AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Marcher dans une carcasse...

Aller en bas 
AuteurMessage
Nialcen

Nialcen

Messages : 47
Date d'inscription : 09/01/2012
Localisation : Lille

MessageSujet: Marcher dans une carcasse...   Jeu 12 Jan - 21:48

Nialcen avançait à son rythme, de son pas tranquille. Il n’était guère homme à se presser sans raison. A contrario de celles et ceux qu’il observait d’un œil terne….

* R’garde moi ça… Ca cavale et ça se dépêche qu’ça sait même pas pourquoi… L’on dirait autant d’cloportes ! * pensait-il avec agacement… * Pour autant que j’puisse comparer, j’n’ai jamais vu pareil vermine grouiller ailleurs qu’dans leurs restes, à ces pécores… *

Il observait la ville d’un œil glacé, songeant que sa silhouette déchirée, percée de bâtiments disparates, habillée de toiles et de tentures ressemblait fort à un cadavre en effet. Un cadavre dont la décomposition ne serait pas encore achevée. Un cadavre, dont les tripes suintantes reposeraient encore au font de la carcasse d’un trépassé…

Tous ces insectes bipèdes courraient, s’activaient en tout point similaire à leurs cousins hexapodes… Quelle était loin sa tranquillité, mais qu’importe, il avait choisi de la troquer contre une expérience de vie plus riche, qui rompraient aussi agréablement qu'il fut possible la monotonie de sa vie. S'il avait su s’accommoder de l'odeur de la mort et de ses nettoyeurs charognards, il saurait bien supporter la présence de ces marionnettes dépenaillées et l'odeur du port.

Le soir était tombé, et la vie nocturne de Clavinia n'était point si macabre, mais le vieux fossoyeur avait la fâcheuse tendance de voir les choses dans leurs moins glorieux aspects.

Il arpentait les rues de la ville, sa vieille pelle sur l'épaule. Observant d'un regard d'une froide répugnance ce monde qui lui paraissait d'une futilité primaire... Son aspect de vieux vagabond ajouté à son visage austère lui ouvraient la voie. Bien rare étaient ceux qui l'observaient longuement, et il lui suffisait généralement de leur rendre leur regard pour qu'aussitôt ils se mettent à observer leurs chaussures.

Pour les plus intrépides, il s’arrêtait bien en face d'eux, et soutenait leur observations. D'aucun ne se mit en tête de poursuivre plus avant l'inspection défiante ainsi entamé, préférant de loin s'éloigner de l'inquiétant individus. Ces "honnêtes" citoyens de Clavinia ne devaient guère se sentir a l'aise face à cette grande carne sale et à la mine patibulaire.

Il ne rencontra point de personnages atypiques, non plus que de redoutable créature prêtent à en découdre. Il avançait ainsi dans les ruelles bien sombres, sans guère plus de crainte que s'il avait toujours vécu ici, ni plus de but que ses habituels pensionnaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myssili

Myssili

Messages : 13
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Marcher dans une carcasse...   Sam 14 Jan - 16:31

Le navire avait accosté tantôt dans la journée, à une heure où les rayons du soleil fatiguaient de briller et cédaient leur place au halo orangé des lumières de la ville. Clavinia s'était présentée à l'horizon, et le matelot agrippé aux plus hautes cimes du navire avait alors claironné un fatidique "Terre en vue !". Myssili n'avait pas attendu cette déclaration officielle pour se pencher au bord du navire et observer avec un intérêt grandissant cette ville dont on lui avait assuré qu'elle représentait le moindre danger pour une représentante de sa race. Tandis que le navire abordait son entrée dans le port et se frayait un chemin parmi la navigation intense qui fluctuait sur les eaux, elle repensait, songeuse, à tout ce qu'on avait pu lui dire sur le monde des Hommes. Orgueilleux, imbus d'une collection innommable de défauts, méfiants et futiles, ses parents n'avaient pas lésiné sur les qualificatifs pour décrire la malveillance de cette race, dont il fallait se méfier autant que de la peste. Il n'en fallait pas plus pour que la Tiefling resserre le bandana noir sur son front, et ne descende à pas pressés le ponton dressé entre le voilier marchand et la ville portuaire.

La taille de cette cité humaine était en tout point incomparable avec les petits villages nomades que sa communauté avait bâti au travers de ses voyages. S'éloignant du bord des quais, Myssili porta derrière elle un dernier regard sur la masse active de dockers qui déchargeaient leur cargaisons, foulant de ses bottes le sol dur et ferme d'une rue pavé. Maintenant qu'elle avait passé plusieurs jours en mer, elle sentait son équilibre comme parasité par un reste de tangage auquel le navire avait fini par l'habituer. Une sensation qui disparu néanmoins aussi rapidement que les ténèbres s'installèrent dans les recoins mal éclairés de la ville, alors que des individus toujours aussi nombreux continuaient d'aller et venir entre les différentes tavernes et bordels, ivres, et satisfaits. En ce qui concerne notre jeune étrangère, elle était bien trop absorbée par le pavé sur lequel elle marchait pour s'inquiéter déjà de la vie nocturne citadine. Tête baissée, elle se demandait ainsi combien d'années et de mains avaient été nécessaires pour tapisser la terre d'une mosaïque aussi condensée. Sûrement plus que de Tiefling qu'elle avait pu en rencontrer jusqu'alors ! C'est la tête pleine de ces questions qu'elle s'arrêta soudain, manquant de percuter une silhouette inconnue qui n'avait rien fait pour se dévier. Relevant la tête vers cet homme qui lui barrait la route, elle exécuta l'inverse exact de ce que n'importe quel individu aurait fait face au fossoyeur: le voir, et baisser les yeux.

A quelques pas d'elle, le sinistre individu la dévisageait déjà d'un œil tellement mauvais qu'il ne pouvait lui être que coutumier. Ses habits étaient sales, son corps vouté, la pelle qu'il tenait par dessus son épaule ajoutant à son apparence un coté insolite dont l'humanoïde ne comprit pas la raison. Si les Hommes n'avaient pas pour habitude de soutenir l'échange d'un regard plus d'une fraction de seconde, celui-ci semblait d'une détermination plus franche, ce qui créa irrémédiablement un moment de blanc quand la Tiefling continua de le regarder. Et pour cause, elle avait instinctivement assimilé la posture provocante du vieil homme à celles que ses semblables avaient lorsqu'ils devaient trouver un partenaire de duel, lors des séances d'entrainement. Voulait-il s'entraîner ? Elle ne savait pas trop, et l'outil qu'il tenait dans sa main n'en finissait pas de la désappointer. Cette arme était tout à fait curieuse. Dans le doute, elle resta sur ses appuis, à la fois immobile et silencieuse, d'une attitude non pas agressive mais concentrée, presque exagérée pour ce qui n'était somme toute qu'un regard un peu soutenu et qui ne lui était d'ailleurs pas tout spécialement adressé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nialcen

Nialcen

Messages : 47
Date d'inscription : 09/01/2012
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Marcher dans une carcasse...   Sam 14 Jan - 19:47

L'inconnue tranchait avec le reste de la foule pour plusieurs raison. Premièrement, sa peau presque dorée tirée sur une teinte qui n'avait rien d'ordinaire. Ensuite, sa façon d'observer songeusement les alentours laissait entendre qu'elle découvrait la ville autant que notre fossoyeur, avec cependant bien plus d'admiration dans les yeux que ce dernier.

* Bordel... la rue et p't'ète pas assez large ? … Elle f'rait mieux d'pousser son museau si elle veut pas s'en prendre un.... *

Nialcen se faisait ces réflexions en la voyant s'approcher petit à petit... Et manquer de le percuter. Ils s’arrêtèrent, et le vieil humain qu'il était posa son œil froid sur la demoiselle. L'on aurait pus dire qu'il la toisait, étant plus grand qu'elle.
A la surprise de Nialcen, la donzelle ne sembla guère impressionnée. Non, elle avait plutôt l'air ... désappointée, et louchait régulièrement sur sa pelle. La trogne du fossoyeur se rembrunit d'avantage : il n'était guère d'humeur à ce qu'on lui marche sur les pieds.

Le soleil se couchait, et les dernières lueur du jours, rasant l'horizon soulignaient l'éclat discret des yeux de l'étrangère. Rouge. Légèrement, subtilement teintés, mais ces reflets étaient bel et bien rouge.

* C'que c'est qu'ça 'core .. ? * rumina-il pour lui même. Il en avait enterré du monde, et il sentait que la personne qu'il regardait n'était humaine. Il connaissait par les discussions d'histoires entendues l'existence d'autres espèces que celles des humain, mais il n'avait guère eut l'occasion d'en rencontrer.

* Des mirettes avec des r'flet d'cette couleurs... Elle est aussi humaine qu'ma pelle ouais... ! * se dit t il alors qu'il s'observaient l'un l'autre. La nature de cette fille ne le dérangeait pas, pas plus qu'elle ne l’intéressait d’ailleurs. Mentalement, il se remémorait les caractéristiques des espèces connues qui peuplaient le monde.

* Une Tiefling... Pis elle à pas l'air joisse la miss. Vue sa mise, elle a pas l'air d'passer ses journée à coudre... * songeait il alors qu'il l'observait. La déduction était simple. Elle n'était pas humaine. Les seuls humanoïdes dont l'aspect eut pus - pour certains - les faire passer pour humain, étaient les Tieflings.

Partager entre l’intérêt agaçant que représentait une personne au caractère suffisamment tenace pour lui faire front et l’irritation de se voir ainsi détaillé, Nialcen ne prit guère de gant pour tancer la jeune personne.

« Qu'est t'as !? Ma tronche te r'viens pas, ou tu te d'mande ce ça fait de s'prendre un coup d'pelle en pleine gueule ? » annonça-t-il sans se pressé de sa voix de basse. Il n'appréciait guère qu'on le dévisage et qu'on le jauge comme le faisait la demoiselle ici présente.

Plus que menaçant, son ton inspirait plus l'invective que la mise en garde. Il posa lourdement sa pelle, la laissant claquer volontairement contre le pavé.


Dernière édition par Nialcen le Dim 15 Jan - 17:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myssili

Myssili

Messages : 13
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Marcher dans une carcasse...   Dim 15 Jan - 1:59

Les secondes de silence qui s'étaient écoulées parurent très longues pour la Tiefling, tendue, et attentive aux moindres gestes de son partenaire. L'entêtement des deux protagonistes était tel que la situation en était presque ridicule, bien qu'il ne faisait nul doute que ces deux-là prenaient le jeu très au sérieux. Devant l'absence de réactions du fossoyeur, Myssili hésitait. Que devait-elle faire ? Ses parents ne l'avaient pas instruits des bonnes conduites à adopter face à ce genre de confrontation, qui, peut être, étaient soumises à des règles d'éthique et de savoir-être. Ce qui était sûr, c'est qu'elle n'allait gagner qu'une crampe bien méritée à rester ainsi encore longtemps.

Fort heureusement, le vieil homme sortit de son mutisme et, joignant le geste à la parole, frappa avec détermination sa pelle contre le sol. Le bruit que le choc provoqua masqua à peine un grincement plus métallique dont la Tiefling ne discerna pas clairement la source, bien qu'il lui sembla que cela provenait de l'humain. Elle fit l'hypothèse qu'une armure discrète était cachée sous ses haillons, et fut ainsi plus assurée que l'individu était bel et bien un combattant. De plus, sa posture laissait clairement comprendre qu'il était en garde et prêt à entamer la joute ! L'étrangère avait néanmoins froncé les sourcils à ses paroles, n'en comprenant tout simplement pas le sens. Marmonnant et mâchant sa tirade dont certain mots lui étaient par ailleurs parfaitement étrangers, l'homme avait fait une allusion à sa pelle, le reste de la structure de sa phrase échappant complètement à Myssili. L'hésitation et le doute embrouillaient le peu de choses qu'elle était parvenu à comprendre de l'homme, et elle ressenti le besoin de le prévenir qu'elle allait commencer :

- Prêt ?

L'avertissement poli contrastait étonnamment avec le geste plus agressif de ses mains qui dégainèrent deux dagues accrochées à ses flancs, aussi sèchement que si elle avait vraiment voulu le tuer. Envoyant une frappe circulaire de la main gauche, elle porta en vérité une attaque peu dangereuse pour l'humain puisqu'elle ne nécessitait qu'un bref déplacement de celui-ci pour l'intercepter avec son... sa... La pelle. Ce serait la seule frappe qu'il aurait à subir, la Tiefling voulant aussi voir sa contre pour appréhender un peu quel genre de guerrier était cet étrange individu.

Les échanges de regards qui avaient précédés n'avaient que peu suscité l'enthousiasme des passants, mais, ce qui était sûr, c'était que le remue-ménage provoqué par les deux allait commencer à ramener un petit cercle de badauds curieux autour de la scène, certainement trop heureux de pouvoir occuper leur soirée par un duo aussi particulier que celui qui se présentait là... Mais peut être n'auraient-ils pas tous d'aussi candides intentions.

_________________
Agilité (4) - Furtivité (1)
Bases Offensives : Lames courtes (2)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nialcen

Nialcen

Messages : 47
Date d'inscription : 09/01/2012
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Marcher dans une carcasse...   Dim 15 Jan - 13:37

Alors qu'ils s'observait en chien de faïence, Nialcen fut le premier à Parler. L'on ne pouvait réellement parler de "discutions", non... Mais la "réponse" de la jeune femme déconcerta Nialcen. Il ne réussissait à trouver un lien logique entre sa verte réplique et le signal policé du combat que la Tiefling lançait. Il n'y était pas allait avec le dos de la cuillère, mais l'inconnu l'attaquait, "criant 'gare'" d'un ton sans animosité.

"Pr.. ???" il n'eut le temps de finir la question qu'il commençait à marmonner plus pour lui qu'attendant véritablement une réponse. * Mais e'm'fait quoi celle là ?!! * se demandait-il alors qu'elle se mettait en mouvement.

Dans le même souffle, elle se saisi de ses armes. Deux poignards - ou du-moins quelque chose dans ce goût là – venaient d’apparaître dans ses mains. Si un haussement des broussailles qui lui servaient de sourcilles avait pu révélé un étonnement passager, le geste offensif dont il était la cible suffit à laisser place sur le visage du fossoyeur à un air sombre bien peu amical. [hrp] vu avec Mysili par MP pour précision [/hrp] L'attaque venait, large mais rapide, en direction de sa poitrine.

Nialcen serra les dents, et son regard se fit hostile. Mais alors que l'attaque faisait mouche, il ne bougea pas. Pas d'un pouce. Du-moins il resta immobile jusqu'à l'impact. La vitesse de l'inconnue était surprenante, et le poids du coup s'en fit sentir. Nialcen était un solide gaillard, est le geste de son assaillante porta peu, mais suffisamment pour l'obliger à expirer d'un coup. Son geste fit déraper sa pelle, qui grinça effroyablement sur le pavé.
Il releva son visage vers la demoiselle. Un visage qui se crispait, des yeux qui s'étrécissaient.

" Alors toi ... " son ton était bas, sérieux et froid.

Un rictus se forma sur ses traits. Un sourire carnassier se dessinait sur ses lèvres tandis que ses yeux brillaient d'un étrange éclat. Il prit une grande inspiration, se redressa ... Un rire saccadé, nerveux, commençait à sortir de sa gorge, un rire amère bien inquiétant.... qui se changea en un rire tonitruant en une fraction de seconde. Nialcen riait. Il riait fort. Il ne riait pas d'un rire méprisant ou moqueur, non ... Bien au contraire il riait d'un rire franc. Un fou-rire irrépressible provoqué par une situation qu'il jugeait drôle. Hilarante même. Alors qui riait à gorge déployée, plié en deux en appuis sur sa pelle, des larmes se mirent a couler sur ses joues. Il ne pouvait contrôler ce rire, et ce aux larmes.

Il lui fallut un moment pour s'en remettre, alors que partie des passant avaient repris leur chemin, désarçonnés par la réaction du vieux fossoyeur. Alors qu'il avait fini de rire, il se tourna d'un bloc, vers ceux qui restaient encore...

" Bah quoi ?! z'avez jamais vu quelqu'un rigoler ?! Remballez vos mouilles d'abrutis et taillez la route, où j'vous f'rais bouger à coup d'pelle !! " leur lança t il aigrement, mais d'un ton adoucit du léger sourire qui flottait encore sur ses traits.

Son regard se porta de nouveau vers celle qui venait de l'attaquer. Il la regardait différemment. Cela faisait bien longtemps que son œil ne s'était ainsi posé sur un être vivant adulte.

" Ca doit faire 25 ou 30 piges que j'ai pas rigolé... Merci d'moiselle, j'avais oublié c'que ça f'sait... Soit t'as du cran, soit t'es franchement givrée, mais d'tous les cas, tu détonnes d'avec tous ces pécores, et c'pas un mal ... " ajouta t il a l'intention de la Tiefling alors que son expression aigrie reprenait sa place sur son visage marqué.

" Nialcen, j'viens d'débarqué, j'm'incruste dans c'bled, j'suis fossoyeur. T'es qui toi ? " lança t il d'un ton ronchon qui devait lui être naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myssili

Myssili

Messages : 13
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Marcher dans une carcasse...   Dim 15 Jan - 19:25

Folle flammèche rouge et dansante, la Tiefling s'était élancée sur le fossoyeur avec une excitation à peine contenue qui se lisait dans ses déplacements impulsifs. Pourtant, sa frappe amorcée tantôt n'avait rien de dangereux et percuta le torse de son adversaire plus qu'elle ne chercha à lui trancher la chaire. Fort heureusement. Car, comble de surprise, le vieil homme n'esquissa pas le moindre geste pour se défendre et resta ainsi, vaillant et statique, figure immobile et grognonne au sommet de son art apathique. S'il avait pu avoir un air inquiétant auparavant, il n'en fut rien à coté du regard meurtrier qu'il lui adressa à ce moment. Myssili recula d'un petit bond souple, prudente, comme si elle craignait que cet outil, cette pelle, ne cache en elle quelques mystérieux pouvoirs que l'homme allait bientôt utiliser contre elle. Il semblait si contrarié... Autant ses paroles n'étaient qu'un charabia incompréhensible, autant l'expression sur son visage était d'une noire sincérité. S'était-elle trompée ? Peut-être ne voulait-il pas s'entrainer, finalement ? La suite acheva de la décontenancer.

Il toussait. Ou plutôt, il rigolait. C'était cela, il s'était mis à rire subitement par petites saccades, d'abord contenues, et puis expulsées bientôt en grands éclats qui firent baisser les bras à la Tiefling alors que montait son incompréhension. Elle regarda autour d'elle, déconfite, cherchant un indice sur la situation. Mais les passants eux-mêmes semblaient désabusés par la tournure des évènements, et s'en allaient vaquer à nouveau à leurs activités... C'était en soit rassurant, au moins n'était-elle pas seule à ne pas saisir l'échange. Le vieux bonhomme réussit toutefois à reprendre un peu de contenance et reposa son regard sur Myssili, après avoir jeté une dernière remarque aigrie envers la populace. Son expression était différente, un peu comme s'il venait de sortir de ses pensées pour se rendre compte qu'il parlait vraiment à un être humain (voir humanoïde !). Elle regroupa toute sa concentration pour déchiffrer dans ses prochaines paroles le patois du langage commun, réussissant cette fois-ci à comprendre le sens de son message. Un peu. Disons plus qu'avant, mais elle ne désespérait pas de s'améliorer à force de persévérance. D'ailleurs, il lui sembla que c'était le moment où elle devait se présenter à son tour ; elle rengaina donc lestement les deux dagues et posa son poing sur le haut de sa poitrine :

- Je suis Myssili, je viens de débarquer dans Sblède - mais n'était-ce pas Clavinia ? - aussi. Je suis...

Quel était donc son métier sur ces terres ?

- ... Je ne sais pas encore, je suis juste Myssili pour le moment.

Elle espéra s'être comportée selon les rites locaux, même si elle jugea que la main sur la poitrine faisait peut être un peu trop. Elle la retira pour la placer avec sa jumelle dans son dos, là où elles ne gêneraient plus. Profitant de ce premier contact avec quelqu'un qui semblait aussi fraîchement arrivé qu'elle, elle reprit parole pour poser son interrogation :

- Est-ce que vous connaissez un endroit où se restaurer et loger ? Ou échanger des biens contre de l'argent ?

On lui avait expliqué qu'en trouvant les bons endroits, on pouvait aussi y rencontrer les bonnes personnes. Les auberges et les tavernes humaines étaient autant de bons endroits qu'elle méconnaissait et désirait fréquenter, afin de pouvoir commencer son périple et échanger tout d'abord les quelques gemmes qu'elle avait emmené avec elle, en guise de monnaie. Il paraissait que les Hommes n'utilisaient que des petites rondelles de métal pour le commerce.


_________________
Agilité (4) - Furtivité (1)
Bases Offensives : Lames courtes (2)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nialcen

Nialcen

Messages : 47
Date d'inscription : 09/01/2012
Localisation : Lille

MessageSujet: Re: Marcher dans une carcasse...   Lun 16 Jan - 2:10

A sa manière de se présenter et d'annoncer ainsi le but de sa recherche, Nialcen se renfrogna pour ainsi dire instantanément. Les manière châtiées ou trop formelles n'avaient pour effet que de lui porter sur les nerf, avec la même diligence que cette Myssili avait à dégainer. Le vieux fossoyeur la jaugea du regard.

* S'foutrait pas d'ma gueule des fois ...? * se demanda-t-il, mais la sincérité de la jeune femme se lisait sur ses traits, ou du moins voulait elle qu'on la croit sincère.

Elle ne donnait pas l'impression de jouer la comédie, cependant Nialcen était de nature méfiante à l'encontre de ceux qu'il ne connaissait p... à l'encontre du monde entier, en fait. De nature peu encline a se poser milles question avant d'agir, il suivit son instinct, comme il l'aurait fait en n'importe quelle autre situation.

" T'es bouchée, ou t'es juste aussi débile que c'tas d'crétins ? " s’enquit-t-il auprès de la jeune femme, un geste du pouce désignant les derniers passants qui les observaient, assez fort pour que ces derniers l'entendent également. " J'viens de t'dire que j'viens d'arriver bordel, d'où tu veux que j'sache ou crécher, pieuter et ach'ter ton merdier ?! "

Cependant, Myssili - puisque c'était la son nom - soulevait plusieurs interrogations qui étaient désormais de mise, au vu de l'heure qui avançait. Il n'avait que quelque pièces, et encore, celle qui devaient traîner au fond de ses poches depuis bien longtemps. Il n'était plus chez lui, et n'avez donc plus de demeure et enfin, il allait falloir qu'il pense rapidement à nettoyer son bras.

Le voyage en mer n'avait pas arrangé l'état de la partie mécanique de son être, et s'il ne voulait pas finir avec un flan totalement bloqué, il allait devoir procéder à un entretient en règle. Il était de rigueur de trouver un lieu sec et tranquille pour procéder, ce qui impliquer donc de trouver un lieu où dormir.
Il se saisi de sa pelle de la main droite, et, alors qu'un homme courtaud et transpireux passait, il releva l’outil pour lui couper la route.

" Eh toi ! D'où qu'on trouve un bouge peinard dans l'coin ? J'veux pas qu'on m'y fasse chier, et j'ai pas les fonds d'un richard... " déroula-t-il face à l'homme qui se demandait bien ce que pouvait lui vouloir cet homme crasseux au milieu de la rue. Bégayant presque, reculant alors qu'il annonçait la direction de l'établissement qui pourrait accueillir l'homme qui venait de l'arreter, il renseigna malgrès tout Nialcen. Dès qu'il fut hors de porté de pelle, il se hâta de mettre toute la distance qu'il pu entre lui et le fossoyeur.

" C'est ça... Cavale tant qu'tu veux, la faucheuse finira toujours par t'chopper, gros tas ! " marmonna Nialcen, plus pour lui que pour l'homme. Il se tourna en direction de l'endroit qu'avait indiqué son "informateur".

Sans même prendre la peine de se tourner vers son interlocutrice, il ajouta:

" Bah voilà, on l'a ton information. On peut crécher là-bas, et j'compte bien y'aller y faire un tour. Moi j'ai pas d'course à faire, et j'ai b'soin d'une chambre fissa... " Sans attendre de réponse de Myssili, il se mit en route, direction l'auberge.

" S'tu viens tu t'bouges, j'ai pas l'intention d'poireauter a t'attendre !" lança-t-il par-dessus son épaule alors qu'il traversait la rue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myssili

Myssili

Messages : 13
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Marcher dans une carcasse...   Mar 17 Jan - 22:25


_________________
Agilité (4) - Furtivité (1)
Bases Offensives : Lames courtes (2)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marcher dans une carcasse...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marcher dans une carcasse...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Ville Basse :: Rues et ruelles-
Sauter vers: