AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jaevel Vladrovski [fini]

Aller en bas 
AuteurMessage
Jaevel

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Jaevel Vladrovski [fini]   Jeu 21 Avr - 0:35

Nom : Vladrovski

Prénom : Jaevel

Deuxième prénom
: Karin

Surnom : / pour le moment.

Sexe : si un homme avait une poitrine énorme, des hanches comme une croupe de vache... Bref c'est une femme.

Race
: Jaevel a eu le malheur de se faire mordre dans son enfance... Elle est donc un loup-garou.

Âge : en théorie 17, mais à l'apparence d'une femme de 25 ans.


Apparence physique :
Durant le jour, il est quasiment impossible de voir en elle un homme viril... Certes elle a des muscles assez développés, dues à son sang de loup-garou, mais elle n'est pas poilue pour autant! - en effet malgré qu'elle soit une jeune femme, elle est grande. Ses cheveux raccourcis fréquemment par des ciseaux rouillés ou un couteau élimé, les laissant dans un état médiocre, proche du laid (il faut l'avouer). Leur couleur rouge pourrait être belle si elle n'était pas perturbée par quelques mèches blanches dues à son âge réduit par la lycanthropie.
Elle aime les vêtements léger qui ne l'empêchent pas de gêner ses mouvements quand elle travaille. Pour autant elle n'aime pas que l'on s'adresse à elle comme une femme tout à fait banale, du genre cruche, riche à souhait et naïve. Non, elle est une femme indépendante qu'on ne doit pas prendre à la légère.

Une chose particulière chez cette fille ; elle a un regard qui tue. Bon, pas littéralement, mais un simple regard peut tout de même dissuader un jeune homme plein de bonnes intentions de lui offrir un verre. Sa mâchoire relativement développée qu'elle utilise de temps en temps quand on menace de lui attraper le bras pour la traîner dans une ruelle sombre. (sachez qu'elle l'a déjà fait... Un certain nombre de fois.)

Une fois métamorphosée sous la pleine lune (ne vous attendez pas à ce qu'elle se transforme volontairement autrement), ses cheveux s'assombrissent pour devenir un ocre foncé avec des reflets roux. Comme tous les loups-garou, la différenciant de la simple bête, sa touffe de cheveux rouge reste perchée en haut de son crâne, quelques mèches tombant parfois de temps à autre devant ses yeux. Ses yeux sont jaunes, comme tous ceux de sa race.

Caractère : Une jeune femme qui a du vécu a toujours un caractère particulier... Mais en plus si l'on prend en compte des petits problèmes dû à une consommation anormalement élevée d'alcool... C'est sûr que ce n'est pas une femme banale. Elle essaie d'oublier qu'elle est aussi un loup garou, ce qui l'agace profondément, et donc se noie dans quelques verres de rhum... Une fois dans une situation délicate, quand elle s'énerve ou quoi que ce soit, elle n'hésitera pas à sortir sa petit gourde et se boire deux, trois gorgées.

ELle a aussi un certain complexe étant une femme faisant un travail d'homme. Elle persiste à dire que l'on devrait la traiter d'homme (malgré l'exubérance de sa poitrine).

Elle n'a jamais eu de particulière attirance pour le sexe opposé, sachant que la moindre tentative de séduction se terminerait avec l'auto-destruction de la jeune femme qui a décidément trop de dignité pour se frotter à autres membres du sexe faible. (ou parfois il faut bien inverser les rôles.)
Elle ne compte jamais avoir d'enfants, sachant que sa vie se terminera dans quelques années, voire moins. Elle prend très au sérieux un duel, et s'il le faut, cessera de boire le temps de mettre fin à la situation pénible.

Elle est déterminée, mais pas stupide. Ayant vécu longtemps par ses propres moyens, livrées sans défense à des créatures sauvages, elle a fait évoluer son côté instinctif dans la chasse. Malgré le fait qu'elle méprise sa seconde nature, elle aime les avantages que ceux-ci peuvent parfois apporter. (nous insisterons sur le PARFOIS.)

Sa ruse l'a rendue un peu brutale avec le temps, paranoïaque, surtout sous l'effet de l'alcool. C'est une grande nerveuse, et que dire d'autre? relativement défaitiste... Ne la laissez pas boire si vous voyez qu'elle est de mauvaise humeur : cela veut fréquemment dire qu'elle est déprimée. Ainsi ne la laissez pas boire ou vous finirez avec une loque dans les bras qui essaiera de vous briser les os en hurlant : "m'en FOU de ma santé... 'Vais crever b'entôt t'façon!"

Prenez donc garde.

Défauts :
le plus grand défaut d'une femme ressort quand elle veut se battre contre ce qu'elle est... Alors déjà peu fière d'être une femme, puis en plus un loup-garou... Ce n'est pas facile. Elle est donc alcoolique, assez colérique quand on insiste trop contre son opinion. Oui les femmes sont comme cela, de véritables têtes de mules - et celle-ci a un problème de détermination... Si on lui donne le pari que si elle ne s'éclate pas la tête dans un mur... elle ne serait jamais considérée comme une véritable "warrior"... Il faut avouer qu'elle n'hésitera pas à s'abîmer la face... - quelque soit le mur (crépit, etc). Elle est une personne singulièrement fière de ce qui la rend humaine... Alors il faut insister : ne la taquinez jamais dessus.

Histoire :

"Au fait petite, tu ne m'as jamais parlé de ce qu'il t'est arrivé pour devenir comme cela..."
Je levai les yeux de mon bol de soupe aux herbes pour regarder mon ami. Il faisait nuit, nous avions fait camp dans une forêt, allumés un feu pour éloigner les créatures de l'ombre. Et à présent, de l'autre côté du feu, assit sur le sol, se trouvait mon vieil ami Isaël. En vérité nous ne nous connaissions pas, mais il m'avait sauvé de ma forme monstrueuse... Mais surtout de celui qui me l'avait attribué... Il était le seul individu qui avait comprit comment je ressentais le fait d'être cela... Je m'étais sentis obligée d'essayer de lui faire comprendre que j'étais un danger pour lui quand il avait décidé de la prendre sous son aile. Aussi étrange que cela paraisse, il ne l'avait même pas mal pris. Cela faisait huit jours que nous voyagions ensemble... Je n'avais eu que six ans à l'époque.
Je regardai à nouveau mon bol en silence - c'était une nuit sans lune, heureusement pour lui.
"Tu ne comptes pas me le dire?" ajouta-t-il après ce silence.
Je me mordis la lèvre inférieure. Je n'en n'avais jamais parlé depuis que c'était arrivé... J'étais trop terrorisée à la pensée.
"Tu sais si c'est dur, c'est toujours plus simple d'en parler, tu te sentiras mieux après... Mais tu n'es pas obligée."
Je me tordis la bouche puis dis finalement : "Bon d'accord... Mais ça va prendre un moment..."
Il sourit niaisement - j'avais bien compris dès notre rencontre qu'il était de nature curieuse.
"Tout a commencé il y deux mois... Papa partait pendant la nuit, et ne revenait qu'une fois le soleil levé... Maman pensait qu'il était avec une autre femme... Elle m'en parlait, disant toujours 'il me trompe j'en suis certaine...' Mais papa n'était pas ce genre de personnes... Et un jour, maman a décidé d'aller le retrouver, le suivre pour voir chez qui il allait... Cette nuit-là... Maman est pas rentrée."
J'essayais d'avaler mes sanglots mais ils montaient tous seuls, et je ne pouvais rien faire contre. Cependant je continuais - je devais mettre fin à ma tourmente solitaire... Et partager le lourd poids de ma douleur.
"Le lendemain, papa est revenu... Il ne savait pas que j'étais réveillée, et dès que j'ai vu le sang, je me suis réfugiée dans mon lit - j'étais certaine qu'il ne me ferait pas de mal tant que je ne savais rien... Puis les jours passèrent - maman n'était toujours pas revenue. Au bout de quelques heures je m'étais approchée de papa qui écrivait une lettre à quelqu'un. Je ne pus que remarquer le début de la lettre "mission de nettoyage..." Je n'eus pas le temps de lire plus qu'il s'était tourné vers moi.
'Que veux-tu Jaevel?
'-Où est maman...?'
Il prit un air soudainement grave. 'Elle m'a laissé une lettre disant qu'elle partait... Elle reviendra sûrement pour toi - il lui faut simplement du temps.'
'-Mais l'autre soir elle a dit qu'elle partirait à ta recherche...'
'Je ne l'ai pas croisé, elle a sans doute décidé sur un coup de tête... Comme toujours.'
En effet, maman était comme cela... Toujours un peu tête en l'air avec des idées qui lui venaient en un éclair... Et puis elle se sentait naturellement obligée de les suivre ; elle m'a légué ce petit défaut...
Alors je le cru pendant quelques semaines... Il était mon père après tout, mon protecteur - il avait toujours été là pour moi, attentif, patient... Il avait beaucoup de qualités mais cela ne suffisait pas à remplacer maman... Surtout pour sa cuisine.
C'est Ainsi qu'un soir je décidai de chercher maman. J'avais attendu que la nuit soit claire et illuminée par la lune... Je n'aurai pas dû finalement. Mais bon, jeune comme je l'étais je n'aurais pu imaginer...
Papa avait décidé d'aller à la taverne ce soir-là, alors je profitais de cette occasion pour m'échapper quelques heures. Je ne sais pas ce que je pensais trouver, cherchant maman en pleine nuit, elle qui avait disparut depuis un mois déjà... Alors que je traversais le bois entourant la maison, je ne pus qu'entendre mes pas résonnant sur le chemin de pierre, les arbres rapprochés, épais et menaçant sous cet angle - heureusement qu'il y avait la pleine lune.
Alors que je regardais autour de moi, je décidais de sortir du chemin et me balader librement dans le bois. Je marchais ensuite entre les arbres, un peu nerveuse mais peu stressée. Je marchai un bon bout de temps quand j'entendis des bourdonnements et autres bruits d'insectes. Innocemment je m'approchai des bruits, me demandant quel animal mort pouvait bien ce trouver dans les parages - nous avions l'habitude de ramasser des daims morts, dévorés par les loups - c'était commun en ces bois.
Je m'approchais, le bourdonnement de plus en plus fort... Et c'est là que je l'ai vu... un corps humain, totalement défiguré, avec les boyaux à l'air, les côtes sortant de la peau où s'était autrefois logée une poitrine. Tous ses vêtements étaient déchirés, et des asticots gisaient dans ses plaies, dévorant la chair... Les cheveux de cette femme étaient noirs, longs... Ce n'était pas ma mère. Alors que je vomissais, terrorisée, mon regard se perdit plus loin encore, où je vis d'autres squelettes et chairs moisies... Sur quoi étais-je tombée?
Je m'étais retournée pour fuir, quand un grognement avait surgit de derrière moi..."
En racontant mon passé, je sentis mon coeur se serrer plus fortement encore, je revoyais la scène, la vivant à nouveau... Je m'étais donc retournée, et c'était là que j'avais vu cette créature... Ce monstre... Je n'avais pas compris que c'était mon père à ce moment-là, mais surtout tout ce que je savais, c'était que j'allais mourir de façon douloureuse.
Envahie par l'instinct, la créature chargea sur moi, me renversant. C'est alors que je sentis ses crocs m'arracher le bras. La douleur fut si forte que je n'entendis même pas mon hurlement, noyée dans un torrent de folie...
Le venin de la grosse créature s'était ainsi injecté dans mes veines... Mais l'énorme loup ne comptait pas en rester là - il allait m'arracher la gorge quand il fut soudainement poussé, s'enleva de moi, et se mit à courir loin de moi.
Je ne voyais que du sang, du sang, des litres et des tonnes.... Tournant la tête vers mon bras, je vis qu'il bougeait encore... Alors je me tournai, le pris avec l'autre bras - soudainement, l'approchant du tronc de mon corps, il s'y attacha comme un aimant. Au début, malgré le choc, c'était un soulagement - au moins je délirai de choses... utiles. Mais la douleur fut soudainement plus forte que jamais, et d'un coup, sans prévenir, j'implosai.
'Et quand tu t'étais réveillée, tu t'étais retrouvée attachée par un type bizarre qui t'avait tiré d'affaire!' Dit Isaël, souriant.
Oui cela avait été le cas... Il m'avait sauvé du loup-garou, que je compris plus tard comme étant mon propre père. Tant de choses m'étaient inconnues et étranges, que le jour où je l'appris, j'avais fuit avec mon seul ami et maintenant maître - il m'apprit à me battre, à me contrôler les nuits où je ne perdais pas le contrôle... Finalement il m'avait beaucoup aidé et apprit à propos de ce que j'étais devenue.
'-Merci d'ailleurs... Pour ce que tu as fait pour moi.'


J'arrêtais soudainement de parler. Je venais de reprendre mes esprits, l'alcool me rendant nostalgique, tout en me faisant voir des illusions. J'avais retrouvé les troncs couchés où mon ami Isaël et moi nous étions assis il y a tant d'années de cela... Je regardai ma bouteille de rhum vide, puis le bracelet qui pendait de mon poignet - ce morceau de tissu dont il se servait pour attacher ses cheveux du temps où il était encore en vie. Je fis quelques pas vers l'ouest, comptant.
Après quelques pas déséquilibrés proche de la chute, l'alcool se trouvant encore en abondance dans mon sang, je trouvais la petite croix de bois plantée sérieusement dans l''herbe devant un petit ruisseau. Je m'agenouillai un instant devant, sentant mon coeur se serrer. Cela faisait des années que je n'étais pas revenue ici... Et pourtant c'était là que tout avait commencé... Ma haine envers ce que j'étais...
"Pardonne-moi Isaël, je dois partir à nouveau... Je reviendrais avec des fleurs la prochaine fois, je sais que tu adorais cela."
Je baissai un moment la tête, puis regardai à nouveau la croix et soupirai, envoyant des odeurs d'alcool s'imprégner tout autour de moi.
"Je sais que tu me suis encore... Alors je te demande de me prêter ta force... Car aujourd'hui... Je vais en direction de la grande ville..."
Je me levai puis me retournai. Sans jeter un dernier coup d'oeil à la tombe je murmurai : "Souhaite-moi bonne chance."

~

Je regardai autour de moi ; j'étais arrivée au port. Avec mon sac sur le dos, je m'arrêtai et levai la tête au ciel. Ce dernier était magnifique, bleu, immaculé. Cette immense étendue me fit sourire intérieurement - je ne pouvais pas montrer de signes de relâchement dès le début de mon voyage. J'en avais eu marre de ce continent - trop petit, trop boisé, trop vide de sens. Il fallait que je me rende utile ailleurs. J'aurais voulu demander à Isaël si c'était une bonne idée d'aller à Clavinia... La cité de la Résistance... Et croire qu'elle était dite d'être assez dangereuse, pleine de pirates... Mais moi je n'avais rien de valeur à perdre, sauf de mes petites manies de mécano qui m'avaient aidés à subvenir à mes besoins lors de mon trajet à travers des villages, j'avais eu le temps d'acquérir quelques techniques.

Mon élan d'enthousiasme fut coupé quand quelques marins s'approchèrent de moi.
"Alors ma p'tite dame, on est perdu?"
Je jetai un regard glacial à celui qui vint de parler. Immédiatement je vis une perle de sueur glisser sur son front.
"Euh... Vous cherchez quelque chose en particulier?"
"-Ouais en fait." dis-je avec une voix douce mais sèche - rien que pour le rendre nerveux. "Où ya un bateau qui va en direction de Calvinia?"
Les matelos se regardèrent un moment.
"... Pas grand monde d'ici va là-bas..."
Oui en effet, peu de monde de ce calme pays voulaient aller dans cette ville regorgeant de tous les dangers possibles et inimaginables... Malheureusement pour eux, j'aimais bien les défis.
"Donc vous n'avez aucune idée d'où je peux trouver ce genre de bateau?"
Ils se regardèrent à nouveau - ils n'allaient tout de même pas me faire poser mon sac... Voyant mon regard se refroidir à nouveau, le premier haussa les épaules, tendu : "Il y a toujours les pirates qui viennent vendre leur quincaillerie..."
"-Où sont-ils?"
"Sur le quai sud... Mais... Vous êtes sûr de vouloir y aller toute seule?"
Pour qui me prenaient-ils? Une imbécile sans cervelle et assez naïve pour croire que leurs intentions étaient innocentes.
Je soulevai mon sac sans prendre la peine de les remercier - bande de faibles. Je montai sur les quais, regardant brièvement les noms des bateaux... La Janine Blanche... Le Souffle Pâle II... La Mer Paisible... Quels noms minables, avec aucune classe, aucune envie de battre... Faible. Bien que ces bateaux marchands étaient de grande taille, contre la moindre attaque, ils ne résisteraient pas longtemps. J'allais au bout du quai que l'on m'avait indiqué. Le bateau n'était pas aussi imposant qu'un trois-mâts, naturellement, mais il avait l'air robuste, épais... Je regardai brièvement le nom : Queen of Crows. Je souris - ça me plaisait déjà.

Je vis alors que trois gros individus chargeaient des tonneaux dans le vaisseau. Je mis la main dans ma poche, sorti une bouteille de rhum, en bu quelques gorgée, puis m'approchai d'eux.
"Excusez-moi, qui est la capitaine de ce vaisseau?"
Il y eut un petit rire rauque, puis un petit type apparut sur le bord.
"Ici l'cap'tain! Qu'est-ce que j'peux pour toi ma grande?"
Bien que je n'aimais pas les surnoms et autres nuisances, j'aimais bien la gueule de ce type. Il était petit, portait de grandes lunettes. Il avait un bras fait de mécaniques... Je souris intérieurement, je le sentais digne de confiance. Il descendit la petite rampe pour s'approcher de moi.
"On me dit que vous allez à Clavinia... C'est le cas?"
"-En effet, on dirait que tu veux êt' du voyage... C'est l'cas?"
"En effet."
Il me sourit. Les trois brutes regardèrent le capitaine, semblant hésitant. Le capitaine leur sourit - ils continuèrent le chargement comme si de rien n'était..
"Ca va pouvoir se faire... Tu sais cuisiner?"
"-Pas vraiment..."
"Tu sais te servir de tes bras?"
"-Absolument."
Son sourire s'élargit.
"On a que'ques ennemis en mer, si j'ai besoin d'aide, tu dois obéir..."
Je hochai la tête, ce n'était pas très compliqué.
"A vos ordres Cap'tain."
Nous montions tous à bord, je contribuai aux dernières préparation.
Nous avions deux jours de voyage... La pleine lune était passée, il n'y avait pas réellement de risques... Ces deux jours allaient m'aider à me calmer un peu... Avant d'accoster dans le port...
Je regardai le soleil se coucher dans trop d'inquiétude, puis regardai mon poignet - le bandeau s'y trouvait toujours... Je souris, ne voyant personne aux alentours. Soudainement je levai mon poing vers le soleil.


Profession :
Mécanicienne [c'est possible? Sinon je peux changer pas de soucis]

[par contre cette histoire de points de compétence j'ai à peu près rien compris... *boulet*]

Compétences :
Contrôle du corps : 2
Mécanique (2) : Rafistolage (2)
Ruse (1) : Diversions (1)
[C'est possible tout cela?]


Dernière édition par Jaevel le Jeu 28 Avr - 16:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Jaevel Vladrovski [fini]   Sam 23 Avr - 15:38

Bonjour, Jaevel, je te souhaite la bienvenue sur Maynlie !

Un nouveau personnage qui ne manque assurément pas d'intérêt, j'ai hâte de te voir à l'œuvre. ^^

J'aurais toutefois une ou deux petites remarques à faire avant de te valider.

La première, presque négligeable, est cette partie :
Jaevel a écrit:
Il me sourit. Les trois brutes regardèrent le capitaine, semblant hésitant. Le capitaine leur sourit - ils résumèrent le chargement.
Je suppose que tu as voulu que les trois brutes "retournèrent au chargement" ou quelque chose comme ça : le verbe "résumer" n'a pas sa place ici, dans ce cas (et si c'est pas ça, alors j'ai pas compris ce que tu voulais dire ^^"). Je comprends comment tu peux être arrivée à l'employer, mais il n'en reste pas moins incorrect pour autant.

La deuxième remarque, par contre, est un point qui me dérange un peu plus, puisque nous touchons au fond.
Je pense à la nuit où le père a mordu Jaevel. La contamination n'étant possible que lors d'une nuit de pleine lune, toute la volonté du monde ne lui aurait pas permis de se contrôler assez pour éviter de la manger dans la foulée : c'est l'un des principaux défauts d'être loup-garou, on perd totalement sa personnalité une nuit par mois... Pendant 26 nuits sur 28, c'est les compétences de "contrôle" qui vont jouer un rôle, mais pas dans ce cas précis.
Par conséquent, j'aimerais que tu trouves une autre explication, par exemple une autre proie ou je ne sais quoi, qui aurait pu empêcher le père de finir le travail, je dirais.

A part ça, rien de bien grave, j'ai bien aimé le personnage, je te laisse éditer ta fiche pour revoir ça. N'oublie pas de prévenir une fois que ce sera fait. ;)

Au passage, pour les compétences, si tu as des questions précises, nous avons ouvert un sujet ici.
En attendant, pour mieux détailler celles que tu as choisies pour le moment, je peux te suggérer la présentation suivante :
Citation :
Contrôle du corps : 2
Mécanique (2) : Rafistolage (2)
Ruse (1) : Diversions (1)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jaevel

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 20/04/2011

MessageSujet: Re: Jaevel Vladrovski [fini]   Lun 25 Avr - 21:44

ah merci beaucoup (l'habitude de l'anglais a ses défauts u.u")

Alors j'ai fini de modifier l'histoire (ce qui m'a permis de peaufiner l'histoire *merci à nouveau, j'avais oublié ce détail*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Jaevel Vladrovski [fini]   Mar 26 Avr - 1:04

Bon, cette nouvelle me paraît mieux correspondre aux caractéristiques des loups-garous et elle est, comme tu le dis, plus travaillée. Dans la mesure où le processus de transformation est forcément aléatoire pendant le mois où il se déroule, je n'ai pas de problème avec le "recollage" de bras. Et pour le reste, je n'ai rien repéré de bien dérangeant. ^^
Du coup, à toi de jouer, à présent. ;)

[Fiche validée !
Tu peux à présent poster dans les parties RP du forum et commencer à jouer.
Et maintenant, il est temps de voir comment tu vas t'en sortir dans notre univers...
Place à tes aventures !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jaevel Vladrovski [fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jaevel Vladrovski [fini]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Administration :: Registre :: Fiches validées-
Sauter vers: