AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sileas Orpheen

Aller en bas 
AuteurMessage
Sileas Orpheen

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Sileas Orpheen    Dim 19 Aoû - 2:44

Prénom : Sileas

Nom de famille : Orpheen

Surnom : Sissi la Poisse.

Âge : 17 ans.


Apparence physique :

Sileas est de taille moyenne, avec une silhouette svelte et élancée.
Son visage plutôt rond porte encore les traces de l’enfance. Le teint de sa peau s’avère pâle, presque maladif. Ses yeux sont d’un vert sombre et éteint.
Ses cheveux raides mais se répandant autour de sa taille comme un gros paquet de fils collés donnent l’impression qu’elle s’est fâchée avec le peigne depuis quelques années. Leur couleur se rapproche du gris d’ardoise, un gris foncé tirant légèrement sur le bleu.
Elle porte une redingote noire, bariolée sur l’épaule gauche, un chemisier noir pourvue d’une abondante dentelle blanche, un pantalon d’une blancheur semblable surmonté de longues bottes sombres ainsi qu’une large ceinture multicolore.


Spoiler:
 


Caractère et défauts :

Un maître mot : superstition. D’un naturel pourtant calme et réfléchi, Sileas perd tous ses moyens lorsqu’on la confronte à sa phobie. Elle ne passera jamais sous une échelle, n’embarquera jamais un vendredi ou si un corbeau a croassé de bon matin et évitera tout contact avec les miroirs.
Sileas a conscience du ridicule de sa peur, elle sait faire montre d’autodérision et d’ironie. Son humour cynique n’est pas toujours le bienvenu, car elle s'avère assez malhabile dans ses relations sociales. Sileas a énormément de mal à cerner ceux qu’elle connait depuis peu et parait souvent timide et froide aux premiers abords. Une fois en confiance, elle relâche son attention et montre l’étendue de son amabilité… et de sa maladresse.

A la fois volontaire et flegmatique, la jeune fille a tendance à se laisser porter par les évènements. Elle apprécie le fait d’être entourée par des gens plus téméraires pour suivre leur sillage. Elle n'a pas l'habitude de prendre des décisions par elle-même.

Influençable, Sileas accorde beaucoup de crédit aux gens qu'elle juge plus érudits qu'elle. Pour contrer sa peur maladive des superstitions, il suffit de lui expliquer, de façon complètement irrationnelle et illogique, que non, qu'elle se trompe, que la vraie malédiction est d'une toute autre nature... En gros, il suffit de jouer le savant et d'être convainquant... Cette crédulité peut mener Sileas à de redoutables extrémités...




Histoire :



« Sileas est superstitieuse, c’est là son moindre défaut… »
La jeune fille venait de poser de poser un genou à terre, dans un geste lourd. Sa respiration se faisait difficile tandis que le vent marin fouettait ses joues pâles.
« C’est ce que j’ai toujours entendu dire autour de moi… C’est certainement la vérité, pas vrai ? »
Sileas fixa ses yeux sombres sur la créature qui lui faisait face et qui n’avait pas encore réagi.
Il s’agissait d’un être mi-femme, mi-serpent, qui la toisait durement, croisant ses quatre bras sur son buste froid.
La jeune fille laissa paraître un léger tremblement : Palsambleu ! Comment allait-elle se sortir de cette situation ? Elle avait bien un couteau dans la couture de son manteau… Mais sa discrétion légendaire –ô ironie quand tu nous tiens- ne lui permettrait pas de s’en saisir.
La plage de rochers qui les entourait était composée de pierres escarpées et de trous d’eau profonds et –Sileas avait pu s’en rendre compte- mortels…

« Je t’ai demandé… » commença la Naga, et la jeune fille releva la tête, dubitative, « … de me raconter ton histoire… Et tu crois me satisfaire en une seule phrase ? Tu peux faire mieux que cela ! »
« … Mais je n’ai rien de pertinent à dire, je… »
« Voyez-vous ça… Je ne crois pas, non… Hé, petite, si tu veux récupérer ton bien, tu vas devoir faire quelques efforts… »
La voix de la créature sifflait dans les airs et le cœur de Sileas manqua un battement. Le chantage eut son petit effet et la bouche de la jeune fille commença à s’activer :
« Très bien… Je suis née… »
« Noooon » , l’interrompit la Naga avec un sourire sardonique. « Parle à la troisième personne, je te l’ai déjà demandé… Je n’aime pas les récits qui utilise le "je", je les trouve… égocentriques ! »
Sileas poussa un long soupir avant de débuter enfin son récit.


§*§

Sileas est superstitieuse, c’est là son moindre défaut.
Cette enfant était pourtant venue au monde dans la famille Orpheen, une famille où la logique et la science régnaient, toutes puissantes. Son père, qui se voulait riche commerçant et marin émérite, ressemblait davantage à un vieux loup de mer aux dents longues. En cela il était parfaitement bien assorti à sa femme, une matrone au regard lourd et patibulaire.
La petite famille vivait sur l’île de Stenback, une contrée perdue dont la faune –comprenez les habitants- passait pour la flore –comprenez qu’ils souffraient du syndrome de la plante verte-. Une bourgade inintéressante peuplée de gens peureux et sans ambition. Seuls sortaient de la masse les parents de la jeune Sileas et leurs amis peu recommandables. Les unijambistes sont rois au royaume des cul-de-jatte…

Si Mr Orpheen était passionné par les machines étranges qui permettaient de mieux travailler le métal et de multiplier, dans une mesure réduite, certes, mais ô combien lucrative, le rendement des artisans de l’île, sa fille ne partageait pas son enthousiasme… Tandis que le père rêvait d’améliorer son navire marchand à l’aide de ces rouages galvanisés par la vapeur, Sileas n’entendait pas grand-chose à la logique de ces machines. Elle se montrait plus sensible aux choses qu’elle ne voyait pas et qui la terrifiait, comme la présence d’un monstre sous son lit, le pouvoir maléfique d’un chat noir errant dans la rue ou encore le vol d’une mouette à l’appareil digestif défaillant…

Il y avait sur l’île une vieille bique de femme qu’on appelait sorcière. Elle trouvait les herbes les plus malodorantes de l’île et concoctait des potions infectes aux effets somme toute aléatoires… Et pourtant, une aura étrange semblait l’entourer, quelque chose comme une malchance héréditaire… Dotée autrefois d’une famille nombreuse, la vieille femme avait vu mourir ses fils et ses filles les uns après les autres. Son époux les suivit dans la tombe et la vieille demeura seule et exclue de la société. La fatalité qui s’était abattue sur elle faisait peur et nul ne l’approchait.

Un jour que Mr Orpheen inaugurait un nouveau bateau pour son commerce, il accepta de mauvaise grâce de suivre une coutume qu’il trouvait stupide : demander à une « marraine » de briser une bouteille afin de baptiser le navire. Par pitié, ou par indifférence, il accepta que la vieille veuve, orpheline de ses enfants, s’adonne à la tâche.

« Mais… » dit la petite Sileas, âgée de sept ans à l’époque, « la marraine ne doit pas être mariée, je l’ai lu dans un livre, ça porte malheur ! »
« Balivernes » répliqua Mr Orpheen en serrant les dents, « elle est veuve ! »
« Elle est mariée à un mort, c’est pire ! »
« Silence ! Je ne t’ai pas fait instruire pour que tu lises et apprennes des idioties, ma fille ! »
Dans un petit rire sardonique, la vieille cassa net la bouteille contre la coque du vaisseau.
Et le navire sombra pendant sa première traversée, emportant avec lui le fils aîné de la famille Orpheen qui faisait alors son premier voyage sans être supervisé par son père.
Cette nouvelle mit le feu aux poudres : les villageois, désireux de venger les membres de l’équipage –car ils s’agissaient de leur famille- , agissaient en bonne caricature de paysans attardés qu’ils étaient avec tout le folklore qui va avec : les fourches, les haches, les brasiers enflammés.
Ils ont trouvé la vieille, l’ont molestée. Elle s’est enfuie pour venir mourir devant la porte des Orpheen...
Comment Sileas pourrait-elle oublié ce moment-là ? Le moment où elle a ouvert la porte… La vieille ne semblait plus qu’une plait sanglante… Les membres brûlés et le visage ravagé par d’horribles meurtrissures, la vieille tendit la main vers l’enfant. La petite crut qu’elle voulait la saisir pour demander de l’aide, mais la sorcière lui remit quelque chose de froid et de métallique dans la paume minuscule de l’enfant :

« Tiens ma jolie… Que cette pièce dirige ta vie comme elle a régi la mienne… Soumets-lui tes choix et gare à toi si tu ne suis pas ses directives ! Si elle tire la langue, oublie tes projets, ils sont voués aux Parques !»
C’était une horrible pièce en argent irrégulière… D’un côté on pouvait y voir le visage d’une femme à la langue de serpent et de l’autre… un chiffre méconnaissable.

C’est ce jour-là, précisément, que Sileas devint profondément superstitieuse. Jusque-là, elle l’avait été de la même façon que tous les enfants dont la tête est remplie de rêves et de cauchemars…
Mais ce jour-là, devant les yeux morts, la bouche rouge et béante de la vieille femme, une terreur sourde s’imprima au plus profond du cœur de la fillette.
Et elle commença à suivre les signes, à se montrer prudente. Elle tira sa vie à pile ou face, sans cesse.
Veux-tu apprendre à danser ? Face, la langue de serpent brille sur la pièce… Alors non, Sileas n’apprendra pas à danser…
Veux-tu apprendre l’alphabet en rotant ? Pile... Ha ben tiens, le destin ne manque pas d’humour pré-pubère…


« Cesse ces stupidités » , s’énervait parfois son père, « et monte sur ce navire ! »
Sileas soumettait la moindre de ses décisions à la pièce et s’étonnait parfois du verdict :
« Je ne comprends pas, père… »
« Quoi donc ?! » s’énerva Mr Orpheen en levant les yeux au ciel.
« La pièce m’autorise à monter sur le navire pour apprendre les rudiments de la marine… Mais les femmes portent malheur sur un bateau ! »
Son père la toisa longuement, le regard rempli d’étincelles :
« Un jour, ma fille, je te ferai bouffer cette pièce… Mais en entendant… sache que tu n’es pas une vraie femme… Tu es juste une… petite conne crédule… pucelle. Seules les vraies femmes portent malheur sur un navire parce qu’elles sont l’objet de toutes les convoitises, mais crois-moi personne ne voudra jamais de toi même avec un sac de toile sur la tête… ça te va ? »
« … C’est un peu tiré par les cheveux comme explic… »
« MONTE ! »

Ainsi Sileas suivit-elle les pas de son père sur la mer. Ainsi le voulait la pièce.
Mr Orpheen prit l’habitude de la traiter comme un garçon et l’encouragea à pratiquer des activités masculines comme l’escrime.

C’est là que Sileas fit la connaissance d’un jeune homme de deux ans son aîné. Il était mousse sur le navire de son père et il était rompu aux arts du combat. Il apprit les bases à la jeune fille et s’éprit d’elle.
Seulement, Mr Orpheen avait d’autres projets pour sa fille, il espérait un mariage d’argent plus qu’intéressant et non pas une union médiocre avec un jeunot sans le sous.
Alors, une nuit, ce jeune homme vint trouver Sileas et lui proposa de fuir avec lui.
Sileas n’était pas amoureuse de lui mais la décision ne lui appartenait pas.
Elle lança la pièce fatidique : Pile.
Elle laissa une lettre à ses parents, déroba une coquette somme d’argents dans le coffre de son père et partit avec son maître d’armes.

Ils errèrent d’île en île jusqu’à ce qu’un naufrage les oblige à monter dans un radeau de fortune, sur la mer déchaînée… Ils s’écrasèrent lamentablement sur ses côtes abruptes… Une plage dont le relief offrait des sortes des cavités profondes, des puits d’eau salée… En voulant se hisser sur un rocher pour mieux voir au loin, le jeune homme glissa et se brisa la jambe en tombant dans l’un de ces trous mortels.

« Sileas ! Aide-moi ! » hurla-t-il.
Sileas s’approcha du rebord du trou et le regarda… Elle sortit sa pièce, la lança…

Face…

Non…

§*§

Et Sileas cessa son récit, toute pâle et tremblante.
La Naga avait encore ses quatre bras croisés, les sourcils légèrement relevés en signe de perplexité :

« Alors, c’est pour ça que tu as laissé ton ami couler ? A cause… de cette pièce…»
Dépliant l’un de ses bras, la créature ouvrit la main et révéla la fameuse pièce d’argent. Sileas releva immédiatement la tête, au bord des larmes :
« Rends-la-moi ! Je t’ai raconté mon histoire, alors tiens ta parole ! »
La Naga fit une horrible grimace dégoûtée :
« Mmmh, non… Ecoute, l’humaine, je vais te faire un cadeau, un magnifique cadeau… »
Et sur ce, la femme mi-serpent jeta la pièce de toutes ses forces vers les eaux tumultueuses de la mer.
La jeune fille bondit mais trébucha et se vautra sur les pierres, dans un cri de douleur.
« Je viens de te rendre ton libre-arbitre » , murmura la créature, « pour te remercier de cette distraction que tu viens de m’offrir… Par contre, pour ta conscience… Je ne peux rien faire… »
La jeune fille s’était prostrée sur le sol et des larmes silencieuses roulaient le long de ses joues.
« Si tu vas dans cette direction… » reprit la Naga en déployant l’un de ses longs doigts, « tu tomberas sur une route qui te mènera à Clavinia… Adieu ! »
Et la créature s’en fut, plongeant dans les ondes pour disparaître, abandonnant Sileas à son sort…


Compétence :

Connaissance : déchiffrage 2
Naviation : marin 2
Corps à corps (sabre) : base offensive 2

Crédit image : tono (pixiv858256)

(J'espère avoir compris le système des compétences... Embarassed )


Dernière édition par Sileas Orpheen le Dim 19 Aoû - 20:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Sileas Orpheen    Dim 19 Aoû - 4:34

Et bien, hormis quelques fautes d’orthographe qui donnent parfois des sens un peu… intéressants à tes phrases (exemple : "La vieille se semblait plus qu’une plait sanglante…") c’est très bien maitrisé et soutenu par un humour ravageur qu’on accueille bien volontiers. Tu ne devrais pas être trop dépaysée dans le coin d’ailleurs. :)

Néanmoins 2 petites remarques sur tes points répartis :
- Pour la compétence de corps à corps, il te faudrait préciser quelle est l’arme que Sileas utilise, ou tout du moins le type d’arme concerné (mains nues, poignard, épée, fleuret, noyau de cerise, truc kikoup…) sachant qu’il peut ou non être assez original et que les points placés dedans ne vaudront que pour cette arme là ou d’autres très similaires, donc le choix peut-être important.
- Est-ce vraiment indispensable que Sileas ait 1 point en orientation en mer ? Je pose la question car apparemment elle ne fait aucun voyage seule et toujours avec des marins expérimentés qui pouvaient s’occuper de l’orientation à sa place. Donc si elle doit avoir un point c’est parce qu’elle a un intérêt ou un don quelconque pour devenir navigatrice (ou que la pièce a dit qu’elle devait apprendre à utiliser un sextant, que sais-je).
- Ah et 3ème remarque (c’est discount), comme tu es une humaine tu profites de l’offre spéciale tarif humain : chaque point de compétence te coûte 0,75 point d’xp (c’est discount aussi, pour 3 points achetés 1 point offert). Autrement dit à ton arrivée tu as le droit de répartir 6 points.

Voilà. Tu as donc peut-être des opportunités de mettre des points en plus quelque part. Si je n’ai pas été très clair n’hésite pas à me contacter via MP. :)
N’oublie pas de signaler lorsque tu auras fini avec tes compétence, que je puisse te valider pour de bon. ;)

_________________
Crédit avatar : *deathtoll1912

On ne contrarie pas celui qui joue avec les fils auxquels tient votre vie…
…surtout quand il a une paire de ciseaux à la main.


Pour dialogue : MJ.Maynlie@hotmail.fr
(Veuillez prendre rendez-vous par mp.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sileas Orpheen

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 17/08/2012

MessageSujet: Re: Sileas Orpheen    Dim 19 Aoû - 15:50

Bonjour ! ^^

Désolée pour les fautes, je n'avais pas eu le courage de relire ma fiche hier soir -et dès que j'ai deux de tension, mes accords en particulier partent en live- mais je viens de faire une correction rapide qui m'a transie d'horreur.... O.O

Mmmh, finalement, j'ai enlevé le point d'orientation en mer pour Sileas et je l'ai rajouté pour le combat au corps à corps. Je trouve plus logique en effet qu'elle ait passé plus de temps à faire mumuse à l'épée avec son instructeur qu'à s'essayer à la navigation. Je verrai ensuite lors du RP si elle se dirige plus vers cette voie ou pas.

J'ai aussi rajouté un point pour la connaissance. pirat


Ps : j'adore les smileys pirates ! yeah

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MJ

avatar

Messages : 190
Date d'inscription : 31/03/2011

MessageSujet: Re: Sileas Orpheen    Dim 19 Aoû - 20:46

Ça m'a l'air un petit peu mieux, en effet.
Je remarque juste qu'il reste encore la balise "spoiler" vide à la fin de ton apparence physique, mais je ne vois pas vraiment de raison de retarder ta validation.

[Fiche validée !
Tu peux à présent poster dans les parties RP du forum et commencer à jouer.
Et maintenant, il est temps de voir comment tu vas t'en sortir dans notre univers...
Place à tes aventures !]

_________________
Crédit avatar : *deathtoll1912

On ne contrarie pas celui qui joue avec les fils auxquels tient votre vie…
…surtout quand il a une paire de ciseaux à la main.


Pour dialogue : MJ.Maynlie@hotmail.fr
(Veuillez prendre rendez-vous par mp.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sileas Orpheen    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sileas Orpheen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Administration :: Registre :: Fiches validées-
Sauter vers: