AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.

Aller en bas 
AuteurMessage
Yéros Aries

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 04/07/2011
Localisation : Sur un navire

MessageSujet: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Mer 6 Juil - 1:23

Yéros avait fui la demeure de sa famille adoptive avec hâte, laissant derrière lui les cadavres de ces deux bourgeois qu'il méprisait plus que tout et ceux des quelques mercenaires incompétents qu'ils avaient engagé. Dans sa sacoche, il avait chargé la fortune de la famille et aussitôt, il s'était rué vers le port. Tous les gens qu'il avait pu croisé s'étaient demandés pourquoi tant d'empressement mais, le sabre qu'il tenait à la main les avait dissuadé de poser la question. Ce fut donc sans ennuis qu'il arriva sur les quais où là non plus, il ne comptait pas rester. Il observa les bateau et vit que l'un d'eux semblait sur le point d'embarquer malgré l'heure tardive. Il espérait donc pouvoir monter à bord et après tout, il avait les moyens de payer. Il commença donc à s'en approcher puis, s'apercevant que son sabre ne passerait pas inaperçu, il le jeta à l'eau. Il parviendrait bien à s'en procurer un plus tard après tout car dans l'immédiat, sa priorité était de fuir.

Maintenant désarmé, il s'approcha du navire et alla vers l'homme qui s'occupait des montées et descentes à bord. Il adopta un sourire amical, glissa sa main gauche dans sa poche puis, accouda son bras droit sur le pont qui menait au bateau avant de dire:

"Bonjour mon brave, serait-il possible de monter à bord?

-Si vous payez, tout est possible sur un navire de croisière, ce navire n'en est pas un mais, avec tous ces brigands en mer, si vous savez vous rendre utile à la protection du navire, je veux bien vous emmener, moyennant finance bien entendu.

-En effet, je peux vous être utile mais, pour cela, il me faudra un sabre. J'ai tombé le mien à l'eau il y a quelques jours, alors que j'avais arrosé un heureux évènement.

-Bon, nous transportons des armes alors, je veux bien vous en vendre un mais, dépêchez vous de monter, nous allons devoir partir."

Yéros s'empressa de monter à bord du navire et là, les marins, plus vite qu'il n'eut pu l'imaginer, levèrent les amarres. Il observait le bateau quitter le port avec attention, réagissant qu'il laissait derrière lui sa terre natale et ce sans doute à jamais. Cependant, il ne lui restait rien en ce lieu à part des ennuis avec les autorités alors, il n'avait aucun remord à sauver sa peau. Alors qu'il admirait toujours la côte s'éloigner, un homme vint vers lui et lui demanda s'il était celui qui cherchait un sabre. Comme il acquiesça, l'homme lui tendit une magnifique arme d'une longueur plus que satisfaisante. Bien entendu, Yéros dû arrêter de s'émerveiller quand il en entendit le prix mais, il avait largement de quoi payer. Il sortit donc l'argent et effectua l'échange de bon procédé.

Le jeune homme passait tout le temps du voyage à l'avant du bateau, guettant l'horizon, le sourire aux lèvres et le sabre sur l'épaule. Il était immobile, comme si ses pieds étaient cloués au sol et il ne bougeait que la nuit, pour aller dormir dans la cale. Les embruns de la mer lui caressaient le visage et il en appréciait la sensation. Le trajet était long mais, Yéros se sentait bien, comme s'il avait toujours navigué. Ce n'était que lorsqu'il entendait les marins parler qu'il se rendait compte que ce monde était nouveau pour lui. En effet, il n'y comprenait strictement rien mais, après tout, il n'était là qu'en cas d'agression et l'océan était toujours désert. Toujours? Ce n'était pas si sûr car la vigie hurlait que la terre était droit devant. Combien de temps leur faudrait-il pour y accoster? Où allaient-ils d'ailleurs? Quand il avait été demander à un marin, celui-ci avait rit puis, il lui avait dit qu'ils allaient à Clavinia. Yéros avait entendu parler de cette île et il se réjouissait déjà à l'idée d'y mettre les pieds. Sa joie semblait surprendre l'homme face à lui mais, il n'avait pas connaissance des projets du jeunot. Comment aurait-il pu deviner que ces quelques jours, pourtant si vide en action, auraient pu pousser un enfant de la terre à vouloir prendre la mer au sein d'un équipage pirate?

Cette fois, Yéros aussi voyait la terre, cet endroit réputé pour être le paradis des pirates. Lui aussi finirait par en devenir un et ce lieu serait donc son El Dorado. Il admirait le port qui semblait se rapprocher un peu plus à chaque seconde et quand celui-ci lui parut assez proche, le jeune homme sauta à l'eau. Il n'irait pas plus vite que le bateau mais, il voulait par ce geste se laver de son passer. Si l'embrun était agréable sur le bateau, l'eau salée avait un goût infect mais, Yéros ne baisserait pas les bras. Il nagea jusqu'à la plage et en sortant de l'immense étendue d'eau, il dégoulinait de partout. Ses vêtements étaient trempés. Il ôta son haut et sa veste et les passa autour de sa taille, se retrouvant ainsi torse nu.

Il se coucha quelques secondes à même le sol avant de se relever puis de prendre le chemin de la ville. Il parcourait des rues inconnues, croisant des gens qu'il ne connaissait pas, son sabre dépassant de son gilet mais, personne ne lui disait rien. Cette ville semblait réellement différente de tout ce qu'il avait pu connaître et cette idée lui plaisait vraiment. Enfin, à force d'errer dans les rues, il arriva devant un bar nommé Liberté apocalyptique et il y entra. Le bar semblait être principalement fréquenté de pirates et autres genres de flibustiers mais, peut-être Yéros se trompait. Il ignora les clients et se dirigea vers le comptoir, toujours torse nu. Là, il sourit malicieusement quand le barman arriva vers lui et il demanda:

"Une bière bien fraîche s'il vous plaît! Vous en servirez également une à la personne qui s’assiéra à côté de moi. Dans l'immédiat la place est libre mais, je suis convaincu que quelqu'un viendra vite l'occuper!"

_________________
- Larcin -> Palier 1 discrétion: 2 points
-Corps à corps -> Palier 1 base offensive (sabres) : 2 points
-Agilité -> Palier 1 souplesse: 2 points
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jimmy Phénix
Canarticho
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Dim 31 Juil - 22:42

Un tronc s’abattit à coté de la chaise qui n'attendait qu'un fessier pour tenir compagnie au généreux bonhomme. Ce tronc là était tenus par une main, et cette main appartenait à un homme fatigué tirant sur une pipe encore tiède. Il avait bien besoin d'une bière. Jimmy le regardait debout, tournant son visage souriant et l'examinant de son oeil de chair.

"Je ne vois pas comment on pourrait refuser ça. C'est plutôt gentil de ta part."

Dans la famille des hommes qui rentre dans les tavernes trempées, j’appellerais le grand père. L'uniforme rapiécé de l'homme dégouttais encore d'eau de mer et les bottes portait encore en trophée les algues marécageuses de bord de côte. Il bloqua sa canne géante contre le comptoir et s'assit en grognant de satisfaction. Le barman vint lui servir sa bière gracieusement offerte. Jimmy l'interpela avant qu'il ne reparte aux autres clients.

"Excusez, vous n'auriez pas un peu de tabac pour que j'en bourre ma pipe par hasard?"

Il pivota sur son siège et se mit face à son émetteur de choppe.

"Alors à qui ai-je l'honneur?"


La bonne humeur du rouquin grisonnant était très différente du malaise qui l'habitais avant de finir dans cette taverne.

Il s'était échoué à quelques lieux de la ville avec son radeau de fortune. Il avait dit à ses hommes sur l'îlot qu'il était partit ramener un bateau pour remorquer l'Envergure, Mais dés son arrivé dans les rues de Clavinia il avait demander d'un oeil fou à une tripoté de passant du tabac pour sa pipe. En fait, sa patience n'avait pas été plus loin que trois quidam. Après ce compte là il avait serrer nerveusement un pistolet détrempé, ce qui avait attirer la sympathie d'une personne pouvant se délester d'une portion de tabac. Fumer l'avait calmer et avant de trouver le chantier naval le plus proche il avait prit le temps de savourer sa pipe.
Neuf jours qu'il n'avait plus rien. Un boulet de canon ayant éventré ses réserves lors de la canonnade qui avait mit l'Envergure dans un sale état.


Dernière édition par Jimmy Phénix le Jeu 17 Nov - 18:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ǽðřəδøņ
Personne Bannie
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Lun 1 Aoû - 18:05

Une chaise s’abattit à côté du tronc, n’attendant qu’un fessier pour tenir compagnie au dégoulinant bonhomme. Cette chaise là était tenue par une main, et cette main appartenait à un homme détendu tirant sur un pétard encore fumant. J’avais bien besoin de calme. Car cette chaise était la chaise de Lachaise. Vous suivez ?

« ’lut. »

J’ai toujours été très éloquent au premier abord. Surtout quand je suis dans mon petit monde. C’est à dire que je m’était un peu détendu en arrivant en ville. Tout ce monde qui courrait et criait, en plein milieu de l’après-midi… dur. Il me faudrait un temps d’adaptation. Heureusement que j’avais avec moi la solution à ce genre de malaise.

Comment j’ai atterrit ici ? C’est bien simple, en marchant. En fait je ne me souviens pas vraiment. Je suis arrivé en ville dans la matinée, dans la charrette d’un colporteur local. Le trajet n’a pas été bien long, deux semaines tout au plus en franchissant quelques montagnes. Et je ne me sentais même pas fatigué en arrivant, malgré des longues heures de sieste agitée de cahots.
Du coup j’ai décidé de déambuler un peu. Après tout je suis là pour « tâter le terrain », mes découvertes ont été… intéressantes. La culture urbaine m’est décidément bien étrangère. Et c’est en discutant par-ci par-là avec les rares badauds qui prenaient la peine de me répondre, que j’ai finit par comprendre que la coutume d’ici veut que la détente soit réservée à des lieux précis. J’ai donc demandé quelles étaient les meilleures "tavernes" du coin et voilà.

« Moi j’ai du tabac. Et d’autres plantes à mélanger avec si vous voulez. »

Yep, apparemment je suis bien tombé. Un type qui cherche des herbes à fumer dès que j’entre dans un bistrot (enfin une "taverne" comme ils disent ici). Je me demande si je ne devrait pas chercher un moyen de rester dans ce genre de coin pour mes affaires. Bien que leurs bistrots manquent tout de même cruellement d’une terrasse au soleil. Ça doit-être parce qu’il pleut la plupart du temps.
Tiens bah la preuve, le type à la pipe est trempé alors qu’il fait beau dehors, il faudra que je me méfie.

« Vous auriez de la liqueur de myrte ? »

Quelle chance j’ai de trouver à des kilomètre de distance les spécialité de ma région d’origine ? Ah… ben oui c’est vrai qu’ils nous achètent nos produits…

_________________
La mort est un moissonneur qui ne fait pas la sieste.
Avatar©️ : Freaky
Compétences :
Ingénierie : Bricolage (5)
Combat (chaise renforcée) : Base Offensive (6) ; Parade (6)
Agilité : Souplesse (2)
Autres : Perception (5) ; Résistance au poison (2) ; Endurance (2) ; Force (2)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jimmy Phénix
Canarticho
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Sam 6 Aoû - 5:32

Avant même que le bonhomme à coté de lui n'ai le temps de se présenté, un autre bonhomme s'assit sur "sa" chaise sur son autre coté. Il était acculé! ... Bon. Il allait devoir faire avec, d'autant que le nouveau venus au comptoir ne semblait pas hostile. L'autre non plus d'ailleurs, mais sait-on jamais?
à ces pensées amusantes, Jimmy se méfia soudain de sa bière, arrivé si facilement dans sa main. Trop facilement peut être? Il tourna un oeil -le seul- en coin pour surveiller son voisin de comptoir et porta la chope à ses narines. Elle avait un excellent arôme de bière. Le borgne tordis du nez en s'essuyant la moustache et bus une grande rasade.

*Bah.*

"Aaah! V'là un garçon qui est plaisant! Tu me botte avec ton histoire, raconte m'en plus. T''a du tabac à pipe, t'en a beaucoup? Faut que je remplisse ma blague. Je suis à sec. Il y a eut un incendie terrible dedans, tout est partie en fumé."

Sur Cémo (le pauvre.) Jimmy sortit de sa poche sa fameuse blague à tabac. Pour l'heure cette pochette de cuir du fond des âges était humide, et n'était pas en état pour protégé du tabac en son sein. Jimmy s'en rendit compte, désappointé. Un chouette type venait lui proposer ce dont il avait besoin, et il avait même pas de quoi ranger ses affaires. C'était comme de prendre un article et ne pas avoir de quoi payé. Il allait devoir attendre au bar qu'il sèche pour pouvoir repartir et aller au port sortir ses hommes du trou où il les avaient laissés. Il y avait encore des denrées dans les cales, ils avaient pas encore l'envie de s'entre-dévoré. De toute manière si ça avait été le cas, Jimmy préférais encore être assis dans cette taverne qu'être avec des types qui vous regarde comme une tranche de jambon.

*En plus ils ont rien d'autre à faire que d'écopé et réparé ce foutue rafiot. ça fait toujours ça de moins à payé au chantier.*

Ils n'iraient pas bien loin s'ils décidaient de mettre les voiles avec son navire. Bien que. C'était des hommes de confiances, mais il fallait pas pousser le bouchon. Il s'en occuperait après la chope et le tabac. l'oeil fixé sur sa blague à tabac et son dilemme présent, il s'exprima pour les deux mômes à ses cotés.

"Ouais. Sinon, chuis le Capitaine Phénix."


Dernière édition par Jimmy Phénix le Jeu 17 Nov - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ǽðřəδøņ
Personne Bannie
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Lun 8 Aoû - 16:39

« La Liberté Apocalyptique, c’t’une des meilleure taverne de la ville. Ptet bien la meilleure pour peu qu’tu sois cap’taine. Moins si t’est qu’un pauv’ matelot, et toi, t’as pas l’air bien riche. C’qui est sûr c’est qu’les gens bien informés y vont souvent et qu’le type qui tiens l’auberge, Matt qu’il s’appelle, sait te faire à peu près tous les alcools qu’tu demandes. Mai attend pas trop d’sa bière p’tit, c’est vraiment pas la meilleure. Pis y a pas d’filles ! Et moi j’aime pas quand y a pas d’filles. »

C’est à peu près exactement ce que m’a dit le type qui m’a conseillé sur les tavernes. Oui, on m’a souvent fait remarquer que j’ai une excellente mémoire. Mais je ne vois pas ce qu’il y a d’exceptionnel quand on sait que de bien dormir aide à bien retenir. Enfin c’est ce qu’on dit. Je crois.
Du coup en lorgnant sur les choppes de mes voisins je me tâte de leur faire remarquer qu’il paraît qu’elle est pas terrible. D’un autre côté je n’ai pas non plus envie que le tavernier m’écrase la tête dans mon verre, donc autant m’occuper de mon cul.
Par contre, il a de la liqueur de myrte le saligaud. Et de la bonne en plus. Ils nous volent les bons produits bien de chez nous ! J’en étais sûr, les enfoirés. Eh, du coup je ne vais pas être trop dépaysé. C’est plutôt cool.

« À ceux qui meurent de soif. Aglp. »

Quand à mon client potentiel, j’avoue être un peu déçut qu’il ne demande que du tabac. Je me rend compte que l’herbe à rêves est probablement aussi peu connue ici que dans le Sud. Il va falloir que je fasse des efforts de communication. Peut-être en proposant d’essayer. Peut-être en en parlant au tavernier, lui qui est si bien informé.

« Moi c’est… »

Je sort le médaillon, que je porte autour du cou, de ma chemise pour le leur montrer. C’est un peu un rituel de présentation dont j’ai finit par prendre l’habitude. Je leur montre, ils me regardent avec un air déconcerté à suspicieux avec quelques variations qui en révèlent un peu sur leur personnalité, puis je met fin au moment de silence en continuant :

« Sinon vous m’appelez comme vous voulez, ces temps-ci on me surnomme Lachaise. »

Voilà, les formalités administratives étant remplies (j’aime quand c’est rapide). Je pense qu’il est temps de se montrer commerçant.

« J’ai du tabac c’est vrai. De quoi remplir ta bague sans problème papy. Par contre c’est pas vraiment ma marchandise principale. Ce que j’amène se sont des herbes à rêves. Je les mélange au tabac avec certaines proportion en fonction de l’effet recherché. Une petite quantité détend agréablement et apaise les esprits tourmentés. Je me suis laissé dire que ce ne serait pas de trop dans cette ville de nerveux épileptiques… »

Je sors la marchandise que je pose sur le comptoir. J’ai déjà préparé un mélange moyennement doux (formule "sieste tranquille"), celui dans lequel j’ai allègrement pioché pour supporter mon arrivée.

« C’est de l’excellente qualité, séchée au soleil du grand Sud. Ça envoie du parfum, hein ? Je laisse goûter aux nouveaux clients avant d’acheter. Tu tentes papy ? Un autre amateur sinon ? »

Je propose au tavernier et au rouquin qui partage le comptoir, on sait jamais. Reste à voir si ça ne fait pas chier le tenancier que je fasse mes affaires dans son établissement… Et merde, tant que je consomme, c’est bon non ?

_________________
La mort est un moissonneur qui ne fait pas la sieste.
Avatar©️ : Freaky
Compétences :
Ingénierie : Bricolage (5)
Combat (chaise renforcée) : Base Offensive (6) ; Parade (6)
Agilité : Souplesse (2)
Autres : Perception (5) ; Résistance au poison (2) ; Endurance (2) ; Force (2)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jimmy Phénix
Canarticho
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Dim 21 Aoû - 2:27

L'homme lui montra un jolie dessin sur un médaillon. Des inscriptions. Finalement, on pouvait l'appeler Lachaise. C'était une surnom comme un autre, et certainement mieux que certains qu'il avait put entendre. Le borgne scruta Lachaise d'un oeil plus acéré. Il serait certainement venus à le revoir. Il était brun... les yeux bleu... les seuls points plus ou moins distinctifs de la plupart des gens. Mais il portait une chaise. Et cette chaise ne venait pas du bar. Donc s'il voulait le revoir, il fallait chercher quelqu'un assis, ou avec cette chaise là. Ou quelqu'un assis sur cette chaise là, à condition qu'il soit brun et aux yeux bleu.

Le jeunot avait raison. Il lui sortait de l'herbe à rêve, Jimmy le reconnaissais à l'odeur. Il en avait consommer pendant un temps. Mais cette herbe, bien que remplissant son rôle en apaisant la douleur de son oeil fantôme, le laissais par trop embrumé et ne faisait pas disparaître ses divagations occultes. Cependant... il fallait bien avoué que ce n'était pas désagréable. Et en donner à quelques poivrot assurait leurs silence pour le reste de la soirée. C'était une denrée assez pratique en somme. Il opina du chef.

« Mouai'p je reconnais cette odeur. Ça se trouve pas dans tout les coins de ces ptit monde entouré de flot. Dit moi, à forte dose ça pourrait envoyer quelqu'un dans le plus long sommeil de sa vie? »

Tout en papotant il avait prit et accepté l'échantillon. Il mit sa pipe de coté, gardant sa fin de tabac pour plus tard, et roula une petite cigarette pour goûter la marchandise que lui proposais Lachaise. Il exhala une volute de fumé, un léger tournis s'insinuant dans son crâne.

« Enfin un peu d'air pur. »

Louchant sur son joint, il souffla la cendre qui se formait et regarda Lachaise avec un sourire épanouis. Il lui en demanda une petite portion en plus de son herbe à pipe. Ouais. Il allait avoir affaire avec lui, si ce gamin avait de la ressource. Un légère nostalgie pour une femme de sa jeunesse lui rappela ses débuts. Ses débuts avec la fumée, ses débuts avec les blessures à vie, et ses débuts avec les femmes et les gosses.

« à tout hasard Lachaise, tu n'aurais pas non plus quelque chose qui ferais de la fumé violette? »

Il n'avait jamais retrouvé cette plante médicinal que sa jolie rebouteuse lui avait conseillé après son éborgnement. Il serait étonné que Lachaise en ai, rien ne coûtait d'essayer.


Dernière édition par Jimmy Phénix le Jeu 17 Nov - 18:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yéros Aries

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 04/07/2011
Localisation : Sur un navire

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Lun 22 Aoû - 19:17

Yéros était plongé dans la dégustation de sa bière et n'avait pas remarqué tout de suite le vieillard assit à ses côtés. Quand il le remarqua, il y avait également un type qui se faisait appeler Lachaise. Yéros ne les avait certes pas vu mais, ça ne voulait pas dire qu'il ne les avait pas écoutés. Il sortit de sa dégustation quand il entendit parler de l'herbe à rêves, celle que lui qualifiait de "perchouille". Un sourire se dessinait sur son visage, il avait de l'argent, il pourrait s'en procurer. Alors, il arbora une voix malicieuse et dit:

"Salut les gars, désolé d'avoir été long à répondre mais, je me demandais si cette bière était dégueulasse ou si c'était parce que j'avais bu trop d'eau de mer. Je crois qu'elle a vraiment un goût de chiotte mais toi, Lachaise, je crois que tu vas pouvoir m'aider. Pour m'ôter ce goût hideux de la bouche, j'aimerais t'acheter de ton herbe à rêve. Fumer de la "perchouille" m'aidera sans doute à me remettre. Phénix, quant à toi, ce qui m'intéresse, c'est que tu es capitaine. Je suis un pirate, expert dans le maniement des sabres et je veux rejoindre un équipage. Ah, j'oubliais, je m'appelle Yéros Aries mais, vous pouvez m'appeler Yéros le vif, ou simplement Yéros, ce sera très bien."

Puis, le jeune homme à la tignasse rouge claqua sa chope à moitié vide sur le comptoir, demandant au barman de lui servir quelque chose de buvable. Ce genre de chose provoquait souvent des bagarres mais, pour être franc, Yéros n'en avait pas peur. Il n'était pas un pugiliste hors pair mais, s'il le fallait, il saurait éviter les coups pour en porter à son tour. Enfin, il préférait tout de même que le barman lui serve une autre chope de quelqu'autre boisson quitte à payer les deux.

Puis, se tournant de nouveau vers le dénommé Lachaise, il dit:

"Alors, c'est quoi les tarifs?"

Yéros observait alors le vieillard fumé, l'herbe semblait efficace et la goûter ne lui semblait pas nécessaire. Dans ce genre d'affaires, plus vite c'était fait, mieux s'était et puis, il voulait surtout parler au capitaine Phénix.

_________________
- Larcin -> Palier 1 discrétion: 2 points
-Corps à corps -> Palier 1 base offensive (sabres) : 2 points
-Agilité -> Palier 1 souplesse: 2 points
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ

avatar

Messages : 64
Date d'inscription : 20/03/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Ven 26 Aoû - 1:10

Matt observait tranquillement les larrons qui bavassaient devant son comptoir. Que des nouveaux, c’était soir de fête ! Matt aimait la nouveauté. Il l’aimait d’autant plus quand il pouvait faire en sorte qu’elle soit de première main.
Un vagabond généreux, un vieux loup de mer borgne et un cul-terreux avec une chaise. Vla le gratin.

Le tavernier observa sans rien dire l’échange qui semblait avoir lieu. Il accepta "l’échantillon" et le regarda d’un œil critique, le passa sous son nez.


*Intéressant…*

Il s’apprêtait à allumer son pot quand le premier des compères éructa divers imprécation à l’égard de sa bière. Le tavernier était bien conscient qu’il ne servait pas la meilleure bière de la ville, mais il partait du principe qu’un palais qui se contentait de la banalité n’avait pas besoin d’être choyé.
Cela dit, ce n’était pas une raison pour se gargariser devant lui de la mauvaise qualité de la boisson. Sauf si on tenait à avoir des emmerdes. Matt en déduisit donc que c’est ce que le voyou cherchait.


« Je vois, monsieur est un homme en mal de sensations fortes et ne supporte pas une boisson qui manque de goût. J’ai ce qu’il faut pour ce genre de clients. »

Il lui servit une demi-choppe de son "spécial". Ne demandez pas ce que c’était. Un mélange d’alcools assez uniques en leur genre (certains impliquant des frelons), avec un soupçon de venin de naga qui avait l’étrange propriété d’anesthésier légèrement la langue pendant quelques dizaines de secondes. Le côté relativement marrant était donc qu’on avait généralement finit le verre quand ça commençait à arracher le gosier, à bruler la langue, à décaper les gencives et, dans de rares cas, à faire fondre une ou deux dents.
Ceux qui ont déjà expérimenté le goût décrivent ça comme "L’enfer caché dans un sucre d’orge".


« Dis moi… Lachaise, ton petit commerce m’intéresse. Je peux te donner les bons contacts et te laisser un alcôve pour faire tes transaction. Le tout pour, disons, 25% des gains perçus, plus ma conso personnelle. Réfléchi bien, c’est une affaire. La sécurité et la réputation ne sont pas données dans cette ville. »

Il laissa le ténébreux peser ses mots. À en juger par sa dégaine et la boisson qu’il avait commandé, Matt avait une petite idée de là d’où il pouvait bien venir. Très intéressant.

« De quel bateau avez vous dit être le capitaine, monsieur Phénix ? »

Toujours être le premier au jus. C’était une question de sécurité… et de réputation.

_________________
Crédit avatar : LostOnMyOwn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yéros Aries

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 04/07/2011
Localisation : Sur un navire

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Ven 26 Aoû - 16:23

Ainsi, le tavernier avait pris la remarque avec humour ou tout du moins, il avait répondu comme si c'était le cas puis, il avait servi un curieux breuvage au jeune garçon. Si on en croyait les dires, ce n'était pas un alcool pour les petites natures, aussi Yéros sourit grandement. Tout cela ressemblait à un défi et il le releva. Il enfourna la chope et la vida d'un trait. Pendant quelques instants, il ne sentit presque rien mais, les secondes passèrent et là, il regretta son acte. Enfin disons plutôt qu'il voulait se rincer le gosier car le cocktail n'était pas si doux qu'il le semblait. Enfin bon, ne voulait-il pas devenir pirate? Il devait donc être capable de boire n'importe quoi et ne demanda pas de verre d'eau. Il ne fit pas non plus le malin mais, il répliqua en souriant:

"Tavernier, tu m'as bien eu avec ton cocktail! Je sais pas ce que tu y fous dedans mais, rappelle-moi de ne pas en reprendre! Oh, je ne veux pas faire la petite nature mais, je préfère les alcools dont on sens l'effet au moment de la dégustation. Je crois que mon prochain verre sera un whisky bien servi."

Yéros se tourna alors vers ses deux compagnons. Le jeune homme avait été emballé par le tavernier et s'était dit que lancer des défis pourrait être un jeu sympa. Il proposa donc à ses compagnons de tester le curieux alcool que lui avait descendu d'une traite. Attendant leur réponse, il écouta attentivement les paroles du tavernier en vint à la conclusion que Lachaise allait sombrer dans les petits trafics du coin. Quant à Phénix, celui-là, c'était un homme intéressant, le tavernier était parti sur la même question que lui, ou du moins, il avait pour lui le même intérêt, l'équipage pirate.

_________________
- Larcin -> Palier 1 discrétion: 2 points
-Corps à corps -> Palier 1 base offensive (sabres) : 2 points
-Agilité -> Palier 1 souplesse: 2 points
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ǽðřəδøņ
Personne Bannie
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Sam 27 Aoû - 18:42

En fait en allant faire mes affaires à la ville je crois que j’avais fait deux erreurs de calcul majeures.

La première c’est que les gens y sont beaucoup plus nombreux. En fait, je crois avoir vu autant de têtes différentes depuis ce matin que je n’en ai vu le reste de ma vie. Même si seulement un seul sur vingt est intéressé, j’aurais une clientèle plus grande que le boulanger du village. C’est fou.
La seconde c’est que ces gens sont pressés. À peine leur a-t-on présenté le produit qu’ils sont déjà prêt à faire affaire. J’en ai un qui veut acheter sans goûter et l’autre qui achète sans même demander le prix. Ces gens sont fous…

C’est cette folie me fait me dire que les huit kilos de plante soigneusement séchées, hachées et empaquetées que j’ai emmenées avec moi, pour moitié de tabac et pour moitié d’herbe à rêve, risquent de ne pas faire long feu. C’est ennuyeux. Retourner en chercher va encore me demander de faire la sieste dans de mauvaises conditions. Quel dur métier…

Mais en tout cas je suis heureux d’être tombé sur des connaisseurs. Mon herbe est accueilli avec appréciation. Elle semble connue, on lui donne d’autres noms. Mon moral remonte après les déconvenues de la journée, je n’aurai pas à expliquer ce que c’est à tout le monde. Et en tout cas si je le dois, beaucoup de monde semble ici plus que prêt à se jeter sur des assistances à la détente. Comme je m’en doutait.

« À tout hasard Lachaise, tu n'aurais pas non plus quelque chose qui ferait de la fumé violette? »

De la fumée violette ? Cool, j’en veux.
J’allais lui demander plus de précision sur cette fameuse "chose" mais une altercation entre rouquemoute et le barman m'a interrompu. J’avoue que je suis plus ou moins intéressé par la tournure des choses. Chez moi ce genre de sortie est généralement accompagné du vibrato des lames de couteau qui apparaissent dans les mains. Puis vient le duel de regard, d’une violence inouïe. C’est ce duel qui va déterminer quel option prend l’issue de l’affrontement : la sieste ou la vendetta. Il n’y a pas d’intermédiaire possible…

Donc, je note, lorsqu’on crache sur la boisson d’un tavernier, il vous sert un autre verre. Heu… ah ? Ne comprenant pas vraiment la logique de la chose je commence à remplir la blague à tabac du papy. Une feuille de tabac entière me sert de cloison entre le tabac brun et le mélange "sieste tranquille" que j’ai déjà préparé. Tout bien tassé il doit bien y avoir 100 grammes là dedans. Hum…

« Dis moi… Lachaise, ton petit commerce m’intéresse. Je peux te donner les bons contacts et te laisser un alcôve pour faire tes transaction. Le tout pour, disons, 25% des gains perçus, plus ma conso personnelle. Réfléchi bien, c’est une affaire. La sécurité et la réputation ne sont pas données dans cette ville. »

Ok, j’allai dire que ça fonctionnait trop bien. En fait non, ça me dépasse juste complètement. Je crois que je vais avoir besoin d’un peu de temps pour faire le point là. Heureusement que le rouquin prodigue une distraction suffisante pour qu’on arrête de me bombarder de propositions. J’aime pas être brusqué. C’est un peu comme si à la saison des récoltes, alors qu’on travail d’arrache-pied à attendre que les prunes se décrochent pour les mettre dans les paniers, les fruits se mettaient à tous vous tomber en même temps sur la tête. Flippant !

D’ailleurs, c’est le mot que j’emploierais aussi pour décrire ce qui se passe du côté du "Vif". Je ne savais pas qu’un visage pouvait arborer autant de couleurs différentes… en même temps. Et pour ce qui est de relever le défi, très franchement je préfère éviter de suivre un mec qui ne se rend même pas compte qu’il a les dents qui fument quand il sourit.

« Non merci, j’aime autant rester dans la gamme de ce qui est acceptable pour les humains normaux. Ne le prend pas personnellement mais je tiens à mon sens du goût. »

Pour appuyer mes dires je me lève et sort un paquet de 100grammes d’herbe à rêve pure enveloppée dans des feuilles de tabac. Ces feuilles sont ce qu’il y a de plus pratique pour tout ce qui concerne l’emballage, la conservation et la consommation des produits à fumer. En tout cas c’est comme ça que l’on fait chez moi. Et on s’y connais en tabac chez moi. Foi de type de chez moi.

« 100grammes, pure, j’imagine que c’est ce qu’il te faut le dur.  »

*Avec un peu de chance tu sentira quelque chose…*

« 2 pièces d’argents pour le paquet de pure, et 1 pièce d’argent et hum… 3 pièces de cuivre pour le remplissage de la blague à tabac avec une petite portion de mélange "sieste tranquille". »

Ce sont des prix élevés j’en suis conscient. Pourtant je ne m’attendais pas à ce que tout le monde me jette un regard interloqué. Il faut bien que je rentabilise le trajet, ils sont marrants eux…
[Note du joueur : En réalité les prix de Lachaise sont extrêmement bas par rapport à la qualité de sa marchandise. Il se base sur le prix du tabac dans sa région… région qui est directement productrice ou le tabac est en moyenne cinq fois moins cher qu’à Clavinia. Profitez-en tant qu’il s’en rend pas encore compte.]

« Merci bistrotier, je retiens la proposition. Mais plus tard, quand j’aurai dormi dessus. »

Ou autrement dit un refus temporaire polis et imparable. Personne n’ira reprocher à quelqu’un de ne pas prendre une décision avant d’avoir dormis. C’est la plus élémentaire des politesses.

« Avant que je ne parte, à quoi ressemble cette fameuse chose à la fumée violette papy ? »

Je ne vais tout de même pas lâcher la possibilité de faire des figures violettes aussi facilement. Té.

_________________
La mort est un moissonneur qui ne fait pas la sieste.
Avatar©️ : Freaky
Compétences :
Ingénierie : Bricolage (5)
Combat (chaise renforcée) : Base Offensive (6) ; Parade (6)
Agilité : Souplesse (2)
Autres : Perception (5) ; Résistance au poison (2) ; Endurance (2) ; Force (2)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jimmy Phénix
Canarticho
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Mar 30 Aoû - 5:10

Finalement, le rouquin à sa gauche interrompis leurs petit manège. Jimmy tourna la tête dans un râle enfumé pour l'écouter. D'après ce qu'il disait, il n'avait rien suivit de toute la conversation, sans quoi il ne dirais pas qu'il était désolé de les interrompre. Serait-il possible qu'il soit narcolepsique? Peut-être s'était-il réellement endormis sur sa bière après tout.

*Et zut! J'aurais dut lui dérober sa bourse tant qu'il était encore temps!*

Jimmy n'avait pas besoin d'argent, et voler, c'était mal. Mais quoi de plus jouissif que de nouvelles pièces à ranger sur soit? Et quoi de plus déplorable que de s'en délester... sans raison. Ce n'était pas de la cupidité, non. Plutôt... un esprit de collectionneur. Un collectionneur du dimanche, certes, puisque collectionner les objets dupliqué par millier ne correspondait pas aux critères de raretés. Le borgne n'en avait que faire. En attendant, il n'en perdait pas une miette. De son argent -le rouquin lui avait payé sa bière- et de la scène qui allait suivre. Le dénommé Yéros commanda un tombeau pour remplacer sa bière, et le barman lui proposa de s'en charger personnellement.
Jimmy se renfrogna. Voilà un matelot qui cherchait un capitaine, et dans le même temps, il cherchait a avoir des ennuies. Il devait donc être une sacré fine lame pour avoir survécut tout ce temps avec pareil insolence. C'était une opportunité à médité. Malheureusement...

Jimmy resta dans un sourire figé en observant le visage juvénile de Yéros prendre des couleurs intéressantes. Il semblait vouloir ouvrir les paris à qui iras vomir tripes et boyaux en premier -si on survivait jusqu'à ce que re-franchisse le cocktail.-. Son sourire retenant un éclat de rire tonitruant finit dans une poufferie réservé, déclinant l'invitation. Il prit la bière de Yéros qu'il avait repoussé sur le coté et en bus de grandes gorgés. Ceci fait se torcha la moustache.

"Non moi ça me va."

Jimmy écouta la proposition du tavernier à Lachaise. Il disait que c'était une affaire, Le borgne n'en était pas si sûr. Il avait rouler de nombreuses fois quelques artisans pour son compte quand il était jeune et vif d'esprit. A présent il était vieux certes, et encore plus vif d'esprit. 25% des gains pouvait rapidement être une lourde charge si l'affaire de Lachaise roulait bien. 25% partit en fumer, et sans le plaisir. Ensuite, la consommation personnelle du barman était... inconnus. Sans compter qu'il pouvait prétendre en fumer une quantité importante, et la revendre ensuite à quelques particuliers pour pas cher -puisqu'il ne supportait aucun coût, son bénéfice était de 100%- et ce genre de magouille lui rapporterait plus que les 25% du commerce de Lachaise.

*On est jamais mieux servit que par soit même. Sauf quand ça tombe dans l'escarcelle sur l'effort des autres bien entendus.*

Donc, sauf quand ça nous arrange. Jimmy se demanda s'il devait en aviser Lachaise.
En attendant, de la fumé sortait de la bouche de Yéros. Jimmy espérait que ce n'était que la salive mise en ébullition, et non la chair des gencives qui se retrouvaient attaqué. Sinon, ça allait sentir le cochon grillé, et Jimmy ne voulais pas avoir faim maintenant.

« 100grammes, pure, j’imagine que c’est ce qu’il te faut le dur. 2 pièces d’argents pour le paquet de pure, et 1 pièce d’argent et hum… 3 pièces de cuivre pour le remplissage de la blague à tabac avec une petite portion de mélange "sieste tranquille". »

Lachaise avait finit de préparé ses doses de tabac visiblement. Jimmy vérifia les portions car le prix laissai sous entendre une arnaque, mais non. Donc c'était pour fidélisé la clientèle.

*manquerait plus que sa "sièste tranquille" ne provoque une grave addiction. Ma petite pipe m'en voudrais de la délaisser pour le joint. Ce ne serais pas la première fois...*

De toute manière il ne comptais pas l'utiliser pour lui, pas spécialement, et si c'était les soldes, autant en profiter.

"-Oh hé bien j'ai deux pièces d'argents sous la main et les cuivres sonnent moins bien aux oreilles. Tu me complète ce qu'il manque avec un peu d'herbe à rêve pur. De quoi faire tourner la tête du plus costaud des gaillards!

-Avant que je ne parte, à quoi ressemble cette fameuse chose à la fumée violette papy ?

-Oh ça? Ben... C'est des feuilles d'arbre en fait. Tout ce qu'il y a de plus banal à première vue. Enfin, d'un arbuste. Un buisson même. des petites feuilles rondes de la taille de mon oeil. M'enfin doit faire a peu près... cette taille là, à mi hauteur d'homme. Je ne sais pas s'il y a une saison particulière pour les récoltés moi. C'est en médecine qu'on m'a donner ça. Dans une île paumé d'arriérés. Je n'en ai pas croisé depuis un bon moment, faut dire que j'ai pas côtoyer des masses de médecins depuis un bon moment non plus.

Comme pour appuyer ses dires il grinça des dents pour retenir des toussotements qui sortirent quand même. Il cracha un glaviot dans la choppe de Yéros -vidé quelques instants plus tôt évidemment- et bus les dernières gorgés de sa propre bière qui tiédissais devant lui.

-Ouais enfin, en tout cas si jamais t'en trouve, t'aura un bel acheteur. Cherche le Capitaine Phénix va.

Sur ce le Barman repris du service en tant que commère.-non en tant que Barman.-

-De quel bateau avez vous dit être le capitaine, monsieur Phénix ?

-C'est normal que vous ne vous rappelez pas, je ne l'ai pas dit. Mais si tu veux tout savoir gamin, il est même pas encore à quai. Par contre quand t'auras vus l'envergure, tu t'en souviendra, de son nom, crois moi.

Il avait prit un air ronchon de vieux papy. Il aimait bien cet air ronchon de vieux papy. Tout le monde lui pardonnaient cet air ronchon de vieux papy par ce que... il était un vieux papy.
Jimmy venait de donner le nom du navire sous couvert d'un jeux de mot que seul quelqu'un d'avertis aurait pus comprendre. En plus, vus l'état du navire, il ne voulait pas que des capitaines mal avisés se disent qu'il était une proie facile. C'était déjà arriver, et ce ne serais pas la première fois. L'Envergure n'était pas un gros navire, et quelques fous se sont déjà avisés par le passé à l'aborder, à leurs grand regret. Mais actuellement si Jimmy révélait l'état réel du navire, nul doute qu'il y perdrais à l'affrontement. La coquille de bois était bonne à faire couler par le fond -si elle ne le faisait déjà pas sans aide- mais la marchandise, ça, c'était quelque chose qui se revendais toujours bien. -sauf quand, justement, ces marchandises se sont échappées, brisés ou gâtés à cause d'un contact prolonger avec de l'eau...-

-A ce propos, vous auriez une adresse pour un bassin de carénage? J'ai une légère avarie sous la coque qui date un peu. C'est l'occasion de faire escale et de visiter cette ville charmante. Ah tiens!

Il se tourna vers son voisin de comptoir qui avait encore du mal à se remettre de ses émotions. C'était comme s'il se souvenait de quelque chose d'important.

-Yéros Aries! C'aurait été avec plaisir que je t'aurais pris sur le navire pour te donner ta chance... Malheureusement, je ne compte pas prendre la mer. Chienne de vie hein? Pour les réparations du navires, tout ça... En attendant trouve un autre équipage mais ne m'oublie pas trop hein? Je paye bien. Je t'y ferais repenser le moment venus, va.

C'était dommage, le borgne devait reconstituer un équipage. Une bonne moitié manquait à l'appel quand il avait quitter l'Envergure. De braves marins. Mais les temps de réparations seraient trop long. Il devra dissoudre son équipage actuel et les offrir au port. Certains hommes naviguait avec lui depuis des années. Son second avait même commencer l'aventure avec lui et avait réussit à survivre tout en restant fidèle au poste. Tant de nostalgie...

_________________
Marin (3)=> Orientation en mer (2)- Endurance (6) => Dur à cuir (6) - Perception (1) - base de tir au pistolet (1) - base combat main nue (1) - maniement de la Hache (4) -
[Couleur d'écriture #006699]

La plume a assez coulé sans terrain d'entente, il est grand temps de faire parler la poudre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yéros Aries

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 04/07/2011
Localisation : Sur un navire

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Mer 2 Nov - 19:50

Yéros soupira en voyant les refus de participation des deux hommes. Il dit alors à Lachaise en souriant:

"Tes prix sont si bas, quand on voit le prix du tabac ici, que j'en viens à supposer que ta perchouille n'est pas fameuse. Je n'y mettrai pas pour autant ma main à couper car les prix varient avec les lieux alors avant d'acheter je voudrais goûter ta pacotille. Bien entendu, je te lâcherai quelques piècettes pour la perche et si ton produit me plaît, je t'en prendrais d'avantage. Si pour l'alcool tu es une pareille lopette, je préfère supposer que fumer est pour toi une habitude. Sans cela, tu ferais un piètre matelot."

Yéros s'engageant toujours plus dans la provocation ne remarqua pas que ses dents fumaient et celles-ci auraient continué leur combustion si le jeune homme n'avait pas entamé son verre de whisky. C'est alors qu'il remarqua un certain intérêt venant de la part du vieillard. Hélas, celui-ci avait perdu tout attrait aux yeux du rouquins. Il dit donc, le sourire aux lèvres et sans la moindre gène:

"Sans vouloir te vexer papy, si t'as peur de vomir aussi vite t'as pas vraiment l'étoffe d'un capitaine. Quant à ton équipage, si c'est pour l'argent que je suis censé le rejoindre, oublie-moi! Je recherche l'avnture avant tout et c'est pas un gros salaire qui va me l'apporter. Tu embles avoir trop de moyens à ta disposition pour aimer le goût du risque. Je veux ntégrer un équipage qui avance en ayant rien à perdre."

Sur ces mots, Yéros se tourna vers le barman et tout en titubant, commençant à être un peu bourré, il commanda un autre whisky.

_________________
- Larcin -> Palier 1 discrétion: 2 points
-Corps à corps -> Palier 1 base offensive (sabres) : 2 points
-Agilité -> Palier 1 souplesse: 2 points
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ǽðřəδøņ
Personne Bannie
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Mar 15 Nov - 3:58

Bon bah v’la aut’ chose.

J’ai du mal à suivre cette conversation car nous parlons tour à tour de sujets différents à des personnes différentes. Mais j’imagine que c’est un décalage urbain auquel il va me falloir m’habituer avant de respirer dans cette ville comme un poisson dans… dans… l’alcool apparemment ?
Mais là n’est pas la question. La question est quelque part au beau milieu de ce flot de paroles. Le vieux qui me reprend de la marchandise supplémentaire après avoir pris le compte de son addition, et puis surtout le rouquin qui viens me dire qu’il est pas frais mon poisson !? qu’a ce prix c’est surement de la daube. Je comprends.

« Je t'ai vexé. Tu es fier. Fier et susceptible. Tu n’achètes pas un produit qui n’assume pas son prix. Je respecte ça, alors je double le prix de l’herbe à rêve. »

Il a raison, si mes prix sont aussi bas par rapport au marché, le doute est permis. Grâce à cette proposition il devrait être rassuré et sa fierté sera sauve. Il pourrait presque me plaire ce petit, mais j’aime pas trop qu’on m’insulte. Après je finit par me vexer, on engage un duel de regard qui me fait piquer les yeux et dans le pire des cas je me retrouve à m’épuiser dans une bagarre inutile alors que je n’ai touché à aucune des sœurs des participants. Non, j’aime pas trop qu’on m’insulte.

Et puis je ne connais pas les coutumes locales. Une erreur dans le protocole et c’est tout une bagarre qui peut être déclarée nulle et non avenue. Et il faut tout recommencer. Ça non ! Peut-être que monsieur Phénix voudra bien me montrer. Je surveille sa réaction alors qu’il me faut sortir d’autres pains de 100 grammes du sac. Il va vraiment falloir que je me mette au fait des prix, ma réserve se vide à une vitesse alarmante.

« Il me semble que la tige de tout à l’heure n’est pas finie… Pourrais-tu faire déguster le Vif, Papy ? »

Et après avoir conclu ces transactions, j’irai a la recherche du meilleur coin pour accueillir une sieste de fin d’après-midi. Voilà qui s’appelle une journée bien remplie !

_________________
La mort est un moissonneur qui ne fait pas la sieste.
Avatar©️ : Freaky
Compétences :
Ingénierie : Bricolage (5)
Combat (chaise renforcée) : Base Offensive (6) ; Parade (6)
Agilité : Souplesse (2)
Autres : Perception (5) ; Résistance au poison (2) ; Endurance (2) ; Force (2)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jimmy Phénix
Canarticho
avatar

Messages : 63
Date d'inscription : 01/07/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Jeu 17 Nov - 21:08

Tout à coup, le garçon lui semblait moins plaisant et beaucoup moins malin. L'alcool lui était peut être monter à la tête, mais Jimmy allait devoir le lui faire redescendre. Il disait aimer le goût du risque sans avoir le pognon à la clé? L'homme à l'oeil de verre ne savait pas trop dans quel péril le rouquin se mettait, mais c'était certainement un péril bien inutile si ce n'était pas pour ramasser du pognon à la fin et partager le butin entre les survivants.

Le genre de péril qu'il venait de provoquer en l'insultant en plein milieu de la taverne la plus en vogue de tout les capitaines de Clavinia. Son sourire précédemment bien présent s’effaça, remplacer par une mine triste. En somme s'il le tuait, on dira de lui qu'il était cruel et susceptible, ce qui était mauvais pour les affaires. Mais s'il lui pardonnait cet affront il passerait pour un capitaine sage et faible, soit une victime toute désigné pour les ignobles machinations pour les escalades de pouvoir. Un mouton parmi tout ces loups affamés. Mais Jimmy n'était pas un mouton. Il n'était pas non plus un loup. Il était le fils du Phénix, le serviteur du second démon des profondeurs qui régie les mers. Non il n'était aucun animal connus. Au pire il était le dompteur de loup qui les mettra au pas et les feras chien. Quand aux cloportes dans son genre, les démon auront pitiés de leurs âmes.
Non il ne pouvait passer l'affront. Il ne pouvait laisser son honneur salis et se retirer bien gentiment.

"Je vois. C'est peut être mieux ainsi. Tiens."

Pourtant c'était ce qu'il faisait. Il avait fais tourner le joint, régla l'addition auprès du dealeur de tabac, rangea ses acquisitions, fit un signe vague au barman et se leva, décollant son tronc déposer contre le comptoir pour le mettre sur son épaule. Pourtant il y aurait eut de la place entre les trois chaises de bar et les tables pour se battre loyalement. Loyalement...
Mais Jimmy était fourbe.

Il le frappa à la tête sans prévenir -manquerait plus que ça- avec son tronc d'arbre par un coup circulaire aidé par la torsion du buste. Comme avec une hache. Le mouvement était déjà armé, simple, rapide et efficace. Enfin bref, Yéros en avait pour son aventure, qu'il continuerait dans le pays des songes. Il avait pus tester l'herbe à rêve du dealeur, et il fallait avouer qu'elle tabassait sec.
Le Capitaine Phénix regarda s'écrouler -valser- le corps de l'imbibé roux. Il abaissa son arme en direction du corps de l'épéiste, près à lui latter la tronche s'il n'avait pas eut son compte. La taverne s'était tut.

"Pour te faire réfléchir à ce que tu a vraiment à perdre."

*Fallait pas faire chier pépé!*


Il s'attendait à se faire rouspéter un brin pour l'animation nuisible qu'il avait donner en ce lieu. Il fit les poches de Yéros, en sortit son petit pactole et en laissa une partie sur le comptoir.

"Pour le dérangement."

Rangeant le reste dans sa poche, il s'en alla arme à gauche et quitta la taverne.

une bosse:
 

_________________
Marin (3)=> Orientation en mer (2)- Endurance (6) => Dur à cuir (6) - Perception (1) - base de tir au pistolet (1) - base combat main nue (1) - maniement de la Hache (4) -
[Couleur d'écriture #006699]

La plume a assez coulé sans terrain d'entente, il est grand temps de faire parler la poudre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ǽðřəδøņ
Personne Bannie
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 11/06/2011

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Jeu 24 Nov - 2:20

Ils n’ont pas fait de combat de regard.

Je le signale parce que cela me paraît important tout de même. Dans mon pays on fait toujours un combat de regard. C’est une question de fierté. Et d’éloquence aussi ! Alors on reste bien face à face sans rien dire, bras croisés et dos droit, pour bien exprimer à quel point on est contrarié.
Je n’ai jamais aimé cette phase là des explications, ça me pique les yeux à chaque fois et puis j’ai les iris bleus, c’est moins pratique pour faire des regards noirs. En plus de ça ils ont un truc là-bas, je ne sais pas ce que c’est, mais quand ils vous fixent comme ça cela vous donne une migraine pas possible au bout d’un petit quart d’heure.

Une fois ceci fait on formule le motif de notre grief. En général les motifs à mon encontre avait tendance à être assez basiques, avec quelques variations.
Et c’est seulement ensuite que les couteaux apparaissaient avec un petit "tchac" significatif.

En fait non, ils ne font pas "tchac". Mais ce n’est pas de ma faute si tonton a mis son doigts au mauvais endroit en voulant l’ouvrir. Certes le mécanisme d’ouverture était un peu trop puissant, mais tout de même. On ne m’a plus jamais laissé approché un couteau pliant de toute mon enfance à la suite de cette épisode alors que mon concept avait un bel avenir. Alors si les couteaux ne font pas "tchac" ce n’est pas de mon ressors.
Dans ma tête ils font "tchac", parce que je trouve ça tellement plus représentatif de la gravité de l’instant. Ces regards qui s’opposent, toute cette noirceur qui annonce l’orage. Et tout a coup l’accusation tombe, les arguments apparaissent au grand jour et chacun essaye de mettre le sien en travers de la gorge de l’adversaire. Que de souvenirs.

Mais voilà, ils n’ont pas fait de combat de regards.
C’est plutôt cool, je n’aurait peut-être plus les yeux qui piquent dans cette ville de fous. Et puis peut-être qu’ils seront intéressés par des couteaux qui font "tchac"… mais je m’égare.

En fait tout est allé très vite. Le papy semblait calme, enfin aussi calme que pouvait me sembler quelqu’un qui ruminait manifestement des envies peu délicates. J’ai de l’instinct pour ça. Dans une pièce je repère très facilement les frères des sœurs auxquelles j’ai pu avoir affaire. Ils ont cette petite émanation d’hostilité qui vient me chatouiller la nuque. C’est très pratique pour savoir quelle famille je me suis mise à dos, surtout quand la demoiselle ne m’a donné que son prénom.
Et puis là, en se levant, avec son tronc sur l’épaule, j’ai sentit un souffle m'ébouriffer les cheveux alors que je finissait tranquillement mon verre et puis voilà. C’était déjà finit.

Et ensuite il a fait quelque chose de vraiment très fier. Et polis en plus. Il a payé pour le dérangement avec de l’argent fraichement gagné.

*Fier ! Fier, et susceptible ! Il me plait ce vieux.*

J’ai alors reporté le regard sur le pauvre bélitre ainsi écroulé au sol pendant que l’autre s’en allait sans un regard en arrière. Un mot m’es soudain venu à l’esprit. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs parce que ce mot ne veut strictement rien dire. Ou alors c’est un patois local d’un archipel miteux aux confins du monde, bref. J’ai pensé "owned". Étrange, n’est-ce pas ?

Quelle histoire. Oui.
Je me retrouvais soudain seul accoudé au comptoir. Mon verre était au trois tiers vide. Le rouquin était aux trois quarts plein. Et puis je me suis dit qu’il serait heureux de trouver un peu d’herbe à rêve à son réveil pour se remettre de ses émotions. Après tout, je ne suis pas un mauvais bougre et il avait de quoi payer sur le comptoir.
J’ai donc empoché deux piécettes et je lui ai laissé un pain d’herbe bien pure avec laquelle il allait pouvoir faire de bien jolis rêves. Puis j’ai réglé ma consommation au bistrotier avec un signe de tête appréciateur. On ne ferait pas affaire cette fois mais j’avais trouver son attitude respectable et respectueuse.
En partant j’ai tout de même posé une main prévenante sur l’épaule de mon ami.

« Tu feras gaffe, elle cogne dur. »

Et je m’en allasse délassé mais sans lacer. Car un verre ça va, deux verres…

_________________
La mort est un moissonneur qui ne fait pas la sieste.
Avatar©️ : Freaky
Compétences :
Ingénierie : Bricolage (5)
Combat (chaise renforcée) : Base Offensive (6) ; Parade (6)
Agilité : Souplesse (2)
Autres : Perception (5) ; Résistance au poison (2) ; Endurance (2) ; Force (2)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yéros Aries

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 04/07/2011
Localisation : Sur un navire

MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   Jeu 24 Nov - 11:56

Yéros avait entendu le marchand d'herbe dire qu'il doublait ses prix. Il devait être idiot car ça n'en doublerait pas la qualité mais, tant pis, il renonça définitivement à lui en acheter. Enfin, peut-être mais, il commençait également à ressentir les effets de l'alcool plus que bien et tout autour devant lui commençait à tourner et devenir trouble. Le vieux lui tendit son joint et puis, il sembla à Yéros qu'il s'était levé et lui, il avait reçu un coup derrière la tête et... Plus rien.

Quand il se réveilla le lendemain, allongé contre le mur de la taverne, il tenta alors de se remémorer ce qui s'était passé à la veille. Il avait un sacré mal de crâne et de l'argent en moins. Certes, il avait payé ses commandes mais, il lui manquait également le prix de quelques grammes de perchouille, les consommations des autres et même ses économies. Pourtant, il ne se rappelait avoir fumé que sur le joint du vieux. Ah quel enfoiré celui-là! Il avait fait mine de partir et l'avait assommé par derrière. Certes, Yéros aurait aimé ne pas recevoir le coup mais, il ne regrettait pas de l'avoir traité de lopette. Il assumait totalement. Déjà d'une, il attaquait par derrière et de deux, il s'en prenait à un type bourré qui aurait déjà dû sombrer avec l'alcool il y avait déjà bien longtemps. Yéros en voulait également au vendeur d'herbe car c'était probablement lui qui l'avait dépouillé de son argent. Il était désormais sans le sou, sans herbe, sans doute lui l'avait-on dérobée car le marchand n'avait pas l'air d'un mauvais bougre et avec un énorme mal de crâne. Il se vengerait! Oh ça oui, cet imbécile qui se prenait pour un grand homme payerait à un moment ou un autre. Yéros le retrouverait et cet imbécile verrait ce qu'il en coûte de se comporter comme un lâche. La haine le mènerait à un meurtre mais, il n'en avait rien à faire. Ce bouffon ne méritait que la mort et de toute façon, les pirates n'ont jamais été des enfants de coeur.

Yéros se releva alors, histoire de ne pas passer pour l'ivrogne de service. Il buvait beaucoup oui mais, seulement de temps en temps et là, l'heure n'était pas à la picole. Il devait explorer la ville pour retrouver ce vieux couard et répandre ses tripes sur le sol. Il allait lui montrer ce qu'il advenait à ceux qui s'en prenaient à Yéros. Il était certes jeune mais, il maniait l'épée correctement et il n'aurait aucun mal à se venger. Cela dit, d'autres aventures l'attendaient d'ici là et il avait tiré une leçon de ce mauvais coup. Les hommes d'ici, en plus d'être des couards sont des fourbes de la pire espèce qui ne savent même pas se battre. Il devrait donc éviter de se faire remarquer le plus longtemps possible, le cas contraire, il ne donnait pas cher de sa peau mais, il n'avait jamais été du genre silencieux alors, il fallait espérer que la chance se joindrait à son équipage pour l'instant composé de lui seul.

L'appel de l'aventure se fit sentir chez le jeune homme alors, aussitôt, il se releva et sans regarder devant lui, il se mit à courir. Où allait-il ainsi? Il l'ignorait lui-même mais, il verrait le moment venu. Il fallait bien aller quelque part et il ne connaissait pas les lieux. Yéros parcourait donc la ville comme une furie jusqu'à ce qu'à un moment ou un autre, il trouve un endroit qui lui plairait.

_________________
- Larcin -> Palier 1 discrétion: 2 points
-Corps à corps -> Palier 1 base offensive (sabres) : 2 points
-Agilité -> Palier 1 souplesse: 2 points
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Parce qu'une bonne bière vaut mieux que de l'eau de mer.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maynlie :: Quartier Marchand :: Tavernes :: Liberté apocalyptique-
Sauter vers: