AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Description des lieux

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin

Messages : 134
Date d'inscription : 27/01/2011

Description des lieux Empty
MessageSujet: Description des lieux   Description des lieux Icon_minitimeLun 21 Fév - 17:01

Cette image pourrait être celle d'une rue du centre-ville. De la pierre au sol, de la pierre au mur. Sans être étroite, elle n'est ni trop large, ni trop longue. Les bâtiments qui la bordent font rarement plus de deux étages. Les poutres sont parfois apparentes et des arches peuvent par certains endroits relier deux pâtés de maisons. Le sol est incliné de telle manière à ce qu'une rigole se forme au centre de la rue, pour permettre l'évacuation de l'eau.

A Clavinia, les rues les plus proches du port (et souvent les plus anciennes) ont un pavage soigné, tout comme celles de la "ville haute" (il s'agit du quartier plus en hauteur et plus à l'écart où ont fait construire les plus fortunés capitaines et les plus riches marchands).
Les quartiers lambda ont un pavage souvent plus simple, fait de galets et de mortier.
La population la plus modeste habite de façon concentrique autour du centre-ville et les quartiers les plus excentrés sont souvent les moins salubres (les rues y sont d'ailleurs en terre battue).
Voici une autre image de rue.

Ou de la grande place, là où il y a une belle fontaine.

Voici une bonne occasion de parler de l'approvisionnement en eau de Clavinia.

L'eau de mer est impropre à la consommation ou à l'agriculture. Ce qui est bien dommage, y en a tellement ! Et oui, le sel ça brûle. Après en être morts, les ancêtres des ancêtres d'un peu tout le monde (on ne sait donc pas à qui attribuer cet exploit) ont inventés "l'eau douce". Celle des rivières, celle qui tombe du ciel... celle qui est bien.
Et en plus d'être bien, elle est indispensable.

C'est facile de s'en procurer à la campagne, vu qu'on construit en général près d'un point d'eau. Mais en ville, on fait comment ?

A Clavinia, la plupart des habitants du centre-ville ont l'eau courante chez eux. On l'appelle "eau courante" parce que le débit est permanent (notamment pour éviter que ça gèle en hiver). Il a fallut de nombreuses années et un financement conséquent pour construire ces canalisations. Datant de la même époque que les égouts de la ville, elles furent construites d'une traite après une macabre épidémie. De formidables chantiers à ciel ouvert émergèrent alors, éventrant les rues pour des années et des années de travaux laborieux. Les égouts de la ville se déversent dans la mer et les quelques latrines sont reliées au système par un tout-à-l'égout. Il n'y a pas de fosses d'aisances en centre ville et les "égarements" sont sévèrement réprimés.

Les habitant de la périphérie de la ville - qu'on pourrait nommer la "ville-neuve" (mais ne leur dites pas, ils vont croire que vous vous moquez d'eux) - ne bénéficient pas du même aménagement urbain. Qu'il s'agisse du pavage des rues, de l'arrivée d'eau ou des égouts, ils en sont tout bonnement privés. Les rues ne sont que terre battue qui se fait torrent de boue, les maisons sont en bois quand elles ne sont pas en terre et les fosses d'aisances à ciel ouvert n'arrangent pas les choses.
Si les habitants de ce quartier vivent dans de telles conditions, c'est principalement parce qu'il s'agit d'une population récente, pauvre, réfugiée, qui débarque bien plus vite que ce que serait capable d'aménager Clavinia. Il n'y a pas vraiment d'administration, pas vraiment d'impôts, tout ce fait donc sur des tours de force politiques. "Attendons le prochain", comme qui dirait.

Ce qui permet d'éviter aux habitants d'être inondés quand les bassins débordent (ou quand il pleut, tout simplement), c'est que la ville est en pente douce vers le port, et que les rues sont inclinées de telle manière à ce qu'il y ait des rigoles au centre.

Les habitants comptent aussi beaucoup sur la récupération de l'eau de pluie. Il y a aussi des rivières dans la proche campagne, pour ceux qui n'auraient pas confiance en celle des bassins ou qui aurait la bourse trop plate pour se payer une bière.
Venons en au lavoir.

Un lavoir est un bassin alimenté en eau douce grâce à la récupération d'eau de pluie et/ou par l'eau captée à une rivière.
Un lavoir a pour vocation première de permettre de rincer le linge après l'avoir lavé. Contrairement à une représentation très répandue, les femmes ne s'y rendaient le plus souvent pas pour laver le linge mais pour l'y rincer. Le passage au lavoir était en effet la dernière étape avant le séchage. Comme le lavage ne consommait que quelques seaux d'eau, il pouvait avoir lieu à la maison, mais le rinçage nécessitait de grandes quantités d'eau claire, uniquement disponible dans les cours d'eau ou dans une source captée.

Si les lavoirs sont de fréquentations mixtes (et oui, il y a aussi des lavandiers), ils sont par contre principalement utilisés par les résidents à plein temps, en très grande majorité par des particuliers, et parfois, par des servantes lavandières d'un jour.
Les résidents temporaires payant le plus souvent un supplément aux Hôtels pour que les servantes s'occupent de leur linge.
Il y a plusieurs lavoirs de ce type à Clavinia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Description des lieux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Rues de Clavinia-
Sauter vers: