avait envisagé.

Puis il se retira tout aussi brutalement avec un air contrit. La serpentine hésitait à s’écarter de lui par sécurité, mais elle ne voyait aucun moyen de le faire sans que cela ne soit offensant. C’est ce moment là que choisit Slayn pour transformer la faible prise qu’elle avait encore sur la situation en un tas de poussière qui s’effrita entre ses mains.
Il ne pouvait pas car il estimait profiter d’elle et c’était apparemment mal pour lui. Elle ne comprenait pas ce qui le retenait. Quelque chose de très important pour lui sûrement. Il lui avait parlé d’honneur tout à l’heure…
Mais elle n’eut pas le temps de finir sa pensée car le vampire enchainait, retournant à chaque phrase un peu plus le cerveau de la pauvre jeune fille qui avait du mal à suivre.
Il lui confirma bien vite qu’il parlait bien de sexe, et non d’hémoglobine, ce qui dilua le stress de la demoiselle. C’était un sujet qu’elle maitrisait sur le bout des doigts et elle en avait beaucoup, des doigts.
En revanche, les sentiments amoureux…

Anna papillonna des yeux. Si elle avait bien compris, il ne voulait pas aller plus loin car cela bafouerai son honneur de seigneur lié à elle par un pacte. À moins qu’elle ne soit amoureuse de lui.
*Il… il est amoureux de moi ? Oo*
Il n’a pas vraiment dit ça mais…
*Je… je suis complètement perdue. Il se complique beaucoup la vie je trouve.*
Bah… ^^’

Malgré tout, l’adolescente parvenait à recoller tant bien que mal les morceaux en spéculant pour remplir les trous. Elle avait ainsi réussit à échafauder un château d’hypothèses fragiles mais qui tint bien en équilibre jusqu’à ce qu’un nouveau revirement du vampire ne le torpille allégrement.
Anna le fixa deux secondes, bouche bée, avant de se mordre la lèvre inférieure en fixant le vide d’un air perdu, visiblement en train de trier ses pensées.

*Donc, du coup. Si on va plus loin, ce serait mauvais pour son honneur à moins que je ne sois amoureuse de lui. Par contre, il est prêt à m’obéir malgré tout si je le lui ordonne… Ohlala, que moi je lui ordonne de… Je ferai jamais ça.*
Pourquoi ? Si tu lui ordonne, ça veut peut-être dire que tu l’aime.
*… tu n’y crois même pas, petite voix. Sinon il y a un paquet de personnes secrètement amoureuses de moi.*

« Je… je.
Je suis désolée. Je ne voulais pas vous… t… te mettre dans une situation pareille. Pardonnez-m… pardonnes-moi.
 »

Elle était vraiment mal. Elle se demandait si elle n’avait pas faillit le forcer à faire quelque chose qui l’aurait blessé, par pur égoïsme, sur une pulsion idiote d’adolescente. Si elle ne comprenait pas pourquoi il s’encombrait d’autant de principes pour un simple rapport sexuel, elle respectait en tout cas ses sentiments.
Elle bâtit alors en retraite en ramenant son corps au niveau de là où une partie de sa queue était encore enroulée, dans le coin du lit qu’elle avait quitté en se jetant sur le sanguin.

« Il se fait tard. Vous ne dorm-… Tu ne dors pas la nuit, surement… mais. Je ne veux pas être un fardeau pour demain et…

Je vais me coucher.
 »

Elle tentait à présent d’éviter son regard et se contenta de faire passer son poncho par dessus sa tête, de le laisser tomber à côté du lit et de se glisser avec une langueur serpentine sous les draps épais en lui tournant le dos.
Elle espérait que tout serait effacé au lendemain.

La manière dont il l’avait placée à la fin dans cette position dominante, elle en était glacée. Cette mise en abîme la bouleversai plus que le reste des paroles du seigneur Valentine. Le fait qu’il ai fait la proposition avec un sourire en coin la portait à croire qu’il lui avait peut-être donné une leçon ou l’avait testée pour voir si elle était capable d’infliger aux autres ce qu’on lui avait infligé.
En tout cas c’était beaucoup trop de maux de têtes pour de simples caresses.


Quand à Slayn qui avait tendu la perche en courant trop de hase à la fois : Il n’avait plus qu’à nous rejouer le dernier couplet d’une chanson bien connue des colonies de vacances.

_________________
À avoir la langue trop bien pendue
… on apprend vite à ne pas parler la bouche pleine.
Avatar©️ : ravenskar
Compétences :
Naga — Souplesse 6 | Pureté 4 | Constriction 4 | Sens reptilien 4
Naga — Sang froid 2
Pirate — Marin 1 | Tir (couteaux) 1
Coq — Cuisinière 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slayn valentine
Bélier ascendant bélier
avatar

Messages : 285
Date d'inscription : 03/05/2011

MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   Dim 26 Juin - 15:15

Suite à la tournure que venait de prendre les évènements, Slayn crut bien voir, posté à côté de lui, l'image de ce qu'il était dans le passé, en train de le tancer vertement du regard. Si cette image pouvait parler, sûr qu'elle se moquerait de lui et lui sortirai une phrase bien sentie du genre " Toi... Tu es trop de la tête, et pas assez des couilles!".

Et il ne pouvait pas lui donner tort... Tout ce qu'il avait réussit à faire en la posant devant ces interrogations était de l'effrayer.

Elle se confondait en excuse, et s'était retirée de la proximité qu'elle lui avait pourtant offert, pour le fuir une bonne fois pour toute et se blottir sous les draps. Non sans avoir enlevé le peu d'habit qu'elle portait et avoir montré son corps nu au vampire. Véritable coup de grâce pour les hormones qu'il s'était efforcé de contenir.

Il se leva donc et resta quelques secondes à la regarder. Il grimaça en montrant quelques crocs qui trahissait sa colère. Non pas contre la Naga, mais contre lui même.

Puis d'un geste de tête, il balaya ces pensées absurde, et revint auprès du lit pour s'accroupir auprès de la demoiselle qui lui tournait à présent le dos. Il passa une main délicate dans ses cheveux bleu, et repris de sa voix grave.


"C'est à moi de m'excuser... J'ai l'impression que c'est moi qui t'ai mis mal à l'aise.

Je déborde de perfection lorsqu'il s'agit de faire du mal à son prochain... Mais dès que j'essaye d'exprimer ce que je ressent... Je suis le plus parfait des incapables."


Sachant qu'il n'arriverai probablement à rien de plus pour la soirée, il lui embrassa l'arrière de la tête et ajouta.

"J'ai peu être été trop longtemps seul... Si je t'apprends à te construire une vie... J'aimerai qu'en retour tu m'apprenne moi même à savoir en profiter^^"

Il se relève alors et quitte la pièce en claquant involontairement la porte. Signe d'une certaine frustration évidente.

_________________
Compétence :
Vampire :
Palier 1=> Athlétisme : 6 / Absorbtion : 6 / Sens accrus : 2 / Résistance au soleil : 1
Palier 2=> Projection astrale : 1 / Rassemblement d'énergie : 3

Général :
Corps à corps (Espadon) : 5 / Feinte et déplacement: 4
Corps à corps (Lames Secrètes) : 0 / Parade : 0
Marin : 1
Reste : 7,25



Sic gorgiamus allos subjectatos nunc (Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bord de côte, partie rochers et falaise, à quelques kilomètres de la ville. "Le cimetière des égarés".
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Zone rurale :: Plages et Côtes-
Sauter vers: